François Bayrou : l’incroyable rebond

0
(0)

Il y a tout juste 12 mois, François Bayrou, Président du MoDem, était au « fond du trou ». Il n’avait plus de mandat électif et, le MoDem n’était plus que l’ombre de lui-même, après sa prestation aux élections présidentielles de 2012 où il n’avait réalisé qu’un très décevant 9,13% des voix contre 18,57% aux élections présidentielles précédente. Une chute de 50% !

La défaite de François Bayrou, lors des élections législatives de juin 2012, battu au terme d’une triangulaire l’opposant à la fois au Parti Socialiste et à l’UMP, aurait pu le conduire à se retirer dans la plaine de Nay, en Béarn, au pied des Pyrénées. C’était mal le connaitre.

Début 2013, bien longtemps avant que les socialistes ne décident de repartir à une « énième » conquête de Pau qu’ils détiennent depuis 42 ans, il commença à construire sa stratégie de rassemblement.

Petit à petit, au-delà de son petit cercle rapproché de sympathisants du MoDem, il convainquit des représentants de l’UDI, puis des élus MRG et PS de la liste de Martine Lignières-Cassou, la maire PS en place, à le rejoindre. Le rassemblement avançait.

Le coup de maître, probablement pas facile à « avaler » pour le Béarnais, fut de proposer à Eric Saubatte, son tombeur UMP lors des législatives de 2012, de rejoindre la liste en préparation.

Début Janvier, le rassemblement était achevé. La dynamique avançait pour conduire au résultat du deuxième tour, élisant François Bayrou à Pau, avec 62,65% des voix. Il faut se souvenir que Pau avait donné 59,36% de ses suffrages au candidat Hollande en 2012. Une belle victoire, préparé de longue date.

La méthode Bayrou, « capbourrut », tenace, têtu s’opposait à celle du Parti Socialiste faite de divisions, de crises internes qui conduisent, son candidat, David Habib, à recevoir une véritable correction : 37,35%.

Voilà donc, François Bayrou remis en selle. Dans quels buts ? Bien entendu, s’occuper de Pau, ville où il vient d’être élu, mais aussi de politique nationale, sur laquelle il n’est jamais en manque d’avoir un avis, une vision, un conseil.

Un de ces bons amis, Alain Juppé, Maire de Bordeaux, réélu brillamment, au premier tour, avec 60,95%, sait bien qu’il va falloir compter avec lui. Un Alain Juppé qui ne manqua pas, lors de la soirée électorale de FR3 Aquitaine, de se féliciter du succès de François Bayrou pendant que ce dernier commentait les résultats des villes de la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux) qui basculent à droite.

Juppé-Bayrou, Bayrou-Juppé : deux hommes qui savent pratiquer le rassemblement et qui s’entendent bien. Un ticket pour demain ?

– par Bernard Boutin

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

5 commentaires

  • Bayrou va permettre de respirer, déjà et c’est beaucoup. Je crois qu’on va déjà échapper aux diatribes sur les affaires type BUS TRAM. Si déjà on pouvait avoir un dialogue assez clair sur les avantages et inconvénients des projets, une analyse plus ou moins approfondie, superficielle, mais des analyses logiques, ce serait déjà bien. Les faux arguments de l’équipe précédente sur les projets, Halles, Bus Tram, et autres , et autres ont usé un grand nombre de citoyens. On peut espérer qu’on va éviter déjà la mauvaise foi. Je crois que c’est cette mauvaise foi des équipes au pouvoir qui poussent à s’absenter des élections. Le ‘tous pourris » sommeillent au sein de chacun. Montrez nous que vous avez raison mais avec logique. Cela serait déjà bien.

  • La démocratie a rendu son verdict.
    François Bayrou a, pour une fois, très bien manœuvré.
    Maintenant il faut qu’il tienne ses engagements et qu’il fasse le job, qui n’est pas facile.
    Je suis inquiet par rapport a la composition de sa liste.
    Il y a quelques gens solides, mais pas très nombreux: Cabane, Perez…
    Mais aussi pas mal de planches pourries que je ne citerai pas tellement elles se reconnaîtront.
    Bon courage Francois, nous aurons enfin des rues propres, débarrassées des déjections canines, la circulation deviendra fluide, les SDF seront occultés, le centre ville regagnera des habitants, et la vie redeviendra rêvée!

  • FB a frappé très fort dans l’infantilisme (le « lien » entre le Palois et lui etc) et c’est sans doute en partie ce qui l’a fait élire, avec certes seulement 2 Palois sur 10 qui ont voté pour lui au premier tour.
    En pratique, ça ne change pas grand-chose par rapport à MLC ou Habib. Qqes craintes quand même sur l’ego du personnage, à qui il faudra combien de palais lui faudra t-il ? Sera t-il davantage présent aux conseils municipaux qu’il ne l’a été pendant 6 ans ?

  • Article à lire aussi sur le Huffington Post : ICI

  • Modération s’impose.
    Si Bayrou gagne Pau, c’est comme toujours et avant tout parceque la gauche la perd
    Une mandature très décevante qu’on a eu l’occasion de longuement critiquer sur AP, combinée a un échec retentissant de F Hollande, et une abstention énorme.
    Bayrou a obtenu 21% des voix des palois au premier tour.
    Relativisons donc.
    Pour la suite, c’est incroyable de projeter FB dans un futur national alors qu’il a dit et redit qu’il se consacrerait exclusivement à Pau (et a son parti) !!!!!
    F Bayrou ce matin sur France info expliquait l’échec des partis par leur positionnement clanique et leur incapacité a refonder complètement notre pays : organisation territoriale, protection sociale, rôle de l’Etat, etc… Afin, entre autres, de rétablir les équilibres budgétaires.
    On attend, après le programme publicitaire distribué aux palois, le programme réel, novateur, imaginatif et courageux pour Pau et son Agglomération, en ligne avec les idées de FB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *