Le billet de…

0
(0)

bearn pays basque« Tu sais que cette fois-ci ça y est », m’a dit triomphalement Couillandrou en me portant l’ « Express », « on va l’ avoir notre département Béarnais ! »

Je fais les yeux ronds : « Un département Béarnais ? Mais personne ne le demande ! »

« Non, mais comme les Basques vont avoir le leur, c’est bien obligé que nous ayons le nôtre : Tu vas voir : C’est l’Express qui le dit ! »

Couillandrou m’apporte tous les Samedis, l’Express de la semaine passée, que lui passe le professeur Grosquinquin qui est venu du Nord pour enseigner le véritable Béarnais aux indigènes. Ce qui fait que je lis les informations avec deux semaines de retard, le temps pour la Télévision de les démentir. Mais du département Béarnais, le petit écran n’en a pas encore parlé. Couillandrou reprend :

« Tu vois, le vent tourne : Hier, nos élus Lasserre et Brisson étaient contre, et aujourd’hui ils sont pour ! Comme les « Abertzales » ! Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas ! »

Je vérifie sur le journal : 12 pages illustrées par l’ « Ikurrina » sont consacrées à cette évolution tournante, amodiée il est vrai, par la réaction contraire des autres élus, Labazée et Rousset.

Je commente : « Tu veux dire que Labazée et Rousset qui n’ont pas changé d’idée sont imbéciles ? »

« Mais non ! Ils changeront eux aussi. Mais comme disait Mitterrand : « Il faut laisser le temps au temps ! » D’ailleurs, Lasserre l’a très bien expliqué , Il a dit : « J’ai changé de position parce que la situation a changé ! »

« Mais qu’est-ce qui pourrait faire changer Labazée ? »

« La même chose qui a fait changer Lasserre ! Lasserre a pris une pâtée aux élections du Conseil général, et Labazée changera quand il prendra la pâtée aux prochaines élections. Mais le changement n’empêche pas les convictions. Seulement il y a des convictions successives ! C’est encore Lasserre qui l’a dit : « Je ne suis pas dans une démarche personnelle. J’agis par conviction ! ». Et tu vois, la conviction d’un élu, c’est de s’étirer dans la direction qu’il faut pour prendre les places ! »

Je feuillette l’Express, et je constate que notre sénatrice Espagnac, toute socialiste qu’elle est, pense comme Lasserre, et non pas comme Labazée.  Je le dis à Couillandrou :

« Toi qui comme ancien préposé des postes, as une vision géopolitique de la chose, tu ne trouves pas que ça fait un peu foutoir ? »

« Mais non ! c’est l’Alternance !  Jusqu’à présent, on alternait les partis au Gouvernement : Un coup à droite pour effacer les bêtises de la gauche,  un coup à gauche pour effacer celles de la droite ! Maintenant c’est à l’intérieur des partis que les élus alternent : Un coup je te pense que oui,  un coup je te pense que non !  C’est ça la conscience électorale ! »

« Si je comprends bien, nos élus imitent le régime : Un jour je fais ami-ami avec Kadhafi, un jour je te le fais empaler ! Un jour je te ratiboise les islamistes au Mali, un jour je te leur envoie des roses en Syrie ! C’est ça s’adapter à la situation ? »

« Mais bien sûr ! Grand Hildepute de Paysannas,  tu devrais comprendre en voyant depuis quelque temps dans nos prés les aigrettes remplacer les alouettes ! La politique c’est pareil : Elle suit son temps. Et le maître à penser en politique reste Edgar Faure qui disait :

« Ce n’est pas la girouette qui tourne ! C’est le vent… » !ildépute Hildepute

– par Panturle

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

4 commentaires

  • Bonjour,
    Je suis l’auteur de ce dossier de l’Express.
    Je suis loin d’être ordinairement un défenseur des élus, mais il me semble que, sous des dehors humoristiques, la présentation qui est faite par Panturle du revirement de certains sur ce dossier est un peu malhonnête. L’opportunisme est sans doute une donnée à prendre en compte, mais il oublie de signaler deux événements majeurs :
    1) La fin de la violence au Pays basque
    2) L’expérience du « pays » Pays basque qui a conduit des personnes qui ne se parlaient jamais à travailler ensemble.
    Par ailleurs, depuis la parution de cet article (en avril), les événements ont évolué et, comme il était indiqué (les journalistes ne peuvent pas se tromper toujours…), le gouvernement a bloqué la création d’une collectivité territoriale basque.
    Cordialement,
    Michel Feltin-Palas

  • Bonjour,
    Pourquoi « inéluctable » ?
    Il me semble qu’il suffit de dire « non ».
    P.S : y aura-t’il un seul département basque ?

    • inéluctuable parce que les basques le veulent, massivement; et parce qu’ils sont soutenus par la puissante et riche communauté espagnole de l’Euskadi
      Que ce soit un département ou une autre forme de collectivité, il y aura quelque chose, c’est certain. Le Béarn doit se préparer à cela, et se rapprocher plus de la Bigorre et de Landes au travers de structures publiques de coopération inter-départementales

  • Bel exercice, sur un sujet d’actualité, qui a déjà été traité dans A@P. Les basques poussent pour avoir leur collectivité. Cela semble inéluctable. Que font les béarnais pour s’y préparer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *