La Garbure paloise

0
(0)

garbure     

        Le spectacle des présélections pour les municipales à Pau s’enfonce dans un ridicule rarement atteint.

C’est le PS qui est sur le devant de la scène en ce moment, mais ce n’est guère mieux dans les autres camps.

Jusqu’à quand les électeurs palois accepteront-ils ce grand guignol ?

Les discussions de marchand de tapis entre David Habib et André Duchateau pour déterminer les avantages matériels des uns et des autres font la une des journaux locaux.

N’ont-ils donc pas honte ?

Ceci est d’autant plus puéril que dès l’élection de l’un arrivée, le placard sera la destination de l’autre. Nos crocodiles ne cohabitent pas dans la mare.

Mais ce n’est pas mieux au centre. Si Bayrou s’indigne fort justement de ces honteuses tractations, que ne donne-t-il l’exemple !

Qu’attend-il pour se déclarer ou s’accorder avec ses partenaires sur un candidat pour le centre ?

Mais là aussi le calcul règne. Certes, Bayrou ne prendra pas le risque d’y aller. Son unique but reste les prochaines présidentielles, et d’ici là il doit mener son fantomatique MoDem aux européennes, puis négocier avec Borloo.

Ce spectacle pitoyable est la conséquence de la professionnalisation de la politique en France.

Le futur job des candidats est vital pour eux, ils sont prêts à tout pour l’obtenir.

Les problèmes de la ville de Pau ou de son agglomération, le programme des candidats, sont complètement passés sous silence… On trouvera toujours trois balivernes à raconter et puis on verra bien si on est élu…

Cette professionnalisation néfaste engendre le cumul des mandats, assurance de ne pas aller dans la vraie vie pour voir comment les choses s’y déroulent. Dans ce domaine certains ont un CV professionnel bien vide…

Mais il ne suffira pas de limiter le cumul des mandats (d’ailleurs cela ne touchera en fait que députés et sénateurs, et encore…)

Il faudra aussi limiter le nombre de mandat successifs, à moins que, comme dans la majorité des pays du nord de l’Europe, les mentalités évoluent et que les candidats fassent passer le bien collectif avant leur intérêt personnel.

En attendant, la garbure paloise chauffe, on a introduit dans le chaudron tous les constituants de base. Mais contrairement au plat régional, du mélange de tous ces ingrédients peu goûteux il ne résultera pas un plat savoureux.

Quand les citoyens s’éveilleront…

– par Daniel Sango

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

6 commentaires

  • La vraie garbure est un plat épais et consistant, alors que là on a affaire à l’inconsistence et à la légèreté..

  • Le PS palois est en train de démontrer qu’on peut sortir par le haut d’une opposition de personnes.
    Duchateau fera le job car la loyauté est une de ses qualités et je ne vois pas pourquoi Habib se priverait de ses compétences.
    C’est un ticket gagnant, et c’est pour cela que Bayrou réagit si violemment à cet accord.
    Il sent ses chances diminuer.
    Une gauche divisée lui laissait un boulevard.
    Il n’a plus qu’une impasse et je ne suis pas sur qu’il prenne le risque d’une veste supplémentaire.
    Ça vous convient PierU?

    • Votre chapeau était bon, Valérie ?
      Ou peut-être que tout cela (la candidature de Duchateau) n’était que du cinéma depuis le début pour négocier de bonnes places dans l’équipe Habib, dont l’investiture était inévitable ?
      C’est effectivement un grand pas vers les bonnes pratiques que le premier adjoint ait son cabinet à lui. Ce sont là des emplois très utiles aux palois, n’en doutons pas. Ca commence bien…

  • Michel Bernos n’est pas un professionnel de la politique (il est juge au tribunal administratif de Toulouse) et il a signalé le problème de l’évolution du coût des effectifs et du sport professionnel, 2 points fondamentaux pour retrouver des ressources pour des investissements essentiels et créateurs de richesses.
    Je crois que l’on peut lui faire davantage confiance qu’aux professionnels de la politique qui ne roulent que pour eux-mêmes et leur famille et n’ont pas la notion de l’intérêt général.

  • Dès que Valérie-Bruno aura fini de manger son chapeau, elle viendra nous expliquer tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *