CDA Pau Pyrénées : Les villes les plus chères en personnel

0
(0)

Capture d’écran 2013-12-22 à 11.42.02Il est coutume de dire que Pau a beaucoup de personnel et que bien logiquement cela se retrouve dans les impôts locaux. Dans les faits, au niveau de l’agglomération paloise, la ville centre n’est pas la plus gourmande (proportionnellement) en personnel puisqu’elle n’est que quatrième au classement au titre des « charges de personnel par commune et par habitant » selon les informations communiquées par le ministère des finances pour 2012.

Le site du ministère permet en effet de décerner la palme des charges de personnel par commune par habitant à Lescar : 715 €, suivi de Lons : 707 €, Billère : 587 € et enfin Pau pour 536 euros (voir pièce jointe 1).

Si Pau, au moment de la création de la CDAPP en 2000, était bien la plus chère en personnel de l’agglomération, elle a su transférer une partie de ses charges aux communes environnantes. En 2012, 218 euros de charges de personnel étaient acquittées au titre de la CDAPP par habitant. Rien en 2000.

Pau est donc la grande gagnante de la mise en place de l’intercommunalité. En 2012, les charges de personnel communal et intercommunal n’y représentent que 754 euros par habitant contre 933 à Lescar et 925 à Lons ! (voir pièce jointe 2)

Ces deux communes sont largement au-dessus de leur strate, selon le ministère des finances, pour les dépenses de personnel :  715 contre 625 pour l’une, 707 contre 625 pour l’autre. Bizanos et Mazères dépensent elles-aussi plus que leur strate moyenne nationale.

Si l’opacité des chiffres se fait souvent sentir au moment de vouloir analyser la gestion de la cité paloise, il est clair que les autres communes de l’agglomération, pas nécessairement sous les projecteurs des médias, sont moins observées et analysées.

Pourquoi donc Lescar ou Lons ont-elles environ 33 % de charges supplémentaires de personnel par habitant que Pau ? Qui pour observer et analyser les maires en leur commune ?

Seule la fusion totale des communes dans l’intercommmunalité permettrait de faire disparaitre ces différences. Ce n’est pas pour demain…

– par Bernard Boutin

Source : http://alize2.finances.gouv.fr/communes/eneuro/RDep.php?type=BPS&dep=064
Charges de personnel par commune
Charges de personnel commune plus CDAPP

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

21 commentaires

  • Mr. Christian LAINE, Maire de Lescar nous demande de publier le droit de réponse ci-dessous :
    Je me permets de réagir à l’article sur les villes les plus chères en personnel paru dans le numéro 232 du 23 décembre dernier en vous apportant quelques précisions utiles qu’il aurait été préférable de connaître avant la rédaction de l’article.
    En référence à Pau, Lescar et Lons n’ont pas 33 % de charges supplémentaires de personnel par habitant.
    Dans votre analyse sur Pau vous avez oublié un paramètre de taille, celui de la mutualisation, c’est-à-dire qu’une partie du personnel de la ville de Pau a été transféré à la Communauté d’Agglomération, tout en continuant à travailler pour la ville de Pau.
    Les salaires correspondants sont déduits de la dotation de compensation de la ville de Pau, et n’apparaissent pas dans les charges de personnel de cette ville, pour exemple, entre 2010 et 2012, 
8 millions d’euros de charges de personnel ont été transférés de la ville de Pau vers la CDAPP.
    Ensuite, il est faux de reporter sur toutes les communes les 218 euros de charges de personnel de la CDAPP ; en effet, la grande majorité de ces charges sont le fait de la mutualisation entre Pau et l’agglomération, et non le fait des transferts de compétences. Ces 218 euros sont obtenus en divisant les charges de personnel de la CDAPP par le nombre d’habitants de l’agglomération.
    En ce qui concerne les charges de personnel de la ville de Lescar, il est nécessaire de prendre en compte le niveau d’équipement de la commune et donc de services publics, de très loin supérieur à celui des communes de la même strate ; écoles artistiques (cirque, musique, danse), 3 écoles primaires, 3 gymnases, un centre de loisirs, 2 crèches. Il faut également prendre en compte la surface importante de la commune de plus de 100 kilomètres de voirie.
    Durant ma mandature, les charges de personnel ont augmenté de 1,32 % en moyenne par an de 2008 à 2012, alors qu’elles avaient augmenté de 4,47 % en moyenne par an durant la mandature de M. CLAVERIE, de 2001 à 2007.
    Quant aux effectifs de personnel mairie et CCAS de Lescar, on compte au 31 décembre 2013, 350 agents contre 352 au 31 décembre 2007, soit une diminution de 2 agents.
    J’ajoute que la ville de Lescar a fait le choix de la gestion directe de ses équipements sociaux et culturels là où d’autres communes en ont confié la gestion à des associations ce qui a pour effet de diminuer quantitativement le personnel communal, mais d’augmenter le montant global des subventions versées aux dites associations.
    Ainsi à Lescar ce sont 50,26 équivalents temps plein qui permettent le fonctionnement de la Maison de l’Enfance, de la Maison des Jeunes, du Centre Social l’Escale, des écoles de danses de cirque, de musique etc. là où Billère par exemple a tout confié à des associations.
    Christian Laine

    • Merci pour les précisions de C Laine qui reprend mes explications données sur la mutualisation un peu tordue des personnels de Pau.
      Il n’empèche que les chiffres sont là:
      Depuis que l’agglo existe, on a mis en commun un grand nombre de compétences.
      En dix ans, dans les communes de l’agglo la masse salariale a sensiblement augmenté alors qu’elle aurait du sensiblement diminuer par suite des gains de mise en commun (et les incitations financières fortes de l’Etat.!!!
      Et pire que tout, il y a eu création de plus de 830 postes à l’agglo!!!!
      Une gabegie énorme qui, quand on rajoute une gouvernance totalement anormale et une absence de projet, fait fuir toutes les communes de la périphérie.
      La gestion des communes de l’agglo, et celle de l’agglo sont calamiteuses

    • C.Laine apporte des éléments intéressants pour justifier les chiffres relevés dans l’article, mais il essaie aussi de noyer le poisson. Sa « défense » est contestable sur de nombreux points, j’y reviendrai dès que j’aurais le temps 🙂

  • Pourquoi donc Lescar ou Lons ont-elles environ 33 % de charges supplémentaires de personnel par habitant que Pau ?

    Parce qu’elles ont des ressources très nettement supérieures qui leur permettent d’afficher une imposition par habitant beaucoup plus faible. Il est évident que l’agglomération paloise se caractérise d’abord par une concentration de ses ressources financières d’origine commerciale sur Lescar et Lons et d’une accumulation de ses coûts et investissements publics sur Pau. Il n’est donc pas surprenant de vérifier ces déséquilibres dans ces ratios. L ‘agglo a permis d’en corriger partiellement les effets, mais une intégration plus poussée est effectivement indispensable.
    Ceci dit, le niveau d’imposition pratiqué à Pau aujourd’hui n’est plus justifié et devrait être sensiblement baissé du fait de cette nouvelle répartition. Quel est le candidat qui va s’y engager ?
    Enfin, ne pas perdre de vue qu’une partie des frais de fonctionnement de l’agglo est dissimulée dans l’opacité des comptes des sociétés d’économie mixte, toutes déficitaires, pas toujours bien gérées mais généreusement abondées par des subventions. L ‘affaire du Bus-Tram en est l’ultime illustration.

    • +1
      Ce qu’il faudrait à la mairie de Pau, comme ailleurs, c’est un genre de chef d’entreprise à la fois volontariste et soucieux des deniers publics, qui ait le sens de l’intérêt général, pas un politicien de carrière, souvent minable roitelet spécialiste en démagogie, clientélisme et autres délires mégalomaniaques, et incapable de résoudre les problèmes pratiques les plus simples.

      • « un genre de chef d’entreprise à la fois volontariste et soucieux des deniers publics, qui ait le sens de l’intérêt général »
        chef d’entreprise, deniers publics, intérêt général, vous associez des termes absolument incompatibles!!!!

    • Là encore, sans être suffisamment engagée dans une réduction de l’imposition, la ville de Pau ne fait pas non plus partie des mauvais élèves.
      En 2005, les impôts locaux représentaient 631€/hab, contre 428€/hab dans les communes comparables
      En 2012, c’est 688€ contre 521€
      Ca fait donc +9% d’augmentation à Pau (corrigé de l’inflation ça fait en baisse une légère baisse), contre +22% ailleurs en moyenne. Pau reste largement au dessus de cette moyenne, mais semble quand même essayer de contenir son budget.

  • Il serait logique que la fiscalité de l’agglomération soit harmonisée.
    Les palois ont été longtemps les seuls a supporter le coût des grands équipements.
    Certains justifies et d’autres plus discutables.
    L’exil fiscal a contribué largement à paupériser la ville de Pau.
    Les Depardieus d’Idron doivent assumer leur part de la contribution aux charges collectives.

    • Oui, peut être, mais seulement le jour où les investissements seront faits à Idron, et pas seulement et exclusivement sur Pau.

      • C’est purement une vision héritée du découpage en communes et dont il faut sortir, justement. On ne décide pas de l’emplacement d’un grand équipement pour faire plaisir à tel ou tel petit roitelet local dans sa commune, mais là où c’est le plus logique pour l’agglomération dans son ensemble.

        • Et la seule logique est de tout mettre au Centre ville?
          Comme une Médiathèque à Dimension Régionale, totalement inaccessible là où elle est?
          Ou une ligne de Bus tram Nord Sud qui ne dessert rien au delà de l’Université?
          Pour commencer il faut qu’une agglo soit logique et Gan Artigueloutan ou Sendets n’ont rien à y faire dans un premier temps. Ensuite il faut que le projet moyen terme soit équitable et qu’on accepte de fixer un but : une suppression des communes.

          • DS: « suppression [de la majorité] des communes »
            C’est ce qu’il faudrait faire, mais encore une fois, celui qui essaierait de mettre en place cela se ferait couper la tête, comme celui qui voudrait augmenter le prix du carburant, (c’est y aller avec la matraque contre un adversaire qui possède la bombe atomique…)
            Plutôt faire en sorte que le personnel d’une commune (ou d’une inter-communalité) soit géré comme celui d’une entreprise privée. Je crois que le résultat serait meilleur avec un effectif réduit de moitié (ou au moins du tiers). De quoi réduire nettement les impôts tout en ayant davantage de capacité d’investissement pour les choses vraiment importantes.

          • Heu…, en fait, ça serait très compliqué à faire passer aussi et cela suppose une modification des lois qui n’aura jamais lieu. Mais un responsable politique digne de ce nom peut diminuer les charges de personnel. Le roitelet, lui, sait utiliser tous les subterfuges pour se maintenir et maintenir sa famille. Il faudra attendre la faillite technique nationale avant que, de manière générale, les choses évoluent légèrement. Une seule voie possible pour le citoyen: coincer le roitelet en réunion publique et le mettre à mal.

          • Où voyez-vous que tout est au centre-ville ? Dans les grands équipements, seule la médiathèque l’est. La plupart des autres sont plein nord et sont tout autant accessibles aux habitants d’Idron qu’à ceux de Pau.
            Après, que Gan, Artigueloutan, et Cie, n’aient rien à faire dans la CDA, c’est clair.

  • Les citoyens n’ont pas besoin d’analyses subjectives, mais plutôt d’informations objectives pour qu’ils comprennent les véritables enjeux de l’intercommunalité qui se fonde sur un développement solidaire et équitable du territoire. En effet c’est Pau qui a fait du temps de Labarrère de gros investissements stratégiques, financés par les impôts des palois et qui ont profité à toutes les communes voisines. Et celles ci tout en profitant de cette aubaine ont pu et ont encore un niveau d’impôt inférieur a celui des habitants de Pau. Aujourd’hui Pau et ses villes voisines, tout comme chaque intercommunalité, sont obligées de coopérer pour pouvoir réaliser les investissements stratégiques. L’enjeu c’est un développement équilibré sur l’espace territorial intercommunal avec un niveau d’imposition locale qui soit le même pour ses habitants.

    • Oui, sauf que tous les équipements objet de tous ces investissements sont situés SUR la commune de Pau.
      Ceci n’est absolument pas un développement équitable:
      Zénith, Jaï Alaï, Palais des sports, Médiathèque, Bus tram, etc…
      Pour que les communes adhèrent a un communauté il faut que ce soit équitable et ce n’est absolument pas le cas!!!!

      • Oui enfin, que les grands équipements soient souvent situés géographiquement plus ou moins au centre de l’agglomération et/ou proches des grands axes de circulation est quand même assez logique. Et au centre géographique des agglomérations se trouve souvent… la ville centre.
        Pau est loin d’être un cas unique de ce point de vue, si on regarde où se trouvent les grands équipements dans diverses agglomérations.
        Quoi qu’on pense sur le fond des équipements comme le Zénith, le Palais des Sports, le complexe de Pelote, leur emplacement sur la plaine des sports, en bordure de la rocade et à côté de l’autoroute, est quasi idéal.

  • « Pourquoi donc Lescar ou Lons ont-elles environ 33 % de charges supplémentaires de personnel par habitant que Pau ? Qui pour observer et analyser les maires en leur commune ?
    Seule la fusion totale des communes dans l’intercommmunalité permettrait de faire disparaitre ces différences. Ce n’est pas pour demain… »
    Tout d’abord, il faut voir plus loin que les chiffres bruts.
    Dans la manière de gérer la décentralisation on n’a pas voulu faire ce qu’ont fait les autres pays, c’est a dire légiférer et exécution.
    Nos maires étant les troupes des partis on a « incité » financièrement a ces regroupements, entraînant un coût gigantesque pour l’Etat alors que justement le regroupement avait pour but de réaliser des économies d’échelle…qui n’ont pas été faites.
    Un comble!!!
    Dans l’agglo, une subvention est d’autant plus forte que le nombre de personnel des commune y a été transféré.
    Pau a utilisé ce stratagème en transférant du personnel à l’agglo, personnel qui pouvait être affecté aussi a des fonctions comptablement paloise.
    On peut très bien avoir un agent affecté à l’agglo qui pointe pour 50% de son temps sur des tâches paloises du budget palois.
    On compte un transfert, en fait c’est 0,5.
    D’où cette « évolution paloise »
    Il est clair qu’Alize ne peut connaître le détail de ces prestations internes croisées, mais le transfert permet d’obtenir des subventions…
    On peut aussi transférer de Pau vers l’agglo et « rendre » ces coûts par le biais des répartitions financières des recettes fiscales objet de toutes les tractations les plus opaques pour le citoyen et les plus acharnées entre les maires.
    Ensuite il y en a effectivement marre de cette séparation entre deux ou trois communes pour des habitants qui par exemple habitent dans le même rue.
    Il ne devrait y avoir qu’un seul Maire pour Pau Billère, jurançon, Lescar, Bizanos et Idron (au moins)
    Mais cela permet de dépenser beaucoup plus et d’avoir plusieurs roitelets locaux.
    Quand est ce que les citoyens vont se réveiller?????

    • « Il ne devrait y avoir qu’un seul Maire pour Pau Billère, jurançon, Lescar, Bizanos et Idron (au moins) »
      Je partage pleinement.

      • Un seul budget et un seul chef pour toute l’agglo, et virer tous ces vices présidents inutiles à l’agglo. C Laine nous emb.. : il joue la carte de sa ville qui était certes autrefois capitale du Béarn, mais qui n’est aujourd’hui qu’un quartier périphérique de Pau..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *