Lectoure pour tous

Le Gers est devenu le terroir des festivals : country à Mirande, salsa à Vic, jazz à Marciac, astronomie à Fleurance, photographie à Lectoure…Cette terre qui enchante les collines en les habillant de cultures somptueuses (le blé, le tournesol) tourne la tête du juillettiste venu se perdre loin des bouchons autoroutiers et des vacances à la mer, faisant monter les marées à des rythmes insensés. Dans le Gers, les bouchons résonnent Tariquet, Colombelle, Pacherenc, blancs, rosés, rouges comme des gamberone di Babalù à la Paolo Conté. Dans le Gers, tout est bon, ou, du moins, fait du bien.
Et ce qui est sensiblement notoire est le fait que nul ne marche sur les plantes-bandes du voisin. Ainsi chaque bourg, si l’on excepte Auch  (par les possibilités de financement) qui s’inscrit depuis des années dans l’art circacien et en devient une référence, peut vivre et conforter une saine singularité. Tout est vivant, quelle que soit l’époque où l’on y passe, l’été en étant un moment fort de couleurs, de jardins, de jeux d’ombres dans les ruelles, dans la magie des champs (des bottes de foins carrées, d’autres rondes), les tournesols sur pied, les ondulations des labours puis des récoltes qui brillent sur le dos des collines (comme un chat aimé que l’on caresse et dont on voit la trace de nos doigts sur le pelage).
Il y a dans le Gers ce que Dieu n’a pas trouvé dans le ciel : les couleurs de la vie quotidienne.
Et ce samedi-là, il faisait une chaleur d’Enfer.
A noter que le très agréable petit musée d’Art Naïf de Béraut a fermé, et pour ceux qui l’ont fréquenté, comme pour ceux qui y étaient exposés -de vraies pépites-, c’est une véritable tristesse.
les photos sont ici :
http://altpyphot.wordpress.com/2013/07/27/lectoure-pour-tous-serie-un-ak-po/
http://altpyphot.wordpress.com/2013/07/27/lectoure-pour-tous-serie-2-par-stie/
Remarques : pour visiter les expos, prévoir 9 E par adulte. ( A Sète, tout est gratos, mais la Méditerranée est généreuse). 6 lieux dans la ville, mais le cinéma « le Sénéchal » ouvert uniquement…le mercredi. Les bénévoles sont très gentilles, sous la canicule, c’est rafraîchissant !

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

8 commentaires

  • La politique et » la levophobie » de certain est un véritable » attracteur universel ».
    Il est assez lamentable, je trouve, de transformer un sujet évoquant des activités culturelles sous leurs deux aspects: culture biologique et culture culturelle, en évocations oiseuses sur la politique. Le Gers est une région magnifique par ses bastides, ses traditions, son histoire, ses spécialités gastronomiques, son accueil, etc. C’est un plaisir, un dépaysement, que de circuler dans cette région, de fréquenter ses musées, ses marchés, de faire ses provisions d’ail pour l’hiver….
    Merci d’avoir évoquer cette région surtout en cette période de vacances et de fréquentation touristique.

    • GV, ne vous inquiètez pas. En détournant un peu Wikipédia, voici le résumé du commentaire d’OdP, et de sa théorie amicalement subreptice :
      LE MATERIALISME DIALECTIQUE OSCARIEN
      (thèse défendue par un anamorphe sans prétention)
      « Le matérialisme dialectique, ou de dialectique matérialiste, ou diamat, est l’emploi, dans la pensée oscarienne, de la méthode dialectique pour analyser la réalité à travers un prisme matérialiste. L’élaboration matérialiste de la dialectique se situe dans le prolongement du matérialisme historique, conçu par Oscar et ses Black Angels pour aboutir à une « connaissance scientifique de l’histoire », soit une évaluation objective des formations de la conscience en les rapportant à leur fondement réel et social ; la dialectique Oscarienne unifie deux éléments qu’OdP trouve séparés dans la vie intellectuelle de son époque : le matérialisme philosophique basé sur la science de la nature d’une part, et la dialectique des Angels, soit la théorie des contradictions, d’autre part.
      Pas de quoi s’en faire, donc !
      Bien entendu, les lecteurs trouveront ici http://fr.wikipedia.org/wiki/Mat%C3%A9rialisme_dialectique
      les termes exacts de l’article de Wikipédia.
      Pour les vacanciers du Gers qui n’ont pas encore de Smartphone, mais qui veulent l’être malgré tout (avant d’aller écouter du classieux classique à La Roque d’A.) :
      « Le matérialisme dialectique, ou de dialectique matérialiste, ou diamat, est l’emploi, dans la pensée marxiste, de la méthode dialectique pour analyser la réalité à travers un prisme matérialiste. L’élaboration matérialiste de la dialectique se situe dans le prolongement du matérialisme historique, conçu par Marx et Engels pour aboutir à une « connaissance scientifique de l’histoire », soit une évaluation objective des formations de la conscience en les rapportant à leur fondement réel et social ; la dialectique marxiste unifie deux éléments que Marx trouve séparés dans la vie intellectuelle de son époque : le matérialisme philosophique basé sur la science de la nature d’une part, et la dialectique de Hegel, soit la théorie des contradictions, d’autre part. »
      Pour La Roque d’Anthéron, c’est ici :,http://www.festival-piano.com/index.php?id=17#sthash.SbFjX7f8.dpbs (avec Baremboïm le 13 août Verdi Berlioz, ma mère ! trop bon !
      Have a good time.

      • Que n’avais-je pas compris avant!!
        Merci infiniment pour cette précision, elle s’imposait en effet. Elle dévoile sous une réalité nouvelle l’objet de mon ressentiment.
        Je vais relire plusieurs fois votre démonstration pour m’en imprégner; cela peut toujours servir plus tard!

    • Cher Monsieur Vallet, je vous remercie d’attirer mon attention sur les mérites du Gers où je passe mes vacances depuis quarante ans environ et que je ne connais guère que trop superficiellement, tant sous ses aspects touristiques, économiques que sociologiques.
      Votre culture scientifique universelle m’a permis de découvrir celle de l’ail dans nos cantons, ce dont je vous remercie, de même que la présence de coteaux ensoleillés et de bastides qui m’avaient bêtement échappés, tout occupé que j’étais à m’amuser de la vanité du monde. Ce qui ne risque pas de vous arriver, votre sens de l’humour étant décidément voisin de celui des méduses. Une espèce qui a été éradiquée dans le Gers, ce que personne ne semble regretter dans un pays où les John Deere monstrueux équipent des brigades mécanisées capables de repousser les écolos dans les Pyrénées Atlantiques et leur député champion de l’opportunisme au Ministère de l’écologie.

  • Le jour où l’industrie – et l’économie – française seront ruinées, ce sont les paysans, et notamment ceux du Gers, qui s’en sortiront, à moins que de terribles orages de grêle ou canicules les empêchent de produire… Ils pourront même fabriquer leur (bio) carburant sur place, ne leur restera qu’à acheter qu’un tracteur made in China.

  • Le Gers…La gauche caviar ministérielle et ses affidés aime à s’y convertir l’été en gauche foie gras jazzy, chemise Lacoste et pantalon de toile. Il faut y être vu avant de rejoindre la gauche tapenade à la Roque d’Antheron. Ah les beaux étés à la campagne.

    • Pour moi le Gers, c’est avant tout la terre de mes ancêtres.
      L’ail du Gers, je connaissais. Par contre, je ne savais pas que l’on y produisait du caviar… !
      Le Gers, c’est le pays de France où certains paysages permettent de se croire en Toscane

      • De quel caviar parlez-vous?
        De celui d’Oscar: « la gauche caviar ministérielle »
        ou de la pisciculture de Riscle que j’ignorais moi aussi.
        Quant à la Toscane, je suis d’accord; profitons en, c’est « si près » ou ses cyprès!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *