Un BUS TRAM dans les ETAGES ! Vite !

0
(0)

CASOKGJ3Notre cher PierU nous dit pour appuyer l’intérêt qu’il porte au BUS TRAM qu’il cherche à densifier l’habitat. On devine qu’il cherche à rendre plus difficile la vie du citoyen qui habite dans les champs !

En clair cela revient à avouer qu’il considère que le projet Bus Tram n’est pas du tout adapté au système d’habitat de Pau et de son agglomération d’aujourd’hui : des villas et des maisons à perte de vue à raison de 10 habitants à l’hectare, à peine plus que les vaches ! Les vaches donc doivent rentrer à l’étable et les citoyens dans les tours (à construire) du centre-ville.

Vite l’air des sommets !

PierU veut un habitat à haute densité, et c’est un objectif honorable. Mais pourquoi faut-il que les responsables de notre Cité nous rendent la vie impossible ? Avec des moyens de transport impossibles, comme le Bus Tram, à des coûts désastreux. Avec 60 à 100 ME de travaux , à raison de 500 E le M2, on peut construire 200 000 M2, soit 4 à 5000 logements. En centre ville. C’est une politique défendable. Cela fait une vingtaine de tours à 200 logements par tour. Plus de déplacements à faire. Tout en ville, cela a d’énormes avantages. Pourquoi aller chercher un Bus TRAM à 100 ME (pour arrondir les prévisions) pour faire de la pédagogie ? On ne peut pas trouver un prof moins cher et plus drôle ?

– par Bernard Salsé

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

3 commentaires

  • Bon. M. Salsé a envie de considérer que la densification c’est le goulag.
    Visiblement M. Salsé n’a jamais entendu parler des lois SRU de 2000, du Grenelle de l’environnement, de la loi modernisation de l’agriculture et de la pêche 2010.
    Je ne vais pas mettre M. Salsé dans la liste des urbanistes qui font autorité.
    Au fait, le problème de Sarcelles comme de l’urbanisation d’après-guerre a été la mono fonctionnalité.

  • De même qu’il y a la semaine du cinéma sud-américain au Mélies, on est visiblement en pleine semaine du cinéma de Bernard Salsé sur A@P…

    • Démontage de la méthode Salsé pour arriver à la conclusion qu’il veut en triturant les chiffres à sa façon :
      Etape 1 : faire comme si dans les 60M€ annoncés, tout était pour le bus proprement dit et rien pour la rénovation urbaine. Si il y a 30M€ pour le matériel, le mobilier urbain, les voies en site propre, c’est bien le maximum. Le reste c’est des travaux qu’il faudra faire même si le projet de bus-tram ne se fait pas, donc on ne peut pas utiliser l’argent à autre chose.
      Etape 2 : gonfler le budget de 60 à 100M€. Ca ne mange pas de pain.
      Etape 3 : annoncer un coût de construction de logements de 500€/m². Une rapide recherche montre que c’est plutôt 1500€/m² pour du logement standard, sans standing particulier. Minoration d’un facteur 3, une paille…
      Etape 4 : prévoir des logements uniquement de 40 à 50m² : BS ne compte loger que des célibataires.
      Si on prend donc un budget de 30M€ pour construire des logements de 100m² en moyenne, à 1500€/m², on arrive à 200 logements. BS en annonce 20 à 25 fois plus : plus c’est gros plus ça passe, se dit-il sans doute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *