Pau – Un Bus-Tram à 100 millions


img_0699Palois, observez bien la photo à gauche : Elle va coûter 100 millions de « ponctions fiscales » en tout genre…

Le projet de ligne de BHNS qui devrait relier la gare à l’Hôpital de Pau est très présent sur AltPy. Joël Braud, Oscar, Jean-Paul Penot, Bernard Salsé et Daniel Sango l’ont « commenté ». Le Commissaire enquêteur, Yvon Foucaud, termine « l’enquête d’utilité publique » qui devra juger de l’acceptabilité du projet sur 3 volets : l’environnemental, le social et enfin le financier. Tous doivent aller dans le même sens.

L’environnemental semble difficilement discutable. Le social parait, lui aussi, difficilement discutable sauf que les conséquences individuelles peuvent être dramatiques pour les expropriés du Boulevard de la Paix.

Quant au financier, sur un dossier, proposé par le Syndicat Mixte des Transports Urbains de plus de 1000 pages, l’évaluation dite « socio-économique » ne représente que 10 pages !!!

Un budget d’investissement de 64 millions d’euros est clairement avancé mais, une lecture approfondie des documents permet de découvrir que les 3 principaux parkings-relais ne sont pas budgétés et qu’il convient aussi d’ajouter, à l’ensemble des investissements, les réhabilitations des places République-Laborde et d’Espagne qui se montent à 15 millions d’euros.

Dans le dossier soumis aux Palois, un tableau, peu clair par manque d’explications, parle de « 4315 personnes/jour en 2017 en provenance des VP (véhicules particuliers) ». Faudra-t-il 4315 nouvelles places de parking dans les 3 parcs-relais ? Non, mais plus vraisemblablement environ 1.250.

En surfant sur le net, un emplacement de parking-relais oscille entre 10.000 et 25.000 euros (moyenne : 17.500). Les 3 parkings palois pourraient donc coûter près de 22 millions d’euros supplémentaires.

Dès maintenant, nous pouvons « proclamer » que le projet atteindra les 100 millions. A moins que les parkings ne soient pas réalisés et alors, le trafic voyageur ne sera pas celui attendu et le modèle… s’écroule. Un modèle d’une faiblesse affligeante dans lequel on ne trouve pas, mis en exergue, l’historique actuel du trafic passager, les budgets de fonctionnements et d’entretien, ceux des parkings-relais etc…

Pourquoi a-t-on réduit l’univers des possibles à un seul projet aussi onéreux ? Où sont les alternatives ?

Le commissaire-enquêteur a beaucoup de mérite d’accepter de travailler avec un dossier si faible d’un point de vue économique et budgétaire.

Au final, la décision ne sera-t-elle prise que sur les volets sociaux et environnementaux ? En France, c’est possible… Pour combien de temps encore ?

– par Bernard Boutin

PS : Ci-dessous, le courrier que j’ai remis à Yvon Foucaud dans le cadre de « l’enquête d’utilité publique », un courrier co-signé par plusieurs membres de l’association alternatives-paloises.com

Monsieur Yvon FOUCAUD
Commissaire enquêteur
salle des commissions (2ème étage)
Hôtel de ville
Place Royale
64000 – Pau

Le 21 octobre 2013

Monsieur le Commissaire enquêteur,

Enquête publique sur le projet de BHNS à Pau

En conclusion
Suite à notre entretien du vendredi 18 octobre 2013, je vous confirme que le dossier, mis à la disposition des Palois, comporte de très importantes lacunes qui devraient conduire à sa remise à plat. Il y a notamment l’absence totale de prévisions budgétaires pour les parkings relais, alors même que les documents du SMTU les mentionnent régulièrement. Un calcul rapide, laisse à penser que les parkings-relais pourraient bien dépasser une enveloppe supplémentaire de 20 millions d’euros à rajouter aux 64,4 millions déjà prévus.
Avec ou sans parkings-relais, soit le budget d’investissements augmentera considérablement, soit le trafic des voyageurs sera loin d’être celui attendu. Au terme de l’analyse, il semble qu’un autre projet, plus réaliste au niveau des investissements, devrait être soumis à l’avis de la population.

Analyse d’opportunité
Alors même que le Bus-Tram est censé prendre le relais de la ligne de Bus T2 sur sa portion Gare-Hôpital, nulle part ne sont donnés – à moins d’erreur d’observation de ma part – les chiffres actuels et passés du trafic sur cette ligne. Sans cet historique, comment pouvoir analyser la pertinence des chiffres annoncés en termes de trafic pour le futur BHNS ?
Il n’est guère utile de développer là-dessus tellement il est évident que sans données pour asseoir la seule hypothèse avancée, tout le reste n’est que supputation. Comment peut-on soumettre ce projet à la sagacité des Palois sans ces chiffres basiques ?

Analyse des investissements à réaliser
L’ensemble du projet de BHNS s’articule autour d’une ligne centrale de Bus-Tram qui se trouve alimentée, entre autres, par 3 parkings-relais. Le dossier les mentionne à diverses reprises. Ils sont prévus du côté :
– de l’hôpital : 250 places à terme.
– de l’avenue Catherine de Bourbon (Pk Schoelcher) de 11.000 m² pour 500 places.
– de la gare SNCF dans le cadre d’un « pôle multimodal. (500 places dans notre évaluation)
Tous ces projets font l’objet de « procédures indépendantes » et une lecture approfondie du dossier présenté ne fait apparaître nulle part les sommes correspondant à leur réalisation. Une grave lacune qui minore considérablement le budget d’investissement proposé à la lecture des Palois. Pour ce qui est du budget de fonctionnement, rien n’est réellement non plus proposé sur l’ensemble du projet.
Les professionnels sauront dire le coût moyen de la réalisation d’une place de parking. Sur internet, quelques réalisations et projets récents de parking-relais en France donnent des moyennes entre 10.000 et 25.000 euros (voir ci-dessous). En prenant une moyenne de 17.500 euros, c’est au final 21,9 millions d’euros supplémentaires, pour 1250 places, à rajouter au budget annoncé de 64,3 millions d’euros (Pièce D évaluation socio-économique, 1., 1.1 les coûts d’investissement – page 3). Nouveau total : 86,8 millions d’euros.

Sans oubliez qu’il faut prendre en compte les « opérations connexes », engendrées par le BHNS mais ne le concernant pas totalement, avec le réaménagement des places « République-Laborde » et « Espagne » qui se montent à 15 millions d’euros. (Pièce B – page 64 sur 66).
Grand total : 101,8 millions d’euros.

Analyse des reports de trafic
Parmi les suppositions faites par le SMTU, il est prévu un report de trafic des véhicules particuliers ou directement en marche à pied vers le BHNS pour 4315 personnes/jour en 2017 sur 10.480 passagers/jour prévu. (pièce B page 51 et pièce D page 5). Un chiffre très aléatoire représentant 41% de la fréquentation totale de la ligne.
Il n’est pas donné la clef de répartition entre les catégories de report. Si 50% d’entre eux venaient en véhicule particulier, c’est 2150 voyageurs qui chercheraient des places de parking relais.
Un dossier de l’Agence d’urbanisme Bordeaux Métropole Aquitaine de 2008, rappelle que 80% des véhicules garés aux parkings relais ne sont occupés que par une personne à leur arrivée. Ce sont donc 1.720 places de parkings relais qu’il faudrait implanter pour le Bus Tram palois. (et non 1250 comme budgétées au-dessus).
En tout état de cause, les trafics passagers en report, retenus dans la présentation, ne sont que des supputations puisqu’il n’est pas prévu de budget d’investissement pour les parking-relais. En conséquence, en l’absence de ces parkings-relais, le modèle prévisionnel s’écroule : 2150 voyageurs sur 10.480 manqueraient à l’appel chaque jour soit plus de 20% du trafic total.
Sans les parkings relais, on mesure là, l’important « manque à gagner » en passagers pour un BHNS budgétée à 64,3 millions d’euros.

Analyse des alternatives
Nulle part ne sont proposées aux Palois d’autres alternatives à ce projet. Il est à prendre ou à laisser. Il convient de rappeler que le projet date de 2003. Dix ans plus tard, la donne budgétaire, nationale, régionale ou locale est tout autre… Ce que l’on pouvait réaliser hier ne l’est plus aujourd’hui. Un exemple local flagrant : le report sine die du projet de desserte directe LGV du Béarn et de la Bigorre prend en compte, en toute logique, cette nouvelle donne.
L’absence des budgets nécessaires aux parkings-relais traduit les difficultés financières actuelles… ainsi que la gêne de nos élus à « gonfler » plus le budget du BHNS présenté à la population. Il parait évident qu’un autre projet, moins gourmand financièrement devrait être lancé en alternative.

Monsieur le Commissaire enquêteur, voilà donc les observations que je souhaitais vous soumettre. Peut-être ai-je fais des erreurs d’appréciation ? Je vous saurais gré dès lors de me les faire remarquer.

Par ailleurs, au nom du principe de transparence qui m’anime, et qui anime l’association alternatives-paloises.com que je préside, je publie ces éléments sur le site Alternatives Pyrénées, afin que les Palois soient tenus au courant des manques dans le dossier qui leur est soumis. Un certain nombre de membres de notre association se joignent à cette démarche et signent parallèlement la présente analyse.

Je reste à votre disposition pour revenir sur ce que soulève ce courrier et vous prie de recevoir, Monsieur le Commissaire, mes respectueuses salutations.

Bernard Boutin
Hélène Lafon, Joël Braud, Robert Contrucci, Mehdi Jabrane, Emmanuel Pène, Daniel Sango

Source :
– le projet de Parking relais de à la gare d’Erstein, ouvrage à étage avec rampes, est de 2.200.000 euros HT pour 228 stationnements soit 9.650 euros par voiture.
http://www.lesarchitectes.com/les-projets/realisation-du-parking-relais-228-places-a-erstein/
– A la Seyne-sur-Mer le futur parking à étage des Esplageolles (2) va offrir 400 autres emplacements pour un investissement de 10 millions d’euros soit 25.000 euros par véhicule.
http://www.marcvuillemot.com/article-les-esplageolles-le-chantier-du-parking-relais-pret-a-demarrer-120186547.html
– « LES PORTES D’OLLIOULES ET DE TOULON » (3), mis en service en juillet 2013 aura couté pour 293 places, 6,5 millions d’euros TTC pour tous les aménagements soit par emplacement 22.184 euros (TTC)
http://www.tpm-agglo.fr/sites/new.tpm-agglo.fr/files/20130904_dp_portes_ollioules_toulon.pdf
– Agence d’urbanisme Bordeaux Métropole Aquitaine’ de 2008 : 80% des véhicules garés aux Parkings relais n’étaient occupés que par une personne PDF] Parc relais de l’agglomération bordelaise – A’urba

copies :
1 tableau des reports : Pièce D (évaluation socio-économique, 2., 22 les différentes catégories d’usagers et l’évaluation du report modal – page 5)
2 document de 2003 annonçant déjà ce type de projet

Report VP sur BHNS

Capture d’écran 2013-10-22 à 16.06.56

Comments

  1. Pour toutes les raisons évoquées contre Le bustram à Pau, parce que comme 70% de Palois je suis contre, parce qu’on ne tiens pas compte des avis des Palois sur un tel Projet, parce qu’il y a tellement d’autres choses à faire et terminer à Pau avant de faire ça…J’ai lancé sur Facebook une Page contre le bus tram que je vous invite à aimer.Associé à cette page un sondage pour ou contre le bus tram votez. A bientot
    https://www.facebook.com/pages/Contre-le-BUS-TRAM-%C3%A0-Pau/1383719018560783

  2. Pour toutes les raisons qui ont été soulevées contre le bus tram, par ce que je suis contre comme les 70% des Palois, Parce qu’on fait un projet de 80 millions d’euros sans demander leurs avis aux palois; j’ai créer une page facebook Contre le bus Tram que je vous invite à aimer. Associé à cette page un sondage pour ou contre le bus tram! votez l’union fais la force…
    https://www.facebook.com/pages/Contre-le-BUS-TRAM-%C3%A0-Pau/1383719018560783

  3. bernard salsé says:

    Avez vous lu les pages 62 , 63 , 64, Piece B appréciation sommaire des dépenses du Bus TRAM ? En tête apparait le budget global annoncé l’équipe Duchateau : 65 ME.

    Lisez bien. Commencez l’addition. Et vous allez arriver à 105 ME, près de 40 ME de plus

  4. Il est dommage que le débat ait été brouillé par la question du matériel roulant utilisé, qui sans être inintéressante est marginale par rapport aux sommes totales en jeu (5M€ sur 65M€).

    Dans les 65M€ annoncés du projet, une bonne partie va sans doute à la réfection complète des voies de circulation pour faire du site propre. Mais quand on regarde le détail des réaménagement rue par rue, on se rend compte que de nombreuses portions seront en site propre dans un sens seulement, voire sans site propre.

    Une autre partie semble aller à de la rénovation urbaine le long du tracé. Je suppose que cette partie correspond aux 15M€ financés directement par la ville de Pau et non pas par le SMTU (donc pas par le versement transport).

    Quoi qu’il en soit, il est clair que c’est un projet luxueux, dont de nombreux aspects auraient pu être simplifiés ou reportés à plus tard. Par exemple les aménagements sur Duffaut/Lyautey ne présente aucun caractère d’urgence : les voies en site propre existent déjà et ce n’est pas le coin le plus moche de la ville.

    Mais comme disait Oscar, on a l’impression que le projet de BHNS est fait pour pouvoir augmenter le Versement Transport et non pas le contraire. Donc maintenant l’agglo doit aller à marche forcée vers le projet complet (sous peine de devoir rembourser le versement transport sans doute).

    Mais tout n’est pas perdu : sous la contrainte des réalités financières, le projet de rénovation des Halles est passé de 20 à 10M€, en faisant plus simple et pas forcément moins bien. Cette même contrainte des réalités financières conduira peut-être à un projet définitif moins onéreux.

  5. Le Gof JF says:

    Le milliard est atteint, 1 000 000 d’euros !!! C’est un scandale !!!

  6. Helene Lafon says:

    Quand on constate le nombre de chiffres (vérifiables ou pas, il importe peu puisque ils sont avancés par des hommes de bonnes volontés, des citoyens dont le seul but est de rechercher la solution optimale pour l’usager mais au moindre coût) et les solutions alternatives que les intervenants sur ce site avancent on ne peut que conclure que l’analyse économique du projet présenté par la Mairie est plus qu’insuffisante : inexistante. Alors, je vous en conjure Madame la Maire quelle que soit le résultat de l’enquête publique, ne lancer pas la mise en œuvre du Bus-tram, au soir de votre mandat. Laissez donc votre successeur face à ses responsabilités !

    • HL : « Quand on constate le nombre de chiffres (vérifiables ou pas, il importe peu… »

      On peut donc dire n’importe quoi alors, même les pires âneries (de bonne ou de mauvaise foi) ??

      • Helene Lafon says:

        S’ils ne sont pas vérifiables par le lecteur cela ne veut pas dire qu’ils sont faux et donc équivalents à des âneries. Mais simplement que l’on ne sait pas les contrôler ou que l’on n’a pas les données et/ou les moyens techniques pour le faire.

        • Donc, pardonnez-moi, mais ça ne vaut rien. Ou pas grand-chose. Car alors le premier hurluberlu venu peut lancer ce qu’il veut sans qu’on puisse savoir si c’est du lard ou du cochon.

          • bernard salsé says:

            A PierU, les premiers huluberlu sont les rédacteurs du dossier Bus Tram. Ce dossier fait près de 2000 pages, et il n’a y que quelques pages consacrés aux budgets et à la fréquentation des bus, sans aucune présentation de statistiques sérieuses, en particulier sur les taux de remplissage. Quel taux de remplissage des bus ?

            Et il n’y a aucune évaluation de solution alternative, alors La Loi rend obligatoire la présentation de solutions alternatives.

            • La présentation du projet a des lacunes, c’est certain. Mais critiquer le projet avec le même manque de rigueur (voire plus) que celui qu’on lui reproche, c’est vain.

  7. Il ne faut pas voir non plus le nombre de millions en soi, mais ce à quoi ça sert. Le métro de Toulouse a coûté 4 Mds € (d’aujourd’hui), financé par l’agglo (700 000 habitants) à 60%, le reste provenant de subventions de l’Etat principalement. Ca fait en montant brut: 5700€ par habitant, ce qui conduirait, pour l’agglo de Pau à une dépense comparable de 855 M€ (subventions incluses) et 513 M€ (hors subventions).
    Et cette agglo de Toulouse n’est pas en faillite, et c’est un atout exceptionnel et peu contesté pour la ville. Quand une ville est bien gérée (là, par les Baudis pendant des décennies), elle peut accomplir des choses extraordinaires. A Pau, sur 30 ans, la médiathèque géante (enfin, son surcoût par rapport au nécessaire) + le stade de kayak de niveau mondial + le Grand Prix + l’Elan Béarnais + le complexe de pelote de niveau mondial + etc coûteront des centaines de millions d’euros. Je crois qu’en incluant les sur-effectifs, on atteint allègrement le milliard d’euros sur 30 ans (soit 33 M€ par an) !

    • En son temps, la ville de Pau a également accompli quelque chose d’extraordinaire: le Bd des Pyrénées. Combien cela coûterait-il aujourd’hui ? 100 M€ ? 200 M€ ? Mais on est en plein dans une société décadente, abreuvée de jeux, indifférente aux gaspillages colossaux et à la question des effectifs municipaux.

    • bernard salsé says:

      A RDV

      Qu’il faille améliorer les transports en communs, tout le monde est pour. Aujourd’hui le problème majeur, c’est que les bus ne sont pas assez fréquents, et ils sont vides la majorité du temps, sauf aux périodes de pointes assez courtes. Donc la première chose à faire c’est d’augmenter la fréquence, à toutes les 3 minutes, 2 minutes, plus moins,…. Cela peut être fait de suite. Si on  »est pas sur, on peut ajouter des navettes. S’il y a alors trop de clients pour les navettes, on ajoute des bus normaux. C’est quand même un tout petit problème. Si les clients du Bus suivent on est à temps d’améliorer le service et les services annexes.

      Dans le projet tel qu’il est aujourd’hui il faut attendre 3 à 5 ans pour avoir une amélioration. Alors que les améliorations peuvent être immédiates. En fait ce projet ne cherche pas à résoudre un problème de transport, ce n’est qu’un prétexte pour faire des travaux et les faire financer par la taxe Versement Transport. C’est un simple détournement d’usage des recettes d’une taxe.

      • Sur cet axe, la fréquence est de 10 minutes, ce qui correspond à un temps d’attente moyen de 5 minutes. Imaginons que l’on passe à une fréquence de 5 minutes, avec un temps d’attente moyen de 2 minutes 30 secondes, c’est-à-dire, « rien ». Le coût du matériel roulant peut être équivalent, mais celui des chauffeurs sera doublé (cf chiffres de PierU). Admettons que le coût global soit augmenté de 50%, pour un service doublé. Quelle serait l’augmentation du nombre de passagers ? 10%, 50%, 100% ? Je ne sais pas. Par contre, il ne peut pas y avoir de fréquence élevée sur toutes les lignes non plus.
        La seule chose que je sais en matière de bus est que la « gratuité » double la fréquentation et que cela amène à une subvention publique par ticket bien plus faible: +20% de dépenses dans le budget d’Idélis pour +100% de fréquentation.

        • bernard salsé says:

          Il est curieux de constater le prix total du petit bus avec chauffeur est moins cher que le gros bus avec chauffeur. Un service d’une vingtaine de petits bus, avec une fréquence de 3 minutes, coûte un peu moins cher que 8 Bus TRAM avec une fréquence de 10 minutes. ( je me suis fait un petit calculateur spécialisé ! Je suis à 2.500 000 par an de coût avec le Bus Tram contre 2.280 000 en petit bus. Les petits bus font 1.266 000 km par an au total et les grands bus 380 000 km, 3 fois plus de fréquence, et donc 3 fois plus de kilomètre pour les petits bus. Mais il n’y a que 2 fois plus de salaires pour les petits bus, 2 000 000 de salaires pour les petits bus, et 900 000 E pour les grands bus. Pourquoi les petits bus sont-ils moins chers à l’arrivée ? D’une part le grand bus a des frais d’amortissement et des frais financiers de 1 000 000 de plus. Cela couvre déjà l’écart des salaires. I Million de salaire en plus pour les petits, et 1 million d’amortissement et frais de plus pour les gros.

          J’ai budgété à 40 000 E l’année le chauffeur de petits bus, et à 50 000 l’année pour le chauffeur de gros bus ( ancienneté, l’expérience, le poids lourds,….). Et il y a une différence aussi concernant les temps de roulage. Le petit bus s’arrête très peu souvent, puisqu’il a moins de monde, à livrer et à prendre. Le gros bus s’arrête partout, à chaque arrêt, il consomme un peu plus, perd du peu plus de temps, s’arrête plus à l’étape, il attend l’heure.

          Il y a plein d’idées fausses. Il faut compter. Les rédacteurs du dossiers auraient pu montrer ce genre de choses, les évaluer. Ils en avait l’obligation d’après les textes de LOI. Ils ne l’ont pas fait. J’espère qu’ils l’auront fait au moins pour leur gouverne. Mais vu le dossier, je ne suis même pas sur. Il n’y a rien dans le dossier en matière de comparaison de solution. Déjà avec un tableur Excel, on peut avoir un calculateur intéressant. Il faut poser quelques équations entre les vitesses, les temps, les kilomètres et autres, et on s’éclaircit l’esprit pour quelques centimes !

          • BS : « Il est curieux de constater le prix total du petit bus avec chauffeur est moins cher que le gros bus avec chauffeur. Un service d’une vingtaine de petits bus, avec une fréquence de 3 minutes, coûte un peu moins cher que 8 Bus TRAM avec une fréquence de 10 minutes. ( je me suis fait un petit calculateur spécialisé ! »

            –> comme je l’ai montré, vos calculs sont parcellaires, biaisés en faveur de votre solution, et partent d’hypothèses fausses.

            • bernard salsé says:

              Quelles hypothèses fausses ? Il y a 2 questions dans cette question : quelles valeurs ? et En quoi cette valeur serait-elle fausse ?

              Quelle valeur mettez vous donc en cause ?

              • Hypothèses fausses ou biaisées, par exemple remplacer un bus articulé de 150 places par 3 navettes de 20 places : il y a juste un rapport 2,5 de capacité totale entre les deux scénarios mais bon… Et tout à l’avenant.

  8. Emmanuel Pène says:

    Combien d’emplois durables (autres que ceux directement financés par le contribuable) vont être générés par ce projet ?
    Pour cela, il aurait fallu étudier l’impact économique dans le temps du bus tram, sur le commerce, l’installation des entreprises, des écoles et universités, etc.. j’ai bien peur que les promoteurs de ce projet ne s’en soient pas préoccupés..
    A l’inverse, le projet de zone industrielle agro-alimentaire au nord de la rocade paloise ne semble pas intéresser beaucoup de monde; alors que des centaines d’emplois sont à la carte..
    J’aimerais que certains retraités écolos qui sévissent sur ce site pensent un peu plus à leurs enfants qui ont besoin de bosser et donc de trouver un emploi.

    • Larouture says:

      « Pour cela, il aurait fallu étudier l’impact économique dans le temps …»
      Cet aspect me parait effectivement essentiel pour justifier le Bus Tram.
      Je suis d’ailleurs très étonné qu’il n’ait pas été repris par M. Boutin et les signataires (dont vous êtes) dans le courrier remis au Commissaire enquêteur.

      Je ne connais pas le projet de zone agro-alimentaire au Nord de la rocade.
      J’ai entendu parler du projet de la filière équine qui serait bien identifié par les élus.
      Je pense que les zones commerciales, artisanales ou industrielles se sont suffisamment étalées à la périphérie de Pau, notamment au détriment des espaces agricoles, pour envisager sereinement un repli sur le cœur de l’agglo.
      Par exemple, l’agglo dispose de 170 ha disponibles, y compris les friches. Elle dispose d’une réserve en entrepôts pour 7 années et en bureaux pour 3 années.
      Aussi, je ne comprends pas bien la charge contre certains retraités ou écolos dans ce commentaire.

      D’autre part les parkings relais se feront même sans Bus Tram.

    • EP : « J’aimerais que certains retraités écolos qui sévissent sur ce site… »

      Ce genre de commentaire, émis par un des responsables du site, est parfaitement désobligeant.

      • Emmanuel Pène says:

        Au contraire, ça prouve qu’il n’y a pas de langue de bois ni de ligne éditoriale sur ce site.

        A chacun sa vérité !

        • Helene Lafon says:

          Bien sûr Emmanuel, mais, tout de même, mesurez vos paroles : blesser l’autre, ce n’est plus débattre mais envenimer inutilement le débat. Et vous savez que celle qui, ici vous le dit, est plus BAP qu’Ecolo tout en étant pour le « respect de la nature » (comme le disait ma mère lorsque j’avais l’âge de la photo, vignette de mes commentaires).

        • On peut parler sans langue de bois ni ligne éditoriale, sans être méprisant pour autant. Car on sent la petite pointe de mépris qui va bien dans l’interpellation « retraités écolos ».

          D’autant plus quand ils sont accusés, quasiment par définition, de ne pas penser à leurs enfants. Comme si il n’y avait qu’une façon de penser à ses enfants, comme si le souhait qu’ils héritent d’une planète pas trop saccagée ce n’était *aussi* penser à eux.

      • Helene Lafon says:

        Vous avez raison PierU. Chaque intervenant sur le forum doit veiller à ne pas blesser les autres lecteurs !

    • Larouture says:

      Que «certains retraités écolos » ne pensent pas assez à leurs enfants « qui ont besoin de bosser » me fait penser à des commentaires, sans langue de bois, indiquant que certaines associations comme par exemple BAP relaient les intérêts du BTP.
      Ce sera pourtant la filière du BTP qui profitera en premier de l’ouverture de chantiers de création de Zones d’activités.
      L’activité viendra-t-elle ensuite ? Ce n’est pas grave, le BTP c’est aussi de l’économie.

  9. On peut pas dire que LE projet coûtera 100 M€.
    Il y a DES projets (du moins c’est ainsi qu’il faut l’analyser), qui n’ont pas tous le même caractère prioritaire: refection des places, parkings relais, les tronçons en site propre, le type de bus, réaménagement de l’espace autour des tronçons en site propre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s