Tangage sur le bus-tram

0
(0)

le-bus-a-haut-niveau-de-service
La question des transports en commun a pris un tour crucial dans la campagne électorale pour les municipales à Pau. Écueils en vue pour l’avenir de la ville.

Récemment, David Habib a déclaré vouloir reporter la décision de réaliser ou non le projet de bus à haut niveau de services à la soumission d’un référendum à l’automne 2014. Tout en affirmant son soutien personnel au projet, il contribue ainsi à l’affaiblissement de son coéquipier André Duchateau, déjà relégué de la seconde place à la troisième dans sa liste et évincé du poste de Président de l’Agglomération. Certains commentateurs reprochent à David Habib de ne pas proposer une politique claire sur le sujet. Lui-même rétorque qu’il n’est pas bon de laisser un tel sujet à l’emprise des passions et à la démagogie.
La démagogie n’est certes pas absente des débats. On le voit en relevant la position d’Yves Urieta, hostile au projet, mais qui serait enclin à faire miroiter plusieurs lignes en site propre ! Par ailleurs, il récupère l’idée émise par les communistes de la gratuité des transports en commun, ce qui suscite l’indignation de leur candidat Olivier Dartigolles et interpelle les contribuables.
François Bayrou joue aussi sur le rejet d’une partie de l’électorat qui craint une nouvelle période de travaux en centre-ville. Revirement de sa part ? Il est difficile de le dire dans le flou actuel. Il peut arguer que le projet de la majorité sortante n’a plus rien à voir avec le projet émis par lui lors de la dernière élection. A l’appui de cet argument, on peut trouver la présence sur sa liste d’adjoints de la liste de Mme Lignières-Cassou ayant critiqué le coût du projet ou ses nuisances. Au delà de ces partitions divergentes, on peut se demander s’il n’existe pas des points de consensus plus ou moins implicites.
Réduire le coût du projet semble un objectif désirable pour bien des électeurs et des candidats. Ce qui suppose que les travaux d’aménagement annexes soient limités au maximum. Ainsi, envisager des véhicules plus légers et maniables éviterait des travaux liés aux sorties de parkings et à la traversée des giratoires. Il est en effet contradictoire de prévoir un tracé comportant nombre de virages avec la nécessité d’entreprendre de tels modifications de la voirie. C’est probablement pour une traversée simplifiée des giratoires que les concepteurs du projet font passer la ligne au milieu des cours Dufau-Lyautey et allées Condorcet. Cela conduira au sacrifice de beaux arbres (il y en a déjà eu 1200 d’abattus!) et bouleversera les habitudes des automobilistes accoutumés à la voie réservée à droite pour les bus. Et ne facilitera pas l’accès des piétons. Utiliser les voies disponibles actuellement (y compris la contre-allée jouxtant le Centre commercial Leclerc) serait plus économe et plus
judicieux.
Toutes les rues de la ville ne se prêtent pas au passage d’une double voie en site propre. Cela a été admis pour la rue Carnot et la rue des Alliés. Mais ce n’est pas prévu pour le Bd de la Paix, ce qui conduit à de expropriations coûteuses. Pour la partie nord du trajet, un parcours en boucle via le rond point de l’autoroute, un parking relais, l’hôpital, le bord du quartier du Hameau puis le bd de la Paix ne nécessiterait qu’une seule voie et rendrait des services analogues. L’hôpital et le quartier de l’Ousse des bois sont des objectifs prioritaires : l’un ne doit pas céder devant l’autre comme dans le projet actuel qui rejette l’hôpital en second lieu et par un trajet contourné comportant plusieurs virages à gauche susceptibles de congestionner la circulation. Un trajet direct par le nord pour l’aller aurait par ailleurs l’avantage de mettre les utilisateurs à proximité des deux piscines de la ville (les deux autres étant appelées à disparaître selon la municipalité sortante). Par ailleurs, deux lignes desservant l’hôpital avec une cadence de 10 mn pourraient être remplacées logiquement par une ligne moderne, rapide, d’une cadence de 5mn, ce qui en ferait une vraie vitrine du réseau et impulserait un dynamisme souhaitable. Et conduirait à l’achat de rames de moins de 18m (comme la fourmi de Prévert, qui de plus avait un chapeau sur la tête).
Une autre lacune du projet actuel est le manque d’adéquation du réseau à ce projet. Il faut le repenser pour le rendre cohérent, faciliter les correspondances. A terme, mais cela peut se faire vite si l’on fait simple, il faudra aménager des lignes est-ouest. Par exemple une ligne circulaire du centre commercial de la route de Bordeaux au centre commercial de la route de Tarbes et empruntant le bd de la Paix avec un retour par le bd Tourasse ou l’av. d’Alsace-Lorraine ainsi qu’une autre ligne joignant les Halles au centre Lescar Soleil. Pour tout le réseau il faudra privilégier des lignes aussi directes et rapides que possible afin d’améliorer les cadences, alors que le réseau actuel est trop complexe et illisible.

Une marguerite, avec une tige, oui, une botte de foin, non.

– par Jean-Paul Penot

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Un commentaire

  • Adishatz,
    cet article a le mérite de replacer les positions des candidats. Pour ce qui est de votre proposition, intéressante et pertinente, à vrai dire, elle me gène car venant à priori d’une personne non professionnelle à priori, ce qui jetterait, de ce fait, le discrédit sur toute l’équipe de la CAPP… Je reste attaché au projet Tram-bus que je juge bénéfique pour l’agglo. Ensuite, j’ai cru comprendre que si le projet TRAM-BUS ne se ferait pas l’agglo et par extension le contribuable devraient rembourser une avance. qu’en est-il ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *