Êtes-vous transporté par le projet de bus-tram ? 4 . Points noirs et points d’interrogation


hopital de Pau 2Entrons dans le vif du sujet et pointons quelques points inquiétants ou obscurs du projet. Le plus important concerne évidemment le coût.  Si le budget du projet se trouvait dépassé, qui paierait le supplément requis ?

Cette préoccupation a pour source les aménagements collatéraux ainsi que les expropriations du Bd de la Paix. Des aléas peuvent aussi surgir de manque de solidité du sol, comme cela a été évoqué par M. Duchâteau. Une autre préoccupation importante provient de la préservation du patrimoine de la ville : la double voie Dufau-Lyautey, les allées Condorcet et Catherine de Bourbon recèlent des arbres magnifiques. Ne seront-ils pas compromis par le passage des voies réservées au bus-tram ? Les plans fournis au public montrent que ces voies qui jusqu’ici se trouvaient à la droite des chaussées seraient transférées au centre de la double allée. La partie arborée ne se trouverait peut-être pas impactée partout. Mais elle le serait indubitablement. Il est d’ailleurs prévu l’abattage d’une centaine d’arbres. Même si de nouvelles plantations sont prévues (avec un surplus annoncé de 400 arbres) comment compenser la perte d’arbres centenaires qui font la beauté de ce parcours ? Les exemples ne manquent pas de voies autoroutières pour lesquelles un grand nombre de plantations nouvelles ont été faites sur les flancs, notamment en région parisienne. Hélas ce sont des plantations serrées d’arbustes rabougris! Est-ce cela que l’on veut pour Pau ?

J’aurais aimé trouver une justification de ce transfert vers le centre de ces voies réservées. Peut-être la trouverez-vous. Mais il me semble que si le bus-tram est suffisamment silencieux, il faut le laisser à droite des chaussées, à son emplacement actuel pour la partie Dufau-Lyautey. Les automobilistes se sont habitués à cet emplacement et le respectent. Pour les riverains, il est logique d’éloigner le plus possible la circulation automobile et de consacrer la partie la plus proche des habitations aux piétons, puis aux cyclistes, puis au bus-tram et enfin aux voitures et camions.

Le parti-pris a probablement été dicté par le choix de traverser les rond-points en leur milieu. Mais ce choix n’est-il pas contradictoire avec le maintien de ces rond-points ? Car il faudra installer des feux lumineux pour protéger le passage des bus-trams. Que se passera-t-il lorsque des véhicules seront déjà engagés sur le rond-point ? Ou bien lorsqu’un encombrement provenant d’une artère sortante paralysera lerond-point ?(comme il en existe à certaines heures au rond-point de la Commune, l’avenue de l’Université étant engorgée par un double feu). Les concepteurs du projet estimeraient-ils que les longs véhicules du bus-tram ne soient pas capables de s’adapter aux giratoires ? Si c’était le cas, il y aurait lieu de s’inquiéter pour les nombreux virages du trajet. Certes, ils ne seraient pas aussi nombreux que ceux du T2, qui doit détenir un record, mais parmi eux se trouveraient des virages redoutables : sous le pont Oscar, à l’angle de la poste centrale, puis de Bosquet et surtout du bd de la Paix vers l’av. du Loup puis de l’av. du Loup vers le bd Hauterive. Pour ce dernier carrefour on peut déjà noter de longues files de voitures en provenance du nord dues au virage à gauche vers l’hôpital. Que deviendra ce passage déjà névralgique lorsqu’il faudra laisser tourner un bus de 18m ?

Bien d’autres points restent obscurs. Par exemple, l’accès à la plate-forme terminale de la gare n’obligera-t-il pas à supprimer une grande partie du stationnement afin de laisser la possibilité au bus-tram de faire le tour ? N’en sera-t-il pas de même pour le terminal de l’hôpital qui prendrait la place du stationnement du centre Hauterive (précisément dédié aux handicapés), alors qu’il suffirait de le placer un peu plus au nord.

Alors que ce projet fait preuve d’audaces, il est très conservateur sur des points qui mériteraient d’être corrigés. Il en est ainsi pour les voies d’accès au centre commercial Leclerc qui sont dangereuses et peu pratiques, notamment la voie de sortie en biseau vers l’avenue Louis Sallenave. La voie d’entrée par le nord et la contre-allée seraient bien mieux utilisées par le bus-tram que dans leur affectation actuelle. Certes un peu de pelouse est prévu à cet emplacement. Mais au total l’espace vert compris entre le rond-point de la Commune et celui qui suit sera lacéré et là encore, on peut avoir des craintes pour les arbres.

Plus au nord, une voie réservé au bus pourrait être créée facilement sans restreindre la circulation en reportant le cheminement piétonnier (peu fréquenté le long des allées Catherine de Bourbon) sur le talus ou à l’écart.

Enfin, il est incompréhensible que l’on n’ait pas réalisé un parking-relais entre l’hôpital et l’autoroute alors qu’il était prévu dans les schémas d’aménagement dès 2009, et probablement avant. Cette zone est difficilement urbanisable en raison de la proximité de la A 64. Elle se prêterait bien à un tel parking et à une zone artisanale et industrielle. Une navette vers le Zénith et l’aéroport pourrait partir de là et renforcer l’intérêt de la ligne de bus-tram.

– par Jean-Paul Penot

Comments

  1. Emmanuel Pène says:

    Vous ne répondez pas à la question que vous posez : « Si le budget du projet se trouvait dépassé, qui paierait le supplément requis ? ». Est-ce volontaire ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s