L’hypocrisie des chiffres


CaptureDepuis quelques jours, la rentrée est à la une de la presse écrite, des radios et des journaux télévisés. Chacun ou presque y va de son estimation du coût annuel d’un enfant scolarisé, pour sa famille ! Quelles sont les dépenses prises en compte ? Cela dépend.

Tous  y inclus, les fournitures, les manuels et les livres, les équipements (vêtements, matériel, sport), les frais annexes dont l’assurance.

Que les parents aient à contribuer à l’achat de manuels scolaires peut être contestable. Mais ne leur achète-t-on jamais de livres autres qu’à vocation scolaire ? Et s’il s’agit de quelque œuvres de Molière ou Corneille, ceux des grands frères ou même des parents ne peuvent-ils faire l’affaire. Et que fait-on du plaisir de lire ? La lecture ne serait-elle plus un loisir ?

Pour le matériel, combien de parents, « pour ne rien avoir à se reprocher » ou pour céder à la mode, rachètent chaque année, cartable, trousse et équipement durable tel qu’une règle ? Je citerai pour exemple, le cas d’un jeune garçon de 9 ans qui, lors de vacances en Espagne, voulait se faire offrir une trousse en forme de chaussure de foot, aux couleurs du FC Barcelone, trousse  au demeurant très peu pratique pour ranger les crayons et autres petits matériels. Et pourquoi, si ce n’est  pour épater les copains ?

Encore plus étonnant, certains y rajoutent la cantine et les activités extra -scolaires.

Pourquoi la cantine ? Les enfants jeûnent-ils le midi, pendant les vacances scolaires ?  Pourquoi ne pas inclure les dépenses des repas pris en famille ? Même choses pour les vêtements, les enfants grandissent vite, il est donc certain qu’il faut renouveler plus fréquemment leur garde-robe. Mais sans l’école, iraient-ils tout nus ?

Les activités sportives et culturelles ne seraient-elles pas avant tout des loisirs ? Projeter sur l’événement rentrée des classes, le coût annuel d’un enfant en y incluant tout ou partie de ses loisirs, n’est-ce pas donner une idée totalement fausse du coût réel de sa scolarisation pour sa famille ?

Pour conclure, les médias, pour toutes ces dépenses, ne donnent en général qu’une moyenne, pas même la médiane, encore moins les quartiles. Outre l’inexactitude d’une statistique grossière, n’est-ce pas particulièrement frustrant pour les parents qui ne peuvent atteindre cette moyenne et par ricochet pour leurs enfants ?

Alors, à l’avenir, que les médias évitent  ces calculs ambigus qui induisent en erreur.

– par Hélène Lafon

Crédit photos : sarana2007.centerblog.net

Comments

  1. Georges Vallet says:

    Je partage pleinement cette analyse.

    « Pour le matériel, combien de parents, « pour ne rien avoir à se reprocher » ou pour céder à la mode, rachètent.. »
    j’y ajoute une toute petite chose, par expériences vécues! Il faudrait rajouter l’importance des pressions nombreuses, variées, bruyantes, tonitruantes souvent, piétinantes parfois, dans les rayons, de la part des enfants « rois ». Les parents, débordés par les soucis , par le manque de temps…..sont amenés souvent à céder! Que celui qui n’a jamais péché leur lance la première pierre!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s