Bayrou apprend l’arithmétique

 

arton5628    « Des paroles et des actes » l’émission de David Pujadas a permis à notre candidat permanent à la Présidence de la République de lancer une nouvelle campagne. On peut imaginer que ce ne sera pas la dernière, l’espoir de l’investiture suprême étant la motivation exclusive de notre Béarnais.

François Bayrou ayant claironné partout que sa perspicacité concernant le problème majeur constitué par le montant gigantesque de la dette de la France lui conférait un avantage décisif sur ses concurrents, c’est sur le plan économique qu’on attendait ce littéraire agrégé, plus à l’aise avec la biographie d’Henri IV qu’avec l’économie.

Si son constat est analogue à celui des grands partis, ses propositions font plutôt penser à un remède de cheval. Je suis même très étonné de sa position qui se rapproche plutôt de la droite pure et dure que de celle toute en nuance d’un centrisme humaniste classique.

Il n’y va pas par quatre chemins : « il faut redresser les comptes de 100 milliards d’euro, 50 milliards de coupes budgétaires et 50 milliards d’impôts supplémentaires, ceci en deux ans… »

« Les dépenses de la nation budget de l’Etat et dépenses sociales doivent être diminuées de 5% » soit 50 milliards sur un total de 1050″

Et pour ceux qui déjà sont au bord de la révolution quand Sarkozy rabote 8 milliards, il rajoute que « ce n’est pas avec une diminution de 5% des dépenses que la France va s’arrêter de fonctionner… » Ben voyons…

Concernant les impôts, deux tranches supplémentaires d’impôt sur le revenu à 45% et 50%, 20 milliards à récupérer sur les 70 milliards de niches fiscales, et deux points de TVA en plus…

Un programme grec ou espagnol…

Là ou cela se complique, c’est quand les journalistes essayent de faire préciser qui seront les lésés… Car au bout du compte il faudra bien faire l’addition de ces soustractions…

Qui sera dans la soustraction ? Fonctionnaires ? Personnel Hospitalier ? Retraités ? Quelles niches seront supprimées ?

Quelques réponses :

15 milliards d’économie sur les dépenses sociales sur 620 Mds, ce doit être facile dit-il…(sauf que, quand Sarkozy touche à moins d’un milliard, un vent de révolution gronde…Surtout dans un contexte de vieillissement de la population… )

– 10 milliards sur les transferts de l’Etat (50 Mds) vers les collectivités territoriales. Ah quelle superbe mesure ! Je ne puis qu’applaudir ! Enfin les riches collectivités qui dépensent sans compter, embauchent à tout va seront enfin mises à contribution. (On rappelle que ces dernières années, l’Etat supprime 35 000 fonctionnaires par an, alors que les collectivités territoriales en embauchent autant !)

Ces collectivités toutes trop riches qui subventionnent à tout va qui les clubs de rugby, de basket, ou les stations de ski au lieu de se consacrer à leurs domaines de compétence.

–  Les 35 heures passent à la trappe : « Je me suis battu toute ma vie contre les 35 heures »

Pour le détail précis des mesures, son équipe y travaillera durant le premier trimestre, cela sera public.

Si pour les lettres François Bayrou est très fort, pour les chiffres c’est moins bien, mais cela on le savait depuis longtemps. Son avidité a saisir tout sujet anodin pour se lancer dans une digression habile et revenir sur le domaine de l’affect est sans faille. « On ne sort de l’ambiguïté qu’a son dépens » et FB est déjà allé suffisamment loin…

Mais le problème reste entier car tailler dans ces budgets en période de croissance nulle conduit inéluctablement à une récession sévère. Il est d’ailleurs très étonnant que FB n’ait pas rajouté une relance démagogique, rendant son programme très dur, beaucoup plus que celui du PS, mais aussi sans doute du candidat Sarkozy que l’on ne connaît pas encore. Nul doute qu’il saura s’appuyer sur le programme de Bayrou pour mieux faire passer la potion…amère et pas magique.

Pour rassurer les gogos, on sort de la poche le jouet à la mode : « il faut acheter français ! »Ceci permettra des re localisations et une relance de l’activité, et donc de l’emploi en France. Même Sarkozy y a pensé… Il faut dire qu’au jeu du « acheter français », le petit journal de Yan Barthés n’a pas mis longtemps pour épingler FB roulant dans l’Audi…de son ami JL Peres

Ou du : « l’Etat doit montrer l’exemple »…sauf qu’il existe des règles obligatoires pour les marchés publics…

En résumé, un programme économique très dur. Les électeurs potentiels centristes ont ils bien lu ce programme ?

Puis vint l’itinéraire de FB Président de l’UDF avec 120 députés, ces derniers fuyant par vagues successives la direction autocratique du parti (mais il ne faut pas désespérer quand on voit Juda Douste Blazy déçu de sa mise au placard à l’UMP tenter un retour vers Bayrou qu’il avait poignardé sans aucun remord…)

Reste-t-il des militants au MoDem ? Des dizaines de milliers selon FB…

Mais, même ceux qui étaient venus quémander un siège, les Blanc, Cavada, et autre Khan sont partis. Bayrou un homme seul sans équipe sérieuse, sans majorité parlementaire pour diriger la France. C’est une réalité qu’il réfute.

Son admiration répétée pour de Gaulle durant l’émission conforte son idée d’être l’homme providentiel.

Pourtant, c’est sans doute Daniel Cohn Bendit qui aura raison quand il assénait a FB : « tu ne seras jamais président de la République »

Ou bien Jean François Khan, un de ceux à qui il a offert récemment un fauteuil d’élu, qui dit de lui :

« Il a été vaincu par un moi qui a étouffé le nous »

– par Daniel Sango

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *