Elections municipales : les palois veulent le changement

2014-02-12 10.32.41Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas. Alors que la semaine dernière l’équipe de David Habib donnait l’impression de pouvoir prendre le dessus, cette semaine s’achève sur un temps fort pour François Bayrou, conforté par un sondage favorable, et par la venue ce samedi d’Alain Juppé, une des personnalités politiques les plus populaires en France, pour le soutenir. Un retournement de situation brutal, tant la semaine précédente a vu probablement le plus grand nombre de propositions effectuées par le candidat Habib ; 28 pour le logement, 14 pour le sport, pour ne citer que celles-ci. Une inflation sans doute sensée donner aux palois l’impression d’une équipe omniprésente qui travaille, qui surclasse les concurrentes dans tous les domaines. A ce torrent de propositions, s’ajoutait une apparente dynamique positive, laissant penser à ce que le prochain sondage confirmât le croisement des courbes au profit du socialiste.  Pourtant, il n’en fut rien. Pourquoi ?

La réponse tient en un mot : changement, ou plutôt demande de changement, comme le laissait déjà apparaître l’enquête CSA de février, qui soulignait que 67% des palois souhaitaient un changement profond, sur fond d’un jugement sévère de la municipalité sortante de Martine Lignières Cassou. Or, le sondage Sud-Ouest, France Bleu et France 3 du jeudi 6 mars vient confirmer deux choses : la sanction pour ceux qui incarnent peu ou prou l’actuelle municipalité, et la récompense pour ceux qui incarnent le changement.

Du côté des sanctionnés, il y a d’abord Yves Urieta, dont le score continue à s’effriter, sondage après sondage, et qui a sans doute fait l’élection de trop. Bien que très actif durant cette campagne, il est en effet difficile pour lui de faire oublier qu’il est ancien Maire, et qu’il a longtemps fait partie du système Labarrère, qui est pour les palois ce qu’est l’ancien régime pour les français.

Il y aussi Olivier Dartigolles, qui, malgré une campagne qui n’est pas mauvaise,  a du mal à faire oublier qu’il a fait pleinement partie de l’exécutif sortant.

Il y a enfin David Habib, qui a cru un moment que le rythme soutenu qu’il imprimait à la campagne allait faire oublier les 12 élus sortants sur sa liste, dont les principaux collaborateurs de Martine Lignières Cassou, leur soutien au bus tram et à la politique idéologique inefficace des dernières années qui a conduit Pau à accélérer son déclassement. Mais ce rythme était un faux rythme, les divisions étant encore profondes entre les « anciens » et les « modernes » ; une impression renforcée par la salve quasi-quotidienne de dizaines de propositions dont la complexité et le caractère parfois technocratique ont empêché les palois de retenir les messages principaux.

Du côté des récompensés, Eurydice Bled, bien qu’élue sortante, a su capitaliser sur des colistiers sans expérience en politique, et sur une ligne assumée en opposition avec les deux écologistes alimentaires restés dans l’équipe Habib. La simplicité de sa campagne, sa jeunesse, et ses prises de positions courageuses, par exemple sur la dénonciation des emplois publics promis par David Habib, ont permis à cette candidate de doubler ses intentions de vote, et de pouvoir prétendre à peser sur le second tour.

François Bayrou, enfin, capitalise sur son slogan « Pau a besoin du changement ». Un changement qu’il incarne grâce à un discours en rupture sur les principaux sujets (circulation, bus-tram, baisse des impôts, commerce, les halles, ..), et à une équipe ne comportant que 3 élus de la majorité sortante socialiste tous en rupture avec la Maire actuelle. Un changement aussi incarné par l’espoir de mettre fin à 43 ans d’une municipalité socialiste, qui n’a pas connu que des mauvais moments, mais dont les politiques hésitantes des quinze dernières années n’ont pas permis à Pau de se projeter dans le XXIè siècle.

Il reste 15 jours de campagne, c’est-à-dire très peu, et à ce stade, rien n’est encore joué. Toutefois, en incarnant de manière plus évidente le changement aux yeux des palois, il est probable que François Bayrou ait pris un avantage décisif. L’impossibilité de David Habib de se détacher pleinement de l’équipe sortante, malgré un projet novateur sur bien des points, l’a empêché de prétendre à ce statut.

par Emmanuel Pène

Suivre @epene64 sur twitter

 

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

42 commentaires

  • On veut toujours le changement ! C’est humain…

    • Ce qui est « intéressant », si je puis dire, c’est d’observer à quel point l’irrationnel l’emporte sur le rationnel chez nombre de gens, y compris certains participants assidus à ce forum, qui connaissent les immenses gaspillages maintes fois démontrés mais qui se trouvent enthousiasmés par les niaiseries que peut débiter tel ou tel roitelet.
      Quant à DH ou FB ou YU ou tartanpion candidat, ils ne présentent pas un programme mais un catalogue de pub. Un programme doit être chiffré et défini dans le temps. Par exemple: « à la fin de l’année 2, seront accomplis… à la fin de l’année 4… à la fin de l’année 6… Et ce qui reste à accomplir ensuite.

  • A mon avis, si le bilan global de MLC-maire n’est pas flatteur (même si certaines bonnes choses ont été effectuées) ce bilan est moins mauvais que celui de Labarrère ou Uriéta, dans la mesure où elle n’a pas rajouté de grands éléphants blancs. Quant au bilan de Bayrou, de 6 ans de vie municipale, il est quasi-inexistant et donc encore plus mauvais que celui de MLC, même si les 2 ne sont pas à mettre exactement sur le même plan.
    Il faudra coincer les roitelets qui abîment considérablement la ville à coup de d’effectifs pléthoriques et de dépenses somptuaires, en réunion publique et les mettre à mal. C’est la seule chose que puisse faire le véritable citoyen engagé.

  • Sans rire, où est le changement avec Bayrou ?
    Améliorer la circulation ? Mais tout le monde le dit, qu’il veut améliorer la circulation. Et si la recette miracle existait on l’aurait déjà trouvée. L’idée de faire passer un « ring » par la rue Castetnau est en tous cas calamiteuse.
    Ne pas faire le bus-tram ? Démagogie, car Bayrou ne modifiera ce projet qu’à la marge. Il dit lui-même « pas de bus-tram » mais un « bus en site propre » : c’est la même chose, juste avec des mots différents !
    Et bus-tram ou pas, la rénovation urbaine du centre-ville (et celle d’autres zones de la ville) devra se faire, donc forcément avec des nouveaux travaux à subir.
    Baisser les impôts ? Ils ne pourront pas et ils le savent. Les besoins d’investissement à Pau pour rattraper tout ce qui n’a pas été fait depuis 20 ans pour le quotidien sont trop importants pour pouvoir baisser les impôts, sachant en plus que les dotations de l’état vont diminuer. L’équipe actuelle s’est heurtée à ce problème, et la suivante s’y heurtera aussi.
    Faire un nouvel auditorium ? Un palais de plus, ça manquait à Pau en effet.

  • Cette campagne électorale est calamiteuse.
    On voit qu’aucun des candidats ne souhaite aller sur le terrain des vrais enjeux:
    Comment mener l’indispensable rigueur budgétaire qui en plus sera imposée par l’Etat a ces collectivités dépensières?
    Comment optimiser les coûts de fonctionnement par une intercommunalité rationnelle?
    Comment organiser les déplacements dans et autour de l’agglo?
    …etc
    Il faut dire que Bayrou et ses co listiers n’ont jamais rien proposé durant leur séjour au Conseil Municipal, c’est édifiant…
    Il en est de même pour Habib qui veut essayer de compenser son absence de réel programme structuré par une myriade de mesurettes (toutes dans le sens de l’augmentation de la dépense) toutes plus démagogiques les unes que les autres.
    Bref personne ne dit la vérité aux palois.
    Exactement comme la dernière campagne présidentielle.
    Les candidats font semblant de croire qu’ils peuvent, eux, influencer le Développement économique du territoire.
    Quelle blague!
    Aucune des grandes entreprises du Béarn ne doit son implantation a l’action d’un politique. Habib qui se targue d’un bilan flatteur à Lacq: balivernes!
    Le taux de chômage sur ce territoire est dans la moyenne de l’Aquitaine.
    Et si l’emploi sur le bassin de Lacq s’est maintenu c’est grace à l’action de SNPA, puis ELF, puis Total qui a investi des centaines de millions d’euro pour cela.
    F Bayrou a quant à lui un handicap majeur en plus de sa méconnaissance du monde industriel, il n’a jamais su diriger une équipe.
    C’est un management à la petite semaine, sans délégation où il prend seul les décisions.
    Il a réussi a couler l’UDF avec sa centaine de député pour se retrouver seul dans un MoDem sans âme.
    Jean François Khan, un de ceux à qui il a offert un fauteuil d’élu, et qui ne pratique pas la langue de bois disait de lui : « Il a été vaincu par un moi qui a étouffé le nous »
    Il sera sans doute élu si on en croit les sondages. C’est ensuite que cela va être sportif…
    Ce ne sera sans doute pas mieux côté Habib dont l’ambition ne s’est construite que dans le monde politique.
    En fait, et comme toujours maintenant en France, les électeurs voteront contre un candidat.
    Triste campagne
    NB Dans tous les sondages, il me semble que l’on ne présente pas la possibilité de voir Urieta soutenir un des deux camps au second tour. Il serait donc un arbitre possible.

    • +1
      Les campagnes électorales sont les moments les plus puérils de la vie politique. Chacun soutient son poulain comme au champ de course, et tout ce qui compte c’est de gagner.

      • Le problème c’est qu’ensuite c’est encore la même chose.
        On raconte des balivernes durant la campagne et ensuite on ment, on maquille. Voir « G Labazée: zéro en mathématiques » un exemple édifiant de la dérive dans notre démocratie.
        A placer en évidence…

        • Peut être il n’y a pas d’ailleurs…il n’y a rien d’autre qu’ici, mais il n’y a pas de sauf que, de sauve qui peut : http://www.youtube.com/watch?v=gIdLYVaDpkg

        • Pour rester dans le sujet des économies budgétaires et des réformes dont aurait besoin le pays, abordé dans ce commentaire et dans votre réponse à M. Esposito, deux titres de « Latribune » :
          – Les CCI pensent qu’Ayrault et Montebourg les « enfument ». http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140225trib000817073/les-cci-pensent-qu-ayrault-et-montebourg-les-enfument.html
          « —elles ont le désavantage d’être des établissements publics alimentés par des taxes publiques et de se retrouver souvent en concurrence avec les agences et services des collectivités, en particulier des régions.—»
          – Qui saura réformer les taxis saura réformer la France!
          http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140305trib000818377/qui-saura-reformer-les-taxis-saura-reformer-la-france.html
          « deux options : la simplicité ou la complexité ! »
          D’autre part , MM. Esposito et Pène illustrent leurs articles avec deux vues de Pau opposées. Celle d’une ville confite et celle d’une ville déconfite.

          • @Larouture (« Celle d’une ville confite et celle d’une ville déconfite »);
            Là je ne comprends pas..

          • Ville confite : La vue du château dans l’article de M. Esposito met en avant la beauté du caractère historique de la ville. Généralement une politique urbaine qui ne considère que l’aspect beauté d’un patrimoine, a tendance à figer la ville et à la ségréger socialement (gentrification). La ville risque de devenir un musée et de tourner au ralenti.
            Le projet parcs et jardins de M. Bayrou pourrait aller dans le sens d’une muséification de la ville si la dimension de continuité écologique (paysagère ou naturelle si le terme écologie heurte), continuité des circulations piétonnes ou vélo par exemple était omise.
            En fait, « une ville historique attire des visiteurs si elle est vivante et si ses habitants sont heureux d’y vivre » (citation de mémoire). Il faut donc trouver un équilibre.
            Ville déconfite (ou éclatée) : Votre illustration montre la ceinture pavillonnaire qui traduit la stratification de la ville (stratification physique, sociale, fonctionnelle). Cette vue me parait très intéressante, comme d’ailleurs la vue d’un précédent article prise sous un angle voisin. J’y vois la nécessité de réarranger la ville. C’est aussi une vision d’avenir.
            Ne pas oublier que la mobilité dessine la ville. Suivant les conditions de mobilité choisies, la ville peut se resserrer comme elle peut s’étaler. Ce point a été occulté dans le débat Bus-Tram ou encore des parcs relais et des infrastructures de transport en général.
            C’est pourquoi cela m’amène souvent à dire que le problème de Pau n’est pas son centre mais sa périphérie.

    • à Daniel Sango,
      Vos remarques sur l’élection en cours sont tout à fait pertinentes. Que proposer mieux ? En plus Maire, c’est une fonction à l’opposé du député. Maire, c’est un animateur, et il fait avec des budgets. Député, il cause, et sans budgets. L’un est dans le poussière des travaux et l’autre dans la lune. Et les Mairies ont du mal à bien fonctionner. L’entreprise sépare nettement les fonctions à long terme ( le conseil d’administration ) et les fonctions opérationnelles ( le Directeur Général ). Je crois que les Mairies devraient fonctionner ainsi. Le Conseil Municipal est fait pour cela. Mais au fil des ans, chaque membre du CM a des fonctions opérationnelles. Dans les SEM et autres. Et il y a de moins en moins de temps passé à la réflexion. Et des cas comme Bayrou, il y en a plein. Ils aiment réfléchir, prennent le temps, mais ils n’en sortent pas et ne font rien. Mais je trouve que le ticket Juppe Bayrou, a un sens. Juppe va botter les fesses à Bayrou, il va lui faire des plans, avec suivi de l’avancement. Et Juppe peut alors donner une dimension au Sud Ouest qui ne pourra qu’amplifier pour 2017, l’image d’un Juppe, homme de progrès, de réalisation, de négociation ( sur le tard !). Cela peut bénéficier à tout le Sud Ouest.

    • Si je partage l’ensemble de votre réflexion, je bute sur votre conclusion. Juppé sera à n’en pas douter, un excellent candidat.aux prochaines présidentielles, d’autant qu’il aura su se prémunir de certaines trahisons dont Bayrou a le secret….

    • @Daniel Sango
      « Cette campagne électorale est calamiteuse. »
      Je ne pense pas. Au contraire, elle n’a jamais été aussi ouverte avec 7 candidats et autant de projets; et surtout un esprit critique par rapport à ce qui a été fait jusqu’à présent
      « On voit qu’aucun des candidats ne souhaite aller sur le terrain des vrais enjeux:
      Comment mener l’indispensable rigueur budgétaire qui en plus sera imposée par l’Etat a ces collectivités dépensières? »
      Les baisses d’impôts promis par certains candidats sont autant d’engagement. Vous me direz comment ? Je pense que les vrais arbitrages demandent beaucoup plus de temps et une analyse en profondeur, qui ne peut pas être faite en campagne. Mais ce sont des engagements donc ils devront les tenir. Quand à Habib, il a au moins eu le mérite de chiffrer son projet
      « Comment optimiser les coûts de fonctionnement par une intercommunalité rationnelle?
      Comment organiser les déplacements dans et autour de l’agglo?
      …etc »
      Vous avez raison, il faudra répondre à ces questions.
      « Il faut dire que Bayrou et ses co listiers n’ont jamais rien proposé durant leur séjour au Conseil Municipal, c’est édifiant… »
      En êtes vous bien sûr ? Il me semble que pas mal de choses ont été proposées ou contestées par M. Laurand par exemple.
      « Il en est de même pour Habib qui veut essayer de compenser son absence de réel programme structuré par une myriade de mesurettes (toutes dans le sens de l’augmentation de la dépense) toutes plus démagogiques les unes que les autres. »
      Là on est d’accord. Son programme ressemble au plan quinquennal de Leonid Brejnev..
      « Bref personne ne dit la vérité aux palois. »
      Laquelle ? Le slogan de ce site n’est-il pas : A chacun sa vérité ?
      « Les candidats font semblant de croire qu’ils peuvent, eux, influencer le Développement économique du territoire.
      Quelle blague! »
      Je ne suis pas du tout d’accord avec vous. Si des villes se développent économiquement, et attirent des investisseurs, c’est que l’environnement y est favorable. Formation, Pépinières, Commerce, Congrès, infrastructures, etc.. autant de domaines ou l’Agglo (car c’est là que ça se joue) a un rôle moteur à jouer.
      « Aucune des grandes entreprises du Béarn ne doit son implantation a l’action d’un politique. »
      Il n’y a pas que les grandes entreprises en Béarn. Attirer des startup du numérique par exemple est tout à fait à la portée d’une communauté d’agglo. Surtout à Pau, où on a beaucoup investi sur le Très Haut Débit
      « Habib qui se targue d’un bilan flatteur à Lacq: balivernes! »
      Je ne vous le fais pas dire
      « F Bayrou a quant à lui un handicap majeur en plus de sa méconnaissance du monde industriel, il n’a jamais su diriger une équipe.
      C’est un management à la petite semaine, sans délégation où il prend seul les décisions. »
      N’est-ce pas plutôt l’image que ses adversaires ont voulu donner de lui, repris en boucle par les médias et humouristes moutonniers parisiens ?
      « Jean François Khan, un de ceux à qui il a offert un fauteuil d’élu, et qui ne pratique pas la langue de bois disait de lui : « Il a été vaincu par un moi qui a étouffé le nous » »
      Jean-François Khan est l’archétype de l’élite intellectuelle parisienne qui a du mal à accepter qu’un béarnais -qui plus est non énarque – lui vole la vedette. J’ai lu JF Khan. C’est tout simplement indigeste..
      « Ce ne sera sans doute pas mieux côté Habib dont l’ambition ne s’est construite que dans le monde politique. »
      C’est un pur produit politique; qui a toujours vécu d’indemnités parlementaires…
      « Triste campagne »
      Essayez de voir le verre à moitié plein, et surtout acceptez que les dossiers prennent du temps. Le temps viendra des dossiers que vous évoquez, et il faudra y participer

      • « Je ne pense pas. Au contraire, elle n’a jamais été aussi ouverte avec 7 candidats et autant de projets; et surtout un esprit critique par rapport à ce qui a été fait jusqu’à présent »
        –> ce n’est pas la quantité qui fait la qualité. Quant à la critique de ce qui a été fait par les adversaires, ce n’est pas une nouveauté !
        « Mais ce sont des engagements donc ils devront les tenir.  »
        –> c’est bien connu que les élus tiennent toujours leurs promesses.
        « Je pense que les vrais arbitrages demandent beaucoup plus de temps et une analyse en profondeur, qui ne peut pas être faite en campagne »
        –> Ils ont juste eu 6 ans pour la faire, cette analyse, mais bon…
        (à propos de Bayrou) « N’est-ce pas plutôt l’image que ses adversaires ont voulu donner de lui, repris en boucle par les médias et humouristes moutonniers parisiens ? »
        –> Euh non, ses actes « plaident » pour lui. C’est un fait qu’il fait régulièrement le vide autour de lui.
        (à propos d’Habib) « C’est un pur produit politique; qui a toujours vécu d’indemnités parlementaires… »
        –> Certes, mais il y a combien de temps que Bayrou ne fait plus rien d’autre que de la politique ?
        Bref, si il s’agit de faire un panégyrique de Bayrou et de dresser un bûcher pour Habib, on est bien dans l’ambiance de campagne. Il nous manque néanmoins Bruno-Valérie Laborde-Chambot pour le contrepoint.

        • « Il nous manque néanmoins Bruno-Valérie Laborde-Chambot pour le contrepoint » : c’est parce qu’il/elle est occuppé(e) sur le site de la Rep

    • Cher PierU,
      Peut-être n’avez vous pas habité sur PAU pendant ces 10 dernières années car votre analyse frôle la caricature .
      Les palois sont proprement lassés de ce type de discours parfaitement stérile et nullement constructif .
      A la lecture de vos messages, on lit tout et son contraire . Que faire fuir ou combattre?
      67% des palois rejettent la politique menée par la municipalité en place où pas moins de 12 de ses élus et adjoints (sans parler de 23 colistiers au total encartés PS) se retrouvent par un arrangement qui a frisé le comique, dans la liste de D. HABIB. C’est cela votre changement ?
      Alors, certes, je vous accorde le fait que la prochaine municipalité aura du travail sur la prochaine et surtout une confiance à retrouver auprès de palois, mais une nouvelle orientation, un nouveau souffle s’impose . Le ronron est terminé . Place à l’Alternance avec F. BAYROU .
      Mr. URIETA, certes un citoyen apprécié mais qui n’a ni la crédibilité ni l’équipe pour incarner un changement . D’ailleurs, comment un élu socialiste, intronisé par l’UMP de N. SARKOZY en 2008 uniquement pour barrer la route à F. BAYROU, et qui se targue de reprendre une position à gauche, peut voir une crédibilité auprès des palois .
      Seul un travail au quotidien autour de F. BAYROU, autour d’une équipe de colistiers issus à 80% de la société civile et de la réalité permettra à PAU de sortir de sa léthargie.

      • C’est assez amusant que vous me parliez de mon discours « stérile » alors que le vôtre n’est que de la pure langue de bois de campagne électorale.
        « Le changement c’est maintenant » disait déjà Hollande il y a 2 ans. On a vu… Vous n’avez même pas la palme de l’originalité.

        • A tous les commentateurs : essayez de voir le verre à moitié plein, pas seulement le verre à moitié vide. Par exemple, pour l’équipe de David Habib, on peut aussi dire qu’on est content de retrouver 12 sortants et 24 encartés socialistes : les impôts vont augmenter, mais on aura plein de belles usines à gaz, comme à Mourenx. On va aussi retrouver deux écologistes. Tant mieux, on continuera à réserver le centre-ville aux bobos à vélo, comme à Paris. Le commerce continuera à crever ? Pas grave, on remplacera par des MJC. On a même le plaisir de retrouver deux colistiers de « Bastir », des autonomistes occitans, qui permettront enfin à l’occitanie d’être indépendante (n’en déplaise à ceux qui disent que l’occitanie ça n’existe pas…).
          Alors vous voyez, il y a du positif !!

          • Monsieur est spécialiste de l’agit-prop, je vois…
            Comme dit Sango, « pauvre campagne »…

        • A part quelques billets d’humour, je constate que vous n’avez malheureusement rien de sérieux à rétorquer à l’évidence des chiffres ….ce que je peux comprendre d’ailleurs vu la situation de notre ville … vous en conviendrez .
          Alors oui, n’en déplaise à Monsieur PierU, un changement s’impose !

  • commentaire d’un commentaire par E. Pène : «  »Martine a fait le sale boulot » ‘commentaire -B.Laborde-). Elle a surtout fait un boulot sale.. »
    A l’aise, Blaise ! C’est assez indécent, comme critique. On peut juger par vos articles que vous soutenez mordicus Bayrou, mais ne salissez pas les autres par de vains et vils propos.
    Je vous rappelle qu’aujourd’hui 8 mars est la journée de la Femme. J’espère pour ma part que le 30 mars ne sera pas celle de la flamme.
    bien à vous.

  • Les palois voudraient le changement.

    C’est évident, en politique générale comme municipale; mais quels changements? Toutes les précédentes municipalités le prônaient!
    François Bayrou veut créer une salle de spectacle et de congrès à l’auditorium de 1000 à 1200 places. Mais il pense aussi à une autre salle dédiée aux musiques actuelles vers la gare du côté des hangars de la Sernam autour desquels il voit bien s’établir un quartier festif. Excellent, mais avec la diminution des impôts locaux prévus et des subventions, comment pense-il le faire, avec le reste des projets? Pas des P.P.P, j’espère! Tiendra-t-il ses promesses?

    «L’enjeu est de donner une ambition, une vision d’avenir à Pau. Nous n’en avons actuellement pas»

    C’est une bonne dialectique électorale mais cela mériterait d’être approfondi. Si ce sont des mots glorieux ce ne sont que des mots; le passage de la tête de liste à la direction du Conseil général et de l’Education nationale n’a pas été très marqué par une grande ambition et une grande vision d’avenir!
    Je n’ai pas trouvé de grande ambition écologique non plus dans le programme de F.Bayrou: transports en commun électriques gratuits, limitation de la circulation des voitures en ville, aide à l’utilisation des énergies renouvelables (écoles, administrations) et à l’économie d’énergie… Il entend par exemple créer « un grand événement culturel à dimension nationale » autour d’un thème qui n’est traité « nulle part en France » : l’histoire des idées. Très bonne idée en envisageant, ce qui ne semble pas être son orientation, des invitations de grands biologistes, chercheurs, écologues, philosophes, épistémologues comme M.Serres, E.Morin…

    « Alors Pau sera-t-elle mieux servie avec M. Bayrou ? C’est possible. Mais ne faudrait-il pas dire Mme Poueyto ? Je pense que M. Bayrou a en vue de prochaines échéances nationales. »
    «Ce n’est pas ce qu’il dit. Faisons lui confiance»

    !!!!!!
    Pourquoi plus à lui qu’aux autres? Je ne vois pas sur quoi on pourrait se baser, si ce n’est sur des illusions; son passé politique est ancien, c’est vrai, mais pas génial; quand on voit son parcours politique louvoyant, à droite puis au centre gauche puis au centre droit, et enfin à droite, avec l’UMP, suivant le sens du vent du mécontentement populaire.
    Prendre les meilleurs de la droite et de la gauche, rappelez-vous! Qu’est-ce que veut dire meilleur? Tout dépend des objectifs que l’on se fixe; les objectifs de son mentor: le «meilleur d’entre nous», ne sont pas forcément réjouissants pour beaucoup «d’entre nous».
    Pour l’un comme pour l’autre, la ville n’est qu’un tremplin pour prendre la LGV pour Paris! Peut-on croire ses promesses d’être tout le temps à Pau? Sa fidélité aux réunions du dernier conseil municipal permet d’en douter!

    • « Comme un politicien ne croit jamais à ce qu’il dit, il est toujours étonné que d’autres le fassent. » (De Gaulle).
      « Alors Pau sera-t-elle mieux servie avec M. Bayrou ? C’est possible. Mais ne faudrait-il pas dire Mme Poueyto ? Je pense que M. Bayrou a en vue de prochaines échéances nationales. »
      «Ce n’est pas ce qu’il dit. Faisons lui confiance» E. Pène
      « Samedi dernier, François BAYROU a été très clair : « je serai maire à plein temps si je suis élu et je ne briguerai aucun autre mandat ». Arrêtons de dire n’importe quoi ! » (Pierre Fosse)
      Je suis curieux de voir…Laisse venir, laisse venir chantait Bashung…

      • Ou plus exactement (tiré du journal-programme de FB) : « Le mandat de maire de Pau sera mon seul mandat. Je ne serai candidat à aucun autre mandat de parlementaire national ou européen, ni à aucune autre mandat local. »
        Vous remarquerez que la présidentielle est soigneusement exclue de la liste 😉

  • j’ai voulu faire un article basé principalement sur la perception qu’ont les gens du critère du changement dans les listes, mais je réponds volontiers aux points que vous soulevez :
    « Dans les hypothèses de l’article, il manque l’appartenance de M. Habib à la majorité gouvernementale. N’est-ce pas un handicap sérieux pour M. Habib et un avantage considérable pour M. Bayrou? »
    Vous avez tout à fait raison, mais n’oublions pas que Pau a voté à 60% pour Hollande, Il y a de la marge !
    « Il y a aussi l’absence de référence à la politique de rénovation de l’habitat lancée par Mme Lignières-Cassou. Cette politique me semble avoir été mise en œuvre trop tardivement pour que ses perspectives bénéfiques soient perceptibles par l’électorat. »
    Oui, mais ce type de politique ne peut être impulsée uniquement par la Mairie. C’est ce qu’a oublié Mme lignières Cassou, car elle est idéologiquement méfiante envers les acteurs privés (commerçants, investisseurs, promoteurs, ..)
    « La conclusion indique que M. Bayrou et son équipe vont nous projeter dans le XXIe siècle. Mais qu’est-ce que le XXIe siècle ? Question idéologique ou pragmatique ? »
    L’enjeu est de donner une ambition, une vision d’avenir à Pau. Nous n’en avons actuellement pas
    « Alors Pau sera-t-elle mieux servie avec M. Bayrou ? C’est possible. Mais ne faudrait-il pas dire Mme Poueyto ? Je pense que M. Bayrou a en vue de prochaines échéances nationales. »
    Ce n’est pas ce qu’il dit. Faisons lui confiance
    « A quoi a abouti le maintien d’un savant équilibre entre le Béarn et le Pays basque au CG dont se félicite le Modem ? A la demande d’autonomie du pays basque et à la recherche d’une alliance avec Tarbes pour le Béarn. »
    Oui, c’est un problème. Mais la proposition de Bayrou pour une agence de développement économique Béarn Bigorre, que Trémège avait déjà appelé de ses voeux est un premier pas concret vers le rapprochement nécessaire de ces deux pays.
    « L’intérêt du Béarn n’est-il pas plutôt dans une fusion de l’Aquitaine et de Midi-Pyrénées ? »
    Je ne pense pas. l’intérêt du Béarn est une région « Pays de l’Adour ». Ceci dit, les collaborations avec Bordeaux peuvent être intéressantes, en particulier dans le domaine du numérique.
    « Il y a aussi et surtout le dumping foncier de la périphérie encouragé par les élus locaux, toutes tendances, avec des subventions en tous genres. Ce dumping attire hors des villes les catégories solvables à moyen ou faible revenu. »
    Le vrai problème est qu’il faut une agglomération plus grande, et une gouvernance plus concentrée. Pas besoin d’un vice président par commune !
    « Le projet Bus-Tram a au moins le mérite de définir les centralités qui ont vocation à fixer l’habitat et les activités en ville. Bien sûr on peut faire la même chose sans Bus-Tram. Mais il y aura alors le risque de continuer à diluer les centralités dans une agglo qui est déjà très distendue. Mais là, mon propos sera qualifié d’idéologique. »
    Le Bus Tram est un projet idéologique. Il faut sortir de l’idéologie

  • Ce qui est grave, chez Habib, c’est son Stalinisme latent. Ses réactions à l’égard du projet Bus Tram, en sont un sacré exemple. « Votez pour mois et nous discuterons après » . Lénine a déjà fait ce coup en 1917. Les députés élus avaient voté quelques lois et ensuite il les a priés tout simplement de rentrer chez eux. Habib est un bon élève ! Une personnalité de ce type, présente l’inconvénient d’avoir un certain pouvoir, tout en étant incapable de convaincre par l’idée, cela conduit toujours aux errements du pouvoir solitaire. Le contre pouvoir y crée toujours la discussion, ce qui produit la lumière. L’obscurantisme conduit alors à la régression d’idées.
    Cela est d’autant plus incompréhensible, que Habib nous a dit, qu’il avait de de « fortes convictions » sur le Bus Tram. Cela doit avoir du bon pour le Peuple. Souvent ce genre de situation conduit les dirigeants à faire le « bonheur du Peuple » malgré lui. « Il ne comprendrait pas le pauvre  » ! Cela a conduit bien souvent à des catastrophes.

    • le bus tram c’est le stalingrad d’Habib…

      • Pas faux. Le tram-bus avait été en partie celui de Bayrou en 2008, chacun son tour en quelque sorte.
        Sauf que là le projet se fera quoi qu’il arrive. Eventuellement modifié à la marge et avec un autre nom, mais il se fera.

  • Dans les hypothèses de l’article, il manque l’appartenance de M. Habib à la majorité gouvernementale. N’est-ce pas un handicap sérieux pour M. Habib et un avantage considérable pour M. Bayrou?
    Il y a aussi l’absence de référence à la politique de rénovation de l’habitat lancée par Mme Lignières-Cassou. Cette politique me semble avoir été mise en œuvre trop tardivement pour que ses perspectives bénéfiques soient perceptibles par l’électorat.
    La conclusion indique que M. Bayrou et son équipe vont nous projeter dans le XXIe siècle. Mais qu’est-ce que le XXIe siècle ? Question idéologique ou pragmatique ?
    Alors Pau sera-t-elle mieux servie avec M. Bayrou ? C’est possible. Mais ne faudrait-il pas dire Mme Poueyto ? Je pense que M. Bayrou a en vue de prochaines échéances nationales. Il doit donc s’assurer de soutiens locaux (M. Lasserre et compagnie par exemple).
    A ma connaissance les actions de MM. Lasserre et Cie, passées et présentes, ne vont pas dans le sens d’un renforcement de Pau. Bien au contraire.
    D’ailleurs l’histoire du Conseil Général dont M. Bayrou a été partie prenante, ne confirme-t-elle pas cet avis ?
    A quoi a abouti le maintien d’un savant équilibre entre le Béarn et le Pays basque au CG dont se félicite le Modem ? A la demande d’autonomie du pays basque et à la recherche d’une alliance avec Tarbes pour le Béarn.
    A partir de cette situation, quelle est l’Aquitaine que pourrait porter le ticket Juppé-Bayrou ?
    L’intérêt du Béarn n’est-il pas plutôt dans une fusion de l’Aquitaine et de Midi-Pyrénées ?
    Au niveau du Béarn, c’est la périphérie qui mène le jeu (mode d’élection oblige). Par exemple, « Touche pas à mon canton ». Mme Poueyto a déjà donné des gages à la périphérie en indiquant (cf. La Rép) que Pau n’avait pas besoin d’autant de conseillers généraux. Les territoires sont certainement plus importants que les gens et plus importants que la ville principale.
    Il y a aussi et surtout le dumping foncier de la périphérie encouragé par les élus locaux, toutes tendances, avec des subventions en tous genres. Ce dumping attire hors des villes les catégories solvables à moyen ou faible revenu.
    Le projet Bus-Tram a au moins le mérite de définir les centralités qui ont vocation à fixer l’habitat et les activités en ville. Bien sûr on peut faire la même chose sans Bus-Tram. Mais il y aura alors le risque de continuer à diluer les centralités dans une agglo qui est déjà très distendue. Mais là, mon propos sera qualifié d’idéologique.

  • Millésime : 01/04/2014
    François 22
    David 21.9
    Éric 14.5
    Eurydice 12.5
    Georges 11.5
    Yves 8.6
    Olivier 9
    Total 100
    le 4 janvier j’avais proposé, comme une galéjade, le petit concours de pronostique ci-dessus. Maintenant que les sondages viennent pimenter la sauce je vois, après la fusion des droites, que le pronostique avait du sens.
    Notamment la descente qui ne fait que commencer d’Urieta , tendance gauche moderne néo Sarkozy et la montée aux cieux ce la belle Eurydice et l’atterrissage du FN et du PC autour de 10 % .
    En ce samedi ensoleillé comme une chevelure de Fébus ( rien à voir avec le bus- tram) faites vos jeux il n’y a rien à gagner.
    Pour le petit David on peut penser que son tour est passé et que c’était il u a 6 ans qu’il fallait affronter l’archange un peu usé des centristes le Goliath de Bordères.
    A Oloron on peut penser que Beñat  Uthurry gardera son fauteuil il est vrai plus sur son entregent et son relationnel que sur son bilan un soupçon mitigé. Il est vrai que les impôts sont la moitié de ce qu’ils sont ailleurs. A Pau on est dans un autre monde..Ceci expliquant,partiellement, cela.

    • Dommage pour Yves.. Son programme mérite mieux

      • Yves a un programme « raisonnable » ! Et c’est le seul. Il a fait de magnifiques « bons de travaux » pour chacun, des fiches de réalisations. Il a raison sur tout comme un véritable patron d’usine. Mais il oublié un point. Avant de réaliser et de produire à l’usine, il faut des clients et en politique, il faut des électeurs. Et l’électeur n’est pas un être raisonnable. Il suit l’aguicheur ! Nous sommes dans un monde de communication par l’image. Et en cela Yves n’y est pas formé. Il faut s’en désoler. Peu de personnages politiques en détiennent les clefs. Juppe est un des rares à maîtriser les 2 mondes : communication d’un coté et production de l’autre, mais lui-même n’a compris le monde de la communication qu’après ses aventures de 1997, presque 30 ans après avoir début la carrière. Il aura mis presque 40 ans à bien le comprendre. Et il savait piloter le monde réel, il a cru qu’il n’y avait que cela qui comptait Il s’est planté, il n’a pas su suivre Chirac ( roi de la question ), mais il est revenu formé aux 2 questions de façon brillante. Bayrou a et aura besoin de Juppe. Et Juppe aura besoin de Bayrou pour montrer que son savoir faire peut se transmettre. Le tandem Juppe/Bayrou peut être intéressant pour le Sud Ouest et peut être pour les 10 prochaines années. Juppe a appris avec sa gifle de 1997, et Bayrou peut être un très bon Président en 2022, il n’aura que 75 ans. Il aura appris avec un Juppe. qui prendra sa retraite.

  • Les palois veulent t-ils le changement ou le retour aux anciennes pratiques clientèlistes?
    Martine a fait le sale boulot, ce qui ne l’a pas rendue populaire.

    • « Martine a fait le sale boulot ». Elle a surtout fait un boulot sale..

    • @bruno-valérie :
      Oui, elle a fait une partie du sale boulot, et en plus un boulot en grande partie invisible aux yeux des électeurs. Mais si elle n’en a pas tiré profit, d’un autre côté ce n’est pas forcément ça qui l’a rendue impopulaire.
      Je mise plutôt sur un certain « autisme », de sa part et surtout de la part de ceux qui l’entouraient, en ne percevant pas les critiques ou en comptant excessivement sur la comm’ pour y remédier. Votre attitude sur les forums de type « tout va très bien madame la marquise » et avec une objectivité digne de la Pravda, en est un exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *