Big Brother is watching you

BIG-BROTHER-OBAMA-1984-facebookAu départ, il y a ce célèbre roman de George Orwell : « 1984 », publié en 1949, où le personnage principal Big Brother est devenue une figure métaphorique du régime policier et totalitaire, de la société de la surveillance, ainsi que de la réduction des libertés.

A l’arrivée, il y a la NSA, National Security Agency, monstre tentaculaire qui surveille qui il veut quand il veut, où il veut. Amis, ennemis, inconnus, reconnus, innocents, criminels. Tous y passent.

Notre dépendance de la technologie permet ces contrôles, mais ne les autorise pas. Il fallait pourtant s’y attendre. Contrôler les masses, les terroristes, les opposants, les simples citoyens a toujours été une priorité première du Pouvoir, où qu’il soit, quel qu’il soit. L’Homme est fait comme cela. Contrôler pour régner.

Ce qui frappe avec le scandale de la NSA, c’est qu’un pays qui, pour beaucoup est une référence en matière de démocratie, soit à la base de cet exercice de contrôle organisé scientifiquement et à la plus grande échelle. 200 millions d’américains seraient sous contrôle. On est bien loin de la « war on terrorism ».

Pour nos concitoyens, nos politiques, nos médias, ce que fait la NSA est inadmissible. Le consensus semble total. Montrer du doigt l’Amérique est souvent un sport national. On en oublie à regarder ce qui se passe chez nous…

Qui contrôle qui en France ? Les RG n’existent plus. Par qui ont-ils été remplacés ? Comment cela est-il organisé et avec quels garde-fous ? Quels pouvoirs sont entre les mains de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), du Parlement ?

Il serait intéressant que le forum développe ce sujet qui nous concerne tous au plus haut lieu. La devise de la République française ne commence t-elle pas par le mot « Liberté » ? Qu’en restera-t-il le jour où tous nos échanges seront enregistrés, contrôlées, disséqués ? Mais ne le sont-ils pas déjà ? Pourtant, sans vie privée, il n’est point de libertés.

Paradoxe s’il en est, AltPy, sans toutes ces technologies nouvelles, ne serait pas. Une liberté est née. Espoir sous contrôle ?

– par Bernard Boutin

PS : A quand une rue au nom d’Edward Snowden à Pau ?
Un lien : http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-nsa-prism-et-consorts-quoi-de-neuf-2013-06-15

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

2 commentaires

  • Jusqu’à présent la société de la connaissance serait perçue comme une bonne chose. Pas de crainte d’un scénario « Big brother ». Je suis toujours dans cet état d’esprit.
    C’est en tout cas les façons ou postures de se projeter dans l’avenir qui traversent les 33 scénarios produits par la commission prospective de la DATAR sur la France 2040.
    Cf ; conférence de M. Vannier du 11/07 au Parlement de Navarre, à l’initiative de l’Audap.

  • Il ne faut pas se faire d’illusion : le pouvoir de surveillance de la NSA est gigantesque compte tenu des moyens dont ils disposent, mais les équivalents dans nos pays existent et ne se gênent certainement pas plus que la NSA pour enregistrer tous nos faits et gestes, au nom de la sécurité nationale. Il suffit de toutes façons d’apposer le tampon « secret défense » pour que toute tentative de contrôle démocratique soit vaine.
    Quant aux USA « référence en matière de démocratie », il ne faut pas oublier qu’hors de leurs frontières la démocratie n’a jamais existé pour eux : combien de coups d’états ont-ils fomenté, particulièrement en Amérique du Sud ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *