Un petit conseiller de quartier regarde les municipales

0
(0)

PLUS BELLE LA VIE D’ICI !!! Un petit conseiller de quartier regarde les municipales.

Chaque jour, je lis les titres et les articles concernant les élections municipales sur Pau dans mon quotidien, La République des Pyrénées, des noms reviennent à chaque fois, Duchâteau, Habib, Bayrou, sur Alternatives Pyrénées aussi…. Déjà les noms font se font la part belle, se taillent même la part du lion par rapport aux projets… Etrange quand même, comme si les électeurs éprouvaient une certaine apathie, voir résignation. Car ils ne réagissent pas beaucoup dans les médias, dans la rue à ces unes fracassantes, ce feuilleton très journalistique il est vrai, pas du tout télévisuel. « Plus belle la vie » a encore de beaux jours devant lui quoi avec ses rebondissements incroyables, sa violence, ses meurtres… « La politique ? Ben je préfère Plus belle la vie, parce qu’au moins il y a de l’action !…. » crois-je entendre d’ici… « Vous préférez quoi ? Un baril de Duchâteau ? Un baril de Habib ? – Boffff….

Que veulent les électeurs de Pau ? les conseillers de quartier ?

Et s’ils le disaient eux-mêmes ? Parce qu’ils ne le disent pas ! On ne les entend pas hélas ! Ou si peu et ce sont toujours les mêmes ou presque… Pourtant combien de palois aimeraient par exemple un festival de Pau comme au temps de Roger Hanin, c’est une demande très forte je crois même chez les très jeunes. Beaucoup considèrent à Pau que le rayonnement de la ville est pratiquement nul, qu’il n’y a pas assez de culture alors que l’on a un des meilleurs orchestres de France avec l’OPPB et un très grand chef avec Faycal Karaoui. Alors quel(s) candidat(s) à la mairie de Pau souhaite (nt) un nouveau Festival de Pau, un festival de musque classique ? Ben, on n’en sait rien pour l’instant tout simplement…

Par contre, on sait qui le fauteuil intéresse, ça oui, dieu merci ! Beaucoup de monde à vrai dire ! Et les Halles ? Que pensent-ils du projet ? La liste des sujets à aborder est longue et fâche quelque peu bien sûr… Le Grand Prix automobile, la rue Lamothe, le bus tram, etc… mais en définitive, l’utilisateur, le financeur, ce sera bien vous et moi, le citoyen alors autant s’intéresser de plus près à la chose publique avant de crier au scandale, au gaspillage des fonds publiques. Les colonnes de la La République des Pyrénées, d’Alternatives Pyrénées n’attendent que vos commentaires, vos demandes, vos éclairages citoyens !

Et les conseillers de quartiers, comme moi, s’ils s’exprimaient ? Trouvent-ils que la municipalité actuelle a été à la hauteur ? (certains conseillers municipaux aimeraient revenir sûrement). Se sont-ils sentis utiles ? Souhaitent-il rempiler, devenir à nouveau conseiller de quartier en 2013 ? Un bilan va-t-il leur être demandé individuellement ou collectivement ? Questions très intéressantes franchement je trouve… C’est à l’aune de petits indices souvent que nous pouvons juger de la qualité d’une démocratie. Personnellement, je souhaiterais redevenir conseiller de quartier bien sur même si la mairie de Pau n’a pas toujours vu forcément notre utilitilité. Nous sommes le premier maillon pourtant, la base de l’édifice (trois collèges existent : habitants, associatif, professionnel; tous sont tirés au sort après s’être présenté sur la base du volontariat) et nous avons amplement participé dans beaucoup de domaines à la vie municipale. Et je parie que vu le déficit croissant, voir abyssal de popularité, de crédibilité des hommes politiques, le conseiller de quartier sera de plus en plus solicité, son avis demandé car après tout ne « représente-t-il pas le peuple » plus que quiconque ? Vue comme ça, elle est pas plus belle la vie d’ici ?…

– par Jean-François Le Goff

conseiller de quartier du 14 Juillet.

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

10 commentaires

  • L’orchestre de Pau, un des meilleurs de France ? Vous êtes sorti de Pau ? Vous en avez entndu UN autre ?

  • Les conseils de quartier sont une avancée démocratique à mettre au crédit de la majorité municipale.
    On ne pouvait pas en attendre une révolution car il faut du temps pour que les nouvelles pratiques se mettent en place.
    J’espère simplement que la nouvelle équipe municipale poursuive le chemin engagé.
    On ne sort pas de 35 ans de pouvoir absolu et de pratiques clientèlistes en soufflant dessus. Et ce n’est pas nécessairement populaire. Beaucoup de gens continuent de penser que le Maire peut tout accorder: un job pour sa fille, un logement, une place en crèche, et j’en passe…
    La mandature de MLC aura eu le mérite d’amorcer cette transition démocratique.
    Ce que certains considèrent comme un manque d’écoute n’est que la résultante de ce qui précède.
    C’est simplement du courage politique qui sera un jour reconnu.
    J’appelle de mes vœux la poursuite de saines pratiques.

    • Les conseils de quartier sont une avancée démocratique à mettre au crédit de la majorité municipale
      c’est n importe quoi!!!!!!!.
      une simple obligation légale « loi de 1981 de monsieur vaillant » mais surement pas un enfumage municipal Palois

  • « le conseiller de quartier sera de plus en plus solicité, son avis demandé car après tout ne « représente-t-il pas le peuple » plus que quiconque ? »
    –> Euh non, justement, ils ne représentent personne, et c’est une erreur que font beaucoup d’entre eux. Je ne dis pas qu’ils sont inutiles, bien au contraire, et je suis favorable au principe des conseils de quartiers. Toutefois, les conseillers ne sont pas élus et ne représentent donc personne.

  • En tous cas les pratiques ont changé pendant cette mandature.
    Les palois sont ils prêts a prolonger et améliorer cette forme de démocratie participative ou plébisciteront t-ils un homme providentiel ou suppose tel?

    • Oui les pratiques ont changés un peu dans certains domaines plus dans d’autres. Mais la création des Conseils de quartier n’est que la mise en conformité de la ville de Pau avec la Loi et c’est pourquoi après l’élection de 2014, ils existeront car ils ne peuvent qu’exister.
      La première « promotion » des conseils de quartier fut un essai mais certainement pas un coup de maître. Et pas seulement à cause des élus, des technocrates et employés de la mairie mais aussi à cause des citoyens-conseillers de quartier.
      Chacun de ces groupes a eu des difficultés pour trouver sa place dans le système. Les élus tenaient à rester les seuls à décider et ils avaient raison, les technocrates voulaient restaient les initiateurs de l’organisation des services et les employés craignaient certainement pour leur emploi.
      Les conseillers de quartier, eux se sont très vite ressentis comme inutiles, gavés d’informations : analyse de l’existant, objectifs, moyens humains et autres, coûts et autres chiffres, plannings de réalisation… Informations dont ils ne savaient que faire : Comment les transmettre aux concitoyens ? Comment les leur faire partager ? Comment faire remonter les réactions ?
      Des tentatives ont été faites pour qu’ils se sentent utiles mais là aussi que de maladresses : les inviter à décorer quelques sapins de Noël dans leur quartier par exemple. Du bénévolat au service de la collectivité ? Mais est-ce leur rôle ? N’est-ce pas trop souvent les mettre en compétitivité avec les employés de la mairie ou de certaines associations ?
      Dans le quartier centre de Pau, l’action la plus proche de ce que devrait être le rôle d’un conseil de quartier, est très certainement l’enquête sur l’état des espaces publics du centre de la ville. Un bel exemple de diagnostic grandeur nature. Mais l’ambition de la mairie n’a-t-elle pas été trop grande ? N’aurait-on pas dû limiter l’étude pour que les conseillers ne restent pas sur l’impression qu’ils avaient travaillé pour pas grand-chose ? N’aurait-on pas dû les informer des projets en cours d’analyse par les services, de ceux déjà votés et budgétés dont il suffisait d’attendre la réalisation ? N’aurait-on pas dû leur faire toucher du doigt que tous les problèmes constatés lors de cette étude ne pouvaient disparaître du jour au lendemain ? Que tout corriger serait long, très long même ?
      Pour conclure, je dirai que je ne pense pas que ce bilan soit propre à la ville de Pau et à sa municipalité. Lorsque j’ai été tirée au sort, j’ai été lire ce qui se faisait dans d’autres villes où des conseils de quartier fonctionnaient déjà. J’ai été sur les sites de ces villes et j’ai lu la presse. Très vite, j’ai constaté qu’à la création des conseils, lors de la première « mandature », les comptes rendus, les reportages, les témoignages étaient nombreux puis, très vite, on ne trouvait que quelques informations sur l’organisation des conseils, les élus responsables et les membres… des informations organiques c’est tout ! Le reflet du désintérêt des citoyens ?

      • Les conseils de quartier ne servent qu’a amuser le peuple (et encore…)
        Les politiques ne parviennent pas a partager le pouvoir entre eux, alors de là a le partager avec quelques citoyens tirés au sort…
        Que l’auteur présente un bilan de ce qu’à réellement fait son conseil de quartier.
        Quelle décision concrète a t il fait prendre aux élus?
        Evidement au delà des choix anecdotiques…

  • Rectification d’une petite erreur :
    Les Conseils de quartier sont effectivement composé de représentant de trois collèges mais seuls les représentants du collège « habitants » sont tirés au sort. Voir ci-dessous
    Quelle est la composition des Conseils de quartier ?
    Pour chaque Conseil de quartier, la composition s’est faite de la manière suivante :
    • 20 représentants du collège habitants, tirés au sort sur une liste de volontaires (parité : 10hommes, 10 femmes) ;
    • 8 représentants du collège associations, désignés par l’assemblée générale des associations du quartier ;
    • 8 représentants du collège professionnels, désignés par l’assemblée générale des professionnels du quartier.

    (Source : site de la ville de Pau)

  • « Et les conseillers de quartiers, comme moi, s’ils s’exprimaient ? Trouvent-ils que la municipalité actuelle a été à la hauteur ? »
    « car après tout ne « représente-t-il pas le peuple » plus que quiconque ? »
    Allez, exprimez vous!
    Pour commencer, clarifiez donc le montant total du budget de la culture pour les palois, sachant, mais vous ne l’ignorez pas, que la culture est une compétence communautaire, plus quelques menues dépenses supplémentaires pour les palois comme l’OPPB.
    Et ensuite, faites nous donc un bilan de ces Conseils de quartier. On est curieux de savoir comment les représentants du peuple ont influé sur la vie de la ville et de l’agglo.

    • les conseillers de quartier ne sont rien, sauf un faire valoir d’une politique de la ville qui dirige( d’une manière autocratique???) la destinée des… habitants de la ville;
      même, si leurs actions sont apolitique, ils sont classés selon le bon vouloir d’un(une) conseillère municipale. qui indique les directions a suivre… si t’est pas content… ects

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *