Et hennir de plaisir …

0
(0)

Capture d’écran 2013-12-21 à 08.42.52Alors honni qui mal dépense ?
Henni qui mâle de panse ?
( mais qu’en termes asins ces choses là sont dîtes…)

Nous nous permettons de cancaner sur le texte coquet de notre amie la louve
Comme elle nous avons le goût des mots
et des sauteries du coq à l’âne
Des nids de poule aux bâts des ânes
même si ,semble t-il, nous serions plutôt âne
et, la louve, normal, plutôt poule
Anghorqueue ….
Sainte Anne dorée pour nous
La poule aux œufs d’or pour aile
Alors Adieu veaux, vaches, cochons, couvées….
Que nenni
Dans son rôle de Martine à la ferme
Madame le maire de Pau, dans un de ses plus beaux rôles,
dans un ultime adieu
dans un ultime salut
comme un petit piaf en son dernier tour de champ
nous offre,en son palais ,
une fois encore, le spectacle
de la ville à la campagne
Avec, forcément, un écho christique mal crêché (1)
entre l’âne et le bœuf
entre l’âme et le veuf
avec dans les rôles principaux :
Les pintades landaises et les oies gersoises
les paons du Japon
et les faons de Thonon
les caprins et les ovins
les capsules et les ovules ….
Peut-être pour célébrer l’homme de l’année
François le bien assis
autant et, beaucoup plus, que son auguste suzerain
non pas le sombre Ricou, mais, François le haut landais
qui, en ces temps difficiles, se trouvât bien dépourvu .
Bien avant que la bise fut venue
Alors honni qui mal dépense
qu’en termes asins
on pourrait, assez pertinemment , traduire sans trahir,
par
Henni soi qui mâle de panse
De fait faire surgir l’hinterland campagnard et béarnais
sur la place royale de la ville royale
est une bien meilleur idée que de célébrer, bêtement,
je ne sais quel Disney mondialisé
ou, de manière générale,d’abonder la folie consommatrice
dont le petit François(l’argentin l’autre « Pibe de oro » )
et la crise qui rôde nous enjoignent de nous départir
ici à Oloron c’est plus « cheap »(2)
on a mis la campagne à la campagne
Il est vrai que la cité est, en soi, une ville à la campagne
On a recyclé les jolis petits moutons d’ Ouessant
gros comme des noirs poussins
qui tondent, vaillamment, les pentes de Sainte-Croix
en moutons d’opérette
façon Marie-Antoinette
pour égayer les espaces, un rien tristounets, devant l’hôtel municipal.
Alors, pour une fois,
dans les deux cités affirmons que les quelques piécettes
distraites pour monter ces modestes décors champêtres
ont été bien utilisées
Nous proposons, néanmoins, pour la prochaine année
de faire venir Serge le Lama soi-même ou un(e) de ses semblables
une aimable gigogne un alpaga gracile
gracieux et suffisant autant qu’il est possible
depuis les Andes lointaines
ou bien des Landes voisines
voire ,en direct, de Borce ou du Tourmalet..

  1. Barbarisme ou néologisme : les lettrés choisiront les autres passeront leur chemin
  2. Anglicisme superfétatoire..

– par Pierre Yves Couderc / Oloron

Et Hennir de plaisir…

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

  • « François le bien assis »
    Un constat qui n’est plus d’actualité depuis que François, le fan de rugby, avait oublié qu’il n’avait plus 20 ans et qu’il n’avait plus l’âge d’escalader un grillage haut de 2,50 m au Stade du hameau, à Pau!
    Le voilà pour un temps plutôt couché qu’assis! Couché d’ailleurs, il avait l’habitude politiquement!
    Je lui souhaite quand même un prompt rétablissement surtout qu’il a a tenu à constater les grandes qualités de l’hôpital public.
    Il faudra peut-être lui rappeler quand, dans quelque temps, il trouvera qu’il est trop dépensier.

  • j’adore Pierre-Yves …. quel plaisir de lire ces ondulatoires écrits convenant à notre oratoire et d’où se dégage un bel esprit …de l’âne à la louve en passant par la poule à Pau, chaque animal a sa place sur ces places royales ou de mairies, de quoi occuper les grands et surtout les petits à l’approche d’un Noël de plus en plus artificiel sauf pour les bambins qui ont encore un esprit saint … des lieux divins où les politiciens nous gavent de leurs mérites pour un avenir prochain. Belle soirée, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *