La tactique de la politique,

0
(0)

magouillesLa politique est pour certains, une optique, un souhait, parfois un don qu’il fera bon d’user aux yeux des concernés, en fait pour tous c’est un champ magnétique les attirant de façon académique. Pour la plupart cette tactique est usée plus que de raison développant chez eux un sens civique peu affûté plutôt en accordéon.
Puis, il y a celles et ceux inspirés et qui de leurs belles envolées, toute lyrique, nous séduisent de façon à nous émouvoir du haut de leur perchoir quand d’autres se font un réel plaisir de nous asticoter en usant de la trique via des substantifs vêtus de leurs qualificatifs. D’autres encore emploieront des verbiages élancés vers les sommets qui, selon une sémantique élégamment ficelée, devront demeurer une œuvre, parfois poétique, valorisée par autrui selon la thématique… demeurée un chef-d’œuvre, historique ou dogmatique, relu ou cité que les générations useront à leur tour afin de nous enflammer ou nous sermonner soigneusement, nous émouvoir selon que nous soyons proches ou décalés de leurs pensées, voire nous exploiter de cette façon inique qu’ils savent si bien manipuler !
En vérité, si cela ne me fait pas rêver, cette politique là, qui se doit d’être diplomatique, un brin philosophique, laisse béat d’admiration, de voir ainsi interpréter, selon l’orateur et son oraison, selon l’éphémère et son imagination, ce que l’acteur d’une vie publique est capable d’inventer pour tenir une place honorifique dans une société qu’il souhaite symétrique, à son image et rassemblée là pour une photo symbolique. Un intervenant dans nos vies, elles qui se doivent d’être sinon idylliques du moins essentiellement pratiques; une femme ou un homme qui, plus qu’user de figures de rhétoriques, fera la nique à nos douleurs, aux visages trop souvent faméliques qui peuplent les associations de déshérités… aux subversives attaques de la maladie, de la malnutrition, de la politique de déraison, de la déformation, de l’ignominie qui fleurit un peu partout et sans franche raison.
Enfin soigner toutes ces inflammations qui provoquent dans le cœur d’une nation le mal de vivre soulevant certaines passions restées dans les mémoires.

– par Samie Louve

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *