Adour – Elections municipales 2014 : La grande comédie va pouvoir démarrer

0
(0)

im6079

Bientôt septembre 2013. Les « Etats-majors » politiques sortent de leur torpeur. En mars prochain, les électeurs vont devoir élire de nouveaux conseils municipaux. Les élus préparent leur défense. Les challengers, l’attaque. La grande comédie va pouvoir démarrer.

Il y a, en Adour, 1352 communes (Landes, Pyrénées-Atlantiques et Hautes Pyrénées). Oui, vous avez bien lu : mille trois cent cinquante deux communes. A l’arrivée, autant de maires et combien plus de conseillers municipaux… et de fonctionnaires communaux ! A l’arrivée, autant de salles ceci, de complexes cela, de bâtiments municipaux, et chaque fois sans prendre en compte ce qui se trouve déjà dans la commune voisine.

Parmi ces 1352 communes, seules 187 d’entre-elles ont plus de 1000 habitants. Sous la barre des 100 habitants, on ne trouve pas moins de 233 communes en Adour !

Qui connait dans les Hautes-Pyrénées : Casterets 5 habitants, Ourdon 6 ha (photo en illustration), Samuran 8 ha, Fréchet-Aure 10 ha, Mazouau 11 ha. ?
Qui connait dans les Landes : Baudignan 36 habitants, Argelouse 55 ha, Arx 57 ha, Mauries 63 ha, Estigarde 74 ha. ?
Qui connait dans les Pyrénées-Atlantiques : Pouliacq 36 habitants, Moujhous 38 ha, Ossenx 48 ha, Castéra-Loubix 49 ha, Lucarré 51 ha. ?

Face à cette multiplications de communes, aux moyens logiquement limités, le législateur a proposé la mise en place de « communautés de communes ». C’était en 1992. Vingt ans plus tard, le pays connait un maillage fort de strates de tous types, aux compétences qui s’enchevêtrent, mais les communes sont toujours là, résistant à tout type d’évolution pouvant les conduire à se dissoudre dans les communautés de communes ou d’agglomérations.

Vingt ans plus tard, les électeurs vont, comme depuis la révolution française, élire 36.782 maires pour la France entière alors que leur commune ne correspondent jamais à un « bassin de vie » concrèt. Quel gâchis que cela !

Si une élection devait avoir lieu en mars 2014, c’est avant tout celle au suffrage universel direct des présidents des intercommunalités et des conseillers correspondant à celles-ci. Faire élire par le Français le « roitelet du coin de rue », plutôt qu’un réel responsable de son  » bassin de vie » ou de son inercommunalité, représente un coût économique lourd pour la nation.

La première des réformes qui devrait transformer la France administrative est la division par 3, 4 ou 5 du nombre de communes. Ce jour-là, notre fonction territoriale commencera à redevenir compétitive, dans un contexte de mondialisation où les notions d’efficacité et de productivité s’immiscent partout.

En mars 2014, nous voterons. Mais, pas pour la bonne élection…

– par Bernard Boutin

PS : le population des communes des départements, c’est ICI

Crédit photo : Commune d’Ourson, 6 ha dans le 65 http://www.randozone.com

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

10 commentaires

  • Pau… les charges de personnel de la ville + la partie de l’agglo au prorata de la ville, qqchose comme 70 M€ par an. Admettons que ces charges aient augmenté ces 15 dernières années de 20 M€ (un ordre de grandeur sans doute minoré) et que toutes les communes aient fait pareil. Ca représente alors l’équivalent de 16 Mds € par an en plus à l’échelle de l’Etat par rapport à il y a 15 ans. Bon, c’est scabreux comme calcul, mais l’ordre de grandeur doit être à peu près de cela.

  • C’est pas Samurna mais Samuran.
    Il y aurait 20 habitants et pas 8.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Samuran.
    18 personnes sont inscrites sur liste électorale.
    http://www.lemonde.fr/resultats-elections-legislatives/samuran,65370/
    Enfin, pas grave. Il faudrait connaître le coût de ces petites communes pour l’Etat.

  • « Qui connait dans les Hautes-Pyrénées : Casterets 5 habitants, Ourdon 6 ha (photo en illustration), Samurna 8 ha, Fréchet-Aure 10 ha, Mazouau 11 ha. ? »
    Toute personne susceptible de me renseigner sur la position géographique exacte de ces petits bledouillets sera la bienvenue. J’ai toujours rêvé de devenir maire d’un petit patelin, et je n’ai qu’une courte année devant moi pour me présenter (dans cinq ans je serai trop décati, sauf si le droit de vote est donné aux animaux, qui ne sont pas bégueules, eux). Une fois indirectement élu par mes administrés à ce poste tant convoité, je plierai les habitants du village à mes quatre volontés, à savoir :
    -sieste obligatoire après le déjeuner (préparé par madame Miouchi, à Samurna, ou par monsieur Fourma, à Casterets)
    -fabrication d’espadrilles, de médailles (en chocolat pour les gamins) à l’effigie du maire (bibi) (Famille Cousticou, à Fréchet-Aure, ou Landiston, à Mazouau)
    – culture de la vigne, vierge ou pas, et élaboration d’un vin frais par l’ oenologue du coin (l’ ancien garde champêtre Turisquet à Ourdon, ou le vieux facteur Landruveau de Samurna, ou le curé Saingeon de Fréchet-Aure, à vendanger en automne, mis en bouteille à la mairie et exporté dans le monde entier sous étiquette sérigraphiée à la main par l’institutrice Marinette Lapinette et la boulangère Michou Croustillon : « vin de pays et pain de vie ».
    – enfin, l’eau du puits servira aux bains et autres ablutions festives, servie grâce à un système de noria que je suis entrain de mettre au point dans mon petit jardin (avec Asino, mon vieil âne).
    Donc, en un mot comme en cent, inscrivez-vous sur ma liste et passez ensuite à la caisse, au fond du couloir, à gauche.

  • Pour nous Français qui aimons nous comparer à l’Allemagne, il faut savoir que dans ce pays de 81 millions d’habitants il y a environ 12.000 communes. Il y en avait beaucoup plus auparavant, 25.000 pour la seule Allemagne de l’ouest. C’est par une volonté politique que leur nombre a été réduit. La même chose est donc impossible en France parce que le village où je suis né … Quel était donc le titre de cette chanson de Brassens, ma mémoire fait défaut !

  • Je ne sais pas si la CCLacq est un modèle pour les communes rurales, tout comme la CC du pays de Nay par exemple ou encore celle de Thèze +Luy de Béarn.
    La CCLacq est surtout tirée par le bassin d’activités de Lacq, la CCThèze+Luy par la zone d’activités du Luy et celle du Pays de Nay par Tuboméca.
    Toutes ces zones d’activités ne pourraient pas fonctionner sans Pau qui est loin d’être un monstre urbain. Or les CC qui abritent ces zones d’activités ne veulent pas dépendre de l’Agglo paloise.
    Cette manière de jouer depuis bien des années me semble être un gros handicap pour le Béarn.

    • ils ont surement raison de ne pas vouloir être en agglomération Paloise… tant que…..j
      pour oscar, le niveau de trop n’est bien sur pas celui de la commune.
      le maire est trop souvent, le seul lien du fin fond des campagnes , Bien loin de ce qui ce passe en grandes communes souvent bénévoles et pas payés;

  • Enfin, c’est plutôt chaque grand parti politique qui est une « grande famille », probablement en France plus que dans certains autres pays, d’Europe du N notamment.

  • Les élus locaux représentent souvent une véritable « mafia ». Pas toujours: certains sont honnêtes et soucieux de l’intérêt général, mais ce n’est pas la majorité.
    La grande majorité des conseillers municipaux ne sont pas rémunérés. Il n’y a donc pas d’intérêt financier a priori pour le conseiller. Mais c’est souvent un bulletin de vote automatique pour le maire, en échange de quoi celui-ci fournit un emploi à une des personnes proches du conseiller parmi les emplois (semi-fictifs généralement du personnel municipal) ou par son réseau de relations.
    Les politiciens formant une grande « famille », les différents niveaux étant interconnectés… et étant à l’origine des lois, il est peu probable que cela évolue tant que la France ne sera pas déclarée en faillite. Alors, peut-être que l’Europe exigera de la France une réduction du nombre d’élus et de fonctionnaires dans les collectivités locales. Peut-être seulement, lorsque le décrochage par rapport à l’Allemagne deviendra sera insoutenable. Il y a 15 ans que la France décroche par rapport à l’Allemagne, cette période correspondant à la forte augmentation du personnel des collectivités locales et au rajout de strates administratives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *