Pau – Maupassant au TAM TAM : Une création émotion !


2222-207Maupassant a écrit près de trois cents nouvelles. Thierry Lutz et Pierre Carrive les ont toutes lues ou presque. Ils en ont sélectionnés quatre et, en compagnie d’un orgue de barbarie, nous entraînent dans tous les sentiments.

Les deux hommes débutent par le touchant en nous demandant de suivre de vieux parents qui « montent à Paris », à la recherche de leur fils kidnappé par des saltimbanques quand il était tout jeune. On est 20 ans plus tard et leur volonté s’étiole… Finiront-ils par le retrouver ?

Pas le temps d’un entracte et l’on se trouve précipité dans une atmosphère ténébreuse avec des sons de l’au-delà. Nous entrons dans le domaine du fantastique. Le chien hurle à la mort. L’esprit s’alerte. La peur nous rattrape. Comment cela pourra t-il bien se terminer ? Coup de feu.

Une bateau en papier flotte dans le vieux port. Direction Marseille et ses bas quartiers. Les marins en goguette vont voir les « femmes de vie ». Un, plutôt moins épris d’alcool que les autres, entame un dialogue avec sa « belle » du moment. Au final, ils ont bien fait (ou mal fait ?) de se « choisir ». Tout les relie…

En Normandie, la farce est là. L’humour, la légèreté détendent l’atmosphère. Le jeune marié en oublie sa promise… Coup de feu. A nouveau !

Une création originale que nous propose là le TAMTAM Théâtre. Bien jouée, par deux hommes en noir, qui savent nous captiver dans un décor minimaliste dont ils tirent le maximum. A voir et faire voir.

C’est tous les soirs jusqu’au 12 puis du 15 au 18 octobre à 20h30. Pour en savoir plus, le site du TAMTAM : www.tamtamtheatre.fr tel : 05 59 30 26 42

– par Bernard Boutin

Crédit photo Laurent Pascal

Comments

  1. J’ai passé ma soirée du jeudi 10 octobre « En compagnie de Guy de Maupassant »… et j’ai passé une excellente soirée.
    J’étais un peu fatiguée, ma longue journée de travail débutée à six heures du matin pesait sur mes paupières et me décrochait parfois la mâchoire. Mais voilà, la force du théâtre de Thierry Lutz c’est de vous cueillir là et quand vous vous y attendez le moins.
    La première nouvelle de Maupassant se donne plus à entendre qu’à voir… J’aurais pu… j’aurais dû m’endormir… mais non ! La voix de Pierre Carrive est là, le texte de Maupassant aussi et puis, il y a les gestes, les ombres, des tremblements de coeur, l’enfance qui remonte… Voilà, j’y suis dans ce XIXe siècle, je cherche Jean, moi aussi, dans ce Paris perdu d’orgue de Barbarie.
    Trois autres nouvelles m’attendent et je suis dorénavant totalement éveillée, aux aguets, et plus les nouvelles avancent, plus le geste accompagne la parole, plus le corps est présent, plus le théâtre prend toute sa place auprès des mots de Maupassant, les absorbant, les magnifiant, les offrant au public… Le spectacle va crescendo et bientôt, l’oreille, les nerfs, la chair et le rire sont convoqués.
    Il est 22h30 et je n’ai pas du tout envie d’aller me coucher… Je ris encore, je m’attendris encore, j’en garde quelques bribes pour les goûter à nouveau. J’en rêverai peut-être…
    Oh ! Un dernier conseil : n’allez pas à la chasse, courez plutôt chercher vos places !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s