Un architecte en Adour


arton3812Après 40 ans de conception et réalisation de bâtiments publics, de péages autoroutiers, de propriétés privées, d’usines…. Jean-Michel Lamaison, architecte basé à Pau, a marqué de son empreinte notre territoire.
Retour, avec le créateur, sur ses « gestes architecturaux » en Béarn, Bigorre et au Pays Basque, sur ceux des concurrents ou encore sur ceux qu’il aurait voulu réaliser et qu’il n’a pu faire. Une œuvre bien remplie, dont de nombreuses créations ne laissent pas indifférent, et que la République Française vient d’honorer en faisant, Jean-Michel Lamaison, chevalier de la légion d’honneur.
Une récompense bien méritée pour une œuvre qui nous accompagne, tous les jours, dans nos cheminements.

AltPy – Quelles sont vos réalisations, au cours des 40 années que vous avez passées au service de l’architecture et de l’urbanisme, qui vous ont le plus marqué en Béarn, en Bigorre et au Pays Basque et pourquoi ?
Jean-Michel Lamaison – En ce qui concerne les œuvres qui m’ont le plus marqué il est difficile de faire un choix. Elles ont été pour la plupart réalisées avec Michel Camborde et parfois d’autres confrères.
Je citerais pour le Béarn :

– L’aéroport de Pau Pyrénées à Uzein parce que c’est un des bâtiments les plus finis au niveau du détail architectural.
– Le Palais des sports de Pau parce que le parti architectural et fonctionnel est limpide.
– Le quartier Bosquet parce que c’est le seul quartier du centre-ville à Pau à avoir fait l’objet d’une véritable restructuration ce qui est fondamental pour la ville en matière d’urbanisme.
– L’usine du grand couturier André Courrèges réalisée avec E. Larribau route de Morlaàs à PAU, parce qu’elle évoque pour moi le début de ma carrière d’architecte ainsi que la rencontre avec une personnalité d’exception : André Courrèges.

Pour la Bigorre, je citerai le conservatoire de musique de Tarbes à cause de son archtecture originale qui avait été plébiscité par la population de Midi Pyrénées à l’époque de sa mise en service.

Pour le Pays Basque, je citerai le Palais des festivals de Biarritz (Gare du Midi) parce que c’est le point fort d’un quartier de la Ville que nous avons entierement conçu avec J.C. Lesgourgues : Le Plateau de la Gare.  Je citerai également la gare Auto Routière de Biarritz, pour sa couverture de métal et de verre en vagues décalées et son poste de contrôle sur un socle en pierre de Bidache.

AltPy – Toujours dans les Pays de l’Adour, quels bâtiments, récents ou anciens, qui ne sont pas le fruit de votre création, retiennent particulièrement votre attention, d’un point de vue esthétique, technique ou autre…
Jean-Michel Lamaison – Il y a un bâtiment que j’aime particulièrement au Pays Basque, réalisé depuis plus de 30 ans par les architectes J.R.Hébrard et A. Gresy, c’est le V.V.F. d’Anglet posé sur la plage.
Tel un vaisseau prêt à prendre le large. Cette construction inscrite dans une zone très sensible est parfaitement bien intégrée au paysage avec ses terrasses végétalisées ce qui était peu courant à l’époque.

AltPy – Dans tous les appels d’offres auxquels vous avez répondu, il y en a qui vous ont échappé. Quels sont ceux que vous auriez aimé pouvoir réaliser. Pourquoi ?
Jean-Michel Lamaison – Incontestablement le Palais des sports du Mans parce que nous avions fait un superbe projet, mieux encore que le Palais des sports de Pau. Nous avons été devancés par un projet nettement en dessous du nôtre et, qui plus est, d’un coût plus élevé. Nous avons su après le concours, que le choix avait été fait sur des critères politiques liés à l’entreprise avec laquelle nous faisions équipe et auxquels nous étions complètement étrangers, mais qui ont joué en défaveur de notre projet, pourtant considéré comme le meilleur.

AltPy –  Votre œuvre est principalement marquée par la modernité. Pourquoi ne pas avoir utilisé davantage les produits « classiques » qui caractérisent notre région : l’ardoise, le bois, les galets, le marbre ?
Jean-Michel Lamaison – Je répondrais tout d’abord que  la modernité et donc l’authenticité, doivent être le fil conducteur de la conception architecturale, en évitant le pastiche et le mélange des styles, qui procèdent d’avantage de la décoration.
Ensuite il est inexact de dire que je n’ai pas utilisé les matériaux traditionnels même si je l’ai moins fait que certains pour les raisons évoquées au début de ma réponse.
En effet parmi  les nombreuses maisons individuelles que j’ai conçues sur les coteaux de Jurançon ou de Buros par exemple, j’ai utilisé la pierre, le galet, l’ardoise et le bois.
C’est tellement vrai que nous avons obtenu en 1979 le premier prix national de la revue Maison Individuelle avec une villa construite sur les coteaux de Jurançon qui avait ses murs et son soubassement avec des galets et superstructures en bois et en ardoise

AltPy – La ville de Pau possède-t-elle un caractère propre sur le plan architectural ?
Jean-Michel Lamaison – Il est difficile de parler d’un caractère architectural qui serait propre à la ville de Pau même si un quartier comme le Hédas, avec ses galeries vitrées a effectivement un style qui lui est propre. Par contre on peut parler d’un caractère urbanistique propre à la ville de Pau avec ses jardins, ses parcs, ses espaces verts, sa végétation aux essences variées et, en point d’orgue, le boulevard des Pyrénées et son caractère balnéaire qui relie le Parc Beaumont avec le château, ses jardins et son vaste Parc.

AltPy – Mitage du territoire, déficit en logements sociaux, difficultés à valoriser le patrimoine des centres-villes… qu’est-ce-que ces mots vous inspirent ?
Jean-Michel Lamaison – Mitage du territoire, veut dire pour moi que l’on gâche le paysage naturel, en le saupoudrant de constructions éparses, au lieu de densifier les zones urbaines pour économiser l’espace. Par contre densifier les zones urbaines nécessite des études d’urbanisme très poussées pour créer des villes harmonieuses.
Déficit en logement sociaux veut dire pour moi que l’on a pas anticipé les besoins et que les logements sociaux sont construits au gré du hasard et du foncier disponible sans politique urbaine volontariste. La difficulté à valoriser le patrimoine du centre-ville vient de la difficulté à faire de véritables restructurations urbaines c’est à dire ne pas se contenter de rénover l’habitat mais créer de l’habitat nouveau en centre-ville ainsi que des structures urbaines modernisées ; le tissu Urbain doit se régénérer pour survivre et surtout être irrigué comme un tissu vivant sinon il meurt.

AltPy – Si c’était à refaire…
Jean-Michel Lamaison – Si c’était à refaire, ce serait évidemment bien mieux, puisque pour un Architecte, le plus beau projet est toujours celui « à venir ».

– propos recueillis par Bernard Boutin

Comments

  1. Questions intéressantes, réponses intéressantes. Belles réalisations hamonieuses, souvent sous forme arrondie ou de vague. Article 5 étoiles.

    Je relève notamment:
    « la modernité et donc l’authenticité, doivent être le fil conducteur de la conception architecturale, en évitant le pastiche et le mélange des styles, qui procèdent d’avantage de la décoration. »
    « La difficulté à valoriser le patrimoine du centre-ville vient de la difficulté à faire de véritables restructurations urbaines c’est à dire ne pas se contenter de rénover l’habitat mais créer de l’habitat nouveau en centre-ville ainsi que des structures urbaines modernisées ; le tissu Urbain doit se régénérer pour survivre et surtout être irrigué comme un tissu vivant sinon il meurt. »

  2. Emmanuel Pène says:

    Quel palmarès, bravo Jean-Michel !

    personnellement, je suis attéré par la laideur des constructions individuelles actuelles en Béarn : aucun style, pas d’harmonie avec le paysage, pas d’identité béarnaise.. Il me semble que ça empire depuis 10 ans.

    • Il y a de tout: du « aucun cachet » au « magnifique ».
      De nombreuses maisons, récemment construites n’ont aucun cachet, effectivement. Mais ce n’est pas specifique au Béarn. Le style des années 60 n’était pas meilleur et y ressemblait d’ailleurs peut-être un peu.
      Parmi les plus beaux immeubles récents, je citerais celui en face du complexe de pelote en forme de vaisseau avec ses larges terrasses en cascade et grandes baies vitrées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s