Dix-huit %

Récemment les membres du Conseil Régional d’Aquitaine ont voté à l’unanimité, s’il vous plaît, une augmentation de leur indemnité à hauteur de 18 %. Alors il me plaît à moi de faire ce que certains en mal d’arguments, qualifient de démagogie. Parce que cela soulève un certain nombre de questions.


Cette décision est restée bien discrète jusqu’à ce qu’un journal satirique ne s’en empare. Dix-huit pour cent répondent les élus qui sont interrogés sur ce sujet, est une décision légale qui correspond à l’évaluation de la population dans la région Aquitaine. En effet mais ce qui est étonnant c’est de constater que selon cette population, l’indemnité de nos (très) chers élus est variable. Au dessus de trois millions d’habitants, elle atteint 2661,03 € brut ou 2927,13€ brut si l’élu appartient à une commission permanente. Pour une région de moins d’un million d’habitants, cette indemnité est de 1520€ ; de un à deux millions d’habitants, elle est de 1900 € et de deux à trois millions d’habitants, elle est de 2280€.
La première question est donc la suivante : Pourquoi une telle disparité ? Est-elle liée au fait qu’il y a davantage de contribuables ou au fait que la mission est plus prenante ? A vous de répondre. Mais on peut aussi se demander pourquoi la loi permet qu’il en soit ainsi et s’il ne serait pas souhaitable que le pouvoir central fixe d’autorité le montant d’une indemnité qui serait identique pour chaque élu régional ? Le jacobin n’est pas loin.
Autre question : comment se fait-il que ce vote ait pu du premier coup obtenir non pas la majorité, mais l’unanimité ? Arrive-t-il si souvent que les divisions partisanes disparaissent ainsi ou ne seraient-elles que de circonstance ?
Nos (très) chers élus du conseil régional savent-il à combien s’élève le SMIC ? Savent-ils quel est le montant du RSA ?
Prennent-ils conscience qu’en se comportant ainsi ils s’éloignent encore davantage du peuple, de l’électeur, du contribuable ?
Nos toujours (très) chers élus savent-ils qu’actuellement il est demandé à tous les citoyens de contribuer au remboursement de la dette et de faire face à une situation économique difficile par des sacrifices ? Seraient-ils à ce point, pas du tout concernés par cet effort national ? Leur statut d’élus les placerait-il donc au dessus de ces préoccupations ?
Savent-ils que même si cette augmentation qu’ils viennent de s’octroyer représente, après tout, une somme relativement modeste, elle est symboliquement lourde de conséquences ? Ah le poids des symboles.
Autre question, Il existe une possibilité de réduire le montant des indemnités des élus en fonction de leur participation aux séances plénières ou aux commissions. Pourquoi cette disposition n’est-elle jamais appliquée ? Pourquoi le conseiller qui est toujours absent, parce que cela existe, perçoit-il la même indemnité que celui qui s’investit dans sa mission d’élu ?
Il y a en France 101 départements (depuis 1789 et l’abbé Sieyès), 27 régions (depuis 1982, Gaston Deferre), 2600 communautés de communes ou d’agglomérations (depuis 1992), 4055 cantons et 36766 communes. Ce qui fait 60180 élus, soit un élu pour 108 habitants. Il n’y a pas d’équivalent en Europe, nous sommes vraiment, nous les français, très (trop) bien représentés. Mais ne serait-il pas temps d’aplatir le mille-feuille ? Qui osera s’attaquer à ce sujet ?
Alors c’est vrai, je verse dans la démagogie, enfin pas tout à fait, parce que je ne cherche pas à accroître ma popularité ni même à obtenir ou conserver le pouvoir. Je n’en ai même pas honte, comme les conseillers régionaux d’Aquitaine n’ont même pas honte des avantages qu’ils s’accordent si généreusement dans les circonstances actuelles.

– Par Joël BRAUD

Pau, le 21 février 2013

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *