Pau, Municipales 2014 : la chronique (3)

0
(0)

2014-01-11 11.34.03La campagne municipale paloise vue et analysée par Emmanuel Pène dans une chronique sans langue de bois.
Les alliances et les constitutions de liste continuent de tenir les Palois en haleine. Pendant ce temps là, on continue de parler de baisse des impôts, tandis que la salubrité et la culture s’invitent au débat.

Du rapprochement Bayrou – Saubatte

La gestation du rapprochement entre la liste Bayrou et la liste Saubatte a tenu les Palois en haleine cette troisième semaine de janvier. Point culminant, leur rencontre jeudi dans un restaurant à la sortie de Pau sur la route de Morlaàs, où les deux candidats ne cachaient plus leur alliance imminente. Pour faire crédible, ils ont bien déclaré converger sur les dossiers des Halles et du Hameau, ce qui ne constituait pas une surprise, et ont évoqué les « compétences » de leurs équipes ; et c’est là que ça risque de coincer, tant les places sont rares et chères (voir l’excellent article de Bernard Boutin à ce sujet : Bayrou – une liste à fort potentiel de frustration). On ne  peut que souhaiter qu’une audace particulière du candidat Bayrou privilégie le renouvellement et la compétence, et qu’il nous réserve quelques surprises dans ce qui semble être pour le moment un simple classement ATP des personnalités de l’opposition paloise.

Ce rapprochement a aussi une conséquence, c’est celui de rendre toute alliance entre François Bayrou et Yves Urieta improbable avant le premier tour. On s’achemine donc vers une liste assumée à gauche, David Habib, une liste assumée au centre-droit, François Bayrou, et une liste trublion, Yves Urieta, dont le cœur penche peut-être à gauche, mais on ne sait à gauche de quoi ? Et puis, n’oublions pas qu’Olivier Dartigolles a effectué une OPA sur le cœur de la gauche depuis la semaine dernière, ce qui ne laisse plus beaucoup de place pour ceux qui s’en réclament.

David Habib, lui, a continué nonchalamment à remplir les cases vides de sa liste, selon une logique qu’il n’entend pas se laisser imposer «C’est en mariant des tempéraments variés autour de centres d’intérêts communs que l’on peut avoir une liste harmonieuse, et bâtir un projet ». C’est ainsi qu’après Nathalie Larradet et Claude Bergeaud, Jean-Christophe Tixier, auteur et formateur, et Leila-kherfallah, avocate, ont rejoint la liste respectivement à la 8ème et à la 9ème place pour s’occuper semble-t-il de culture. Le candidat assume ses choix : «C’est grâce à Claude Bergeaud et à Nathalie Larradet que l’on va gagner », ou en d’autres termes, c’est grâce à des représentants non-politiques de la société civile qu’on va remporter l’élection. Il est certain qu’on ne manquera pas de comparer les compositions des listes Bayrou et Habib sur ce critère.

L’ombre d’André Labarrère

Le candidat PS a de toute évidence reçu un nouveau soutien, en l’occurrence un rassemblement de 23 anciens élus d’André Labarrère. Ceux-ci, revendiquent leur soutien à David Habib, comme étant le plus dans la « continuité évolutive » de l’ancien maire. On peut se demander ce qu’est la continuité évolutive ? La continuité d’un système marqué par le clientélisme et des arrangements entre amis ? ou la continuité du déclin de Pau ?

L’opposition frontale donc se précise, et le ton monte. David Habib a clairement ouvert les hostilités cette semaine dans un entretien à la Croix : « J’aime les gens. J’ai appris cela d’André Labarrère. Je suis un anti-Bayrou de ce point de vue. Lui, il aime les élites parisiennes. Demain matin, à 7h30, je serai dans mon bureau, à la mairie de Mourenx, pour recevoir des habitants. Demandez à François Bayrou ce qu’il fait à la même heure.». François Bayrou, qui a lui aussi cité à plusieurs reprises l’ancien maire de Pau, ne manquera probablement pas de réagir.

On fait toutefois le vœu que les candidats se réclament un peu moins d’un Maire qui a quand même une responsabilité importante dans la situation actuelle difficile de Pau, et proposent de vrais projets d’avenir, ambitieux, et en rupture avec le passé. Le Pau de demain ne sera pas celui d’André Labarrère, et c’est très bien ainsi.

Des occitanistes ?

On apprend aussi que ce dimanche 19 janvier, deux personnes d’un mouvement occitaniste inconnu « Bastir », Estelle Laymand et Luce Bordenave vont faire partie de la liste Habib ; ceci est une surprise, tant on connait l’opposition du candidat à certains mouvements occitanistes et en particulier à leur gourou David Grosclaude. Ce ralliement imprévu et étrange fera l’objet d’une analyse plus étoffée dans la prochaine chronique.

Yves Urieta, lui, a fait de son nouveau local de campagne, rue des Cordeliers, un acte symbolique, car situé : « au cœur d’une rue commerçante qui connaît la crise. C’est un acte de solidarité ». Ceci dit, le loyer modique (300 € / mois) explique de manière plus prosaïque ce choix.

Dartigolles vs Urieta

Enfin, la semaine a vu un front de gauche et un Olivier Dartigolles, dans sa liste désormais baptisée « une ville pour nos vies », très présents sur le terrain. Sur le terrain, c’est d’ailleurs là où se situe le local de campagne revendiqué par la liste, un local « sans murs ». Un Olivier Dartigolles qui a trouvé sa cible, en la personne d’Yves Urieta, à qui il refuse le droit de se réclamer de gauche, et qu’il souhaite dépasser le soir du premier tour. Il est vrai que, on le rappelle, le front de gauche a décrété un monopole sur la gauche…

La présence importante d’Olivier Dartigolles dans les rues paloises a semble-t-il énervé Jean Pichai, le candidat du parti UPR (Union pour la République) qui avait fait le buzz en décembre avec une vidéo de présentation très particulière (voir la chronique n°1). C’est donc par une utilisation très débridée de twitter que l’octogénaire palois s’épanche sur Dartigolles, qu’il préfère maire de Roubaix que Maire de Pau..

Sans compter la liste « Pichai » qui a peu de chances de rassembler les 49, ce sont donc 6 listes qui devraient finalement se présenter en mars (FN, Urieta, Bayrou-Saubatte, Habib, Dartigolles, Bled), à moins qu’il n’y ait une ou plusieurs listes surprises, ce qui est loin d’être exclu d’après nos informations.

Habib : Une salle de concert à la porte des gaves

Sur le fond, on a vu clairement la liste Habib se positionner sur le créneau de la culture, d’abord avec l’annonce de l’engagement de Jean-Christophe Tixier et Leila Kherfallah, deux « passionnés de culture » parait-il… Le candidat pour qui « La culture, un moyen économique et de développement de la ville, sera une de mes priorités », rêve d’une salle de concert de 800 à 1200 places, située dans le quartier de la porte des gaves. S’il est vrai que Pau a vraiment besoin d’une salle de concert autre que le démesuré Zénith, on espère que cet investissement supplémentaire connaîtra un meilleur sort économique que le stade d’eaux vives, dont le déficit chronique est bien connu.

David Habib tente-t-il de contrer sur son terrain François Bayrou, qui a fait de la culture un de ses cinq axes de travail pour redynamiser Pau ? on attend donc sur ce thème une belle bataille dans les semaines à venir. Des propositions qui seront faites, on peut faire le vœu qu’elles soient bien chiffrées, qu’on nous explique la validité économique de chaque nouvel équipement, et surtout ce que cela va apporter à la ville.

Des crottes de chiens politiquement très incorrectes

L’autre thème d’actualité est la salubrité, qui est le mot politiquement correct pour parler des crottes de chien et autres incivilités comme les tags. François Bayrou appelle à la création de « canisites », sortes de toilettes publiques pour chien, et d’une manière générale à multiplier les équipements permettant aux propriétaires de ramasser les déjections de leurs toutous. Sur ce terrain, Yves Urieta s’est positionné en appelant à remettre en fonction les motocrottes existantes plutôt que des toilettes publiques pour chien. Si avec tout ça on n’arrive pas à faire redécoller Pau..

Blague à part, c’est un problème qui empoisonne la vie quotidienne des palois, mais qui nous semble plutôt relever de la responsabilité individuelle des citoyens propriétaires de chien, et on peut donc souhaiter que, tout simplement, des contraventions plus fréquentes et plus dissuasives soient mises en place.

Baisse des impôts : qui dit mieux ?

Yves Urieta a développé ses propositions sur ce thème. Selon lui, des économies peuvent être faites dans le budget de fonctionnement de la ville, et plus particulièrement dans les études, dont il dénonce la sous-traitance onéreuse à des sociétés extérieures, mais aussi dans une meilleure gestion du personnel, le nombre de cadres ayant augmenté de manière importante ces dernières années. Ainsi, là où François Bayrou promet 1% de baisse par an durant son mandat, Yves Urieta, lui, annonce 3 à 5% de baisse pour les deux premières années, avant de tirer un bilan.

L’idée d’une baisse des impôts fait donc son chemin, et c’est une bonne chose pour Pau. Cette chronique continuera à rendre compte de toutes les propositions dans ce domaine ainsi que des propositions d’efforts de réduction des dépenses publiques et de meilleure gestion.

Nous terminerons cette chronique du 19 janvier 2014 par un salut amical au site Facebook « Pau Municipales Asnaro » de Xavier Asnaro, qui rend compte quotidiennement de la campagne paloise, tout en apportant un regard critique (l’accès au site nécessite un compte Facebook).

Adixat ! A la semaine prochaine

– Par Emmanuel Pène 

 
Retrouvez les précédentes chroniques :
http://alternatives-pyrenees.com/2014/01/12/pau-municipales-2014-la-chronique-2/
http://alternatives-pyrenees.com/2014/01/04/pau-municipales-2014-la-chronique/

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

10 commentaires

  • David Habib prendra t’il son indemnité de Maire de Pau en plus de son indemnité parlementaire jusqu’en 2017?
    Je rappelle que Martine ne l’a pas fait pendant 6 ans…

  • L’hypothèse d’une nouvelle liste sur Pau se précise..

  • Pingback: Pau, Municipales 2014 : La chronique (3) | Emmanuel Pène

  • Proposition de Bayrou pour les nuisances de la vie nocturne : un quartier « nocturne » en dehors de la ville..
    une ville dynamlique a, il me semble, aussi une vie nocturne riche. Peut-être faudrait-il envisager le problème différemment (par exemple une meilleure présence des forces de l’ordre à la sortie des boites..)

  • Les Urietistes détiennent hélas les clés de l’élection.
    Le sanctionner au premier tour est un devoir civique!

  • Pierre Yves Couderc

    Effectivement il convient d’arrêté de s’exciter sur Urieta qui, largement, est un homme du passé à la moralité discutable et discutée.
    En s’appuyant sur les sondages nationaux et les sensibilités locales on peut, tout à fait, penser que les verts et le FN émargent autour de 10 % voire un peu plus. Et Urieta dans les choux en deçà ces scores

  • Il n’y a qu’une seule question qui vaille dans cette élection: que va faire Urieta?
    Les sondages le donnent en troisième position, pas si loin que cela.
    Et ce coup ci il fera encore le maire de Pau mais sans doute en choisissant un camp

    • Ce que va faire Urieta ? ça dépend de son score, mais ce n’est pas la seule question :
      – quel va être le score des verts et du fdg ?
      – quel va être le score du FN
      – Bayrou va-t-il capitaliser sur son alliance avec l’ump ?

    • il ne va pas se refaire 6 ans a regarder tout le monde gerer. Je paris un accord agglo.mairie avec Habib. Bayrou ne va pas beneficier de bons reports UMP et n’a pas vraiment de dynamique pour lui

  • N est ce pas ecrit d avance que Urieta va faire alliance avec Habib et que dans ce scenario Bayrou a tres peu de chances au soir du 2nd Tour ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *