Hominisation, humanisation : une histoire de jeux de mains.

0
(0)

main 1Pour Anaxagore (-450) «l’homme est le plus intelligent des animaux car il a des mains». Cette réflexion sur le lien entre les mains et l’intelligence n’est pas nouvelle mais le sens de la relation est resté longtemps controversé. L’intelligence, donc le cerveau, a-t-elle favorisé le développement de la main et de ses qualités, ou est-ce la main qui a permis le développement du cerveau ?

L’origine de la main humaine est d’abord indissociable de l’acquisition de la station verticale. À la suite de mutations au niveau du bassin, les muscles fessiers ont changé de fonction: de propulseurs chez le singe, ils ont développé une fonction stabilisatrice chez l’homme, permettant la marche bipède verticale. Orrorin tugenensis, il y a 6 millions d’années, possédait déjà un squelette adapté à la station verticale. Vers 3,5 millions d’années, les australopithèques se déplaçaient sur deux jambes.

D’après les dernières découvertes, la fabrication d’outils serait apparue au moins 1,5 million d’années avant le début de l’élargissement cérébral, chez nos ancêtres. La fabrication d’outils serait un facteur principal du développement cérébral. L’idée ancienne que l’accroissement du cerveau, associé à une grande intelligence, étaient le prérequis de la fabrication d’outils se révèle fausse. Dans «le Geste et la Parole», André Leroi-Gourhan précise que c’est la main qui, une fois libérée, permit l’évolution du cerveau. Cette disposition a entrainé l’arrivée de nombreux influx sensitifs nouveaux au cerveau. Comme chez les artisans et les musiciens par exemple, ces influx génèrent, dans un cerveau très plastique, de nouvelles synapses, de nouveaux circuits donc de nouvelles possibilités d’interrelations et interactions, bases de l’intelligence.

« Le cortex est sensoriel avant d’être moteur » Yehezkel Ben-Ari, neurobiologiste.

Notre intellect n’est pas la résultante d’un programme génétique, mais la conséquence d’interactions complexes sur ce programme où l’environnement joue un rôle capital, par le biais des organes des sens; la main, spécifique de l’homme, a eu un rôle prépondérant. Encore l’inné et l’acquis!

« l’Homme s’est d’abord mis debout, puis il est devenu intelligent » St.Jay Gould.

Par la suite, la main est entrée dans un système d’allers retours avec le cerveau, devenant alors un outil au service de l’intelligence. C’est ainsi que le langage de la main recouvre une infinité de formes et de gestes, dont l’origine est à chercher sur les parois des cavernes et dans la «manipulation» de la pierre, de l’os, du bois, puis du métal. Laborieuse, élégante, divine ou créative, la main offre depuis les origines du monde un second langage à l’homme mais aussi à l’artiste.

Nos sociétés ont déjà vécu deux grandes révolutions : le passage de l’oral à l’écrit, puis de l’écrit à l’imprimé. Nous vivons le passage de l’imprimé aux nouvelles technologies, tout aussi majeur. Au cours de chacune de ces révolutions, des mutations politiques et sociales se sont produites; ce furent des périodes de crises, comme celles d’aujourd’hui. Michel Serres (1) nous montre, par ses réflexions, que la main une fois de plus, provoque une véritable révolution culturelle et sociale.

« Un nouvel humain est né »

« Il ou elle n’a plus le même corps, la même espérance de vie, ne communique plus de la même façon, avec la même langue, ne perçoit plus le même monde, ne vit plus dans la même nature, n’habite plus le même espace. »

C’est Petite Poucette et Petit Poucet pour leur capacité à envoyer des SMS avec le pouce, à développer des interrelations et interactions par un «jeu de mains» sur les claviers d’ordinateurs ou autre télécommande. L’outil change, la main demeure.

Pour M.Serres: «Tout le monde veut parler, tout le monde communique avec tout le monde en réseaux innombrables.»

A la nouvelle démocratie du savoir correspond, pour la politique générale, une démocratie en formation, qui demain s’imposera. « Concentrée dans les médias, l’offre politique meurt, elle n’offre plus aucune réponse, elle est fermée pour cause d’inventaire. » M.Serres

Vous vous moquez , dit petite Poucette, de nos réseaux sociaux. « Vous redoutez qu’à partir de ces tentatives apparaissent de nouvelles formes politiques qui balaient les précédentes, obsolètes!! »

Petite Poucette est entrain de révolutionner le monde !

Pouvons-nous rester fiers des résultats de nos politiques passées ?

« Armée, nation, église, peuple, classes, prolétariat, famille….,voilà des abstractions maintenant, volant au dessus des têtes. Incarnées, dîtes-vous? Certes, sauf que cette chair humaine, loin de vivre, devait souffrir et mourir. Sanguinaires, ces appartenances exigeaient que chacun fît sacrifice de sa vie. Martyrs suppliciés, femmes lapidées, hérétiques brûlés vifs, prétendues sorcières immolées sur les bûchers: voilà pour les églises et le droit; soldats inconnus, alignés par milliers dans les cimetières militaires, liste longue de noms sur les monuments aux morts, en 14-18, presque toute la paysannerie: voilà pour la Patrie; camps d’extermination et goulags: voilà pour la théorie folle des «races» et la lutte des classes; quant à la famille, elle abrite la moitié des crimes, une femme mourant chaque jour des sévices du mari ou de l’amant; et voici pour le marché: plus d’un tiers des humains souffrent de la faim pendant que les nantis font des régimes. »  M.Serres

Petite Poucette demande que cela change !

« Gascons ou picards, catholiques ou juifs, riches ou pauvres, hommes ou femmes, nous appartenions à une paroisse, une patrie, un sexe… »Tous ces collectifs ont explosé. Quant aux intégrismes, religieux ou nationalistes, Petite Poucette a des amis musulmans, sud-américains, chinois, « homos » même ! Elle les fréquente en classe , sur Facebook, Twitter,…, chez elle, partout. « Pendant combien de temps lui fera-t-on encore chanter qu’un sang impur abreuve nos sillons » M.Serres.

La finance, la politique, l’école, l’entreprise, l’Eglise…Tout est en crise! Les institutions, complètement dépassées, ne suivent plus; «La voix notait (périodiquement) son vote sur un bulletin écrit, local et discret; elle occupe aujourd’hui la totalité de l’espace. La voix vote en permanence.» L’avenir de la planète, de l’environnement, etc., tout est bousculé, menacé.«Il n’y a plus que de la motricité; plus de spectateurs mais des acteurs. Celui qu’une ancienne publicité dessinait comme un chien n’entend plus la voix de son maître, il n’y a plus de maître.» M.Serres.

« Le jour où le peuple s’éveillera ! », disaient certains ; nous y sommes peut-être !

Ce bruit de fond perpétuel, cet afflux d’informations, à des fréquences, vitesses et intensités croissantes, font naître dans la société, comme jadis dans le cerveau, des circuits nouveaux d’interrelations et d’interactions. La main, jadis organe du développement de l’intelligence individuelle, devient l’acteur d’un nouvel outil, celui des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Assistons-nous à la création d’une intelligence, collective cette fois, marche de plus dans la hiérarchie d’un humanisme mondialisé ?

Le Digital marketing est entrain de bouleverser les rapports humains.Jeu de vilains ou pas ? C’est un constat que l’on ne peut plus maîtriser! Pour les Petites Poucettes, c’est un outil puissant de conquête de liberté, la réalisation d’un monde sans conflit dans lequel les humains, comme jadis les neurones, communiqueraient ensemble, grâce à ces machines, affranchis de toutes contraintes et limites (temporelles, spatiales, relationnelles, corporelles), dans une société fondée sur la fluidité, l’instantanéité, la générosité, les échanges; pour les autres, c’est une source d’éclatement de la gouvernance, d’aliénation, de pollution physique, chimique et culturelle, et de profits énormes! La publicité, chez Google, a dégagé un bénéfice de 9,737 milliards de dollars pour l’année 2011 et un chiffre d’affaire de 37,9 milliards de dollars ! (C. Biagini).

Petit Poucet et Petite Poucette devront gérer le monde de demain, une autre manière de vivre ensemble, de nouvelles institutions. Restera-t-il vivable ?

– par Georges Vallet

(1) petite poucette: michel serres. Edit. Le Pommier
crédit photos:philolog.fr

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *