Pau Municipales 2014. Le jeu des chaises musicales continue.

0
(0)

 

imagesC’est bien un jeu en effet que celui qui est en train de se dérouler devant nos yeux ébahis d’électeurs palois. Et ce n’est pas fini ! Mais que nous réserve l’avenir ? Bien malin, devant les motivations peu avouables, celui qui se risquera à une prédiction.

 Ça y est, c’est fait, L’UMP, au niveau départemental, en a décidé ainsi, exit Nicolas Patriarche et arrive Eric Saubatte. Ce n’est d’ailleurs pas très flatteur pour Patriarche qui est prié d’aller se faire voir à Lons, comme si sa taille était insuffisante pour se positionner dans l’arène paloise. La dimension d’Eric Saubatte correspond-elle mieux aux enjeux ? Il est certain que dans les Pyrénées Atlantiques, l’UMP est loin d’être au mieux de sa forme.

 Âgé de 42 ans, se disant Palois d’origine, titulaire d’un master de droit public à l’Université de Pau, cadre technique dans une grande mutuelle d’assurance, Eric Saubatte est encarté à l’UMP depuis 2006. Auparavant, il avait adhéré au mouvement de François Bayrou, Force démocrate, en 1997 et ensuite avait milité pour la campagne municipale d’icelui en 1989. De bonnes raisons qui l’ont conduit, son plus glorieux fait d’arme, à se maintenir au second tour des législatives en juin 2012, entraînant de fait une triangulaire qui a eu pour principale conséquence la défaite du président du Modem et la victoire de la socialiste Nathalie Chabanne. En politique, il faut savoir tuer le père.

 François Bayrou va peut-être voir dans cette nouvelle candidature une provocation qui le conduira à sortir de son silence… avec le soutien de l’UMP Alain Juppé. Et magnanime, il gardera dans son équipe Véronique Lipsos-Sallenave et Marc Cabane.

 De l’autre côté, on attend avec impatience, mais sans grand suspense l’annonce de la candidature de David Habib. Les jeux, parait-il, sont faits entre lui et André Duchateau. Reste à savoir au prix de quelles promesses à l’égard de l’actuel premier adjoint de Pau. Mais cela ne sera pas dévoilé tout de suite, il y a comme ça des accords qui doivent rester secrets.

 Allez ! Osons une prédiction.  Eric Saubatte, UMP, va se retrouver en face de François Bayrou, Modem, de Yves Uriéta, indépendant et de David Habib, PS.

 Mais tout cela ce n’est que de la politique politicienne, celle qui occupe pour le moment les esprits embrumés. Le plus important reste à venir, il portera sur des engagements concrets, sans langue de bois, si c’est encore possible.

                                                                                               Pau, le 10 octobre 2013

 

                                                                                               Par Joël BRAUD

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

5 commentaires

  • Eh OUI sur PAU la tambouille continue. Et pour cause elle est savamment pilotée par deux personnages qui ne cessent de donner des leçons de morale et de civisme alors qu’ils ont utilisé tout au long de leur vie politique des stratagèmes. URIETA c’est fait élire maire de PAU en bafouant les règles du fonctionnement démocratique du parti socialiste. Bayrou c’est débarrassé du RPR dans les Pyrénées atlantiques en faisant élire des « coucous » comme conseillers généraux. Il arrive un moment ou les pièges se retournent contre leurs initiateurs. C’est ce qui est arrivé à URIETA lors des dernières municipales et à BAYROU lors des dernières élections de député. Aujourd’hui ils cherchent à revenir dans le jeu politique en croyant anesthésier les palois. Ils ne sont plus crédibles, les palois ont de la mémoire.

  • Mamère a déclaré il y a quelque semaines que les partis des Verts sont devenus des syndicats d’élus. En fait c’est tous les partis qui se sont transformés en syndicats d’élus. Le poste compte plus que l’idée, que le programme. Le candidat du syndicat sort son programme quelques jours avant l’élection, ajoute un peu de sel ou de poivre selon les programmes concurrents et hop l’affaire est lancée.
    Finalement il n’y a que les candidats sans partis qui ont un programme. Sans programme ils n’auraient rien à commenter. Et à Pau, avec URIETA, on a le prototype du candidat à idées et à programmes. Et c’est le seul. ! A Pau, il y a quand même quelques sujets importants : le Bus Tram qui va traverser la Ville sur 6 km pour 65 millions d’euros, à 10 ME le kilomètre pour les travaux et pour 5 ME les Bus Tram rouleront à la vitesse du coureur à pied essoufflé ! Uriéta serait le seul à s’intéresser aux problèmes des palois. Les Halles ? il en parle, Les Transports ? Il en parle ? Les Impôts, il en parle. La saleté il en parle.
    Les syndicats d’Elus en restent à la future AG. Allez voir URIETA, vous serez éclairé. A la fin URIETA sera incontournable.

  • Vous avez oublié le candidat du front de gauche, d’Europe écologie et du front national. Quant à Bayrou, s’il veut retrouver une aura nationale il n’a pas de choix: il faut qu’il soit candidat à la municipale de PAU. S’il ne l’est pas et s’il se présente à l’élection de député ou de sénateur il prendra une veste car il passera pour un « dégonflé » et un opportuniste Certes il aura une bouée de sauvetage avec les européennes grâce à la proportionnelle dans le cas d’une alliance avec l’UDI. Bayrou, le chercheur d’un centre introuvable va t il servir de boussole pour que la droite paloise se remplume… A mon avis le résultat n’est pas acquis…

  • Je trouve qu’avec cette histoire, l’UMP s’est non seulement décrédibilisée, mais ridiculisée. Saubatte part mal..

  • Je vois pas comment Bayrou pourrait gagner et donc quel serait son intérêt à se présenter. En 2008, c’était « Monsieur 19% aux présidentielles » et il avait la sympathie d’une partie de l’électorat UMP (cf les raliements au second tour). En 2014 il n’aura plus la même aura et aura en plus la haine d’une grande partie de l’électorat UMP (de part son vote Hollande) qui ira jusqu’à voter directement PS au deuxième tour s’il le faut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *