Couper les oreilles…

5
(1)

imagesoreillesComment couper les oreilles du monde face à la mondialisation des esprits et des cœurs, aux rouleaux compresseurs des Google, des Facebook ou autres Twitter ? Nous autres européens avons le pouvoir et le devoir de regarder ailleurs.

Comme le rappelle l’actualité récente toute activité un Internet, quel que soit l’appareil d’accès, (portable smartphone voire tablette ou PC) laisse des traces indélébiles et interconnectées dans les grandes oreilles du monde.

Remarque liminaire : toutes ces oreilles doivent être bien encrassées par toutes ces informations presque toujours triviales ou inutiles. Une stratégie d’obstruction (naïve ?) serait de les laisser s’encrasser et peut-être mourir d’obésité ou de manque de discernement.

Néanmoins nous ne sommes pas tout à fait exempts de moyens pour contrer cette folie orwellienne. Nous savons que les grands vecteurs que sont Facebook, Google par sa messagerie gmail, voire Twitter ne fonctionnent que sous le mode pernicieux et dévorant de la gratuité et du grégarisme.

Si on bloque, même un peu, l’entonnoir à information on grippe tout l’intérêt et la pertinence de la chose et on fera surgir des alternatives. La première de ces alternatives étant le silence et la tempérance. On créera, du même coup, un monde plus riche et plus divers. Incidemment un monde plus délicat et plus discret riche de sa diversité culturelle et linguistique.

Pour cela l’Europe, qui a tous les moyens intellectuels à cet effet, doit créer des programmes alternatifs et nous, individuellement, devons les utiliser. C’est juste une question triviale de masse critique.

Pour le moment au niveau des moteurs de recherche peu d’alternatives à l’excellent Google dont les français sont les plus grands utilisateurs au monde.

Par contre pour la messagerie gardons nous de gmail qui vous trace ou vous traque inexorablement surtout si nous avons la mauvaise idée de nous identifier avec un même identifiant sur une autre application de la société. Surtout bloquons, en tant que de besoin, la géolocalisation et retrouvons l’ivresse de la solitude.

Pour cela restons avec nos opérateurs anciens type Wanadoo ou avec les logiciels libres comme l’excellent Thunderbird.

Soyons originaux et délicats. Passons nous d’un compte facebook, miroir de vanités et trop souvent de la médiocrité, où la terre entière peut avoir accès à vos éventuels débordements mais surtout à votre profil au travers duquel vous devenez un gibier commercial inexorablement traqué.

Résistons à l’inflation des amis, faux et vrais, mais certainement virtuels qui vous donnent l ‘illusion de ne pas être seuls au monde .

Rêvons un peu en pensant que les politiques, les footballeurs, ou les Pipaul ne se croient pas obligés de créer un compte Twitter pour dispenser leurs messages le plus souvent ineptes. A tout le moins ne soyons pas les suiveurs moutonniers ( les folowers en bon français) pour paraître dans le coup.

A toutes fins utiles 4 adresses de sites plus ou moins alternatifs pour échapper à cette emprise : 4 sites qui sont des vrais réseaux sociaux (des réseaux autosuffisants entièrement gérés et produits par les utilisateurs) pas seulement, des sociétés commerciales.

– www.amiez.org/ un réseau de sorties, entièrement géré par les utilisateurs, qui sont aussi les organisateurs des sorties. Éventuellement un site pour faire des rencontres. Très actif sur le Béarn. Derrière des modérateurs bénévoles et une association sans but lucratif
– www.onvasortir.com/‎ Même topo, même punition, mais avec une société commerciale derrière
– www.ipagination.com/‎ un site très bien fait et gratuit pour les littérateurs en herbe où il arrive que Pierre Yves Couderc laisse des textes sous le pseudo de picasso64
– www.alternativespyrenees.com/‎ Vous y êtes cher(es) ami(es)…

– par PYC Oloron

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 1

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

4 commentaires

  • Aparté :
    BB : » Les trois derniers articles d’AltPy sont illustrés par un papillon, une chenille et un âne. Nature, quand tu nous tiens !!! » et dans le dernier paru (« les années drones »), une belle araignée volante survole le territoire.
    Elle survole le territoire tout comme le rêve d’Icare se casse la gueule : elle différencie l’oeil de sa réalité et, pour rejoindre votre article, PYC, non seulement elle nous surveille mais encore elle entretient faussement un des rêves de tout être humain : voler. ( Un rêve riche que les rentiers ont depuis des lustres expérimenté -au sens figuré comme au sens propre-).
    Ainsi ce qui parait merveilleux de prime abord ( les « réseaux sociaux », les drones, les caméras de surveillance, la télévision de papi, etc etc) se révèle par la suite pourvoyeur de terribles menaces sur tout ce qui est le fruit de notre conscience : la liberté d’agir et de penser, d’aimer et de fumer dans les cabinets ministériels -cubains, (on me surveille par les bagues de mon cigarillo où est implantée une puce RFID et des nano-mouches bourrées d’informatique analysent mon souffle, mes battements de coeur, ma tension artérielle et mon compte bancaire semblable à l’electro cardiogramme de Nelson Mandela dont soudain on n’entend plus parler).
    Dumbo et Peter Pan dansent dans les airs, sympathiques. Ils donnent aux enfants l’imagination qui leur permet de grandir. Facebook et compagnie sont des leurres, et cela, nous le savons depuis le début, enfin, pour la plupart d’entre nous, qui ne sommes pas nés dedans, sans avoir prévu néanmoins que nos ados y plongeraient leurs nez de Pinocchio jusqu’à en entretenir, devenus Polichinelle, leurs secrets. Seulement, le mal est fait, et ne cessera de se répandre que quand ErDF n’escroquera plus ses clients :), et que l’électricité sera fournie exclusivement par la bicyclette, produite par des prisonniers pédalant en regardant des espaces magnifiques qui n’existent plus (soleil vert) au fond de leurs cellules, par exemple, expiant leur peine dans la virtualité du sprint.
    Les solitaires iront vivre dans les bois, et leurs amis seront aussi bêtes qu’eux-mêmes l’étaient jadis, mais sans les cornes. Que des finalités innovantes et utiles animent les concepteurs et les réalisateurs de drones est, bien évidemment, une bonne chose. Seulement, le militaire a toujours précédé le civil. Mais cela risque fort de devenir tout à fait marginal dans un monde dont nous subissons l’évolution plus que nous n’en profitons globalement pour notre bien-être social.
    La France, ce pays de notre enfance, va diminuer le nombre de casernes militaires et investir dans l’achat de 12 drones. La guerre dans un fauteuil. Pendant ce temps, la télé servira le rata. Et le moindre moustique suceur de sang nous effraiera, tout comme la bave de la cicadelle blanche. Le seul moyen de s’en sortir : scier la branche sur laquelle on est assis. Ainsi, tout sera réuni : le survol, le mauvais plan, et le splash dans l’exécrable réalité du monde, celle qui ramasse le temps et les feuilles d’impôt, mais pas celles des déclarations d’amour.
    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *