Courage fuyons!


dette-publique-276x300François Hollande est en train de réussir l’exploit de faire l’unanimité contre sa politique, faite de non-choix. Ses prévisions,  d’un optimisme coupable, ne cachent pas le manque de courage. Mais dans la course aux prévisions, heureusement que Bruxelles est là pour constituer un contre-pouvoir face à nos bonimenteurs.

On se rappelle que François Hollande avait pour objectif de rétablir l’équilibre budgétaire à la fin de son mandat. Il a très vite fait de l’oublier.

Remplacé par l’objectif de 3% de déficit en 2013, ce dernier fut tout aussi vite oublié, et remplacé par un 3% en 2015, avec l’accord de Bruxelles. L’Europe faisant savoir qu’elle attendait toujours, de réelles économies par de vraies réformes de structures.

Mais le courage n’est pas la qualité de nos politiques (et cela vaut aussi bien pour l’UMP que pour le PS). Malgré les innombrables sources d’économies proposées tous les mois par une Cour des Comptes admirable de professionnalisme (et de stoïcisme), rien n’y fait  (vivement Didier Migaud aux finances…).

Cette politique inconsistante faite d’augmentation de taxes et impôts fait l’unanimité contre elle. Le chef de l’Etat bat tous les records d’impopularité ! Ceci dit cette unanimité ne veut pas dire que les français sont d’accord sur les mesures à prendre… Bien au contraire, c’est le grand écart !

Quoi qu’il en soit, avec les mêmes prévisions de croissance pour la France (0,2% en 2013, 0,9% en 2014 et 1,7% en 2015) l’Europe confirme que notre déficit sera de 4,1% en 2013, 3,8% en 2014 et 3,7% en 2015.

Bref, malgré une petite reprise économique, la dette française continuera d’augmenter considérablement, approchant le seuil de la faillite de l’Etat, moment où le remboursement de la dette et de ses intérêts occupe une place trop importante dans les comptes de la nation.

Et c’est bien normal puisque rien ne change dans un pays ou les dépenses publiques sont 10 points de PIB de plus que l’Allemagne ou que la moyenne des pays de l’union. Ceci représente quand même environ 200 milliards d’euro !

Pendant ce temps notre armée de politiciens « professionnels » prospère à tous les étages de notre mille-feuille territorial. Arc-boutés sur leurs privilèges, défendant bec et ongles une organisation moyenâgeuse, ils mènent notre pays à la faillite.

Pour l’immense majorité d’entre eux, ils n’ont jamais connu une entreprise, jamais travaillé dans un monde concurrentiel marchand, ou si peu. Leur seul but est leur réélection et pour cela ils sont prêts à tout. Et ne leur parlez pas de non cumul des mandats ou de non rééligibilité après deux mandats !

La courbe du chômage ne sera pas bien sûr, inversée malgré tous les artifices mis en place à force d’argent public.

L’Europe prévoit 11% en 2013, 11,2 % en 2014 et 11,3% en 2015 Ce sera donc au mieux une stabilisation.

La France est un bateau avec 4 rameurs et 6 passagers qui fait la course avec les autres pays qui ont 6 rameurs et 4 passagers. Nous serons donc les derniers.

C’est ce qu’a essayé de faire comprendre Standard & Poor’s en dégradant une nouvelle fois la note de la France.

– par Daniel Sango

Comments

  1. Le Gof JF says:

    Que de chiffres !!! Et le BNB (Bonheur National Brut) ?

  2. Georges Vallet says:

    «Et c’est bien normal puisque rien ne change dans un pays ou les dépenses publiques sont 10 points de PIB de plus que l’Allemagne»

    D’abord, on ne peut pas dire dire que rien n’a changé; depuis des décennies on a systématiquement forcé l’Etat à vendre tous ses biens qui rapportaient de l’argent, les caisses sont maintenant vides, tout le monde réclame des aides et personne ne veut payer d’impôts!
    Ensuite l’Allemagne, c’est l’Allemagne! On ne peut pas comparer des pays qui n’ont pas la même histoire, les mêmes traditions, la même culture, la même évolution. C’est ce que l’occident a voulu imposer aux pays africains avec le succès que l’on constate!

    «Pendant ce temps notre armée de politiciens « professionnels » prospère à tous les étages de notre mille-feuille territorial. Arc-boutés sur leurs privilèges, défendant bec et ongles une organisation moyenâgeuse, ils mènent notre pays à la faillite.»

    Là, tout à fait d’accord.

    «La France est un bateau avec 4 rameurs et 6 passagers qui fait la course avec les autres pays qui ont 6 rameurs et 4 passagers. Nous serons donc les derniers.»

    Absolument pas, cela dépend du savoir faire, de la puissance des rameurs et du poids des passagers!
    Contrairement à la politique actuelle ce n’est pas la quantité qui importe mais la qualité! L’exemple des porcs et des élevages industriels, en Bretagne en ce moment, est un exemple.

    «C’est ce qu’a essayé de faire comprendre Standard & Poor’s en dégradant une nouvelle fois la note de la France.»

    Il est urgent de mettre fin à la toute-puissance des agences de notation qui n’ont de but que de démolir la collectivité au profit de quelques particuliers. Il est plus qu’urgent de créer une agence publique de notation européenne.

    • « Ensuite l’Allemagne, c’est l’Allemagne! On ne peut pas comparer des pays qui n’ont pas la même histoire, les mêmes traditions, la même culture, la même évolution. C’est ce que l’occident a voulu imposer aux pays africains avec le succès que l’on constate! »

      Quand même Monsieur Vallet… C’est pas sérieux.
      C’est vrai que des français vivent nu au soleil, mais seulement à Montalivet et en été…

      • «La France est un bateau avec 4 rameurs et 6 passagers qui fait la course avec les autres pays qui ont 6 rameurs et 4 passagers. Nous serons donc les derniers.»

        « Absolument pas, cela dépend du savoir faire, de la puissance des rameurs et du poids des passagers!
        Contrairement à la politique actuelle ce n’est pas la quantité qui importe mais la qualité!  »

        Effectivement, j’aurais dû compléter, les rameurs sont des gringalets épuisés et les passagers replets sont lourds

  3. Aujourd’hui le terrain de jeu s’appelle planète. Les « friqués » et la mafia qui parfois cohabitent l’ont compris depuis longtemps et se sont organisés en conséquence. Ils ont conquis un pouvoir transnational tel qu’ils sont la cause et les constructeurs de ce que nous vivons aujourd’hui notamment au niveau du chômage, de la pauvreté, de l’exclusion. Pour continuer à s’enrichir et a entretenir leurs privilèges il leur faut des pauvres, des alliés qu’ils soudoient,des marionnettes, des indifférents. Ils en ont sur toute la planète Cette pieuvre transnationale qui s’est tranquillement installée induit deux forces. Celles de ceux qui veulent mieux vivre et/ou survivre et celle de ceux qui ne veulent surtout pas perdre leurs privilèges (pomper la richesse financière et en faire ce qu’ils en veulent). Ces deux forces génèrent de l’insatisfaction et de l’impopularité pour des raison antagonistes. Elles s’additionnent pour frapper ceux et celles qui veulent changer et qui ont un pouvoir ou un semblant de pouvoir pour le faire. Ils font et ils défont les équipes qui dirigent le bien commun. La question fondamentale n’est pas le courage ou pas le courage mais au regard de la marge d’action de ceux et celles qui veulent changer pour construire une société du mieux vivre: Que devons nous faire pour réussir au mieux cette belle ambition?

  4. DS: »un pays ou les dépenses publiques sont 10 points de PIB de plus que l’Allemagne ou que la moyenne des pays de l’union. Ceci représente quand même environ 200 milliards d’euro ! »
    Ce n’est pas un critère pertinent en soi. Les pays d’Europe du Nord ont une dépense publique aussi élevée, mais la situation économique y est meilleure qu’en France.
    Pour les explications avec le différentiel avec l’Allemagne:
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130918trib000785735/depenses-publiques-la-realite-des-chiffres-en-europe.html (Je pense qu’il manque quand même le différentiel sur le coût des administrations…)

  5. Article 5 étoiles.
    Juste inutile de se référer aux agences de notation car leurs notes AAA sur des produits opaques et pourris, ceci jusqu’à la veille de la crise financière, leur ôte désormais toute crédibilité. Elles auraient dû être dissoutes, de même que certaines banques d’affaires, mais le pouvoir de la sphère financière a fait taire totalement les juges et autres politiciens malgré des milliers de preuves accablantes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s