Transparence ou Totalitarisme : il faut choisir !

0
(0)

1PPD060925-Iceberg

 

Eté 2007, l’association Alternatives Paloises préparait son « Pacte des Nouvelles Pratiques Municipales » qu’elle allait proposer aux candidats à l’élection municipale de 2008 pour la ville de Pau. Un maître-mot  dirigeait la rédaction du pacte : « Transparence ».

Discutant du projet de pacte avec des « politiques », force fut de constater que sur le fond cela n’accrochait pas trop… Pour autant, il fut de bon ton parmi les candidats de le signer et de dire « mordicus », qu’une fois élus, ils allaient le mettre en place.

L’affaire Cahuzac, nous ramène à ce simple mot : Transparence dont nous rappelions, il y a quelques jours, à l’occasion de l’anniversaire d’A@P, qu’elle était si peu de mise dans nos institutions. Le scandale qui vient d’éclater n’est que la pointe apparente de l’iceberg. Un iceberg qui existe tout simplement parce que le cadre dans lequel se développe notre société lui permet de prospérer.

Notre constitution, rédigée au bénéfice d’un seul homme, Charles de Gaulle a peu évolué alors même que notre société, sous l’impulsion des « NTIC » (nouvelle technologie de l’information et de la communication) s’est bouleversée.

Le secret d’hier n’est plus possible et le citoyen aspire à savoir toujours plus. Il n’accepte plus que nos élus travaillent « pour leur propre compte » mais bien pour rendre service et… en toute transparence. Il est d’ailleurs assez symbolique de voir que « Cahuzac » est tombé parce qu’un site d’information NTIC, Media Part, avait décidé de « sortir le morceau, preuves à l’appui ».

Transparence ou Totalitarisme : il va falloir choisir. Cela passera, si on choisit le premier chemin, par une remise à plat totale du relationnel entre les français et leurs représentants. L’un au service des autres et pas l’inverse. En finir avec la verticalité pour en arriver à l’horizontalité. Juste un exemple : la réserve parlementaire. Savez-vous combien de députés et sénateurs ont publié leurs comptes ? 80 sur 925… Est-ce normal ?

Le Président Hollande est aux commandes. A lui, de prendre les décisions pour rénover profondément nos institutions avec la transparence en ligne de mire, toujours et encore. A ne pas le faire, c’est le chemin du totalitarisme qu’il va nous ouvrir. De droite ou de gauche.

– par Bernard Boutin

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Un commentaire

  • Comment est-il possible que Jean Marc Ayrault n’ait pas immédiatement démissionné alors qu’il a proposé au Président de la République un fraudeur fiscal comme Ministre du Budget !
    ARTICLE 8 de la constitution
    Le Président de la République nomme le Premier ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement.
    Sur la proposition du Premier ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions…
    Les politiques quels qu’ils soient n’ont plus aucune vergogne…
    Où est l’honneur des politiques ? Celui de la politique ? Celui de la France ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *