Alternatives Pyrénées – Le dîner des trois compères

Une bonne table, quelques bonnes bouteilles, un lieu accueillant, rien de mieux pour détendre l’atmosphère et discuter à bâtons rompus.

Quand trois compères, qui animent AltPy, se retrouvent, les questions fusent, les observations s’entrechoquent et le constat final, est « malheureusement » le même : la France est bloquée, « estanquado » diraient les espagnols et le moral en berne. L’économie au point mort, le chômage à la hausse, les institutions figées, les vrais débats évités, le poids du lobby politico-administratif non-abordé… Le malade est atone. Coma profond, sans réelle aggravation notoire, mais coma tout de même.

Que faire ? Baisser les bras. Attendre un sauveur, un guide suprême, nécessairement moins démocratique. Plus autoritaire.

Que faire ? Cent fois se remettre à l’ouvrage et dénoncer, I N L A S S A B L E M E N T, le cumul des mandats, le cumul dans le temps, le vieillissement de la classe politique, les strates qui rendent le mille-feuille immangeable, la compétence générale* accordée aux régions, aux intercommunalités, aux départements, l’ascenseur social en berne, l’intégration qui n’existe que dans les mots.

Il faut 1000 AltPy en France, il faut 100 rédacteurs bénévoles pour chacun d’entre-eux. Dénoncer, dénoncer encore, l’aveuglement de nos dirigeants qui nous conduisent droit dans le mur. Bousculer sans ménagement nos politiques. Nous les avons élus pour gérer notre pays, non pas dans l’attentisme, mais avec ambition, volontarisme, prise de risques sans lesquels notre pays recule.

Les trois compères de se remémorer quelques politiques locaux. La Maire de Pau, au cumul insupportable : Maire d’une ville de 80.000 habitants et « patronne » de 7.000 fonctionnaires communaux, Présidente d’une agglomération de 150.000 habitants et « patronne « de 900 fonctionnaires « intercommunaux », députée chargée – avec ses collègues- du destin de 65 millions d’habitants…

François Bayrou, patron (au sens fort) du Modem, qui lance, sans la lancer, une campagne pour les prochaines municipales à Pau mais, qui en même temps, passe son temps dans les médias parisiens et annonce qu’il pourrait envisager de participer à un gouvernement sous des conditions non réunies à ce jour. Son choix : c’est Pau ou Paris ?

C’est Pau ou Paris… ou Strasbourg ? François Bayrou, qui veut moraliser la République française, partira-il en tête de liste du MoDem pour les élections européennes en mai 2014, 3 mois après les élections municipales ? Pour les palois qui observent la manœuvre qu’il a mise en place, ce serait bien qu’il clarifie ce point dès que possible. Il y a, à nouveau, un cumul potentiel à l’horizon.

Georges Labazée, élu conseiller général en début 2011 et président du Conseil Général dans la foulée qui, 6 mois, plus tard se fait, à nouveau, élire par ses pairs sénateurs. Un pied-de-nez à l’électeur ! Georges Labazée qui, lors une réunion, à l’UPPA, sur le thème « Opinion public et territoire » répond à ma question : « 82% des français disent ne pas être satisfaits du personnel politique, que proposez-vous de faire pour remédier à cela ? ». Réponse : « Je ne vais pas me laisse entrainer par le populisme ».  J’ai cessé d’écouter…

Oui, la plupart des élus n’entendent plus les français. Ils sont élus pour eux, pour leur égo, pour les honneurs, pour les indemnités et surtout depuis trop longtemps. La moyenne d’âge de l’assemblé nationale était de 55 ans, au jour de l’élection en juin 2012. Elle sera dans 5 ans, de 60 ans. Une des plus vieille au monde. De quoi favoriser l’initiative et la prise de risque !

« Il faut 1000 AltPy en France, il faut 100 rédacteurs bénévoles pour chacun d’entre-eux » pour bousculer notre classe politique. Leur rappeler de ne travailler que sur un territoire, de ne travailler que pour nous, de passer la main après deux mandatures successives car, après ce cap, il leur est difficile d’être inventif, créatif, entrepreneur. Il y a urgence d’agir. Le risque, à ne pas bouger, faire le lit du populisme de gauche ou de droite. Voulez-vous cela ?

Citoyens, prenez la plume et dénoncez ce qui vous fait mal. Aidez la démocratie française, en secouant nos politiques, à la transformer dans la bonne direction, sinon, nous aurons des lendemains difficiles. Et surtout, ne baissez pas les bras. Dénoncez, dénoncez, encore et toujours. I N L A S S A B L E M E N T. Il en sortira toujours quelque chose.

– par Bernard Boutin

* Le meilleur symbole : Combien sont-ils, nos représentants, pour couper le ruban de la moindre inauguration : Le préfet et un, deux, trois, quatre, cinq ou six ou plus politiques locaux ?

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

6 commentaires

  • J’avais également entendu la réponse de M. Labazée ; de mémoire : « Pensez-vous que ce serait mieux avec des élus populistes ? Sous-entendu : Non.
    Il suffit donc de savoir ce que l’on veut. D’ailleurs, selon M. Labazée, l’électeur demande très souvent et depuis longtemps à l’élu d’intervenir pour transgresser des règles. Il y a une « complicité » entre électeur et élu.
    Cette vision de M. Labazée correspond certainement à la situation de notre région et plus largement à la France Ouest/Sud-Ouest (moins touchée par la crise). Par contre elle ne me semble plus correspondre à celle de la France Nord-Est (davantage touchée par la crise) et Sud-Est (à la sociologie particulière).
    Qu’une majorité d’électeurs arrive à penser que les CG seraient mieux gérée par des élus populistes est- elle à exclure ? Quand je lis des analyses comme celles de Patrick Buisson par exemple, je ne suis plus sûr de rien.

  • Hélène Despré

    Trois compères buvant de bonnes bouteilles. Voilà l’évênement du mois, voire de l’année!
    La face de Pau et du pays va en être changée!

  • Hélène Despré

    100.000 plumitifs pour sauver le pays?
    Il vaudrait mieux disposer de 100.000 entrepreneurs entreprenants et pas trop ringards!

  • Trois compères à la fête des mères parlent politique plutôt que d’évoquer leurs mères… pourtant, quoi de plus essentiel, que celle par qui la vie arrive dans un grand cri revendicatif : l’air brûlant de la vie descend le grand gosier des hommes, et les jets d’haleine colorée, comme à Troie la belle Hélène, (convoitée par notre Pâris local), n’expriment que la haine et la guerre masquée (j’allais oublier le « s » de masquée).
    Pourtant, la vie est belle, et bien ailleurs, notre petit partout, d’ailleurs. Beaucoup survivent, et beaucoup apportent leur aide à la survie des autres (ces salauds de pauvres, qui deviendront, allélouia, des salauds de riches, dès qu’ils auront atteint un revenu décent et une vie sans télés ni publicités mensongères), sans attendre les décisions prises dans les grands salons.
    un exemple entendu ce jour : http://www.franceculture.fr/emission-les-pieds-sur-terre-jeune-homme-partagerait-appartement-2013-05-27.
    Il faudrait avant tout être capable non plus de « dénoncer », mais de simplement « s’en passer ». Et, peu à peu, avec des miettes, nous commençons à y arriver. Et pas qu’ici,région qui est un véritable paradis pour ceux et celles qui s’y mettent (au partage, à l’échange à la proximité…). Le temps est venu où l’attente ne décide plus d’un mode de vie, et qu’il faut cheminer au-delà, pour grandir ; grandir est la vocation des enfants qui sauront plus tard choisir leur vie , amoureux de Peynet, homosexuels, politiciens, marchands de glaçons , qu’importe, si cela ne nuit en rien aux autres et n’empêche pas l’humanité de regarder la nuit et d’y voir ses propres étoiles.
    Pendant que les « politiques » fauchent les couverts en argent de la table bien mise. cependant, remarquez, Monsieur, les assiettes sont vides..
    Mais, d’un autre côté, les chemises noires ont déjà serré leurs ceintures. Qui a dit que l’Histoire était un éternel recommencement ?

  • Le personnel municipal, c’est 1 800 employés, si mes souvenirs sont bons.
    Critiquer… par comparaison. Il existe des personnes, certes pas les élus palois, mais des gens dans le Sud Ouest, en France, en Europe et dans le monde qui font avancer les choses dans le bon sens. On le sait en ce qui concerne Tarbes, par exemple, même si tout n’y est pas parfait loin de là (pb de parking de covoiturage aux échangeurs autoroute etc). Il y en a, même s’ils ne sont pas extraordinaires, qui font mieux que d’autres…
    Je trouve que ce site est encore bien trop clément à l’égard des édiles palois, de leur indolence et des sommes énormes qu’ils dilapident gaiement, et je pense que la raison en est qu’à force de subir les aberrations, certains finissent par ne plus les regarder et par les intégrer comme des choses plus ou moins normales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *