Le Billet de Panturle

0
(0)

Capture d’écran 2013-04-25 à 19.17.32J’ai vibré avec Jean Lassalle lorsqu’il eut l’incongruité réjouissante de lancer notre chant pyrénéen devant les malfaisants de l’Assemblée Nationale. J’ai craint pour lui quand, mettant sa peau au bout de ses idées devant la même Assemblée de repus, il mena jusqu’à la victoire sa grève de la faim.. Je suis par contre déçu qu’il n’ait trouvé pour prolonger ses exploits, que de mener une balade pour tâter l’opinion de nos concitoyens. Cela signifie qu’il n’est pas sûr de la sienne. Mais il est vrai que les Centristes sont des libéraux, et il faut rappeler l’opinion qu’avait Veuillot de ceux-ci : « Un libéral, c’est celui qui croit que son adversaire a raison ! »

La grande Simone Weil voyait dans l’opinion le domaine du diable, et Jean Lassalle n’a certes pas besoin d’ajouter des cornes à sa taille. Car qu’est-ce que l’opinion. C’est ,suivant une définition du grand Larousse, (et de Platon !) « une manière de penser qui ne repose pas sur un fondement certain ! » C’est exactement sur cela qu’est fondé le socialisme : Un sentiment qui, dans le cas présent s’est révélé déraisonnable ! Que va donc tirer Lassalle de sa quête « d’opinion » ?

Si, comme le laissent penser les sondages, l’opinion lui révèle qu’il faudrait au plus tôt se débarrasser de notre président désastreux, va-t-il se précipiter à l’Elysée avec en mains le couteau de Charlotte Corday ? Si au contraire, l’opinion lui révèle qu’en devenant les « enfoirés » préconisés par Coluche, nous supporteront mieux le socialisme, va-t-il payer d’exemple en se pacsant avec Delanöé ? Voyez à quoi sont exposés ceux qui, n’ayant pas de solides certitudes, cherchent à se conduire d’après l’ opinion des autres !

Aux dernières élections, Jean Lassalle avait bénéficié de la bonne opinion des Basques, contre la mauvaise opinion des Béarnais. Mais on peut penser que c’est son parti sans programme, et non lui-même que les Béarnais ont sanctionné. Quoi qu’il en soit, à sa place, j’essayerais de redevenir moi-même, et je n’irais pas sonder l’opinion des gens du Nord, pour tenter de retrouver le mien.

– par Alexis Arette

crédit photo : BFM TV

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

4 commentaires

  • Voyager à pied, n’est-ce pas, depuis toujours, un moyen privilégié pour se retrouver?

  • L’élu, solitaire, ne sait plus comment faire…

    • L’ élu miné en la circonstance..

      • Dans Regain (de Jean Giono), Panturle est décrit ainsi : « Panturle est un homme énorme, on dirait un morceau de bois qui marche…, au gros de l’été quand il se couvre la nuque avec des feuilles de figuier, qu’il a les mains pleines d’herbe, et qu’il se redresse pour regarder la terre, c’est un arbre. Sa chemise pend en lambeaux comme une écorce. Il a une grande lèvre épaisse et difforme comme un poivron rouge ».
        Gros nez et béret, pour notre Melmoth l’Errant (des Terrils). Mais bon,
        « Un roi sans divertissement est un homme plein de misères » (Pascal, repris par Giono), alors : bon vent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *