Pau, Municipales 2014 : la chronique (4) – sous les projecteurs nationaux

0
(0)

2014-01-11 11.33.32Pau champion des tweets – Bayrou et les transfuges du PS – Habib et les occitanistes – Bayrou sur la démocratie participative et la propreté des rues – Habib sur l’emploi et l’économie – Urieta sur la baisse des impôts.

La campagne municipale paloise vue et analysée par Emmanuel Pène dans une chronique sans langue de bois.

On a parlé beaucoup de Pau ces derniers jours, notre ville étant selon une enquête de France info, celle de moins de 150 000 habitants où on gazouille le plus, avec plus de 19200 tweets sur une semaine. Surprenant ? Pas vraiment quand on sait que François Bayrou et son alliance avec l’UMP en génère près de 95%. Ce score ne devrait pas faiblir avec le passage samedi de Marine Le Pen, venue encourager un FN local bien discret.

La constitution des listes a continué d’agiter la Pau-sphère, chacun y allant de son annonce.

A ce jeu, David Habib a indéniablement trouvé la méthode la plus efficace pour faire parler de ses colistiers, et donc de lui : annonces deux par deux, et sans ordre particulier sur la liste. Chaque personne fait ainsi l’objet d’une attention des média pendant un ou deux jours.

Des autonomistes occitans place Royale ?

Ce qui retient l’attention, ce sont d’abord les deux occitanistes du mouvement « Bastir », Estelle Laymand et Luce Bordenave,  avec en prime un poste d’adjoint pour la première. Cette annonce est assez surprenante quand on connait l’opposition (passée ?) de David Habib avec le gourou de la mouvance occitaniste, David Grosclaude. En fait, le mouvement occitaniste, traditionnellement allié des verts,  fait preuve d’opportunisme en rejoignant une liste PS qui leur donne bien plus de chance d’être élus. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé à Toulouse, où, d’abord sur une liste EELV, les « Bastir » sont partis sans prévenir sur la liste PS de M. Cohen. Mais qu’est-ce que « Bastir » ? Ce n’est ni plus ni moins qu’une excroissance électorale du « parti occitan », « Mouvement politique occitaniste autonomiste luttant pour la reconnaissance et l’autonomie de l’Occitanie »  d’après leur site internet, animé par leurs deux élus régionaux David Grosclaude et Guilhém Latrubesse. Or, on a du mal à imaginer que David Habib se soit pris subitement d’occitanite aigüe, et on peut donc penser qu’il s’agit plutôt d’une stratégie pour couper l’herbe sous les pieds de François Bayrou, plus légitime naturellement sur ce terrain. Si David Habib est élu, et étant donné le peu de goût de ce dernier pour la langue de Simin Palay, on risque d’avoir un blanc-seing donné à une association occitaniste d’inspiration autonomiste. C’est ce risque que je dénonçais récemment sur ce site dans l’article « Langues régionales et municipalités ».

Des trentenaires et des syndicalistes

Jérôme Marbot et Charline Claveau-Abbadi ont eux aussi été annoncés cette semaine sur la liste Habib, la seconde à une flatteuse 6ème place. Cette jeune entrepreneur non encartée se dit néanmoins « de gauche », tandis que Jérome Marbot, avocat, est adjoint au maire sortant au « développement et au rayonnement ». Etant donné le manque de dynamique de développement et de rayonnement de la ville ces dernières années, on ne sait toutefois si cette expérience est un atout ou un handicap pour l’ambitieux trentenaire…

Jean-Marc Soubervie, ancien rugbyman de 38 ans, rejoint lui aussi David Habib à la 33è place. On apprend qu’il est chef d’entreprise et qu’il dirige un cabinet qui conseille les entreprises pour payer moins de charges sociales. Il aura sans aucun doute matière à discuter de coût du travail avec les deux syndicalistes annoncés en fin de semaine sur la liste, le délégué syndical CGT, Ottavio Cilluffo,  et Jean-Pierre Barthe, retraité syndical de la CFDT. Ils devraient intervenir, sans surprise, sur la thématique de l’emploi, une des priorités du candidat.

Chez François Bayrou, on recycle des sortants de la majorité

François Bayrou a continué dans la voie de l’ouverture sur sa liste. Il lui manquait des gens de gauche ; c’est désormais chose faite en les personnes de Pascal Boniface, Odile Denis et Anne Castera, tous trois élus de la majorité sortante, et qui sont en délicatesse soit avec la Maire actuelle, soit avec le candidat PS. On aimerait mieux connaître leurs motivations. François Bayrou est-il uniquement une bouée de secours pour ces sortants reniés par leur camp ? Il y a assurément urgence à ce qu’ils donnent les raisons de leur choix.

Les listes Urieta, Dartigolles et Bled

Yves Urieta, lui, annonce ses colistiers par dix. Les nominés sont Alain Arraou, Nicole Benssoussan, Daniel Bialeoko, Sophie Campagnolle, Johanne Charmet-Zoia, Jean-Pau Céré, Jacqueline Decaudin, Adoum Isseini, et Paola Rodrigues. Parmi eux, deux transfuges de la liste sortante de François Bayrou aux dernière élections, Nicole Benssoussan et Adoum Isseini, nous rappellent qu’en politique, il vaut mieux être darwinien que larmarckien…

Olivier Dartigolles lui, continue à s’en prendre à Yves Urieta et à son alliance sarkoziste de 2008. Dans une peu probable alliance avec David Habib au second tour, il serait en effet difficile de cohabiter avec celui qui a obtenu le soutien de l’ancien président de la République en 2008. Le leader communiste promet de dévoiler sa liste de gauche le 13 février.

Chez EELV, Eurydice Bled a choisi, comme Yves Urieta, les annonces par dix. On a ainsi appris les dix nouveaux colistiers constituant sa liste, ainsi que leur âge et leur profession : Laetitia Larrouy-Castera, 24 ans, spécialisée en droit de l’environnement ; Vincent Cilluffo, 21 ans, étudiant en médecine ; Christine Cazaubon, 41 ans, prothésiste dentaire ; François Garcia 57 ans, vice-président de la Section Paloise Karaté ; Sylvie Hourcade, 53 ans, monitrice d’atelier en espaces verts au sein de l’association des PEP 64 ; Jean-Claude Serrano, 54 ans, travaille dans la restauration ; Annick Potier, 60 ans, retraitée de l’animation sportive ; Alain Mallet, retraité hydrogéologue; Patti Lévy, prépare le concours de professeur des écoles ; Jean-Yves Deyris, ancien chargé de mission auprès du service de la formation professionnelle du Conseil régional d’Aquitaine. De la variété dans les âges, mais ça manque quand même d’entrepreneurs ou de commerçants. Mais il est vrai que ces derniers ont du mal à interpréter la logique de décroissance prônée par certains écologistes.

Bayrou, la démocratie participative…

Sur le fond, François Bayrou a présenté ses propositions en matière de démocratie participative. Ainsi, il y aura, s’il est élu, une réunion citoyenne une fois par semaine au théâtre St Louis, où les Palois viendront discuter avec le Maire de ce qui marche ou ne marche pas. Autre engagement, une évaluation annuelle des élus et des services, via un questionnaire. Voilà qui aurait donné des sueurs froides à certains élus de la majorité sortante…

Tract Bayrou propreté

… et l’insalubrité

Autre thème largement développé par le candidat Bayrou, la lutte contre l’insalubrité et l’insécurité, objet d’un tract distribué cette semaine « Pau ville propre et soignée ». Les mesures incluent la lutte contre les tags, fléau que je dénonçais déjà il y a deux ans sur alternatives-paloises.com : Pau, les tags sauvages envahissent la ville, un service « urgence vie en ville » pour les problèmes de propreté et d’insécurité, et la lutte contre les déjections canines.

Plus surprenant, François Bayrou a estimé, à une question posée dans une réunion de quartier sur les nuisances des sorties de boîte de nuit, que celles-ci pouvaient être transférée dans un quartier « en dehors de la ville ». Il faudra qu’il nous explique ce qu’il entend par là, car on voit mal une ville dynamique, jeune et vivante, se passer de toute vie nocturne en centre-ville.

Urieta remet une couche sur les impôts

Sur le thème de la baisse des impôts, Yves Urieta a continué à en faire un axe majeur de sa campagne, au travers d’une vidéo :

Le candidat sans étiquette fait aussi parler de lui par ses BD, dont nous reproduisons ici la planche sur la baisse des impôts

Urieta BD Impots

Pour Habib, focus sur l’emploi et l’économie

Le candidat PS s’est, lui, clairement positionné sur la question de l’emploi et a présenté quelques propositions. Deux d’entre elles pourraient très certainement contribuer à une dynamique économique : la création de 4 pépinières d’entreprises en six ans, et un fond d’amorçage pour la création d’entreprise. De bonnes mesures sur le papier, mais il faudra que ces projets semi-publics ne se transforment pas en usine à gaz administrative et soient largement associés à des entrepreneurs privés. La création d’un échangeur à Berlanne est un de ces vieux dossiers qui n’avancent pas depuis longtemps, et que l’association Béarn Adour Pyrénées a le mérite de remettre régulièrement en haut de l’agenda. Enfin, la création d’un conseil économique et social sur l’Agglo pose plus de questions. N’y a-t-il pas un « conseil de développement du grand Pau » qui a déjà du mal à fonctionner ?

En tous les cas, David Habib fait de l’emploi sa priorité, et met en avant son bilan sur le bassin de Lacq. Il définit aussi des secteurs d’activités prioritaires pour le développement : les géo-sciences, l’agroalimentaire, l’aéronautique, et l’énergie. C’est intéressant, mais on aurait pu y ajouter les filières TIC (technologies du numérique), secteur d’avenir mais peu soutenu par les pouvoirs publics en Béarn.

Adixat ! A la semaine prochaine

– Par Emmanuel Pène 

(26 janvier 2014)

 
Retrouvez les précédentes chroniques :
http://alternatives-pyrenees.com/2014/01/19/pau-municipales-2014-la-chronique-3/
http://alternatives-pyrenees.com/2014/01/12/pau-municipales-2014-la-chronique-2/
http://alternatives-pyrenees.com/2014/01/04/pau-municipales-2014-la-chronique/

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

3 commentaires

  • La liste d’Habib et l’ordre vient d’être communiqué ce soir :
    Les deux occitanistes apparaissent rangs 20 (Estelle Laymand) et 42 (Luce Bordenave). Il n’est pas évident qu’Estelle Laymand ait un poste d’ajointe.

  • « Bastir » : Merci de nous éclairer sur ce point. Il y a quelques années, on voyait dans les rues de Pau des graffitis « ici ce n’est pas la France, c’est l’Occitanie ». Est-ce que c’est cela qu’Habib nous prépare ?

  • beau regard a 360° de la vie politique paloise.
    continuez!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *