Un huissier au spectacle, bizarrerie paloise !

0
(0)

 imgresLa municipalité de Pau vient de faire savoir que, par l’intermédiaire de son avocat, elle sollicitait  du président du tribunal de Grande Instance de Pau, qu’un huissier de justice assiste au spectacle de Dieudonné afin d’établir si des propos contraires à la loi ont pu être proférés.

 Les intentions affichées en beau être très louables : veiller à ce que des propos racistes ne soient prononcés par Dieudonné et, en cas de manquement à cette obligation faire en sorte que la ville dépose plainte auprès du procureur de la République, elles n’en demeurent pas moins curieusement mises en application.

Ce n’est pas dans les compétences de la municipalité de Pau de s’immiscer dans ce qui relève de la fonction régalienne de l’Etat : la poursuite des infractions pénales. D’autre part pour que l’action publique soit déclenchée il n’est pas besoin qu’une plainte soit déposée, il suffit que l’infraction soit constatée par un policier ou un gendarme. C’est le travail de ces administrations ;  pourquoi est-il nécessaire de vouloir agir  à leur place ? Seraient-elles  devenues soudainement absentes ou incompétentes ?  Le procureur de la République et le Préfet ne savent-ils donc pas les missionner pour que tout constat d’une infraction à la loi pénale soit effectué ?

Non, à Pau on ne fonctionne pas comme ailleurs, ainsi il faudra payer un avocat pour qu’il sollicite une ordonnance en référé  auprès du tribunal et ensuite il faudra payer un huissier pour qu’il aille au spectacle. Vous en connaissez le prix ? Il est bien plus élevé que vous ne le pensez.

C’est le prix des bonnes intentions qui ignorent le droit mais qui désirent plus que tout s’afficher.

Il y a eu une époque, pas si lointaine, où, à Paris, dans les zones dépendantes de la Préfecture de Police, un commissaire de Police assistait aux spectacles de théâtre afin de surveiller que des propos séditieux ou contraires à la morale et à l’ordre public ne soient prononcés. Dans le cas où la loi pénale n’était pas respectée, en  flagrant délit, il pouvait légalement être mis fin à la représentation avec le concours de la force publique.

Les lois auraient donc changé à ce point ?

                                                                                               Pau, le 12 mars 2014

                                                                                               Par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

13 commentaires

  • J’ai hésité à vomir. Vivement l’alternance et Vive Dieudo !
    Spectacle magnifique et émouvant. Le meilleurs humoriste de la place.
    Pour le reste je laisse les loups hurler avec les loups égoistes et se caresser le nombril sans chercher à connaître la vérité et le fond de l’affaire. On pourrait tout aussi bien tant qu’on y est envoyer les huissiers aux réunions syndicales, aux meeting politiques, chez le consommateur qui n’achète pas ton livre, ne pense pas comme toi… très sombre et drôle d’odeur. Vous qui justifiez la censure (pour les autres) sans rien vouloir savoir, lisez, écoutez et arrêtez de juger les autres; ça nous fera des vacances.
    Je ne paie pas mes impôts pour qu’on m’impose idéologie, pensées et conduite.

    • Il existe néanmoins des lois, qui doivent être respectées.

      • Définition de la loi : Prescription établie par l’autorité souveraine de l’État, applicable à tous et définissant les droits et les devoirs de chacun.
        Il conviendrait alors d’appliquer la loi à tous les humoristes et au sens large, à tout le monde, car des débordements il y en a partout, des politiques, des écrivains, de tout le milieu intellectuel… C’est lui aujourd’hui le vilain petit canard, avant il y a eu Coluche et d’autres, demain ce sera un autre, mais reconnaissons lui la qualité d’offrir à son public un vrai moment de plaisir.

  • La présence de l’huissier serait pour certaines bonnes âmes une atteinte à la liberté d’expression? Disons que c’est au plus une mise en garde « sans frais » aux zorros de diverses obédiences, puisque le témoignage de l’huissier officier ministériels fera foi. en cas de besoin.
    Donc la maire est dans son rôle, puisqu’elle a compétence pour prendre toute mesure propre à garantir l’ordre publique http://www.collectivites-locales.gouv.fr/pouvoirs-police-maire-0<\li> Y compris en anticipant sur la possibilité d’un débordement, avec un éventuel constat d’huissier, alors que les tribunaux interviennent a posteriori.

    • dommage de donner une telle publicité a pareil individus.
      dommage que la maire prenne un tel pouvoir pour un pareil individu
      tout au long de sa mandature elle aurait put se montrer plus « efficace »

  • Quelle bonne idée cet huissier dans la salle. Outre le fait qu’il ait pu bénéficier d’un énorme spectacle gratuit, il a contribué à alimenter les sketches et à les rendre encore plus drôles. Au lieu de positionner ce pauvre huissier dans la salle pour contrôler des soi-disant dérapages de la part de Dieudonné, la Ville de Pau devrait mandater un huissier pour contrôler les dires d’un journaliste de la République qui n’affirme que foutaise en écrivant que le spectacle était décevant et j’en passe… Au vue de tout ce qui est dit de négatif sur lui, faute est de constater que les salles sont toujours combles, Dieudonné peut s’en réjouir et s’en féliciter. Il le mérite, il est sensationnel et son passage à Pau hier, m’a conforté dans tout le bien que je pensais de lui, je pense que la salle entière a apprécié… même l’huissier. Un régal et bravo, la prochaine fois j’y repars !

  • Affichage quasi-posthume d’une élue qui n’a eu de cran que de rien faire pour annuler le spectacle et qui voudrait nous faire croire qu’elle y attache quelque importance. Comme pour nous laisser un vague bon souvenir…

    • Et au nom de quoi aurait-elle dû faire annuler le spectacle, au juste ?

      • au nom de rien et illégalement mais au moins ça aurait été efficace. tandis que là…
        JB : « C’est le prix des bonnes intentions qui ignorent le droit mais qui désirent plus que tout s’afficher. » Alors quitte à ignorer le droit…

  • Et si on faisait constater le caractère raciste et antisémite de beaucoup de vidéos de Dieudonné sur internet, sur Youtube notamment… par huissier ? Et puis si on les faisait interdire ensuite puisque le racisme est un délit en France, patrie des Droits de l’Homme…

  • JB : « C’est le prix des bonnes intentions qui ignorent le droit mais qui désirent plus que tout s’afficher. »
    Certainement. Pour autant ce n’est pas propre à Pau, car il me semble bien que ça a été le cas dans toutes les villes (ou en tous cas dans un grand nombre d’entre elles) où est passé Dieudonné depuis que Valls a fait interdire son spectacle précédent.
    Quant à faire stopper la représentation d’un spectacle « en direct » et sans l’intervention d’un juge, je crois d’une part qu’on risquerait de tomber assez vite dans la tentation de la censure, et d’autre part sur un spectacle avec plusieurs milliers de spectateurs ça pourrait vite tourner à l’affrontement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *