David Habib répond aux questions d'Alternatives Pyrénées.

0
(0)

imagesAlternatives Pyrénées a souhaité poser un certain nombre de questions – vingt exactement – aux candidats au prochain scrutin municipal. L’objectif est double, d’une part aborder des sujets inédits et d’autre part éviter la « langue de bois. David Habib, tête de liste de « Pau le mouvement » répond à nos questions

 

Municipales 2014 :

Les grands enjeux de la ville de Pau
Nos questions / Vos réponses
Réponses du candidat David HABIB

FINANCES

• Les impôts locaux. Pensez-vous pouvoir faire baisser la taxe foncière et la taxe d’habitation et dans quels domaines la ville peut-elle réduire ses dépenses ?

Les impôts sont trop élevés à Pau. La municipalité sortante n’a pas procédé à des hausses d’impôts. Les taux sont restés stables. Mon engagement est clair : il n’y aura pas de hausse d’impôts pour les Palois. L’addition des taux communaux et intercommunaux restera donc à l’identique, ce qui signifie que je chercherai à faire évoluer les taux communaux à la baisse et à mutualiser davantage encore les ressources communautaires.

On assiste, et c’est heureux, à un transfert progressif de compétences vers l’Agglomération. J’entends poursuivre ce mouvement, définir un projet communautaire avec toutes les communes de l’Agglomération et arrêter des règles de justice fiscale dans le territoire.

La baisse de la taxe foncière et de la taxe d’habitation est un objectif. Le faire sans se préoccuper de la mutualisation des moyens au niveau de la Communauté d’Agglomération est une hérésie. Par sincérité, par honnêteté, et parce que tous les candidats portent des projets qui ont un coût, je n’annoncerai que ce que je pourrai tenir : la stabilisation de la pression fiscale (ville + Agglomération) sur toute la durée du mandat.

Parallèlement, je m’engage à réduire nos dépenses de fonctionnement, à favoriser les redéploiements, à limiter le recours à des études que certains jugent excessives. A Mourenx, chaque année, j’ai baissé les dépenses de fonctionnement de 3 à 5 % l’an. Faute d’avoir une vision fonctionnelle du service public municipal, je m’interdis d’annoncer un pourcentage. Mais je m’engage à réduire nos dépenses.

LA DEMOCRATIE PARTICIPATIVE

• Envisagez-vous que les membres des conseils de quartiers soient élus ?
• Souhaiterez-vous organiser un référendum d’initiative populaire et sur quel sujet?
• Connaissez-vous les termes de la charte de bonnes pratiques des élus et comptez-vous l’appliquer ?

Conseils de quartier

Les conseils de quartier sont de vraies réussites. J’ai rencontré de nombreux membres de ces instances. Ils se félicitent de la démarche et du travail réalisés. On me rétorquera que certains conseils ont mieux fonctionné que d’autres. C’est exact, mais globalement l’initiative est heureuse et je la poursuivrai. Je souhaite qu’aucun Palois ne se sente exclu de la vie citoyenne de son quartier et donc des conseils qui s’y rattachent. Après une désignation par tirage au sort, recourir à l’élection, pourquoi pas ? On ouvrira à ce sujet la concertation pour arrêter le mode de désignation le plus adapté.

Le référendum d’initiative populaire

J’ai déjà annoncé une initiative en ce sens sur le projet dit de « Bus Tram », ou plus exactement de bus à haut niveau de services. Ce référendum aura lieu en novembre 2014 et permettra à chaque Palois de se prononcer sur ce projet, après un débat public que nous organiserons dès le mois d’avril. En prenant cette initiative, sur des sujets très précis et de grande importance, je pense utile d’interroger directement les habitants. Pour autant, je saurai prendre mes responsabilités et pour la quasi-totalité des décisions, inviter le conseil municipal à délibérer.

La charte de bonnes pratiques des élus

Oui, je connais cette charte adoptée en 2009. Elle pose un certain nombre de règles et de comportements qui, en ce qui me concerne, relèvent de la simple évidence. Elle a le mérite de les formaliser, mais aussi de solenniser un engagement à les respecter. En ce qui me concerne, la meilleure pratique d’un élu se situe dans un adage simple : dire ce que l’on va faire et faire ce que l’on a dit. C’est le respect minimum que l’on se doit de donner aux citoyens et à son engagement propre.

Cette charte méritera sans doute d’être retravaillée, adaptée aux pratiques actuelles de notre démocratie, je pense notamment, à l’usage des technologies de l’information et de la communication, les réseaux sociaux… qui influencent et participent à la vie démocratique et qui peuvent mériter de se retrouver dans cette charte. Elle sera travaillée avec l’ensemble du conseil municipal, y compris l’opposition.

GRANDS PROJETS

• Le Bus-Tram. Avez-vous l’intention de réaliser le projet de l’équipe précédente ? Les transports urbains peuvent-ils être gratuits ? 

Êtes-vous favorable au projet ?

Oui. Après avoir travaillé son contenu, ce projet correspond à un double besoin pour notre ville : celui de la requalification urbaine, de son entrée nord jusqu’à la gare en passant par son centre-ville sur un linéaire de 10 km, et celui d’un mode de transports doux, adapté à nos sociétés, tant du point de vue environnemental que du coût du pétrole par exemple. Vous avez eu largement l’occasion de présenter ce projet. Je l’ai indiqué récemment, il ne suscite pas aujourd’hui l’adhésion des Palois. Cela n’en fait pas pour autant un mauvais projet. Par manque d’information, par défaut d’efficacité de pédagogie ou de communication, quelles qu’en soient les raisons, si je suis élu Maire, je veux redonner aux Palois le dernier mot sur ce dossier. Mener la démocratie jusqu’au bout.

Aussitôt le conseil municipal d’installation tenu, je saisirai la commission nationale du débat public afin qu’elle nous accompagne dans l’organisation d’un débat transparent, complet, dépassionné et véritablement participatif. Tous les Palois pourront s’exprimer, s’informer, débattre et, je l’espère, être convaincus. L’issue de la démarche, que j’envisage en novembre 2014, sera l’organisation d’un referendum qui liera la ville de Pau et son conseil. Les Palois se détermineront souverainement. Le débat ne sera pas « pollué » par la campagne électorale et des positionnements qui relèvent de la stratégie politicienne. Ainsi, François BAYROU était en 2008 pour le Tram Bus, opposé en 2014 au Bus Tram. Ce n’est pas sérieux, on est dans la tactique, alors que ce dossier mérite d’être examiné avec rigueur et sens de l’intérêt général.

Je suis convaincu qu’au-delà du bus à haut niveau de services, la démarche que je propose (débat public + referendum) correspond à une attente de nos concitoyens.

Gratuité

Je suis, par principe, opposé à la gratuité. Et cela dans tous les domaines. Il reste que si la gratuité permet de favoriser le recours aux transports en commun, je souhaite que nous puissions ouvrir ce débat avec les 22 communes du Syndicat Mixte des Transports Urbains (SMTU). Il y a la question de la tarification « jeunes » qui est posée. La navette Coxitis doit rester gratuite et je suis tout prêt à accepter des aménagements tarifaires pour les Palois qui emprunteraient des lignes reliant les maisons de retraite au centre-ville, les foyers de logement au centre-ville. Nous sommes dans le cas évoqué sur d’autres problématiques que la gratuité. Je veux parler du lien social qui doit être encouragé et préservé.

• Le Grand Prix automobile de Pau. La ville de Pau et la CDAPP doivent-elles subventionner cette manifestation ?
• Les halles. Comment et quand les rénover, les réhabiliter ou les rhabiller ?
• Caserne Pissard-Santarelli. Depuis 1999, la ville est propriétaire de cet espace de 22 hectares, que faut-il en faire et quand ?
• La friche industrielle du quartier de la gare. Comment aménager cet espace afin qu’il ne continue pas à polluer la plus belle vue de terre ?

Le Grand prix automobile de Pau

Sans l’implication financière de la ville de Pau et de l’Agglomération, le Grand Prix de Pau n’existerait plus ! Je suis favorable au maintien des subventions au Grand Prix automobile dès lors que l’impact populaire et économique de ce rendez-vous sera démontré. Je pense qu’il n’appartient pas à un Maire, élu pour 6 ans, de remettre en cause cette manifestation qui appartient au patrimoine de Pau. C’est aux Palois et à eux seuls d’exprimer une position sur ce dossier d’importance. Je suis donc favorable à ce qu’on les consulte, après évaluation des coûts et des bénéfices de la manifestation, et après débat public.

La caserne Pissard-Santarelli

La caserne Pissard-Santarelli est insérée dans le périmètre du schéma urbain du secteur du Stade du Hameau dont la surface dépasse les 260 hectares. Cette caserne est en lien direct avec le boulevard de la Paix et l’avenue Alfred Nobel. Elle est à proximité du Centre Jean Feger, de Pau Cité Multimédia et des zones Europa et Berlanne. On devra donc mesurer l’importance stratégique et économique de cet espace. Son urbanisation est un vrai enjeu en termes d’aménagement : pour de l’activité, éventuellement de la résidentialisation, mais aussi pour des équipements. Est évoqué régulièrement l’accueil d’un stade dédié au football, au Pau FC, à cet endroit : c’est l’une des hypothèses que l’on peut retenir.

La friche industrielle du quartier de la gare

Vous évoquez-là le quartier de la Porte des Gaves, un dossier majeur pour le développement futur de la ville. Pau s’est toujours développée vers le nord, comme si le boulevard des Pyrénées constituait une barrière, une frontière. André LABARRERE était conscient de cette difficulté et avait, lors de son dernier mandat, essayé de « réparer » cette tendance lourde. Le stade d’eaux vives s’inscrit dans sa volonté de rééquilibrer vers le sud le développement de la ville. Nous voulons que ce quartier puisse, au terme des 6 ans, être réhabilité. Je connais la complexité du dossier, tant en termes de maîtrise foncière que de servitudes d’urbanisme. Pour autant, le quartier de la gare sera aménagé. Il accueillera, si les Palois nous font confiance, des activités culturelles et sportives. Nous souhaitons y réaliser la cité des cultures, reprendre les bâtiments industriels existants, qui sont de vraies « pépites » architecturales. Notre liste est résolue à faire de cette zone une vraie réussite urbaine.

La réfection des voies de circulation. Un grand retard a été pris en ce domaine, pensez-vous pouvoir le combler ?

Oui, il faut le reconnaître, l’état de la voirie de Pau n’est pas satisfaisant. Les Palois attendent plus et mieux. Vous le savez, dans cette campagne je veux parler d’avenir et ne pas m’appesantir sur le passé. Mais il est clair qu’une programmation insuffisante a abouti à cette situation. L’équipe sortante a investi plus de 30 millions sur 6 ans. C’est un effort considérable mais qui n’a pas permis un rattrapage complet. Pau compte 300 kilomètres de voirie. L’investissement nécessaire par an doit s’établir à environ 5 millions d’euros. C’est l’objectif que nous nous fixons. Le transfert d’un certain nombre de voirie à la Communauté est une bonne chose, car il n’est pas normal que les Palois payent, seuls, la réfection d’axes empruntés par tous.

ECONOMIE

• Le déménagement du Parc des Expositions. Pensez-vous que cela est nécessaire et où situer le nouvel emplacement ?

J’ai été le premier candidat à faire connaître mon soutien au projet de déménagement du Parc des Expositions. On peut regretter ce transfert. Mais il est nécessaire. Les 4 hectares actuels ne sont pas suffisants, les bâtiments sont particulièrement dégradés, les liaisons avec les sorties autoroutières ne sont pas immédiates. Tout cela concourt à ce que la Chambre de Commerce et la ville ont entamé une réflexion sur le transfert du Parc et abouti à un projet moderne, ambitieux, et qui créée des synergies. J’y souscris bien volontiers. Je suis donc favorable à un déménagement au nord, à proximité du Zénith et du Palais des Sports, d’une vaste zone de parking déjà existante, pour permettre une utilisation plus soutenue du Parc, mais aussi du Zénith, qui restent, aujourd’hui, insuffisamment occupés.

• Le centre-ville

Le centre-ville est un enjeu majeur. Il a fait l’objet d’une réhabilitation de qualité, appréciée par les Béarnais et jugée positive par les commerçants qui y sont installés. Il y a encore des efforts à faire pour végétaliser la place Clemenceau, multiplier les événements qui peuvent s’y dérouler. Nous proposons en centre-ville des aires de jeux pour les enfants et, plus globalement, une modernisation et une simplification de la ville pour que l’usage du centre soit rendu le plus aisé possible. Exemple : par une application Smartphone, connaître en temps réel l’état des disponibilités des parkings à tout moment. Mais le centre-ville doit être aussi un lieu de vie, pas exclusivement de commerces. Il nous faut donc reconquérir de nombreux bâtiments vides, mal exploités, où sont parfois accueillis dans des conditions précaires, un certain nombre de Palois. C’est un chantier qui sera long, qui doit mobiliser des opérateurs privés et publics. Accueillir de nouveaux résidents suppose une réponse au problème du stationnement. Les familles exigent, et c’est normal, de pouvoir disposer d’un véhicule et de pouvoir le parquer dans des conditions de sécurité, de coût et de proximité au logement, satisfaisantes. Il y a donc nécessité de créer davantage de petits parkings relais dans la toute première couronne du centre-ville. Ce que l’on appelle les « dents creuses » peuvent en partie être mobilisées pour cela. Nous avons fait des propositions concrètes en ce sens.

• Comment dynamiser son activité économique et commerciale ?

Pau a la chance d’avoir un réseau de commerçants de qualité. J’ai rencontré l’ensemble des associations et bien sûr l’OFCAP. Les dirigeants de ces structures sont responsables. Ils ont une vraie vision du commerce du centre-ville. Je me réjouis à l’avance du travail que nous allons pouvoir réaliser. La dynamisation de l’activité économique et commerciale du centre-ville sera une co-production. Tout sera entrepris pour que le centre-ville de Pau soit accueillant, propre, simple et animé. Les commerçants pourront compter sur une stabilité fiscale et une réelle visibilité en la matière. Le plan de circulation, aujourd’hui illisible, sera revu. Le parc des horodateurs, aujourd’hui vieillissant, sera renouvelé. Pensez que certains horodateurs aujourd’hui n’acceptent pas les pièces de 2 euros… Au-delà, j’ai demandé à Nathalie LARRADET, qui sera adjointe à l’innovation, de réfléchir à la modernisation des usages sur le centre-ville. Elle a déjà noté une trentaine de propositions susceptibles d’être faites en la matière. Enfin, j’invite chacun à mesurer que le commerce palois va, dans quelques mois, être bousculé par l’arrivée d’une grande enseigne sur la côte basque. Cette enseigne est déjà installée à Bordeaux et à Toulouse. Des Palois font aujourd’hui 200 kilomètres pour s’y rendre. Imaginez ce qu’il en sera quand celle-ci sera effectivement implantée sur Bayonne ? Ça peut être une épreuve pour notre commerce, ça peut être une chance aussi, si nous mesurons et préparons une « riposte » commerciale qui associe commerce traditionnel et enseignes de dimension nationale.

Enfin, dynamiser le centre-ville s’est refaire le quartier des halles. Vous trouverez ci-dessous notre projet des Halles [NDLR : voir images en bas de l’article].

Les Halles nourrissent à la fois le savoir vivre et le savoir faire. Essentiel pour dynamiser le centre ville et développer le commerce, le projet des Halles est aussi un projet de requalification urbaine. Claires, lumineuses, fonctionnelles, les nouvelles halles seront dimensionnées pour accueillir sur deux niveaux les commerces traditionnels et de nouvelles activités. Des allées plus larges, de grandes parois vitrées et des étals ouverts directement sur l’extérieur offriront aux palois un environnement de plaisirs gourmets.

Un espace producteurs qui privilégiera les circuits courts trouvera sa place au cœur du dispositif. Baigné de lumière grâce à la mise en oeuvre d’une grande verrière il gardera ses diverses pratiques actuelles.

Les nouvelles halles achevées, étaliers et producteurs réinstallés, les halles d’aujourd’hui, laisseront alors place à un espace public ouvert, protégé, et animé. Un nouveau centre !

La tour fera alors l’objet d’une reconversion. Habillée dans un premier temps par l’extérieur d’une double peau, son aménagement sera composé d’une mixité activités/logements. Une pépinière d’entreprises y sera implantée. Le rez-de-chaussée, largement ouvert sur la nouvelle place, proposera des expositions du savoir faire territorial, le « made in Pau ! »

• Quel est votre projet concernant le plan de circulation et le stationnement pour accéder au centre-ville ?

A. Bien circuler, c’est bien stationner

Nous voulons une circulation fluide, cohérente, adaptée aux usages et aux usagers, facilitée par une offre de stationnement pertinente et souple. Nous créerons des stationnements paysagers et intégrés à la ville.

Pour le stationnement, nous nous engageons à :

Mettre en oeuvre une offre de stationnement complète et globale comprenant à la fois la création de places de parking mais également une tarification incitative et adaptée, des liaisons de transports en commun efficaces et rapides et une information permanente et en temps réel (association d’un service municipal à cette offre de stationnement pour mieux informer, écouter, orienter les usagers)

Trois types de stationnements seront créés ou aménagés :

  • Les parcs relais : en périphérie de la ville et au coeur des quartiers d’avenir. À forte capacité (500 à 1 000 places), ces parcs seront construits en aérien. Sous forme de silos ou intégrés à une trame urbaine, ils seront toujours paysagers et sécurisés. Chacun d’entre eux sera connecté au centre-ville par une ligne de transport en commun directe et fréquente.
  • Les relais : de plus petite capacité et avec une forte dimension de patrimoine et de paysage, ces parkings seront situés aux entrées principales du centre-ville, sur un anneau périphérique de proximité (Avenue Gaston Phoebus/Boulevard Alsace Lorraine/Avenue du Général Leclerc/rue du XIV juillet). Destinés aux résidents de proximité, aux salariés pendulaires, et aux usagers des halles (possibilité de livraison et de gardiennage, mise à disposition de caddies), ils permettront également de trouver une information d’orientation et des services adaptés (wifi, chargeur électrique de voiture) pour un accueil de visiteurs ponctuels (touristes, commerciaux) une offre tarifaire ciblée et adaptée sera proposée. Des navettes fréquentes et directes seront associées.
  • Les parkings de cœur de ville, en souterrain ou en surface, seront destinés aux résidents du centre-ville (abonnement très attractif) et aux usagers ponctuels.

Il existera trois formules tarifaires différentes suivant les parkings : abonnements très attractifs pour les résidents de proximité et les salariés pendulaires sur les parcs relais (places réservées), tarifs couplés aux déplacements pour les utilisateurs des transports collectifs, tarifs horaires pour les utilisateurs ponctuels.

Pour le centre piétonnier, nous nous engageons à :

Modifier le fonctionnement des bornes aux entrées du centre piétonnier pour permettre aux usagers qui doivent circuler (taxis, livreurs, médecins, résidents) d’entrer librement à l’aide d’un code envoyé sur Smartphone (application à créer) ou d’un badge pour les usagers de parkings privés.

Hors zone piétonne, nous moderniserons le parc des horodateurs pour proposer des modes de paiements simplifiés.

Pour les salariés du centre-ville, nous nous engageons à :

Travailler en concertation avec les employeurs du centre-ville afin de proposer aux salariés des tarifications favorables hors hyper centre et des solutions de navettes renforcées aux horaires d’ouverture et de fermeture des bureaux et magasins.

B. Un plan de circulation compréhensible qui facilite les déplacements

Faciliter les déplacements, fluidifier la circulation, rendre plus accessible le centre-ville sont nos
objectifs !

Pour la circulation, nous nous engageons à :

1. Faciliter et rendre agréables les déplacements dans la ville :

  • En organisant un anneau périphérique de l’hyper centre, rapide, sécurisé : Av Gaston Phoebus/Bd Alsace Lorraine/Av Édouard VII/Av Gaston Lacoste/rue d’Etigny, ponctué régulièrement de parkings.
  • En réaménageant des carrefours paysagers aux entrées de l’hyper centre.
  • En recréant des continuités de rue sans sens interdit
  • En facilitant les traversées de ville d’Ouest en Est et du Nord au Sud (et vice versa) en passant à proximité de l’hyper centre piéton, sans le traverser.

2. Supprimer les zones d’embouteillages localisées, notamment :

  • De la rue Gachet et en amont depuis la rue Gassion :
    -­ Regrouper Aragon et Clémenceau en ouvrant la liaison existante pour n’avoir qu’une entrée square Aragon et une sortie rue Latapie.
    ‐ Permettre de circuler d’Ouest en Est de la rue Louis Barthou vers Palais Beaumont (zone 30)

3. Mettre en place un service dédié pour :

  • Observer des flux et pouvoir adopter des solutions efficaces
  • Prendre en charge, accueillir et orienter les visiteurs extérieurs (ligne téléphonique dédiée, liaison Smartphone, affichage électronique, signalétique)
  • Concerter les utilisateurs (résidents, employeurs, salariés)
  • Prévenir et informer efficacement de tout changement

• Le Palais Beaumont et le Centre de congrès. Quel est votre projet les concernant ?

Pau et l’agglomération doivent jouer au maximum la carte du tourisme et plus particulièrement du tourisme d’affaires. Faire de ce territoire une vitrine du développement économique et de l’activité économique est le premier signal à donner pour justifier notre position sur ce créneau. S’appuyer sur nos talents, mais aussi sur nos ressources naturelles, nos espaces, nos traditions, notre gastronomie, notre patrimoine et notre histoire, sont les vecteurs de séduction qu’il faut projeter à l’extérieur. La mise en synergie des grands équipements Palois et de l’Agglomération est une nécessité. On vient de le voir avec le Parc des Expositions. Le Palais Beaumont fonctionne bien. Il constitue un atout majeur dans notre politique « des congrès ». Il faut également penser à l’exposition de Pau dans des salons touristiques, commerciaux et industriels, pour décrocher congrès, salons, symposiums et colloques. Cela se fera avec la Chambre de Commerce et avec l’ensemble des professionnels du tourisme.

SOCIAL

• Les gens du voyage. Quelles dispositions comptez-vous prendre pour être en conformité avec le schéma départemental ?

Je connais bien ce problème. Nous avons créé à Mourenx la première aire de stationnement adaptée. Il s’agit d’une aire constituée d’un petit bâtiment comportant un local de vie, un espace sanitaire et de rangement, auquel s’accolent une, deux ou trois caravanes. Pas davantage. Orthez a réalisé le même aménagement. Il nous faut maintenant l’envisager sur Pau.

Le schéma départemental d’accueil des gens du voyage prévoit :

A charge de la Communauté d’Agglomération, la réalisation d’une aire d’une capacité totale de 200 places, réparties sur une ou deux surfaces.

Les dispositions ont été prises, un terrain est mis à disposition au nord de Pau et un autre à l’est de Pau. Les obligations sont donc respectées et le Préfet l’a souligné l’an dernier. Il nous faut maintenant réaliser ce projet. Je veux indiquer que cela coûte cher, que cela suppose que les résidents acceptent des devoirs, payent un emplacement. Des dispositions d’accompagnement financier sont prévues par l’Etat à cet effet. Enfin, les services devront être extrêmement vigilants au respect des règles dans le temps. Nous avons réussi à Mourenx, je suis convaincu que nous y parviendrons à Pau. Au-delà, il nous faut parvenir à la fermeture de l’aire Nobel et demander, à l’ensemble des communes de l’aire urbaine paloise, de travailler à cette question et d’apporter des réponses durables et de qualité. Ce dossier appelle des réponses humaines, mais aussi d’équilibre territorial.

• Maintiendrez-vous au même niveau les aides aux associations ?

Les associations à Pau sont près de 850 à être subventionnées. Ce foisonnement associatif symbolise un engagement bénévole d’une grande qualité et d’une riche diversité. Dans de nombreux domaines, que ce soit le sport, la culture, l’action sociale, l’éducation populaire, l’environnement… elles participent largement à la mise en oeuvre des politiques publiques, à faire du lien social et à tisser la ville. C’est une chance. Cela représente aussi beaucoup de dépenses de fonctionnement et je rechercherai, avec les associations, les voies et moyens pour optimiser les subventions, mettre en place de façon générale des contrats d’objectifs et de moyens sur des plans pluriannuels. Nous poursuivrons la politique de mutualisation des moyens et des ressources. Dans la concertation et la transparence, nous veillerons à faire mieux. Nous rechercherons les recettes, notamment auprès du Conseil Général, pour les associations départementales et, globalement, des sources d’économie possibles, sans bien évidemment compromettre les interventions des associations paloises.

CDAPP

• Si vous êtes élu postulerez-vous pour la présidence de la CDAPP ?

Non, je souhaite me consacrer pleinement à la fonction de Maire. Je souhaite par ailleurs porter le projet de Pôle métropolitain.

• Comment vous situerez-vous par rapport à la LGV et la Pau-Oloron ?

J’y suis favorable. Je considère que le financement des 12 millions restants pour la LGV doit être assorti d’un engagement de l’Etat quant à la desserte de Pau et du Béarn. Ce financement ne saurait être le fruit de la seule Communauté d’Agglomération mais de l’ensemble du Béarn, intéressé directement par cette déserte à grande vitesse. Sur la Pau- Oloron, mon engagement est ancien, il s’inscrit dans la volonté d’offrir une réponse moderne, sécurisée, à l’état de l’actuelle RN 134. Il a pour finalité, également, l’amélioration de notre desserte vers le sud, aujourd’hui moyenâgeuse.

• Pensez-vous que le nombre de grandes surfaces à la périphérie ne peut être augmenté ?

Si vous parlez des grandes surfaces alimentaires, j’y souscris.

CUMUL

• Enfin si vous êtes concerné par les dispositions légales sur le non cumul des mandats, vous êtes invité à nous faire savoir quel est votre choix entre les mandats que vous serez amené à exercer.

Si je suis élu, je ne solliciterai pas le renouvellement de mon mandat de député en juin 2017.

Pau, le 11 mars 2014

propos retranscrits par Joël Braud

Capture d’écran 2014-03-10 à 22.13.34
Capture d’écran 2014-03-10 à 22.13.58
Capture d’écran 2014-03-10 à 22.14.13

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

25 commentaires

  • @ PierU et @Christelle
    Bien sûr, on peut chercher des poux à n’importer quelle liste et colistier, car il y a en a toujours, et nul n’est parfait. Il en est sans doute ainsi pour les 12 « rempilards » de l’équipe Habib qui ont aussi, n’en doutons pas, de bonnes qualités. Mais le problème n’est pas là : ces personnes étaient en responsabilité et ont échoué. Ils ont eu leur chance de montrer ce dont ils étaient capables, et on a vu. Donc peu importe qu’ils soient gentils, beaux, ou même compétents; ils doivent laisser la place à d’autres; c’est ainsi. Si ces gens avaient un honneur (mais y en-a-t-il encore en politique ?), ils auraient décidé, avec Martine, d’accompagner leur Maitresse dans sa retraite, comme les serviteurs des pharaons s’emmuraient vivants dans le tombeau de leur Roi, l’accompagnant ainsi sur le chemin éternel. Mais l’honneur étant absent probablement de l’époque actuelle, et en tout cas certainement de la salle du conseil municipal de Pau, il en est autrement des feux colistiers de Martine qui, incapables de toute autocritique quant à leur bilan, se représentent sans vergogne au verdict des palois !

    • ElS : « ces personnes étaient en responsabilité et ont échoué »
      Quel jugement abrupt… Loin de moi l’intention de jouer les valérie-brunot et de vendre cette mandature comme étant un grand succès, mais pour autant je doute fortement que d’autres auraient fait beaucoup mieux (ou beaucoup moins bien). En tous cas parmi ceux qui se présentaient en 2008 ou qui se présente en 2014.
      Il faut quand même se souvenir d’où on vient, c’est à dire d’une ville gérée de façon totalement autocratique et clientéliste par Labarrère pendant 35 ans, avec un centre-ville laissé complètement à l’abandon (à part la tardive place Clemenceau, terminée 2 ans après son décès), et une ville couverte de palais et de paillettes au détriment de l’investissement dans le quotidien : voiries, écoles, piscines, équipement communaux divers, non entretenus et dans un état de décrépitude avancée. Et le tout avec des services habitués à avoir la bride sur le cou et fonctionnant comme un état dans la ville.
      En gros il fallait tout reprendre à zéro, s’attaquer à 36000 dossier en même temps, etc… Il y a eu des erreurs, des atermoiements, sans doute trop on peut le dire, mais le bilan n’est pas si catastrophique que ça compte tenu du contexte : même si il reste encore à faire, le centre-ville est 10 fois plus agréable aujourd’hui qu’il l’était il y a 8 ans; même si là aussi il y a encore à faire, il y a eu plusieurs écoles rénovées; il y a eu une reprise en main des services, des efforts de transparence, etc…
      Le plus gros point noir c’est le retard pris sur le dossier des halles, et la difficulté à se détacher de la culture « palais » (médiathèque, piscine somptueuse…). Mais il me semble que ceux qui planifient un auditorium et/ou un nouveau stade ont tout autant de mal à s’en détacher.
      Sur le centre-ville, d’ailleurs, l’équipe qui prendra la succession reccueillera les fruits de ce qui a été fait pendant ces 6 ans : le cadre est (re)devenu agréable, des logements se rénovent ou se contruisent, et des gens reviennent petit à petit habiter au centre.
      PS : si les sortants de l’équipe actuelle devaient par honneur renoncer à se représenter, cela vaudrait aussi pour ceux qui sont sur la liste Bayrou, n’est-ce-pas ? Car à ma connaissance ils n’ont pas quitté le groupe de la majorité pendant la mandature, ce qu’ils auraient dû faire si leurs désaccord étaient si évidents… mais ils auraient dû pour cela renoncer à leurs indemnités d’adjoints (rôôôô…)

      • Ceci étant dit, je ne cherche pas à vendre le produit Habib par rapport au produit Bayrou. On aura l’un ou l’autre (plutôt l’autre que l’un d’ailleurs, vu comme c’est engagé), ça ne changera pas grand-chose pour la ville. Ni l’un ni l’autre ne seront catastrophiques, ni l’un ni l’autre ne seront géniaux, pour des raisons différentes.
        De toutes façons comme dit RdV, dans les deux cas les programmes sont des catalogues de pub, pleins de bonnes intentions et d’idées et de réflexions « géniales » sorties subitement du chapeau, et dont on se demande pourquoi ils ne les ont pas eues pendant 6 ans. Les questions de fond, de vision globales ou à long terme, ne sont pas abordées (sinon par des slogans genre « Pau capitale blablabla… »).
        Donc il reste aux supporters (*) des deux camps les discours publicitaires, les slogans de campagne, tout ça, pour nous vendre un produit plutôt qu’un autre.
        (*) c’est bien de ça qu’il s’agit, en fait. On supporte Habib ou Bayrou comme un madrilène va supporter le Real ou l’Atletico, parce que c’est comme ça comme et ça ne se discute pas.

        • Oui, sauf que des « idées » ou des « réflexions géniales »…il n’y en a pas!
          Le seul point positif c’est qu’un de ces deux politiciens à vie ira au tapis, mais les français étant des veaux, il retrouvera son siège de député et sa rente à vie.

        • PierU: « le produit Habib par rapport au produit Bayrou. On aura l’un ou l’autre (plutôt l’autre que l’un d’ailleurs, vu comme c’est engagé), ça ne changera pas grand-chose pour la ville. Ni l’un ni l’autre ne seront catastrophiques, ni l’un ni l’autre ne seront géniaux, pour des raisons différentes. »
          A mon sens, ils seront probablement MAUVAIS tous les deux. Si l’on prend pour référentiel, la politique paloise de ces 30 dernières années, ils seront probablement moyens, voire bons. Mais personnellement, je préfère prendre un référentiel plus large au niveau géographique et temporel. Il fut un temps, en France, où l’argent des villes n’était pas dilapidé en effectifs pléthoriques et en dépenses somptuaires. Par ailleurs, je ne sais pas comment les villes sont gérées en Europe du Nord, mais il serait intéressant de le savoir, de faire qqes comparaisons… Bayrou me fait de plus en plus penser à Labarrère. Son « lien entre lui et les Palois », ses projets de palais… Et JP en n°2…

        • PierU: « On supporte Habib ou Bayrou comme un madrilène va supporter le Real ou l’Atletico, parce que c’est comme ça comme et ça ne se discute pas. »
          Oui, c’est un peu l’esprit des enfants qui viennent sur ce site, en plus des tartufes.

    • Contrairement à ce que vous pensez, le bilan de l’équipe sortante est loin d’être négligeable, vu l’état de cette ville en 2008.
      Il n’est curieusement, et pour des raisons qui m’échappent, pas du tout défendu.

  • Un anneau périphérique bd Alsace Lorraine est trop loin. Il n’irriguera pas le centre ville.
    DHabib a effectivement quelques bonnes idées (je pense à la LGV ou la Pau -Oloron), mais il ne faut pas oublier qu’il embarque avec lui tout un wagon de l’équipe sortante et si on croit que ceux-là vont révolutionner PAU après 6 ans d’inaction, on se trompe

    • Et c’est Josy Poueyto, n°2 chez Bayrou, pilier du Labarrèrisme qui a laissé la ville couverte de paillette mais pour le reste dans un état lamentable, qui va révolutionner Pau ?
      Et ce sont les 3 conseillers sortants de la majorité actuelle, mais qui ont rejoint Bayrou parce qu’Habib n’en voulait pas, qui vont révolutionner Pau ?
      Et c’est Marc Cabane, qui quand il faisait campagne pour lui-même était incapable d’exposer une vision d’avenir par Pau, qui va révolutionner Pau ?
      Et ce sont les quelques notables que l’on voit depuis 20 ou 30 ans cirer les bancs de l’opposition mais sans rien faire de notable (j’exclue Jean-Louis Peres, qui me semble-t’il a toujours pris son rôle « ingrat » d’opposant au sérieux au sein du conseil municipal) qui vont révolutionner Pau ?
      Et c’est Bayrou, certes porteur de réflexions souvent pertinentes et souvent au-dessus de la moyenne des politiciens (ça je le reconnais volontiers), mais qui n’a jamais été dans l’action, qui va révolutionner Pau ?
      Et c’est un conglomérat de personnalités et surtout d’ambitions différentes qui ne demandera qu’à exploser aux premières tensions qui va révolutionner Pau ?
      Ma foi, on peut toujours y croire… Comme on peut croire à beaucoup de choses…

      • Tous ceux que vous citez à part les 3 sortants n’étaient pas aux affaires. Quant aux 3 sortants, P Boniface était en disgrâce depuis 2 ans; quant à O Denis et A Castera, elles ont plutôt bien fait leur boulot.
        Bayrou est en train de créer une dynamique, et c’est cette dynamique qui va changer Pau, mais il ne faut pas croire que ce se fera rapidement. Cela prendra au moins la durée du mandat; plus probablement deux mandats.
        Quant à D Habib, il est aussi capable de créer une dynamique, mais le contre-poids puissant des apparatchiks de Lignières Cassou l’empêchera d’avancer rapidement et efficacement.
        Enfin PierU, croire en quelque chose n’est pas une mauvaise chose. Notre pays souffre justement que beaucoup de gens ne croient plus en rien…

        • Un chargé de com’ tiendrait le même discours publicitaire ! La méchante MLC, le gentil FB alors que celui-ci n’a critiqué qu’à la marge la politique de MLC ou de manière démagogique. Quel observateur connaissant les dossiers de la ville et les prises de position des élus peut adhérer à cela ?

          • Plus que vous ne pensez

          • Il n’en demeurent pas moins que les supporters de l’un ou de l’autre sont dans l’irrationnel le plus complet, incapables de prendre en compte la situation réelle de la ville (à savoir des effectifs pléthoriques et des dépenses somptuaires qui empêchent d’avoir une capacité d’investissement suffisante pour les choses utiles) et la réalité des têtes de listes et des listes (à savoir, à mon avis, le bilan bien pauvre de FB en 6 ans de conseil municipal avec sa quasi-absence de propositions concrètes et constructives), l’ego démesuré qui présente un risque de déconnexion du réel et de nouveaux palais ruineux. C’est comme ça. Ils semblent que certains oublient tout au chant du roitelet.

      • Cher PierU,
        Votre message est peu crédible voire frisant le ridicule . D’ailleurs, ne dit-on pas que tout ce qui est excessif est au final insignifiant ?
        Vous mettez en doute la volonté des 3 colistiers de la municipalité sortante choisis par Mr. F. BAYROU . Mais, que pensez vous de la tribu de colistiers de la municipalité sortante qui est reprise par Mr. D. HABIB ? et des 23 encartés PS qui gravitent autour de la Mairie depuis 20 ans ou plutôt ronronnent et qui sont avec Mr. D. HABIB ? Incarnent-ils une dynamique ? certainement pas . C’est plutôt un rejet .
        Que dites vous de tous ces employés de la Mairie qui se demandent qui est leur réel supérieur hiérarchique (parfois ils en ont 4: je vous conseille d’ailleurs d’aller les rencontrer à ces employés, ils vous feront état de la réalité de la situation). Parlez leur plutôt à eux de renouveau !
        Concernant les colistiers de Mr. F. BAYROU, vous les qualifier « de notables qui cirent les bancs depuis 20 ans ou 30 ans » … L’avez-vous réellement lu au moins cette liste ? Certainement pas . La haine semble vous aveugler .
        Si vous l’aviez lu, vous auriez vu que 80 % d’entre eux, loin d’être des notables, sont issus de la société civile , qu’ils travaillent, qu’ils dirigent leur entreprise, qu’ils sont salariés pour d’autres et se lèvent tous les matins pour bosser .
        Et surtout Monsieur PierU, surtout, aucun d’entres eux n’a de près ou de loin cirer des bancs depuis 30 ans . Quelle imagination ! (Pourquoi pas 50 ans d’ailleurs?)
        Des femmes aux foyers, des entrepreneurs qui vont jusqu’à prendre des risquent sur leur propre patrimoine, des gens qui travaillent durs tous les jours sont pour vous des notables ?
        Soyons sérieux cher Monsieur ! Je pense surtout, et avec tout le respect que je vous dois, que si vous n’étiez pas un membre d’alternatives Pyrénées, des propos aussi déplacés et empreints d’aveuglement sur notre réalité devraient être censurés tant ils confinent au mensonge.
        Merci .

        • Chère Christelle, je pense que vous devriez plutôt vous réjouir que je sois membre d’AltPy : en effet, je n’ai pas pour habitude de censurer quoi que ce soit, et en tous cas pas les messages qui me déplaisent, ni ceux qui certifient que les miens sont ridicules. Ni même les messages de ceux qui multiplient les pseudos, c’est pour dire ! Bref, vous avez tout loisir d’écrire ce que vous voulez, dans les limites de la loi. Mais je crois comprendre que si vous étiez à ma place il en irait différemment et que les coup de ciseaux iraient bon train. Dont acte, c’est apparemment votre conception de la démocratie et du débat. J’espère juste qu’elle vous est strictement personnelle et qu’elle n’est pas celle de la liste que vous défendez 🙂
          Pour le reste, je vous ferai juste remarquer qu’à propos des colistiers des uns ou des autres, je répondais avant tout à un autre message qui disait (je résume) que les sortants repris par Habib étaient (forcément) des incapables, alors que les sortants repris par Bayrou étaient (forcément) des gens de qualité. Vision, vous en conviendrez, plus partisane qu’autre chose. Et que si on veut chercher des poux aux colistiers de Bayrou, on peut aussi (je peux même en chercher d’autres, si vous voulez).
          Remarquez, vous avez raison sur un point : en me laissant entraîner dans ce genre de « débat » people, je participe au spectacle de guignols. Spectacle rassurant pour les militants de tous poils, puisqu’il y a le (forcément) gentil guignol et le (forcément) méchant gendarme.

  • On peut discuter des propositions, mais la présentation est claire, charpentée et argumentée. Il s’en dégage une impression de modernité et de compétence sans arrogance ainsi qu’un engagement personnel réfléchi.

    • Je suis assez d’accord, mais six ans, pour ce faire, c’est juste. Même en doublant la mise. David H; :  » En ce qui me concerne, la meilleure pratique d’un élu se situe dans un adage simple : dire ce que l’on va faire et faire ce que l’on a dit. C’est le respect minimum que l’on se doit de donner aux citoyens et à son engagement propre. »
      Le plus jouissif, quelque part, serait le retournement du slogan « les palois veulent le changement » en « nous voulons changer les palois ».
      Habib s’est prêté au jeu, on attend Bayrou… si Altpy a besoin d’un pigiste (payé au mot), je suis preneur du poste.
      « Si je suis élu, je ne solliciterai pas le renouvellement de mon mandat de député en juin 2017. »
      Padam Padam Padam…

  • David est le seul Maire crédible pour notre ville!

    • Cher Bruno,
      Vos propos sont toujours aussi réducteurs . Vous parlez de crédibilité à propos d’une liste dirigée par Mr. D. HABIB, composée d’une grosse partie de colistiers et de politiques de la municipalité actuelle et dont 67 % des palois ont rejeté en bloc la politique ? C’est çà?
      Laissez moi rire…

  • Ils ne se sont pas embêtés dans l’équipe Habib : c’est un copier / coller mot pour mot de leur (indigeste) programme

    • Heureusement que ce n’est pas différent du programme, c’est cela qui serait critiquable!
      Un programme digeste est celui où il n’y a rien à digérer, c’est-à-dire du vent!! Ce n’est donc pas le cas, d’accord avec vous!

  • On est membres de ces instances, les conseils de quartier, et même mieux… conseillers de quartier !!!

  • « Cette charte méritera sans doute d’être retravaillée »
    Donc, DH ne la signe pas. A quand un article sur Altpy : « David Habib ne signe pas la charte… » comme il a déjà été fait pour Bayrou ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *