Halte à la volonté pathétique de gâchis pour le Béarn


Capture d’écran 2013-06-22 à 07.40.02Pierre Saubot, Président de l’Association Béarn-Adour-Pyrénées qui milite pour le désenclavement du Béarn, nous livre ici un fervent plaidoyer pour la réalisation de l’axe routier Oloron-Lescar.
Il en appelle à la mise en place d’un partenariat public-privé pour réaliser les déviations de la RN 134 ainsi que la nouvelle route Oloron-Lescar sur fonds privés avec, en contrepartie des péages aux sorties des tunnels du Somport et d’Arbus, complété éventuellement par un abondement payé par l’Etat et le Conseil Général.
Il en appelle aussi à ceux qui veulent faire avancer le débat, à réagir sur le forum uniquement dans le cadre du sujet traité. 

Oui, BAP est pour la sauvegarde des emplois existants et le développement de nouveaux emplois afin de faire baisser le chômage dans notre région;
Oui, BAP est pour la diminution du nombre de morts sur les routes et la baisse de l’ appréhension des usagers;
Oui, BAP est pour la diminution de la production de CO2 et la baisse de la consommation de carburants.

En même temps BAP est attentif à l’évolution du contexte régional :

Heureusement, le tunnel du Somport a été réalisé;
Heureusement, l’autoroute A65 a été réalisée, entièrement financée sur fonds privés, ce qui devrait interdire à quiconque, sauf éventuellement les actionnaires du concessionnaire, de faire la moindre remarque sur l’intensité du trafic actuel;
Heureusement, l’autoroute de Saragosse vers Huesca et Jaca continue à se rapprocher du Somport;
Heureusement, les déviations de Sarance et de Bedous ont été terminées et quelques travaux trop lents sont en cours entre Pau et le Somport.

Il y a même maintenant un péage sur l’autoroute A63 entre Bordeaux et Bayonne.

Nous sommes parfaitement conscients du montant des déficits publics et de la dette de notre pays en ce moment.Faut-il pour autant mettre la tête dans le sable comme les autruches, brider notre imagination et stopper tous investissements porteurs de développement durable et donc d’avenir pour les générations futures, alors que l’argent est encore très bon marché ? Pour moi, non.

Je tiens donc à défendre les idées suivantes :

1) Il faut finir le travail commencé et réalisé à 90% entre Bordeaux et Saragosse et donc accélérer la sécurisation de la RN 134 entre le Somport et Pau, la réalisation des déviations en vallée d’Aspe et autour d’Oloron et de la nouvelle route Oloron Lescar pour désenclaver le Béarn et avoir la totalité des retombées attendues.
2) Il faut éviter un effet d’aubaine qui reporterait artificiellement une trop grande partie du trafic de la côte atlantique et de la côte méditerranéenne vers la vallée d’Aspe.
3) Il faut rapprocher la Soule et Oloron de Pau et de Lescar.
4) il faut rapprocher les touristes et les amateurs de neige du Haut Béarn par le nord et par le sud.
5) Il faut rapprocher la Bigorre et le Béarn de la plateforme logistique de Saragosse.

Pour cela je propose de lancer tout de suite un appel d’offre, dans le cadre d’un partenariat public-privé innovant et équilibré, pour réaliser le plus rapidement possible les déviations et la sécurisation de la RN 134 et la nouvelle route Oloron-Lescar sur fonds privés avec , en contrepartie un péage à la sortie du tunnel du Somport et un autre à la hauteur du tunnel d’Arbus, complété éventuellement par un abondement payé par l’Etat et le Conseil Général puisque les frais d’entretien du réseau existant diminueront mécaniquement, grâce à ces nouvelles infrastructures.

C’est plus facile de trouver une bonne solution pour toutes les parties en période de basse conjoncture: il faut donc faire vite pour être prêts et bien rebondir quand l’économie générale ira mieux.

D’après des calculs simples et vérifiables, la réalisation de ces projets , sans tenir compte de développements futurs , toujours hypothétiques donc contestables par des esprits chagrins, apporterait , peu de temps après leur mise en service, les économies suivantes:

– 40000 km parcourus en moins par an;
– 4 millions de litres de carburants consommés en moins par an;
– 8500 tonnes de CO2 produites en moins par an;
– 25 millions d’€ économisés par les usagers par an (en tenant compte du temps gagné, mais compensé partiellement par les péages).

C’est d’ailleurs parce que le retour sur investissement est excellent qu’il doit être facile d’obtenir un bon PPP.

Qui peut, de bonne foi, refuser d’étudier ces idées sans approche idéologique ?
Qui peut continuer à mépriser nos voisins aragonais en continuant à leur tourner le dos au moment où ils ont particulièrement besoin de nous et nous d’eux et en reniant nos engagements vis à vis d’eux?
Qui peut prendre le risque d’assumer cette indignité et d’insulter l’avenir?

Vis à vis de mes contemporains, de mes enfants et de mes petits-enfants, certainement pas moi.

 Merci de votre attention.

– par Pierre Saubot

PS : pour mieux faire avancer le débat, merci de réagir au sujet traité.
BAP et Pierre Saubot ont aussi beaucoup à dire sur d’autres sujets , de toutes tailles, en Bigorre et en Béarn, concernant la route, le fer, l’air et l’économie numérique et nous le ferons régulièrement. Merci de votre patience.

À propos AltPy Rédacteurs

Le profil rédacteur commun, pour les rédacteurs n'ayant pas un profil wordpress enregistré.

Comments

  1. Inlassablement BAP veut faire croire que notre région est enclavée et que son développement économique dépend du nombre de km2 de goudron.

    L’histoire et la réalité de notre monde démontrent le contraire.
    Le Béarn enclavé selon Saubot se débrouille plutôt bien…

    Par contre, défigurer irreversiblement notre région et ses vallées est un acte coupable.

    Heureusement la raison est là. Les décisions prises concernant les LGV confirment toutes mes positions et propositions.
    La priorité de Toulouse sur la liaison avec l’Espagne.
    Le rangement au musée des sur réalistes du barreau Mont de Marsan Pau.

    Mais que BAP se rassure, la liaison avec l’Espagne se fera.
    Dans un premier temps jusqu’à Dax.
    Puis jusqu’en Espagne.
    En attendant, adieu Poulit l’Enchanteur, la grande vitesse ne serait donc plus porteuse de gains de PIB gigantesques…bizarre, j’ai déjà entendu cela quelque part…

    En attendant j’aimerais que BAP et les CCI traitent du scandale franco espagnol du fret ferroviaire, nos deux pays étant les derniers de la classe européenne, et de très loin!

    Quant au partenariat public privé, tout le monde sait que cela constitue un gouffre pour le contribuable, mais une jolie rente pour les sociétés de BTP.
    Mais BAP est dans son rôle de lobby du BTP

    • Les décisions prises concernant les LGV confirment toutes mes positions et propositions.

      A ce niveau, la mégalomanie nécessite des soins, je pense
      D’autant qu’elle est aggravée par un délire obsessionnel et un goût certain pour la provocation inutile

      En revanche il semble que vos réflexions stratégiques et vos propositions n’aient pas été suivies pour ce qui concerne la future Oloron-Pau Il vous restera à vous immoler en place publique avec vos amis de Code, lobby de quoi au fait ? Des propriétaires contrariés dans leurs projets immobiliers par la bande des 300m ? Des maires qui regrettent de ne pouvoir lotir d’avantage encore afin d’accueillir toujours plus loin de la grande ville des gens qui auront toujours plus de peine à aller y travailler ? De quelques retraités devenus subitement hostile au progrès, à l’entreprise et à une dynamique économique dont ils ont vécu grassement lorsqu’ils étaient en activité et qu’ils refusent à leurs enfants au prétexte de vouloir tout d’un coup nettoyer la planète de leurs propres saletés ? De quelques paumés toujours prompts à brandir des banderoles pourvu qu’il y ait « non » dessus ?

    • Pierre Saubot says:

      Ne changez pas; M. Sango. Restez sur ces sujets dans l’anathème et dans l’outrance. Vous serez de plus en plus crédible.

    • Je crois que M. Saubot est avant tout un chef d’entreprise pressé, comme la plupart d’entre eux, qui ne supporte pas la perte de de temps pour lui et son entreprise sur une route qui pourrait (d’un point de vue technique, hors tous autres aspects) être plus courte. Qu’il subisse, en tant que représentant de BAP, des influences de la part de lobbies est possible.

      • Pierre Saubot says:

        Oui , je suis préssé de créer des emplois. Ceux qui me connaissent savent que je ne subis aucune pression et aucune influence. Même en le redisant souvent, vous aurez du mal à le faire croire.

        • PS: »Même en le redisant souvent, vous aurez du mal à le faire croire »
          Relisez mon propos: « Qu’il subisse, en tant que représentant de BAP, des influences de la part de lobbies est possible ». Qu’est-ce que j’essaie de faire croire ?? J’ai une une seule fois un terme inapproprié, je l’ai corrigé.

    • Pierre Saubot says:

      Monsieur Sango, je sais que la désinvolture et la goujaterie sont tendance aujourd’hui , surtout quand on veut paraître jeune. Si la France avait aujourd’hui 50 haut-fonctionnaires avec autant d’imagination pratique , d’ abnégation et de désintéressement que Jean Poulit, il n’y aurait pas 12% de chômage et 1800 milliards de dettes dans notre pays. Alors, Monsieur Sango, je vous demande poliment, mais avec fermeté, de retirer vos propos sur Monsieur Poulit. Il y a des limites à l’indignité.

      • Concernant Jean Poulit et ceux qui « soutiennent » le barreau LGV MdM-Pau 4 fois en dehors des normes de financement: cela est tellement absurde qu’il n’est pas étonnant qu’ils reçoivent qqes remarques condescendantes à ce sujet.

        • Pierre Saubot says:

          Cher Monsieur, je ne trouve aucune condescendence dans vos propos. J’espère que vous n’en trouvez pas dans les miens. J’aimerais une discussion au fond sur les normes de financements dont vous parlez. Vous me les expliqueriez. Je vous parlerais de Périclès, Bernard Palissy, Eiffel, Mitterand et de mon exemple personnel. Peut-être pourrions nous nous comprendre et trouver s’il y a absurdité et où, sans subir d’influence de qui que ce soit.

          • C’est la 4ème fois en qqes jours que je cite ces chiffres:
            «  »Il faut que les recettes permettent de récupérer 1/3 de l’investissement réalisé. C’est le cas pour la LGV Est, Bretagne, Bx-Toulouse. Bx-Tours est à 55%. RFF a déjà signalé que sur un barreau MdM-Pau, compte tenu des viaducs et tunnels à réalisés et de la faiblesse relative du bassin de population, le taux de récupération de l’argent investi serait inférieur à 10% et donc le « projet » classé. Ce chiffre se retrouve aisément par le calcul investissement / (population concerné * gain de temps). 5,3 Mds € pour faire gagner 1h au bassin de vie de Toulouse. 2 à 3 Mds € pour faire gagner 1/2 heure au bassin de vie de Pau. »
            Entre temps, les 5,3 M€ pour Bx-Toulouse sont passés à 7,1M€ et « l’inflation » est générale. L’Etat ne peut pas financer de barreau MdM-Pau (et les frais d’entretien). Une belle idée sur le principe mais personne n’a d’argent pour payer cela. Il en va de même pour Marseille-Nice, Lyon-Turin, Paris-Orléans, Paris-Clermont etc. On ne sait même pas s’il y aura une LGV Bx-Dax un jour. Maintenant, si vous préférez prendre position pour ce barreau LGV, qui n’existe que dans la bouche des édiles paloirs, continuez donc et portez votre message bien fort devant tout le monde, notamment les autorités nationales…

            • Pierre Saubot says:

              Soyez tranquille, je sais lire et j’ai vu vos chiffres.
              Ma seule question , c’est votre premier mot: qui est ce « il » qui dit : il faut. Aurait-il eu raison dans les cas que je cite. Savez-vous que , sous Néron je crois, le chantier d’un passage pour les bateaux par l’isthme de Corinthe a commencé, poussé par des chefs d’entreprises pressés, sans doute. . Est-ce le même « il » que celui que vous citez qui a stoppé le chantier pour insuffisance de rentabilité prévue? Je m’interroge. En attendant je continuerai à réclamer le barreau, vital pour le désenclavement bien réel du Béarn.

              • Le seul endroit du Béarn qui est enclavé, c’est Oloron. Concernant Pau, avec 2 auto-route, un aéroport et une ligne de train classique, je ne vois pas où est l’enclavement. Pau n’aura pas de LGV, pas plus que Clermont Ferrant, Nice, Cannes, Orléans, Grenoble, Saint Etienne, Limoges, Tarbes, Brest, Caen, La Rochelle et autre Lyon-Turin. Vous pouvez vous référer aux grands chantiers de l’Antiquité, mais le monde n’est plus le même. Tout ne se fait pas à n’importe quel prix, même si à Pau, avec le stade de kayak le plus cher du monde, une médiathèque géante à l’époque d’internet et autres caprices ruineux de monarque, certains peuvent avoir le sentiment que tout est possible. Quelle est la probabilité, pour Pau, pour que ce chantier soit réalisé ? Zéro. Le débat n’est pas là, mais dans toutes les améliorations possible pour la situation du Béarn. Au niveau du train: densification de l’espace autour des gares, fréquence des trains, ponctualité, prix des billets, équipements des gares (pas d’escalators à Pau, donc les personnes âgées avec des valises…), relèvements de vitesse là où cela est possible, accessibilité des gares etc.

                • Pierre Saubot says:

                  C’est votre avis et je le respecte. Je partage même votre analyse sur certains points. Pas sur d’autres.En particulier sur la nécessité d’inscrire Pau-Tarbes-Lourdes dans le schema LGV: moi je suis pour.

                • Vous pouvez toujours demander à RFF d’étudier, et de réétudier votre demande… Mais pendant ce temps, et celui des colloques sur la LGV, ce sont bien d’autres questions, réélles celles-ci, comme celles que j’ai citées, qui ne sont pas traitées. La LGV n’est pas vitale pour le Béarn, ce n’est qu’un élément d’attractivité parmi bien d’autres. L’argent que le Béarn ne mettra pas dans le financement de cela pourra servir à développer d’autres atouts.

                  Concernant la ligne ferroviaire Pau-Oloron, qui a fait l’objet d’un investissement récent de 80 M€, le train roule par endroits à 40 km/h… réponse de RFF: « pb de stabilisation de talus », « pb de vibrations, on fera des études dans 2 ans » bref, une situation pas satisfaisante dont aucun politique ne se préoccupe car le sujet n’est pas assez vendeur.

                • Pierre Saubot says:

                  Je crois que nos échanges, en dehors du sujet, n’intéressenr plus que nous. Je vois que vous voulez avoir le dernier mot. Je vous le laisse.

  2. Je n’ai pas bien compris le projet actuel de Labazée.
    L’élargissement de la rocade OE de Pau et le contournement d’Oloron se comprennent, mais pour le reste ? Il y aurait une nouvelle route sans tunnel ? Dès lors, l’avantage au niveau temps et au niveau écologique semble faible.

    • Pierre Saubot says:

      Vos questions sont justes et légitimes. C’est notre devoir à tous de comprendre pour obtenir une bonne solution de désenclavement du haut-béarn vers le nord et vers le sud, respectueuse des êtres humains,sans les contraindre au chômage, de la production de CO2 et de la consommation de carburants.

  3. Pierre Lafon says:

    De tout temps les voies de communication ont été capitales pour le développement d’une ville, d’une région, d’un pays. Il est étrange de constater que les grands fleuves s’obstinent à traverser les grandes villes, posant ainsi des problèmes de circulation d’une rive à l’autre nécessitant la construction de ponts.
    Continuez Monsieur Saubot ; quant à « La silva » qui écrit « Vous n’avez pas cherché à investir à Paris ? Vous auriez un studio de qualité dans un arrondissement de qualité ! »
    je n’ai pas tout compris, mais je crains le pire et préfère ne pas comprendre.

  4. Helene Lafon says:

    Merci Pierre Saubot de continuer avec obstination et détermination à vous battre pour le désenclavement de notre Béarn et plus largement le Piémont Pyrénéen. Pour leur désenclavement, oui, osons le terme… Après l’abandon de la LGV Bordeaux-Hendaye jusqu’en 2030 (une génération !), après l’abandon sine die du « barreau Mont de Marsan-Pau-Tarbes », face aux atermoiements du Président du Conseil général des Pyrénées Atlantiques qui finira par construire une route de Lescar ? à Oloron, dont les intégristes écologistes pourront dire « on vous l’avait bien dit qu’elle serait sous utilisée et donc inutile ». N’est-ce pas ce qu’ils disent de l’A65 ? N’est-ce pas ce qu’ils disent à propos du tunnel du Somport ? Pourquoi ? Parce que l’on n’est pas allé au bout, au terme des projets.

    Arrêtons… l’aveuglement de nos politiques conduit tout notre département à la ruine : disparition des entreprises et donc chute de l’activité économique et commerciale, et donc perte massive d’emplois. Départ des jeunes « du pays » faute d’emploi, faute d’avenir, et même des moins jeunes ! Chute du prix de l’immobilier, tout particulièrement des pavillons construits actuellement de plus en plus loin des villes en raison du coup des terrains en zone urbaine. Donc ruine de l’activité locale et du patrimoine des classes moyennes ! Déjà la vente d’un bel appartement de 5 pièces d’une quarantaine d’années, Boulevard de Pyrénées à Pau vous permet tout juste d’acheter un appartement de qualité de 2 à 3 pièces dans l’agglomération bordelaise (Talence ou Gradignan par exemple).

    Bien sûr, notre région est belle, mer et montagne à proximité. Bien sûr qu’elle continuera à attirer des « touristes ». Mais les Alpes et la Provence n’ont-ils pas les mêmes atouts et avec des moyens d’accès sur-multipliés et pas seulement en autoroute, /en LGV aussi sans parler de l’avion. Que choisirons les touristes ?

    Alors pour toutes ces raison et d’autres encore, merci Pierre Saubot.

    • La silva says:

      Vous n’avez pas cherché à investir à Paris ? Vous auriez un studio de qualité dans un arrondissement de qualité !
      Arrêtez de jouer les oiseaux de mauvais augures !
      Le Béarn est enclavé, le Béarn se meurt ! c’est faux !
      La crise est là pour tout le monde et plutôt moins en Béarn qu’ailleurs selon l’étude du Pr DAVESIES pour l’Agglo de Pau (titulaire de la chaire Développement économique et aménagement du territoire au CNAM).
      Il situe en 2008 les Pyrénées-Atlantiques au 9ème rang de la progression du PIB sur 96 départements.
      Allons, allons…si les jeunes préfèrent la mode, la com, l’informatique et le bizness qui rapporte, libre à eux d’aller tenter leur chance à Dubaï, loin de leurs parents et grands-parents dépressifs qui racontent à longueur de temps que le Béarn « c mort ».
      Quant à la route de Lescar à Oloron, bien évidemment elle retiendra les jeunes, fera grimper le prix de l’immobilier et créera des emplois.

      • Allons, allons…si les jeunes préfèrent la mode, la com, l’informatique et le bizness qui rapporte, libre à eux d’aller tenter leur chance à Dubaï, loin de leurs parents et grands-parents dépressifs qui racontent à longueur de temps que le Béarn « c mort ».

        Evidemment, quand on lit ce genre de propos définitif, s’il ne peut y avoir de doute sur l’enclavement du Béarn, du fait de sa géographie, il en reste peu également sur les conséquences de cet isolement sur les mentalités des « indigènes »… Il faut quand même oser écrire ça et brandir en même temps des chiffres sur le développement économique du Béarn dont on sait en effet que s’il est pour le moment meilleur qu’ailleurs, c’est parce qu’il bénéficie d’une bonne conjoncture dans l’industrie aéronautique, dans l’agro-alimentaire et de la bonne santé de Total. Dieu merci, les béarnais qui y travaillent n’hésitent pas à quitter leurs prairies pour parcourir le monde.

        Mais revenons-en aux faits. Si le tissu industriel béarnais est prospère, il connait des difficultés de recrutement de cadres à haut potentiel qui hésitent à s’installer dans un Béarn « éloigné de tout », tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’ Oloron, comme en ont maintes fois témoigné, les responsables des sites oloronnais. Ne rien faire aujourd’hui en matière de liaisons ne posera évidemment pas la question de la survie de ces entreprises. Mais sans doute celle de leur développement et avec elle de leurs sous-traitants. Quant aux décisions prises par des etats-majors en cas de retournement de conjoncture, je vous laisse deviner dans quel sens se rendrait un arbitrage si la question de la fermeture d’un site industriel venait sur leur table. Nul doute que la faible accessibilité du site concerné serait mise immédiatement en avant. La responsabilité des hommes politiques c’est de voir un peu plus loin que le bout du jardin de Madame la Silva.

        L’ A65 : elle existe et heureusement. Tous les compteurs bénévoles du monde qui essayent de démontrer par une sorte de raisonnement incompréhensible que si le trafic sur l’ A65 n’est pas au niveau des estimations, celui sur une nouvelle voie ne le sera pas non plus, n’apportent rien de plus que ce que l’on sait déjà. A savoir que le niveau de trafic dépend strictement du prix du péage qui est certes élevé, mais à qui la faute ? Hors frais supplémentaires dus au Grenelle de l’environnement et aux écrevisses à pattes blanches dont on n’entend d’ailleurs plus parler, le financement de cet autoroute a été entièrement privé. Raisonnons par l’absurde. Si cette autoroute était gratuite, elle aurait recueilli tout le trafic. Elle ne l’est pas et son trafic dépend évidemment de l’endroit où le curseur a été placé par l’exploitant. Ce trafic augmente cependant de manière très nette et régulière alors qu’il diminue sur toutes les autoroutes françaises du fait de la conjoncture déprimée. Tout le monde sait par ailleurs qu’il faut plusieurs années pour « installer » une autoroute. Nul doute qu’elle prendra avec le temps toute sa place, comme un axe indispensable pour le Béarn.

        En Vallée d’ Aspe, les indispensables déviations des derniers villages saturés par le trafic PL seront réalisées, tout simplement parce que les habitants n’en peuvent plus. Notons que les irréductibles opposants traditionnels n’osent plus s’opposer depuis Pau, Lasseube ou Arbus aux demandes de ceux qui vivent dans la vallée et voudraient aussi y travailler. Et pas seulement y randonner sac à dos. Le samedi ou le dimanche en bons bobos urbains. Donc la Vallée devra être aménagée jusqu’au Somport et le sera. Si une équation économique démontre la viabilité du rail en complément d’une voie routière sécurisée, pourquoi pas, mais j’ai de très gros doutes déjà exprimés ici. Le CG devrait valider aujourd’hui un très important tronçon, la liaison directe Gabarn-Gurmençon, qui permettra le contournement d’Oloron, une étape désive vers l’ouverture de la vallée.

        Il restera à séparer les flux de « cabotage » entre Oloron et Pau de ceux qui venant pour l’essentiel du Somport transiteront vers l’ A63 ou l’ A65 par Lescar. C’est l’objet de cette voie directe. Elle aussi se fera, tout simplement parce que les populations véritablement concernées se révolteront un jour contre l’inaction et la pusillanimité de nos politiques bien plus impressionnés par des manifestations folkloriques de quelques associations habiles à les prendre en otage, que par la nécessité impérieuse de préserver nos acquis, d’ouvrir nos frontières et de tendre enfin la main à nos voisins qui eux savent ce qu’enclavement veut dire. A titre personnel, je regrette qu’un financment privé ou mixte semble ne pas devoir être pris en considération par le CG. Il ne s’agirait pas, il me semble, d’une départementale à péage, comme l’indique M Labazée, mais bien d’une voir directe de délestage, sans intersections ni accès autres qu’à ses extrémités. Mias qui dit financement public dit aussi aujourd’hui une touche trouvée très longue par nos incorrigibles buteurs-passeurs (de dossier au suivant)

        Voilà Madame La Silva de quoi il s’agit vraiment. Je n’ai rien lu dans vos arguments d’autre que des dénégations et des invectives. Rien qui ne me permette de remettre en question les faits. Que vous le vouliez ou non, Arbus ne verrouillera pas tout le Béarn par la volonté d’une ou deux associations d’intérêts divers ,qui plus est pas tous tout à fait clairs, si j’en juge aux motivations des uns et des autres.

        • La silva says:

          Vous avez peu de doute sur les effets de l’isolement sur les mentalités des « indigènes » !
          Prochain chapitre, les effets de l’isolement sur la consanguinité chez les indigènes ?
          Je passe sur les autres éléments de caricature habituelle que vous faites des opposants.

          Malgré tout, je note que nous nous mettons d’accord sur la situation du Béarn aujourd’hui avec un « le développement économique du Béarn dont on sait en effet que s’il est pour le moment meilleur qu’ailleurs, c’est parce qu’il bénéficie d’une bonne conjoncture dans l’industrie aéronautique, dans l’agro-alimentaire et de la bonne santé de Total. »

          Vous essayez de faire croire que les états-majors de grands groupe en charge de la fermeture de sites industriels tiennent compte du paramètre que représente la rapidité avec laquelle on fait les 30 derniers km pour accéder au site ? Vous vous moquez ?
          Tout ceci répond à des stratégies mondiales, les matières premières et les produits sillonnent la planète, alors 10 mn de plus ou de moins sur ces trajets n’ont strictement aucune importance.

          La problématique du recrutement se pose dans l’aéronautique autant à Toulouse qu’à Oloron et autant chez les cadres sup que chez les niveau V, car il y a un réel déficit d’orientation en France des jeunes vers ce secteur. La route n’a rien à y voir.

          Restent les très hauts potentiels qui seraient rebutés « par un Béarn éloigné de tout ».
          La Pau-Oloron peut changer quelque chose à cela ? Merci de nous expliquer en quoi.

          Quant aux comptages sur l’A65 (bénévoles où officiels) ils mesurent l’écart entre le trafic attendu (annoncé par les promoteurs du projet) et la réalité du trafic observé.
          Jusqu’à présent, on constate que ce trafic a largement été surestimé et que l’exploitation est déficitaire.
          Concernant le projet Pau-Oloron, qui prévoit un trafic dès sa mise en service de 11 000 véhicules/ jour, nous assistons à la même surestimation initiale pour faire aboutir ce projet, ce sera la même chose sinon que le déficit sera public.

          à bientôt
          .

          • Vous essayez de faire croire que les états-majors de grands groupe en charge de la fermeture de sites industriels tiennent compte du paramètre que représente la rapidité avec laquelle on fait les 30 derniers km pour accéder au site ? Vous vous moquez ?

            Non pas du tout. pour avoir fait partie des dits états-majors, j’ai d’assez bonnes raisons de pouvoir affirmer qu’ aucune situation industrielle n’est jamais définitive aujourd’hui. Que tous les paramètres des sites industriels sont en permanence évalués et « benchmarkés » . Que la facilité de liaison n’est pas le seul qui soit pris en compte, certes, mais qu’il intervient, non pas tant pour ce qui concerne les approvisionnements des sites, en tout cas pour ces métiers, mais pour leur attractivité en général. Lorsqu’en permanence les responsables de sites ou les DRH font part des difficultés qu’ils rencontrent à fixer des potentiels localement, cela finit par devenir problématique et cela entre sans aucun doute dans les éléments de comparaison, si par malheur des choix sont à faire. Pour prendre le problème autrement, pensez-vous que Messier viendrait aujoud’hui installer un site ex nihilo à Oloron ? N’avez-vous pas été étonné d’entendre récemment qu’aucun investissement d’importance n’y était prévu pour en augmenter la capacité et les effectifs à court ou moyen terme, alors même que les marchés avion explosent ? Ne vous êtes vous pas posé de questions en voyant l’implantation de Turbo à Bordes et les raisons de ce choix ?

            Le Béarn a beaucoup d’atouts chère Madame mais ne sait pas bien les vendre. Même si je veux bien laisser de côté vos propos un rien polémiques, ce sont ceux-là qui sont entendus trop souvent et donne de notre pays, une image disons…un peu désuète et décalée (à ras du béret pour être gentil) qui ne participe pas bien à ce qu’il est en réalité, un pays doté d’un potentiel magnifique et d’industries de pointe, ni à l’image qu’il devrait donner de lui.

            En effet les hauts potentiels sont difficiles à attirer chez nous et en particulier à Oloron ou en dehors de Pau. Tout simplement parce qu’à la rigueur, ils voudraient bien faire passer leur intérêt professionnel avant leur vie familiale, mais pas au prix de 2 heures de route dangereuse par jour, par exemple..Car leurs épouses, elles, sont le plus souvent intransigeantes. Et vous savez bien qui décide à la fin. Vu de Paris, les bonnes écoles , les activités diverses et leurs chances à elles de retrouver un job sont à Pau. Et bien entendu les choses se compliquent quand il faut résider à Pau pour travailler à Oloron.et jouer à saute-mouton avec les camions et les radars deux fois par jour. Sas même parler des journées sans fin, des retours de nuit, des courses contre la montre vers l’ aéroport et autres délices réservés aux cadres des temps modernes qui n’ont rien compris aux charmes de la vie pastorale mais qui sont bien utiles quand-même au bien être général dans notre société..

            J’ignore si les trafic sur une route Oloron-Pau sera ou ne sera pas de 11000 voitures/jour. Ce qui est certain c’est que ce seront autant de voitures ou de camions qui n’encombreront pas la 134. Je comprends vos arguments. Peut-être les partagerais-je si j’étais plus directement concerné par une voie nouvelle qui passerait dans mon jardin. J’essayerais probablement de la repousser une peu plus loin ou d’obtenir une légitime indemnisation. Mais en tout cas je me refuserais à tenter de faire passer un intérêt particulier pour l’intérêt général au prétexte de tout un tas d’arguments bien peu recevables face au risque qu’ils nous font courir à tous et qu’il est inutile de tenter de nier. Car c’est ainsi que fonctionne la démocratie.

  5. La silva says:

    Quelle démagogie bon marché !
    Etre pour la création d’emploi et le développement, quelle belle idée !
    Mais tout le monde est POUR, cher Monsieur ! Le problème consiste à dire avec un peu plus de précision quels emplois et quel développement seront créés, comment, où et par qui ?

    Etre pour la diminution des morts sur les routes (en connaissez-vous qui sont contre ?): L’Etat agit pour cela en ce moment-même sur la RN134 et réalisera de plus prochainement l’élargissement de 10km entre Bélair et Oloron. Trop lentement à votre gré, mais sûrement.

    Concernant l’appréhension des conducteurs : demandons du transport collectif de qualité (Augmentation fréquence TER Oloron-Pau) pour sortir de la route ces conducteurs inquiets et peu sûrs d’eux car plein d’appréhension. La sécurité de tous est en jeu.

    Concernant l’A65, l’existence d’une clause de déchéance prévoyant que l’argent public viendra au secours du privé en remboursant les coûts de construction si la rentabilité n’est pas à la hauteur des prévisions (la rentabilité étant directement liée à la fréquentation) cela permet à tout citoyen de surveiller attentivement et critiquer sa fréquentation. Interdisez-vous donc ce genre de propos péremptoire, merci.

    Et puis, pour débattre il faut envisager avec un peu plus de respect l’opinion de ceux qui ne sont pas d’accord avec votre vision (ou alors vous ne débattez qu’avec ceux qui sont d’accord avec vous ?)
    Je n’insulte pas l’avenir quand je dis que vous promettez avec cette route bien plus que ce qu’il en résulterait en réalité et qu’il est inutile d’engager 350M€ pour cette réalisation.

    Faisons le bilan de ce que la liaison plus rapide avec Bordeaux a réellement apporté à l’économie locale avant de dire qu’il faut ce lien aussi rapide avec Saragosse.

    Il faudrait approfondir chaque point pour entrer dans la dimension du débat, à vous l’honneur.

    • Pierre Saubot says:

      Vous devriez lire le dictionnaire avant d’employer des mots impropres. : il n’ y a aucune démagogie dans mes propos.
      Vous auriez du lire mon texte : c’est moi qui appelle au dialogue sans approche idéologique. Dois-je comprendre que cela vous gêne?
      Vous devriez être bien placée pour savoir que j’aime le débat et que je l’accepte.
      Avez-vous lu la convention signée pour la A65? Moi oui. Je n’y ai trouvé aucune clause de déchéance comme celle que vous mentionnez. Pouvez-vous me la montrer?
      Pour le reste, vous me rappelez le dialogue que j’ai eu avec un ami qui est atteint du doute universel.
      Nous regardions les Pyrénées couvertes de neige par un rare jour de beau temps. J’exprime mon admiration devant le blanc de la neige et le bleu du ciel. Il me répond que je vais un peu vite dans mes conclusions et qu’il faudrait analyser précisément ces couleurs avant d’âtre aussi affirmatif.
      Enfin , bravo de parler de route dont je pense qu’elle ne doit pas coûter plus de 200millions d’€.

      • «  » » » » » »c’est moi qui appelle au dialogue sans approche idéologique » » » » » » » »
        «  » » » » » »Halte à la volonté pathétique de gâchis pour le Béarn » » » »

        Si vous ne comprenez pas que dès le titre, on est plus dans le dialogue…Faîtes vous aider pour écrire vos articles!

        • Pierre Saubot says:

          je n’ai besoin de personne pour écrire. Mais je vous remercie de vos conseils. Vous aurriez préféré , peut-être, que je titre:
           » article sans intérêt, à ne pas lire ».
          Comme cela personne n’aurait lu nos arguments qui ont l’air de déranger puisqu’ils reçoivent peu de contradictions. Bon signe pour la qualité de nos thèses.

      • La silva says:

        Propos démagogiques : qui consistent à flatter les aspirations ou les préjugés du plus grand nombre pour obtenir leur adhésion.
        J’ai bien lu votre article ceci en particulier :
        Oui, BAP est pour la sauvegarde des emplois existants et le développement de nouveaux emplois afin de faire baisser le chômage dans notre région;
        Oui, BAP est pour la diminution du nombre de morts sur les routes et la baisse de l’appréhension des usagers;
        J’appellerai ça de la démagogie tant que vous ne décrirez pas quels emplois et quel développement seront créés, comment, où et par qui ? ainsi que je vous y invitais dans le post précédent.

        La clause de déchéance est citée dans un jugement en Conseil d’Etat de 2008, elle est évoquée dans le Canard enchainé du 5 janvier 2011. Ces deux sources me suffisent pour l’instant pour croire à son existence même si je ne l’ai pas en ma possession.

        Pour le reste, comme Aristote je pense que le doute est le commencement de la sagesse.

        • Pierre Saubot says:

          Dans le petit Larousse, le début de la phrase que vous citez est bon , mais se termine par » pour accroître sa popularité, pour gagner le pouvoir ou le conserver ».
          Je maintiens que , selon la définition complète , mes propositions ne sont pas démagogiques.
          Sur l’emploi , je suis prêt à vous montrer toutes les études qui justifient mes propos.
          Sur les accidents , je vois que vous admettez implicitement qu’une nouvelle route les fera diminuer. Merci.
          Dommage que vous parliez d’une clause de déchéance que vous n’avez pas vu dans le document contractuel: vos sources doivent être plus sûres que les miennes à vos yeux.
          Je n’ai vu nulle part que le doute , selon Aristote, ait débouché sur l’absence de décision , l’immobilisme et le refus de la réalité. Aurait-il eu Alexandre le Grand comme élève autrement?

          • La silva says:

            Cela fait deux fois que vous faites référence à mon jardin. Vous prêchez le faux pour savoir le vrai ou vous sous-entendez insidieusement que je cherche à protéger un intérêt personnel, en l’occurrence mon jardin ?
            On vous aura mal renseigné sans doute.

            • Pierre Saubot says:

              Je ne vois pas qui a parlé de jardin!!!!

              • Oscar says:

                Moi, mais je ne faisais pas référence au cas particulier de Madame La Silva que je ne connais pas. Mauvaise indexation de la réponse ici encore.
                (Une précision, il faut toujours cliquer sur « réponse » dans le commentaire auquel on veut répondre)

          • La silva says:

            Pour accroître sa popularité à la place d’obtenir leur adhésion fera l’affaire !

  6. larouture says:

    « Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France », disait Sully à Henry IV.

    • Pierre Saubot says:

      Et il fallait des routes rapides et sûres pour que le lait frais et la poule au pot arrivent sur les tables le dimanche.

      • larouture says:

        Et les œufs pour boucler l’histoire… sans fin..

        • Pierre Saubot says:

          Cela fait plaisir de voir que certains gardent le sens de l’humour. Bravo. Je ne vois dans vos propos aucune allusion à Perrette et le pot au lait. Je n’ai jamais vu une poule au pot bien cuite se mettre à pondre des oeufs frais. Quand à l’histoire de l’oeuf et de la poule , elle est sans fin , mais peut se finir avec faim.

  7. Je reprends les arguments qui me paraissent les plus réalistes pour et contre cette route…
    [BB, tu peux passer cela en article si tu penses que ça peut apporter de la clarté au débat]
    POUR
    – désenclavement d’Oloron = gain de temps de 20 minutes aller simple sur le trajet Lescar – Oloron. Gain de temps pour toutes les personnes effectuant ce trajet.
    Impact positif sur l’économie d’un territoire qui devient beaucoup plus facile d’accès. L’activité des industriels oloronais serait facilitée. Celle de Toyal à Accous également (même s’il est prévu que la ligne de train soit rénovée jusqu’à l’usine pour le transport des fournitures et peintures par train –éternelle promesse du CR Aquitaine dont je ne discute pas ici de la pertinence-).
    – une moindre pollution sur cet axe car moins de km parcourus
    CONTRE
    – trafic intensif de poids lourds en vallée d’Aspe : impact visuel et sonore important nuisant à la qualité de vie et au tourisme.
    – A l’échelle européenne, cela ouvre un nouvel axe de transport (de marchandises) routier alors qu’il faudrait au contraire un transfert du routier vers le ferroviaire. Au niveau des transports de personnes, la nécessaire sobriété énergétique demanderait une densification de l’espace autour des gares au lieu d’un mitage du territoire, entretenu par de nouvelles routes.
    LE PROJET SEMBLE FINANCABLE
    – le coût privé: le péage au tunnel et le gain financier sur le temps de voiture en moins semblent du même ordre : 4 € le passage à hauteur de 4000 véhicules par jour dans chaque sens, qui gagnent 20 minutes (à 12 € de l’heure de voiture) à chaque passage, pour un tunnel de 2,5 km à 250 M€ financé sur 30 ans. Par contre, le tunnel serait ensuite amorti. On peut imaginer au final un certain gain.
    – Le coût public (partie hors tunnel), de l’ordre de 120 M€ si je me réfère à celui de la 2×2 voies Tarbes-Lourdes. A cela pourrait s’ajouter une partie de la prise en charge du tunnel.
    Ces chiffres sont évidemment à affiner, démontrer, jusqu’à devenir peu contestables. Ces coûts sont ceux de l’étude de départ et semblent cohérents. Ils ne tiennent pas compte du péage des poids lourds, qui sera de toutes manières défini à l’optimum pour un maximum de recettes.

    Compensations possibles pour la vallée d’Aspe : planter des arbres le long de la route (derrière les glissières de sécurité), au moins sur la traversée de la plaine de Bedous pour en diminuer l’impact visuel. Participation au financement d’infrastructures nécessaires à la vallée : piscine (équipement de base, un projet est en cours, il me semble) avec spa (pour le tourisme), route correcte vers les Aiguilles d’Ansabère (pour le tourisme – randonnée phare de la vallée), murs anti-bruit près des villages (pour les habitants). Le projet ne passera pas non plus par Arbus (ou autre commune) sans compensations significatives.

  8. Bruno Laborde says:

    Le seul moyen de traverser le Pyrénées par le Somport consiste a raser les villages de la vallée d’Aspe.

    • Pierre Saubot says:

      Connaissez-vous la vallée d’Aspe? Avez-vous vu les plans des déviations ? Vous croyez-vous au barrage des 3 gorges? A quoi vous sert-il de créer la peur quand tout le monde est raisonnable et constructif? A moins que ce ne soit une plaisanterie au 2ème ou 3ème degré. Dans ce cas , pardon ,de n’avoir pas compris.

      • Non, ce n’est pas une blague. Ça coûterait moins cher de rayer Cette-Eygun de la carte et le côté amont de la RN134 à Urdos que de construire des déviations que BAP n’est même pas capable de tracer de son propre chef sur une carte IGN.

  9. Plus personne n’est crédule, chacun connait les intérêts personnels des différents « acteurs » locaux pour faire avancer ce type de projet autoroutier (pau-oloron). L’axe E7 existe déjà, il faut le moderniser. Ces propositions sont dépassées, laissons nos enfants et petits-enfants être force de propositions… Place aux jeunes.

  10. LACANETTE MICHEL- OLORON STE MARIE says:

    Mr Pierre Saubot dit que BAP n’ est le lobby de personne, mais se garde bien d’ en apporter les preuves. Bien au contraire, puisque BAP s’ entête une fois de plus à démontrer que la seule solution « raisonnable » est la solution routière pour le Piémont Béarnais et la vallée d’ Aspe.
    Il existe bel et bien des solutions alternatives, notamment pour le transport des marchandises: la solution ferroviaire. Actuellement ces solutions alternatives sont systématiquement refusées autant par BAP que par le CG, qui ne voient que par la solution routière. Cela démontre bien qu’ ils sont bien de connivence avec le lobby routier et tout ce qui s’ y raccroche.
    Depuis maintenant 30 ans, que la vie Béarnaise est sclérosée par ce serpent de mer, il serait peut être temps que « TOUTES » les parties concernées se mettent au tour d’ une table et examinent sereinement  » TOUTES » les solutions possibles afin, d’ en tirer un projet  » CREDIBLE ET DURABLE » pour les générations futures, pour les contribuables Béarnais, pour la qualité de la vie des Aspois et des riverains Piémontais, mais également pour la qualité de l’ environnement et la sécurité des usagers et riverains. Le problème est ardu et fera sûrement grincer bien des dents, mais on ne peut plus aujourd’ hui continuer à nier les réalités qui nous attendent, pour de simples concepts idéologiques de « pour ou de contre ». Cela sera fatal à l’ avenir du Béarn à plus ou moins long terme.
    Si le Béarn veut rester crédible aux yeux des investisseurs actuels et futurs, aux yeux de l’ opinion publique, aux yeux des génération futures, il se doit d’ apporter une solution  » CREDIBLE ET DURABLE » qui démontrera la capacité des Béarnais à assurer leurs responsabilités face aux problèmes qui se posent et se poseront.
    Aujourd’ hui, personne ne devrait avoir le droit de se référer à un projet vieux de 30 ans, comme si, pendant ce temps là le monde s’ était figé en attente d’ une réponse tardive.

    • Pierre Saubot says:

      Il suffit d’adhérer à BAP, de lire tout ce qu’on publie, sur notre site et dans la presse, pour voir que nous ne somme le lobby de personne. Je défie quiconque d’apporter la preuve du contraire. Nous sommes libres et défendons nos idées, qui ne sont pas l’addition des points de vue individuels des membres de l’association, pas forcément homogènes mais la synthèse de ce qui nous semble bon pour l’intérêt général. Nous sommes tous bénévoles et payons même une petite cotisation pour cela.
      BAP n’a jamais dit que la nouvelle route Oloron -Lescar est la seule solution: c’est une très bonne solution qui doit se faire très vite maintenant. Il faudra ensuite étudier et résoudre d’autres problèmes.
      Pour ce qui est de la table ronde proposée, nous y sommes favorables et avons toujours répondu présent à toutes les invitations de toute nature, Vous êtes bien placé pour le savoir M. Lacanette. Mais nous n’avons ni les moyens ni l’autorité pour provoquer une réunion de ce type.

    • M Lacanette, dans l’intérêt du débat, avez-vous des éléments tendant à prouver que le transport par rail est une solution alternative crédible en vallée d’ Aspe :

      1 Tenant compte de la nature des produits transportés (longue distance ou cabotage)
      2 Tenant compte des contraintes du site en termes de pente et de hauteur des tunnels sur la taille des convois et donc sur le coût du transport en particulier si le ferroutage était évoqué
      3 Tenant compte de la voie unique en termes de fréquence
      3 Tenant compte des infrastructures disponibles côté Espagnol
      4 Tenant compte des nuisances apportés par le rail dans la vallée lors du passage de convois lourds en particulier de nuit

      Enfin, votre soutien à une hypothétique solution rail, fait-il de vous un lobbyiste payé par Alsthom ?

      • LACANETTE MICHEL- OLORON STE MARIE says:

        Monsieur,
        Je ne suis ni un lobbyiste d’ Alsthom, ni de qui que se soit. Par contre, je suis pour que des solutions alternatives au projet présenté soient examinées sérieusement, alors que depuis 30 ans cela est refusé. Si demain, au regard d’ une étude sérieuse et dépassionnée,la solution routière s’ avère la meilleure pour le Béarn,alors pourquoi pas.
        Au moins, cela aura le mérite d’ être fait en connaissance de causes et de clarté de part et d’ autre. Aujourd’ hui, nous n’ en prenons pas le chemin et c’ est fort regrettable à moins que les autorités de tutelle nous entendent.

        Par contre, je suis contre un passage intensif de PL en vallée d’ Aspe parce que le profil géographique de cette vallée n’ est pas fait pour un tel trafic routier,( pollution due à l’ encaissement, bruit permanent notamment de nuit, danger permanent pour les riverains, trop de proximité avec le gave, risques permanent d’ accident même avec des aménagements, faible possibilité d’ accès des secours en cas d’ accident, plus forte consommation d’ espace à capacité de charge inférieure etc…) Pour preuve, voir ce qui c’ est passé ces derniers jours avec la coupure de l’ unique route entre Pierrefitte et Luz St Sauveur, il a fallu déneiger le Tourmalet pour accéder à Barèges!!!! Demain, en vallée d’ Aspe, la situation pourra être identique avec un accident routier ou autre. Avec la multiplication du nombre de PL, on multiplie les risques d’ accident, alors qu’ avec un nombre moins important de train de forte charge, le risque d’ accident diminue.

        Quant aux 4  » tenants compte » que vous exprimez, aujourd’ hui le transport ferré de marchandises par conteneurs y répond parfaitement et peut être même mieux que le transport routier. Pour preuve, le transport maritime mondial se fait majoritairement avec ce type d’ équipement et vous ne trouvez rien à redire, bien au contraire.
        Cessez de penser au transport ferroviaire d’ antan. Aujourd’ hui particulièrement sur des moyennes ou longues distances, le transport ferroviaire en matière d’ économie d’ énergie, est bien plus performant que le transport routier avec des conteneurs. Il n’ est pas forcé que demain la SNCF en sera l’ unique utilisatrice. C’ est peut être cela qui vous fait peur.
        Aujourd’ hui, Il ne viendrait à l’ idée de personne d’ acheter des modèles de voitures vieux de 30 ans, pour la raison qu’ autrefois, c’ était des bons modèles.

        Surtout, n’ oublions pas que les décisions qui seront prises, dans quelques temps, ne seront pas subies par notre génération, mais par les futures. Personne n’ a droit à l’ erreur, au nom que l’ on ne sera plus là pour en répondre. N’ oublions pas non plus qu’ une voie ferrée a une durée de vie « performante » de 1 siècle, une route 20 ans, en milieu montagnard. La RN 134 en vallée d’ Aspe devrait être bientôt refaite pour la sécurité des usagers.

        • M Lacanette, je me réjouis que la défense de la solution rail ne fasse pas nécessairement de vous un lobbyiste aux ordres d’une industrie. Acceptez en contrepartie qu’il en soit de même pour ceux qui défendent d’autres solutions en particulier au BAP et cessons si vous le voulez bien les invectives sur ce thème un peu court..

          Vous êtes sincère dans votre volonté de préserver la vallée de toute nuisance et c’est parfaitement respectable . Pourquoi ne le serais-je pas ?

          Vous noterez tout d’abord comme moi que BAP ne s’est jamais prononcée contre la réouverture de la ligne Pau-Canfranc. A titre strictement personnel j’ai de très gros doutes sur la validité économique de ce projet et sur son caractère opérationnel pour les raisons suivantes.

          – le transport par container est adapté au fret maritime longue distance, pas au cabotage interrégional, ni au fret multi-marchandises du fait des coûts de manutention, de dépotage, de transbordement et de stockage des containers
          -je ne suis pas spécialiste mais il semble qu’il y ait des questions ouvertes sur les gabarits des tunnels actuels.
          -le seul transport de masse transitant actuellement par la vallée d’ Aspe est celui généré en saison par Euralis. Il n’est pas certain que les coûts de transport par rail pour des convois de dimension réduite du fait de la pente, comprenant 2 locos Diesel et un transbordement à Canfranc pour des questions de largeur de voie puissent se comparer au coût du fret routier actuel
          ,
          Plus généralement l’infrastructure routière actuelle est parfaitement inadaptée, et dangereuse comme nous le disent régulièrement les habitants de la vallée qui réclament des déviations là où elles ne sont pas faites. Et malgré celà, le trafic PL augmente de manière constante et accroit l’insécurité sur les routes de la vallée à un point qui est devenu inacceptable. Ne rien faire serait irresponsable. D’autant que créer une voie moderne et sécurisée ne devrait pas si on vous suit augmenter le trafic puisqu’il est désormais de bon ton de dire que la mise en oeuvre d’infrastructures n’a pas d’effets sur l’environnement économique (j’ajouterai en temps de crise..)
          Des exemples d’intégration réussie de voies en montagne, en Autriche, en Suisse en Allemagne ou en France nous disent que c’est possible, même si l’étroitesse de la vallée dans sa partie la plus haute imposera sans doute des sacrifices. Maispour l’essentiel, les déviations actuelles déjà réalisées sont parfaitement convenables et à ma connaissance personne ne demande qu’elles ne soient pas intégrées dans une voie rénovée, au contraire. La somme des déviations mises bout à bout aura fini par réaliser en 50 ans ce qui aurait pu être fait en 5.

          S’il n’y a pas à attendre un transfert massif du trafic PL vers cette nouvelle voie, tout porte à croire par contre que le trafic touristique en sera majoré, avec des conséquences positives pour une vallée qui se meurt et qui n’offre aucune perspective à ceux qui l’habitent, en particulier aux plus jeunes parmi eux. Comment peut*on encore s’y opposer sans se souvenir que le tunnel du Somport a été payé aux 2/3 par nos voisins espagnols qui eux, ont tenu leurs engagements

          • Oscar: « Et malgré [les déviations], le trafic PL augmente de manière constante et accroit l’insécurité sur les routes de la vallée ». (comme si les déviations étaient sensées freiner le trafic PL)
            « S’il n’y a pas à attendre un transfert massif du trafic PL vers cette nouvelle voie… »
            (Non bien sûr, 1/2 heure de temps gagné et une fiabilisation du temps de trajet entre Pau et Sarragosse et le trafic PL n’augmenterait pas de façon importante sans compter la hausse des péages entre Irun et Bx).
            C’est gratiné. De l’humour au 3ème degré j’imagine ?

    • Helene Lafon says:

      Malheureusement, avec une LGV de Bordeaux à Hendaye renvoyée à 2030… Le ferroviaire du sud de l’Aquitaine vient d’en prendre un coup. Et peut-on affirmer que BAP est contre la LGV… Non, au contraire, l’association ne défend-elle pas le barreau Mt de M, Pau, Tarbes. Dans le Sud-Est de la France, qui, comme notre Sud-Ouest est mer et montagne, LGV, autoroutes, aéroports sont en abondance. Alors ?

      • Seuveton says:

        Alors ?
        Hélène Lafon, vous avez vraiment envie que le Sud-Ouest ressemble au Sud-Est et son bitumage (Var et Bouches-du-Rhône notamment) ?

  11. Seuveton says:

    simplement vous faire partager l’avis de la Cour des comptes (qui n’est pas connue pour être un repère de « passéistes peureux ») :
    « le développement socio-économique par les infrastructures relève plus du slogan que de la réalité »
    source page 24 http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics//974064000/0000.pdf

    • Pierre Saubot says:

      J’ai pourtant appris dans mon livre d’histoire que c’est le rétablissement des routes et des ponts par Sully , sur ordre d’Henri IV qui avait contribué au rétablissement de la France après 40 ans environ de guerres de religions et permis à tous de manger la poule au pot le dimanche. Je vais demander à la cours des comptes de modifier les livres d’histoire puis retourner à l’école

      • Seuveton says:

        effectivement si vous voulez inventer l’histoire du XXIème siècle avec celle des XVI et XVII ….

        • Pierre Saubot says:

          Je crois absolument aux leçons de l’HISTOIRE. Cala n’empêche pas d’être de son temps , et même en avance sur son temps. J’ai beaucoup d’admiration pour les gens qui font les comptes: c’est indispensable. Ils cumulent rarement au même moment cette responsabilité avec celle du service R & D. C’est comme cela qu’une entreprise est bien gérée.

    • Helene Lafon says:

      Et la Cour des comptes s’est-elle posé la question : L’absence d’infrastructure favorise-t-elle le développement socio-économique ?
      Alors, en fait, les infrastructures ne seraient-elles pas nécessaires, tout en n’étant pas suffisantes ?

      • C’est exactement cela. D’autant que vous aurez également remarqué que les opposants à une voie sécurisée en vallée d’ Aspe sont également persuadés que cela y augmentera le trafic au point d’en faire ce très fameux « couloir à camion » dont il est souvent question. Donc les infrastructures ne sont ni utiles ni nécessaires au développement économique mais elles peuvent quand-même le favoriser jusqu’à ses pires excès. Au point que je me demande si finalement ces hypothétiques camions ne circuleront pas à vide, juste pour la beauté de la démonstration. Mais je suis un mauvais esprit, je le confesse humblement.

  12. «  » » » » »Oui, BAP est pour la sauvegarde des emplois existants et le développement de nouveaux emplois » » » » » » »

    Les péages de l’A65 sont tous automatisés, pas d’humains, pas d’emplois… elle est ouverte depuis 2.5 ans, quels sont les nouveaux emplois, quel bilan pour cette autoroute ?

    (si vous trouvez quelqu’un qui est contre la sauvegarde de l’emploi et la création d’emplois faîtes moi signe…oui à la paix, non à la guerre, syndrome Miss France!)

    • Pierre Saubot says:

      Comment pouvez-vous imaginer que je parle d’emploi dans les péages. J’affirme que des décisions de création d’emploi ont été prise grâce à l’existance de l’autoroute.

  13. «  » » » » » »Oui, BAP est pour la diminution du nombre de morts sur les routes et la baisse de l’ appréhension des usagers; » » » » »

    Dans PPP, il y a public alors si aménagement il doit y avoir, qu’il bénéficie à tous le monde et pas uniquement à ceux qui peuvent se le payer, on est loin de l’intérêt général mais plus proche de l’intérêt de quelques lobbys. A bout du bout, votre autoroute ne sera empruntée que par une minorité de nantis, les autres prendront la RN…comme pour l’A65. La sécurité/le confort pour ceux qui en ont les moyens, le risque pour les autres.

    Depuis l’ouverture de l’A65 il y a toujours des victimes sur la RN qu’est-ce vous répondez à leur famille ? Qu’il fallait avoir les moyens de se payer l’A65 pour être encore là?

    • Pierre Saubot says:

      En tout cas , les véhicules qui sont sur l’autoroute ne sont plus sur la route: celle
      -ci est donc mécaniquement moins dangeureuse. Le risque zéro n’existe pas , autrement il ne faudrait plus dormir dans un lit, endroit où, d’après les statistiques, il y a le plus de morts au monde.
      Enfin , pour les actifs, le péage est compensé par l’économie de temps et de carburant. Je ne vois pas où est la controverse.

    • Si on vous suit maël, sous pretexte que vous n’auriez pas les moyens d’utiliser une route utile à d’autres que vous, il faudrait aussi qu’ils s’en privent. Qu’ils continuent à s’entasser avec vous sur une route inadaptée et dangereuse du fait de la densité du trafic. Il faudrait aussi peut-être qu’ils se satisfassent de la même voiture que la votre surtout si vous n’avez pas les moyens d’en avoir une et qu’ils payent aussi peut-être les mêmes impôts que voys , surtout si vous n’en payez pas. Dites nous clairement si c’est bien le projet que vous nous proposez .

  14. PS: « Heureusement, le tunnel du Somport a été réalisé »
    Pourquoi ?

    Ce qui m’a fait dire que BAP ressemblait à un lobby du BTP est l’idée martelée d’avoir le trajet le plus court possible entre Bx et Sarragosse. Pourquoi cette obsession ?

    « 25 M€ économisés par an par les usagers ». Une démonstration de ce chiffre aurait été bienvenue, mais, je vais m’y essayer.
    Ca fait: 68 000 € par jour pour des gens qui vont économiser disons 20 minutes en moyenne aller-simple, ce qui fait, à 12 € l’heure de voiture: 4 €, donc 8 € A/R par jour. 8 500 voitures qui ferait l’aller-retour par jour sur cette route plutôt que sur la route actuelle, ça me paraît beaucoup.

    • Le pb est essentiellement le couloir à camions qui serait créé en vallée d’Aspe. Quelles compensations BAP propose pour la vallée d’Aspe ?

      Un péage à Arbus, conséquent pour maîtriser le flot de poids lourds, c’est possible, mais qui peut croire que cela sera effectivement réalisé ?

      Enfin, ne pas oublier que les Espagnols se sont mis en faillitte par excès d’infrastructures….

      Concernant le calcul des 25 M€, on peut imaginer un péage de 4 € qui annulerait le gain

      • Concernant le tunnel, si je prends 4 000 voitures par jour dans chaque sens à 4 € le passage pendant 30 ans, ça fait 350 M€. En enlevant les intérêts financiers corrigés de l’inflation et le coût d’entretien et d’administration du tunnel, 250 M€ sont remboursables.

    • Pierre Saubot says:

      Merci pour la qualité des commentaires. cela fait plaisir.
      Je me réjouis de la réalisation du tunnel du Somport parce que: 1) quand je le prends , surtout l’hiver, je suis content d’aller au bout du voyage; 2) comme il est fait, il n’est plus à faire; 3) le trajet étant plus sûr et plus court, je consomme moins de carburant , ce qui est bon pour la planète.
      Pour les hypothèses, nous les avons données: 8500 véhicules par jour avec 1,,4 passager par voiture, 20mn et 12€ de l’heure.
      N’oubliez pas l’économie de carburant et vous voyez que notre chiffre global de 25 millions d’€ est conservateur.
      Il faudrait maintenant s’entendre sur la définition d’un couloir à camion. J’en ai vu ,il y a 20 ans sur l’A1 entre Lille et Paris, plus récemment entre Bordeaux et Bayonne sur la 10. C’est quand une voiture ne peut pas s’intercaller entre 2 camions. Je ne sais pas combien cela fait.
      Je ne connais pas le coût définitif de la nouvelle route. Une route comparable à celle que nous demandons a coûté l’an dernier 144 millions d’€. Je ne suis pas non plus un spécialiste des calculs de péages. Je ne serais pas étonné que 2€ par trajet isolé soit suffisant et un abonnement annuel de 200€ pour les habitués, soit une somme bien inférieure à l’économie réalisée. Mais tous ces chiffres doivent être vérifiés.

      • Pierre Saubot says:

        Vous parlez de compensations pour la vallée d’Aspe: on peut en parler. Dans létat actuel de ma connaissance de la situation , vue par des riverains et par des élus, je suis persuadé que la réalisation très rapide des déviations financées par un péage qui limitera le trafic irait au dela de leurs voeux, et je les comprends.
        Je n’ai pas compris votre phrase comportant  » qui peut croire…. ». Je ne peux donc pas y répondre.

      • « Pour les hypothèses, nous les avons données: 8500 véhicules par jour »
        préciser « dans chaque sens », pour obtenir le chiffre de 25 M€, entièrement compensé par un péage à 4 €.

        « qui peut croire… »
        Un défenseur du développement durable ne peut pas croire BAP ni n’importe qui d’autre qui promettrait un péage conséquent pour les poids lourds et se retrouverait sans moyens d’action et de pouvoir une fois le tunnel réalisé.

        « une route à 144 € »
        préciser « hors tunnel »

        • Pierre Saubot says:

          La route dont j’ai parlé comporte un tunnet de 3 voies, donc l’exemple est bon: 144 millions d’€ coût de réalisation.

          • Pierre Saubot says:

            Je suis triste pour vous si vous ne croyez plus en rien. Je pense que vous avez tort. Nous avons toutes raisons d’être optimistes.

          • 144 M€ une route Lescar-Oloron, avec un tunnel ? C’est pas sérieux…

      • « un couloir à camions »
        = un nombre élevé de poids lourds sur cet axe casserait le charme de la vallée lorsque l’on y circule en voiture et lorsque l’on fait des randonnées et que l’on entend le bruit des camions, qui monte jusqu’aux sommets. L’impact visuel et sonore de la déviation de Bedous est déjà important. L’impact sur le tourisme et la qualité de vie en vallée d’Aspe serait très probablement négatif.

        Enfin, dans une optique de développement durable à l’échelle européenne, les poids lourds devraient être mis sur des trains et utiliser les grands axes LGV (passant par Perpignan et Irun), selon le principe du Shuttle ou de ce qui se fait en Suisse. Un traffic de poids lourds en vallée d’Aspe ne devrait desservir que la zone de Pau-Tarbes et ne pas être un axe européen E7…

        • Pierre Saubot says:

          J’ai entendu parler d’endroits où la qualité du silence est impressionnante. Je n’ai jamais pu y aller car je travaille et n’ai pas le temps.
          L’idée que vous mentionnez sur l’organisation du transport de marchandises mérite un vrai débat. A votre disposition pour y participer: je pense qu’il faut réunir un pannel de personnes de points de vue complémentaires, à l’écoute des autres , pendant le temps qu’il faudra.

          • La randonnée, c’est le tourisme et le tourisme de l’emploi pour les vallées. Vous n’êtes peut-être jamais allé randonner en vallée d’Aspe parce que vous avez d’autres loisirs mais j’espère pour vous que vous ne travaillez pas toute la journée tous les jours de votre vie !

    • Pierre Saubot says:

      Pourriez-vous faire l’effort d’ éviter la caricature. BAP n’est le lobby de personne. Il suffit de regarder objectivement la composition de ses membres et la structure de son financement. Et surtout le contenu de ses messages.
      Oseriez-vous dire que ceux qui luttent contre la famine et la malnutrition sont le lobby des multinationales de l’agroalimentaire?

  15. BAP, c’est Miss France, elle est également pour la paix, n’aime pas la guerre, veut devenir avocate pour défendre les plus pauvres, faire du lobb-ying-yang pour sauvegarder la faune et de la flore…on doit bien se marrer chez les publicitaires de BAP (béton autoroute et pognon).

    Aujourd’hui sur la rép entre les encarts publicitaires de Leclerc et du crédit agricole, on avait droit à la publicité de BAP pour la création d’une nouvelle route. Cette pseudo association a défendu bec et ongle l’A65… avec des hypothèses d’équilibre financier optimistes (comprendre truquées) alors qui peut encore croire cette association ?

    • Pierre Saubot says:

      Voila une réaction digne et constructive dont l’auteur peut être fier. Bravo. Savez-vous que l’être humain a quelque chose au dessus de la ceinture? Vous devriez aussi vous y intéresser. Mais peut-être qu’à ce niveau là vous n’avez plus rien à dire. Dommage pour la qualité du débat.

      • «  » » »Qui peut, de bonne foi, refuser d’étudier ces idées sans approche idéologique ?
        Qui peut continuer à mépriser nos voisins aragonais (…)
        Qui peut prendre le risque d’assumer cette indignité et d’insulter l’avenir? » » »

        Vous me reprochez de ne pas être constructif mais votre tribune est de piètre qualité, vous trouvez qu’elle ouvre le débat avec de pareils sentences?

        Dommage pour la qualité du débat!

        • «  » » »- 40000 km parcourus en moins par an;
          – 4 millions de litres de carburants consommés en moins par an;
          – 8500 tonnes de CO2 produites en moins par an;
          – 25 millions d’€ économisés par les usagers par an (en tenant compte du temps gagné, mais compensé partiellement par les péages).
          C’est d’ailleurs parce que le retour sur investissement est excellent qu’il doit être facile d’obtenir un bon PPP. » » »

          Qui peut encore croire BAP, au cours des débats sur l’A65, elle n’a eut de cesse d’apporter des chiffres qui était faux/pipoter, le must étant les chiffres sur les hypothèses de trafic, c’est bon on a donné.

    • mael : « BAP, c’est Miss France » ? Et alors ? Miss France est belle et elle donne de l’espoir..
      Sérieusement, plutôt que de ressortir vos préjugés et stéréotypes « béton – pollueurs », qui montrent que vous ne connaissez pas BAP ni les gens qui la constituent, vous devriez vous réjouir que le Président de cette association vienne en toute humilité confronter ses arguments avec les gens de ce forum. Votre argumentaire stéréoptypé prouve que vous êtes à court d’arguments..

      • « « « le Président de cette association vienne en toute humilité confronter ses arguments avec les gens de ce forum » » » »

        Alors là, elle est piquante celle-là, le titre de son intervention c’est bien « Halte à la volonté pathétique de gâchis pour le Béarn », aucun doute on sent que l’on va être dans l’argumentation, le contenu n’est pas mieux… Vous n’êtes pas dérangé M. Pène par les mensonges à répétitions de BAP ? Ils ont raconté n’importe quoi sur l’A65, pourquoi seraient-ils meilleurs ou honnêtes sur la Pau-Oloron ?

        • Oscar says:

          Que vous a coûté l’A65 ? Avez vous entendu son propriétaire se plaindre de son trafic et menacer de ne pas payer ses dettes ? Quand l’avez vous utilisée pour la derniere fois ?

          • C’est drôle, je viens de remettre la main (la sourie) sur un des bulletins de BAP, cette autoroute devait nous faire gagner 50-60 min entre Pau et Bordeaux avec un cout de 13€ pour réaliser Pau-Lescar…alors incompétence ou malhonnêteté ?

            http://www.bap-europe.com/images/pdf/bulletin_bap_16.pdf

            Cette autoroute, je l’ai utilisé une fois à titre privé, rien à dire sur le confort, on est à l’aise, on y est surtout tranquille, seul au monde, comme quoi elle fait un tabac.
            Le plus drôle, c’est pour le boulot, ma société nous a demandé de…ne pas l’utiliser, zéro intérêt sur l’aspect gain de temps/coût…

          • «  » » » » » » » » »Que vous a coûté l’A65 ? » » » » » » »
            150 millions + la clause de déchéance.
            Et surtout, plus de ré-aménagement de la RN.

            «  » » » » » »Avez vous entendu son propriétaire se plaindre de son trafic et menacer de ne pas payer ses dettes ? » » » » » » » » »

            Pour l’instant pas de menace mais ce sont des financiers pas des philanthropes, la clause de déchéance est bien réelle, tout comme le décalage entre les prévisions de trafic et le trafic réel. Les hypothèses fausses, c’est soit de l’incompétence soit de la malhonnêteté.

            • Oscar says:

              En vrac

              J’ai utilisé l’autoroute deux fois la semaine derniere et j’ai pu constater comme d’autres une forte augmentation du trafic tant VP que VI. Tant mieux. (Je trouve d’ailleurs assez enfantins et affligeants, les efforts déployés par certaines assocs pour démontrer le contraire, comme s’il fallait s’en réjouir. Sans doute devraient elles proposer le job de compteur de voitures comme emploi d’avenir remunéré. Il parait qu’on cherche des idées en haut lieu pour tenir des objectifs)

              Oui, j’ai gagné de 50mn à une heure

              150 millions: c’est le surcoût de la « prise de conscience citoyenne » issue du Grenelle de l’envionnement. Il convient donc de l’assumer democratiquement et le concessionnaire n’y est donc pour rien.

              La fameuse clause de déchéance. Ce serait tellement bien qu’elle puisse être exercée. Ça permettrait de démontrer qu’il ne faut plus rien faire, ni rien construire en Béarn. Dommage, mais il n’y a strictement aucune chance. D’une part parce que le trafic sera suffisant, ce qui est très pénible à imaginer mais en très bonne voie et d’autre part parce que le concessionnaire aurait bien trop à y perdre. Tout juste pourrait-on imaginer une extension de la durée de sa concession, ce qui est de toute façon un cas général. Je ne connais pas de concession d’ autoroute arrivée à son terme dans notre pays et rendue au public . Tout simplement parce que ce n’est pas l’intérêt de l’état qui ne l’oubliez pas perçoit sa part des péages.

              Enfin, dans la mesure où l’A65 est une entreprise privée, en quoi l’entretien de la 134 est-il concerné ?

              PS: merci de nous avoir proposé les documents publiés par BAP à l’époque. Je les trouve remarquablement honnêtes et en tout cas aucunement mensongers. Et si l’occasion se présente, demandez à votre patron si lui utilise l’autoroute quand il se déplace et évaluez le temps que vous pourriez gagner si un aller retour dans la journée vers Bordeaux vous permettait d’economiser deux heures. Je suis sûr que ça se discute (quand on est de bonne foi)

              • Oscar : «  » » » » »J’ai utilisé l’autoroute deux fois la semaine derniere et j’ai pu constater comme d’autres une forte augmentation du trafic tant VP que VI. Tant mieux. (Je trouve d’ailleurs assez enfantins et affligeants, les efforts déployés par certaines assocs pour démontrer le contraire, comme s’il fallait s’en réjouir). » » » » »

                Vous avez pu constater…formidable, certaines asso n’ont plus à faire le job puisque vous avez constaté à bord de votre auto, ah la bonne foi d’Oscar, la géométrie variable comme art de vivre. A noter que sur le site de BAP, on peut voire un article sur l’association de Gurmençon qui fait du comptage…
                Alienor avait estimé le trafic pour l’an 2 à 9 500 trajets, la réalité c’est 5 700 trajets pour 2012, question à combien se monte la sur-estimation, est ce de l’incompétence ou de de la malhonnêteté ?

                Oscar: » » » » »150 millions: c’est le surcoût de la « prise de conscience citoyenne » issue du Grenelle de l’envionnement. » » » »

                C’est gentil de votre part de confirmer que nous avons payé une partie de cette autoroute, vous le dîtes à votre manière, de façon un peu détourner mais c’est un petit pas vers la bonne foi.

                Oscar: » » » » » »Enfin, dans la mesure où l’A65 est une entreprise privée, en quoi l’entretien de la 134 est-il concerné ? » » » »

                Pas compliqué, maintenant que l’autoroute est la, il n’y aura plus ou alors à la marge de sécurisation de tronçon.

                Oscar: » » » » »PS: merci de nous avoir proposé les documents publiés par BAP à l’époque. Je les trouve remarquablement honnêtes et en tout cas aucunement mensongers. » » » » » »

                Et les 13 € de tronçon annoncés dans BAP, c’est quoi de l’incompétence ou de la malhonnêteté?

                Vous êtes mal barré pour la bonne foi, ça ne s’achète pas !

                • Oscar, je ne suis pas certain de mes chiffres, vous pouvez confirmer ou infirmer?

                • Oscar says:

                  Tant que vous trufferez vos reponses de mots comme mauvaise foi, malhonnête, incompétence et autres noms d’oiseaux qui n’apportent rien au debat …on en restera là. Vous pouvez en conclure si vous voulez, que vos avez raison.

  16. Qui peut prendre le risque d’assumer cette indignité et d’insulter l’avenir?

    Un petit nombre de citoyens concentrés sur leur pré carré dont les motivations précises sont très hétérogènes et qui vont du babacoolisme tendance rurale assumé, au syndrome NIMB (not in my backyard) en passant par les tenants contrariés de l’étalement lotisseur et autres élus fanatiques du mitage immobilier , qui aiment à se repeindre en vert et dont la pression sur leurs collègues du CG est constante. On en trouve une concentration élevée autour d’ Arbus.

    • Voila une réaction digne et constructive dont l’auteur peut être fier. Bravo. Savez-vous que l’être humain a quelque chose au dessus de la ceinture? Vous devriez aussi vous y intéresser. Mais peut-être qu’à ce niveau là vous n’avez plus rien à dire. Dommage pour la qualité du débat.

      • Pierre Saubot says:

        Ce n’est n’est pas bien de copier. Est-il possible que vous n’ayez rien à dire face à nos arguments? Je pensais que vous étiez mieux formé.

        • « « « Ce n’est n’est pas bien de copier. Est-il possible que vous n’ayez rien à dire face à nos arguments? » » »

          Pourquoi dans le post d’Oscar, vous avez trouvé une trace d’argumentation, ou ?

          « « « Je pensais que vous étiez mieux formé. » » »
          Oula, je sens la théorie fumeuse…

    • KRISLAR says:

      Les arguments pour ou contre laissent rêveur…
      Il y’a une dizaine d’années, j’avais réalisé une étude pour l’implantation par un transporteur routier, d’une plate-forme logistique dans les Landes sur la RN 10.
      Les conclusions auxquelles j’étais arrivé: Pour que ce projet puisse être viable et susciter des retombées économiques, il est impératif, qu’il y’ait soit un marché de production, soit un marché de consommation.
      Ou sont les marchés en Béarn? (Regardez toutes les zones artisanales ou commerciales créées aux différentes sorties de l’A65.)

      Ce projet s’il se réalise, servira à mon avis,essentiellement d’axe de délestage pour la traversée des Pyrénées. (L’axe Est et Ouest devenant saturés) et contribuera davantage à développer les atouts de l’Aragon, dont Saragosse.

      • Helene Lafon says:

        Depuis, la plate-forme logistique existe, en Aragon, Espagne ! Peut-être n’a-t-on pas su l’implanter, peut-être a-t-on manqué d’audace ! Qui en premier ? L’oeuf ou la poule ? L’activité ou les moyens de communication ? Alors osons les infrastructures nouvelles sinon l’ours slovène devra bientôt arriver à pattes pour repeupler nos Pyrénées !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s