Faut-il en rire ou en pleurer ?

bdx et toulouseOn croyait la rivalité entre les 2 premières villes du Grand Sud-Ouest cantonnée aux derbys sportifs, au rugby et au foot. Et bien pas du tout !

Une vidéo de YouTube «La vraie vie des Toulousains» qui met en exergue le chauvinisme  toulousain et aborde pendant quelques secondes la rivalité Toulouse/Bordeaux, est reprise par la depeche.fr* dès le 1er octobre, puis le 2. Le 3, sudouest.fr**, à son tour, entre dans le jeu et diffuse la vidéo. Le phénomène « rivalité entre les deux villes » s‘amplifie….

Selon ces mêmes journaux, la vidéo a été vue plus de 100 000 fois en 3 jours.

Plus de 5500 internautes-lecteurs de Sud Ouest ont participé au sondage : « Entre Bordeaux et Toulouse, quelle est votre ville préférée ? ». Celui de La dépêche – « Toulousain, quel cliché (vous qualifiant NDLR) vous agace le plus ? » –  a obtenu 1811 votes. Que 1811, direz-vous, certes, mais  la question posée ne portait pas sur la rivalité entre les deux villes mais sur les défauts supposés des Toulousains qui les exaspèrent le plus : toujours en retard ; anti-Bordelais ; l’accent chantant etc…

Et les commentaires. La depeche.fr a en reçus 35  le 1er octobre et 129 le 2 octobre. Dans sudouest.fr, on en comptait 129 le 3 octobre à 11h.

Dans les commentaires, les expressions « les Bordelais », « les Toulousains »  sont employées et répétées. Cela ne devrait-il pas nous amener à nous interroger ? Dire « les Toulousains », « les Bordelais » n’est-ce pas déjà tenir des propos racistes ? Des propos tout aussi racistes que de dire les Portugais, les Espagnols, les Allemands,  les Roms, les Arabes, les Noirs, les blonds, les bruns.

Sociologie de comptoir, sociologie de café de commerce, direz-vous.

Mais faudrait-il pousser bien loin les échanges pour qu’un commentateur toulousains (ou bordelais) se laisse aller à dire : « et vous savez, je ne suis pas raciste, j’ai un ami bordelais (ou toulousain) »…

Cette vidéo humoristique sur la rivalité entre deux capitales régionales voisines, est du domaine du divertissement. Son but premier n’était-il pas de faire du Buzz à la comédie «1 de perdu, 10 façons de se retrouver» qui fait l’ouverture du Café-Théâtre des 3T ? Mais lorsque les images et propos sont relayés par la presse locale via leur lettre d’information, l’impact grandit, grossit. Ne risque-t-on pas, alors, d’en perdre le contrôle ?

La sociologie de comptoir est devenue celle des réseaux d’Internet, prenons-y garde.

 – par Hélène Lafon
le 3 octobre 2013

* L’article de la depeche.fr du 1er octobre, c’est ICI
Celui du 2 octobre, c’est ICI
** Celui de sudouest.fr, c’est ICI

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

3 commentaires

  • « Dire « les Toulousains », « les Bordelais » n’est-ce pas déjà tenir des propos racistes ? Des propos tout aussi racistes que de dire les Portugais, les Espagnols, les Allemands, les Roms, les Arabes, les Noirs, les blonds, les bruns. »
    Donc à vous suivre, on est raciste dès qu’on appelle un chat, un chat ?
    Les habitants de Toulouse sont bien des « toulousains ». Ce qui est raciste, ce n’est pas d’employer le terme, mais c’est de l’associer à une généralité qui, elle, dénote un sentiment raciste; par exemple : « les toulousains ont un QI inférieur à la moyenne », est un problème non pas parce que c’est raciste, mais parce qu’il n’y a pas d’étude qui prouve cela; donc dire cela est issu d’un sentiment raciste, c’est à dire d’un préjugé en rapport avec une appartenance raciale ou ethnique ou religieuse, ou autre. En revanche, dire « les toulousains ont un taux de suicide supérieur à la moyenne française », si cela est étayé par une étude, est un fait; il n’y a donc pas de problème à le dire..
    Au final, ce que je veux dire, c’est qu’il faut arrêter d’interdire aux gens de nommer les choses ou les groupes par leur nom. Si les gens disent des conneries, il y a pour cela, des délits bien définis comme la diffamation.

  • Désolé, Hélène, mais cet article ne fait qu’entretenir ce que vous dénoncez : les faux débats qui nourrissent l' »absence ». Absence de réalité (qu’est-ce ça veut dire,ce genre de question), absence de pensée critique (vers quoi ce style de débat est-il censé nous orienter, si nous n’y prenons pas garde), d’objectivité (est-ce un problème récurrent- par exemple les Roms- ou une digression voire un amusement écharpement presse-homérique-), etc.
    Par ailleurs,l’esprit de clocher est encore une forme pratiquée de maturation des jeunes esprits dans les cercles sportifs (les sports dits « de groupe », rugby et foot notamment), qui entretiennent une idée du voisin simple, néfaste et définitive : le voisin est mon meilleur ennemi. Quand on se tape dessus, on sait à quoi on appartient. (j’en tremble). Et si le Stade Bayonnais gagne contre le Biarritz Olympique, laissez tomber l’amitié basque !(http://www.sudouest.fr/2013/10/03/biarritz-olympique-20-semaines-pour-heguy-yachvili-blanchi-1188083-773.php#commentaire_marqueur_position).
    Pendant ce temps, ce temps qui nous apprend à courir sans cesse vers l’évenementiel (grâce soit rendu au ciel), 500 hommes femmes et enfants sur un bateau, maman les petits bateaux qui vont sur l’eau ont-ils des ailes, pendant ce temps « Boaza Gasmi, le président du Comité national de liaison des harkis, poursuit sa grève de la faim entamée il y a 17 jours à Agen » (Sud -Ouest), pendant ce temps, Hélène, les Horaces et les Curiaces se livrent une guerre sans « faim » pour des postes de maires, de députés européens.
    Plus rassurant : Toulouse et Bordeaux se portent bien ! (on attend que cela se répercute au sommet du triangle isocèle (l’équilatéral n’est pas pour demain, malgré les 140000 logements prévus dans la cité Réale)
    Courage, donc !

    • Merci Antoine, c’est exactement le commentaire que j’attendais !
      Mon article contribue à amplifier les réactions nées d’une seule réplique d’une vidéo. Mais, contrairement à bon nombre de commentaires, mon article lui ne prend pas parti entre les 2 villes et leurs habitants. Il dénonce les propos bêtement partisans provoqués par quelques articles de presse et une réplique d’une vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *