BAP – Lettre au Président de la République

BAP interpelle, par une lettre ouverte, le Président de la République, suite à la publication du rapport DURON, à propos de la liaison LGV Bordeaux-Hendaye et du barreau Mont-de-Marsan, Pau, Tarbes.

« Pau, le 6 juillet 2013.

Monsieur le Président de la République,

Suite à la publication du rapport DURON, notre association, Béarn Adour Pyrénées, tient à vous faire part de la très vive inquiétude et de la grande émotion de tous ses membres.

En effet, le Béarn et la Bigorre, territoire collé aux Pyrénées, entrée centrale de l’Espagne à partir de l’Aragon, c’est :

– une métropole de plus de 600.000 habitants, la troisième du Sud-ouest avec Pau, Tarbes, Lourdes, Oloron, Orthez, Bagnères de Bigorre;

– c’est un pôle industriel de 20.000 emplois de haut niveau avec Alstom, Safran et ses usines Turboméca et Messier-Bugatti-Dowty, Total, Euralis, Lindt, Ogeu, PCC;

– c’est une université prestigieuse, l’UPPA et plusieurs grandes écoles d’ingénieurs et de commerce;

– c’est un potentiel touristique exceptionnel qui ne demande qu’à se développer tout au long de l’année;

– ce sont les gares de Pau (2ème d’Aquitaine) et de Lourdes (2ème de Midi-Pyrénées).

Au nom de l’importance de cette énumération impressionnante, nous demandons que:

– la réalisation de la liaison LGV Bordeaux-Bayonne soit maintenue y compris le barreau Mont-de-Marsan, Pau, Tarbes, précédée des études , de l’enquête publique et de la constitution des réserves foncières nécessaires;

– l’ouverture vers l’Espagne et les pays du Magreb par un raccordement au réseau LGV espagnol, soit préparée au sud de Pau.

S’agissant de projets transfrontaliers, ils pourraient s’intégrer dans un plan de relance, type « NEW DEAL », de travaux financés par l’Europe.

Au nom de l’égalité des territoires, nous ne pouvons accepter que le Béarn et la Bigorre, déjà sous-équipés depuis très longtemps au niveau des infrastructures ferroviaires , soient en plus privés de LGV. Ce serait d’autant plus inéquitable que notre ensemble métropolitain contribue au financement de la ligne LGV Tours-Bordeaux pour plus de 100 millions d’€, ce qui n’est même pas le cas de la région parisienne.

Nous comptons sur votre compréhension, votre sens de l’équité et votre volonté de justice pour obtenir du gouvernement, faisant preuve de bon sens et de perspicacité, qu’il décide de préserver l’avenir du Béarn et de la Bigorre, ensemble qui, bien qu’éloigné de Paris, n’entend pas être le laissé pour compte du développement durable de notre pays.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre haute considération.

Le président de BAP, Pierre Saubot »

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

27 commentaires

  • Quel bonheur , de retour d’un déplacement hors du Béarn pour donner de notre région une image de dynamisme et de créativité assortie d’une vision, de retrouver l’expression de certains dont je n’arrive pas à comprendre les motivations.
    Oui, il doit être facile d’identifier à travers le monde 15000 projets , dont 1300 en France, tout aussi défendables que ceux dont nous parlons en Béarn. Faut-il s’interdire de défendre les nôtres tant que les autres ne sont pas réalisés? Au nom de qurel altruisme? Je ne comprends pas.
    Oui , la France a accumulé de la mauvaise dette depuis des années, constituée de dépenses de fonctionnement non productives. Et pour autant , elle continue à emprunter à taux faible pour financer la poursuite de ces déficits. Quelle meilleure manière de rembourser ces mauvaises dettes qu’en investissant dans des projets créateurs de valeur donc de profits qui permettront de rembourser la mauvaise dette. Est-ce du bon sens ou du boniment. Et comme j’ai raison , qui est le bonimenteur ?
    Vous souvenez-vous de la population de Lyon quand le TGV a été lancé en 1980: 415000 habitants. Savez-ous quelle est la population de Bordeaux aujourd’hui: 244000 habitants; de Toulouse 450000 habitants ; de la conurbation Pau, Tarbes, Lourdes, Oloron , Orthez: 580000; celle du BAB: moins de 200000. Vous souvenez-vous de la population de Paris en 1840 quand a été lancé le réseau ferré en France: 900000habitants. Heureusement que tous nos détracteurs immobile dans leur tête n’éatient pas enposte de responsabilité.;;;

    • Je finis: Oui nos revendications sont légitimes et réalistes. Les investissements que nous défendons sont productifs de richesses, dont de profits , donc d’emplois durables. Je suis triste pour ceux qui pensent le contraire et continuerai à croire à la LGV surtout pour notre territoire de Béarn-Bigorre. Et je rappelle à ceux qui veulent faire des amalgames que BAP ne fait pas de politique.

      • C’est bien au-delà du modèle économique espagnol, lui-même en faillite. Vous vous référez à nouveau à l’Antiquité, comme si le monde était le même. Je vous ai cité qqes chiffres fondamentaux que visiblement, vous ignoriez… Est-ce bien sérieux ?

        • Je vous incite à relire la scène 6 de l’acte 2 du Médecin malgré lui de Molière. Vous comprendrez pourquoi les chiffres que vous citez toujours sans les justifier ne sont pas des vérités.

          • Je cite les chiffres fondamentaux, que vous ignoriez alors que vous même n’en citez aucun et énoncez simplement de grandes théories largement dépassées par la crise économique actuelle.

    • Drôle de comparaison que de comparer Toulouse et Bx intramuros avec Pau 60 km à la ronde !!!
      Allons, revenez à la raison. Chacun ici sur ce forum a défendu des idées dont il a fini par admettre le contraire ou laisser tomber devant la contre-argumentation. Moi-même, Daniel Sango, Oscar et bien d’autres. Est-ce que vous ne changeriez jamais d’avis ?

      • Je regardais hier l’exercice militaire sur l’esplanade des Invalides. Je me disais: Quand il a construit le batiment en plein champ, Louis XIV imaginait-il ce qui serait construit autour deux ou trois siècles plus tard? Ayez un peu d’imagination à défaut de vision d’avenir. Je sais que vous pouvez.

        • La Tour Eiffel est un « tour de génie », au nom duquel ont été construites bien des horreurs d’ailleurs sous prétexte de l’apparente innovation. Une LGV n’est rien d’autre qu’une infrastructure, adaptée sur certains trajets seulement. Rien de génial ou de visionnaire là-dedans.

    • « —de retour d’un déplacement hors du Béarn pour donner de notre région une image de dynamisme et de créativité assortie d’une vision —»
      Mais avez-vous réussi ?…
      « —Quelle meilleure manière de rembourser ces mauvaises dettes qu’en investissant dans des projets créateurs de valeur donc de profits qui permettront de rembourser la mauvaise dette. …»
      L’économiste L. Davezies différencie la base économique productive de la base économique résidentielle, publique et sociale. Cela l’amène à identifier un PIB dit compétitif.
      Il me semble que c’est sur la base de ce PIB dit compétitif que les investissements d’infrastructures de transports doivent être évalués.
      C’est pourquoi j’ai également un doute sur les résultats de la modélisation IGN présentés par M. Poulit.
      « —Savez-vous quelle est la population —de la conurbation Pau, Tarbes, Lourdes, Oloron , Orthez: 580000; —. »
      580.000 hab. correspond effectivement à la population de l’agglomération d’une métropole régionale.). Le problème est que ni la métropole régionale ( Echelle ville >200.000 hab.) ni son agglo (Echelle agglo >500.000 hab.) n’existent.
      La conurbation qui semble émerveiller beaucoup de monde n’est que le résultat de l’extension pavillonnaire en milieu périurbain, due à l’automobilité.
      Là aussi le modèle IGN sur le bénéfice de l’accroissement de la portée des déplacements n’est pas satisfaisant car il favorise l’étalement urbain (« qui fait la route fait la ville », citation généralement attribuée à M. Poulit).
      Ce développement du périurbain équivaut-il, en terme de croissance économique et développement humain, à celui du développement de zones denses ? J’aurais tendance à en douter.
      A mon avis, la priorité devrait être à l’élaboration de cette métropole. C’est-à-dire au développement de l’agglo de PAU où il y a beaucoup de choses à voir, revoir et à développer.
      A force de se polariser sur des objectifs visionnaires et d’attendre leur réalisation, peu se fait sur l’existant.
      Je considère par exemple que la mise en œuvre du contrat d’axe ferroviaire de la région pour les Pyrénées-Atlantiques (éventuellement étendu au 65 et au Sud 40) serait un élément fondamental pour l’organisation d’un bassin de l’Adour attractif et en phase avec les évolutions pressenties.
      A partir de là, le problème de la connexion au réseau LGV se posera, en son temps, différemment et certainement de manière moins passionnée ; et aussi moins médiatique.
      Peut-être un élément d’éclairage ce soir :
      Conférence – Exposition/Territoire 2040, aménager le changement Jeudi 11 juillet à 18h30 au Parlement de Navarre à Pau, Martin Vanier, professeur en géographie et aménagement à l’Institut de Géographie Alpine de l’université Joseph Fourier (Grenoble I), présentera la démarche prospective lancée par la DATAR : Territoires 2040, aménager le changement. L’exposition La France de 2040, conçue à partir de ces travaux sera montrée à cette occasion.

      • Merci pour cette analyse . Je n’ai pas pu aller à la conférence de jeudi. Comment avoir le contenu.
        En réponse à votre question , je vous signale que l’étudiant qui a stoppé un instant le char sur la place Tienamen en 1989 n’a pas réussi. Il était trop seul. J’aimerai être moins seul.

  • Tout le monde sait, y compris Monsieur Saubot, que la LGV n’a aucune possibilité d’arriver à Pau au cours des 25 années à venir, ceux qui prétendent le contraire ne le croient pas eux-mêmes et ne sont que des bonimenteurs.
    Il y a 3 raisons incontournables à cela:
    La première est que nous vivons à crédit depuis 1975, date du dernier budget équilibré voté par le Parlement. Depuis 38 ans, nous dépensons de l’argent que nous n’avons pas. Le résultat de ce laxisme est une dette qui atteint aujourd’hui en France 25000€ par personne. Je dis bien par personne, du nouveau-né au centenaire! Dans ces conditions,l’Etat et les collectivités n’ont pas et n’aurons pas avant au moins 20 ans les moyens de financer la LGV à Pau. Les élus locaux et les faiseurs de rêve peuvent dire ce qu’ils veulent, les faits sont têtus.
    La seconde est que cette ligne n’a rien de prioritaire au niveau national. Même si dans 10 ou 15 ans la situation financière s’est améliorée, quel est le gouvernement qui décidera de relier Pau (81200h, 140000 avec l’agglo) à Mont-de-Marsan (31200h) alors que Bordeaux-Toulouse n’existe toujours pas ?
    Rennes-Nantes ou Saint Etienne-Lyon-Grenoble ou Bordeaux-Nice desservant Toulouse, Montpellier, Nimes, Marseille, Toulon et Nice relèguerons pour 30 ans la Pau-Mont de Marsan dans la poussière d’un fond de placard !
    La troisième est que l’avenir des TGV n’est pas assuré à long terme, la tendance actuelle allant assez nettement vers une amélioration et un fonctionnement correct du réseau existant, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.
    Des gares accueillantes et des trains à l’heure, confortables et fiables vers Bayonne, Toulouse ou Bordeaux seront 10 fois plus utiles et coûteront 100 fois moins cher qu’une LGV.
    Soyons sérieux, cessons de rêver et oublions la LGV.

    • Peut-être avez-vous raison ! Peut-être les partisans de la LGV sont-ils des rêveurs. Mais ne faut-il pas craindre un effet boule de neige ? Le volume de population dans le Béarn et la Bigorre ne justifie pas et ne justifiera jamais la construction d’une LGV, dites-vous. Mais en retour, le manque de liaisons ferroviaires rapides et fréquentes ne risque-t-il pas de provoquer la stagnation puis la décroissance de l’activité économique locale et de pousser la population jeune à quitter une région sans grand avenir ? Puis la population étant encore plus faible et vieillissante, il ne saura être question d’y créer des infrastructures routières ou ferroviaires. Et ainsi de suite jusqu’à ce que l’on renonce même à entretenir l’existant et que le pays se vide !
      Quant à dire que le principe des LGV est lui-même remis en cause… Informez-vous sur les projets (on en est aux appels d’offres) de lignes LGV en Asie du Sud-Est. Il s’agit de projets impliquant plusieurs pays et régions et qui permettront un jour de traverser l’Asie.

      • Ce qu’il ne faut pas perdre de vue en matière de LGV, c’est qu’elle ne se justifie vraiment que si elle permet d’ augmenter le débit d’une ligne de chemin de fer, donc le nombre de personnes transportées par unité de temps, sur des lignes à très fortes densités, en particulier en Asie. Et pas le temps passé par unité de voyageur..Pour ça, l’avion reste imbattable et beaucoup moins cher.

        • La LGV a remplacé l’avion sur les courtes distances Paris-Lyon et ce sera le cas pour Bordeaux, Rennes, Strasbourg aussi. Sur Paris-Pau, de toutes manières, même s’il y avait une LGV sur l’ensemble du parcours (hypothèse impossible financièrement), il n’y aurait pas de temps gagné par rapport à l’avion. Je crois que Paris-Marseille est à 60% pour le train 40% pour l’avion, avec une haute fréquence de trains. Sur Paris-Pau, la fréquence des TGV n’aurait pu être que très faible. A Toulouse, l’aéroport est presque saturé, la LGV évitera la construction d’un deuxième aéroport. Les LGV en Chine relient des villes de plusieurs millions d’habitants de la taille de Paris… pas des villes de taille moyenne. Et la LGV n’est qu’un atout parmi bien d’autres, dont doivent se passer d’ailleurs en France des villes bien plus importantes que Pau. Bref, pour Pau, la LGV, c’est vraiment rien de rien, un simple outil publicitaire pour des politiciens qui ne s’occupent pas des vrais problèmes pendant ce temps. On ne sait même pas s’il y aura Bx-Dax un jour car plus le réseau ferroviaire français grandit, plus il coûte cher à entretenir, plus de nouvelles lignes sont difficilement envisageables. Et le transfert des poids lourds sur des LGV n’est malheureusement pas pour demain..

          • Quant on sait que cette LGV est la vision des politiciens Béarnais (PS, UMP, Modem et FN) pour l’avenir du territoire… C’est ahurissant de démagogie et d’incompétence.

          • Comment pouvez-vous affirmer une telle inexactitude? Vérifiez vos sources au lieu de prendre vos désirs pour des réalités.

          • Qui a parlé de faire passer le ferroutage sur le LGV? Je ne comprends pas . C’est au contraire en créant de nouvelles lignes qu’on libère les anciennes pour développer le ferroutage.

          • Les 2 sont tout à fait possible.

          • Si vous voulez dire que développer le ferroutage sur les lignes éxistantes , c’est possible, je pense que vous vous trompez. Merci d’expliciter votre point de vue.

      • Hélène, le débat n’est pas pour ou contre la LGV entre Pau et Paris.
        Le débat est pour ou contre Mont de Marsan Pau en LGV contre Dax Pau en train « standard amélioré ».
        C’est à dire un gain minime pour un montant entre 1,7 et 3,5 milliards d’euro.
        Comme l’écrit plus loin Oscar, une LGV ne se justifie que sur des lignes à haute densité de voyageurs. Et donc absolument pas Pau Mont de Marsan!
        Tout ceci est d’une telle limpidité que seul des lobby maximalistes comme BAP, ou des politiciens de pacotille peuvent prendre une position différente pour les trente années à venir, au moins.

      • En réponse à Hélène, je connais les projets et travaux en cours en Chine où j’ai pas mal voyagé. La situation n’a strictement rien à voir avec la nôtre. Il est bien évident que pour relier entre elles des villes de 10M d’habitants, la voie ferrée s’impose. Ni l’avion, ni des super autoroutes à 12 voies ne pouvant absorber un trafic énorme. Et si on construit une nouvelle voie, ce n’est pas pour y faire circuler des omnibus à 60km/h. Donc TGV en Chine.
        Mais nous n’en sommes pas là entre Pau et Mont-de-Marsan !!

  • Que BAP ne s’inquiète pas, la LGV ira jusqu’à Dax, ce qui sera parfait pour Pau et Tarbes, puis vers l’Espagne, lorsque enfin on utilisera le rail pour le fret.
    Quant au barreau, Mont de Marsan Pau, ce n’est pas au président François qu’il faut écrire, mais à Francois de Rome, seul capable de faire des miracles…

  • La lettre au Père Noël… Clermont Ferrant, Nice, Grenoble, Limoges, Orléans etc pourraient écrire la même.
    La Pau-Oloron est par contre un vrai sujet. Qu’en est-il du projet de Labazée par rapport au projet de tunnel par Arbus, en coût et en temps ?

    • Vive Lucky Luke et ses disciples. J’admire la méthode qui consiste à tirer plus vite que son ombre pour l’un et à poser des questions hors sujet pour d’autres, voire à se tirer une balle dans le pied . Quel talent qu’il serait mieux de mettre au service du Béarn!!

      •  » Quel talent qu’il serait mieux de mettre au service du Béarn!!  »
        Il s’agit plutôt du vôtre, que vous avez mis à profit pour l’A65, mais pas sur ce sujet.
        Ne tombez pas dans le blabla des politiciens locaux qui se font mousser avec ça, vous valez mieux que ça.
        Les chiffres prouvent et re-prouvent que cette LGV est impossible financièrement, et de loin. Dans un pays bien géré comme en Europe du N ou en Chine, la question ne se poserait même pas tellement la réponse est évidente.

        • Oui vous avez raison , les calculs prouvent que les Egyptiens n’ont pas pu construire les pyramides et que la grande rosace de la cathédrale de Paris ne peut pas tenir mécaniquement. Ce que nous voyons à ces deux endroits sont des leures. Il est temps de le dénoncer l’incompétence de ceux qui croient que ces monuments existent et de stopper cette démagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *