La démocratie prend aussi le bus tram

0
(0)

bustram   Les services de la ville de Pau ont donc démonté les panneaux annonçant le bus tram sur les murs des Halles.
Certes, F Bayrou s’est clairement prononcé contre ce projet, mais il se montre peu respectueux de la démocratie locale.
Comme j’ai eu l’occasion de le dire, les candidats palois ont ajouté du flou au flou, mélangeant allègrement ce qui est du ressort de la ville de Pau et ce qui est de la compétence de la CDAPP (Communauté d’Agglomération Pau Pyrénées). D’ailleurs aucun des candidat n’a proposé une vision, un programme pour l’agglomération ( « L’Agglomération Pau Pyrénées et la campagne » AP du 15/02/2014)
Car le bus tram (et ses deux premières lignes) est le résultat d’une démarche communautaire engagée par le vote du PDU (Plan de Déplacement Urbain) conséquence d’une logique au niveau de l’organisation des déplacements sur l’agglomération (les lignes de bus tram doivent structurer l’agglomération), et tenant compte d’un plan analogue au niveau du Pays du Grand Pau.
Au delà de cet aspect logique et démocratique, ce démontage traduit le peu de cas qui est fait des partenaires de l’agglomération. Certes, Pau détient la majorité dans l’agglomération, mais alors à quoi servent le Conseil Communautaire et ses Conseillers qui viennent d’être élus au suffrage universel ?
Cela commence bien mal, et il ne faudra pas s’étonner de voir toutes les communes de la périphérie continuer à refuser d’entrer dans une Communauté d’Agglomération qui n’existe que pour servir la ville centre.
Bayrou ne serait donc pas aussi démocrate que son mouvement ?
 

par Daniel Sango

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

17 commentaires

  • Je ne vois pas comment FB pourrait revenir sur le dossier du BHNS.
    Il a été validé par une enquête publique et financé, et déclare d’utilité publique.
    La démagogie a ses limites.

    • Un projet n’est validév qu’au moment où on signe le contrat avec celui qui va le réaliser.
      Et encore on peut toujours se dédire moyennant finance.
      Ici il va en plus bénéficier du dédit de l’Etat puisque toutes les subventions pour ces projets étaient liées à la mise en place de l’écotaxe…
      Donc aucun problème pour l’arrêter.

  • C’est une bonne chose : la démocratie c’est le peuple, et là, le peuple a demandé la fin de ce projet. Dont acte
    La politique ne peut pas se construire dans le déni du peuple (cf réferendum de 2005), sinon, celui-ci se révoltera

    • BB : « L’élection du 30 mars, n’était pas un référendum « Pour ou Contre » le projet de Bus-Tram mais l’élection du nouveau personnel politique des communes formant la CDAPP. »

    • Au risque de peiner Emmanuel, il n’a pas compris comment fonctionne la CDAPP dont dépend le PDU et le bus tram.
      Des Conseillers communautaires ont été élus dans les différentes communes et c’est à eux, pas à F Bayrou de décider.
      Cela montre simplement sa désinvolture (pour être gentil) face à la démocratie.

  • Additif:
    Au delà du problème démocratique posé, il faut bien comprendre que le problème a traiter n’est pas cette première ligne de bus tram, mais le Plan de Déplacement Urbain dans son ensemble.
    Donc SVP on ne peut pas parler du bus tram si on ne modifie pas AVANT, le PDU.
    Or dans ce domaine, RIEN n’a été proposé par Bayrou.
    L’a t il lu? Pas sûr…
    Donc avant de débattre sur le bus tram, SVP, débattez sur le PDU

  • Les engagements de Bayrou, ils concernent les 34% de palois qui ont voté pour lui. 66% ne se sont pas prononcés pour ses propositions. Alors si c’est un démocrate qu’il fasse un référendum. Il n’en aura pas le courage!

  • Sans vouloir abusé, la question principale que je retiens de cet article n’est pas le BUS-****, mais la gestion, le fonctionnement de la Communauté d’Agglo !!

  • La réalité du bus tram telle qu’il a été conçu est une aberration avec un budget hors de proportion avec les capacités financières de la ville et les besoins réels des palois en matière de transports. François BAYROU a toujours dit et écrit pendant la campagne électorale qu’il était contre ce projet et que la première chose qu’il ferait serait de démonter ces panneaux. Il n’a donc fait que respecter son engagement. Le dossier est donc clos.

    • Monsieur Fosse,
      Un vote communautaire plus un vote de la commune de Pau, entérinant le projet du Bus-Tram, ont bel et bien eu lieu. Le Bus-Tram a donc été « lancé sur les rails » par les assemblées politiques locales.
      Au vu de la volonté de François Bayrou de revoir le projet (et on peut le comprendre), ne serait-il pas logique d’ouvrir à nouveau le dossier auprès des deux instances et les amener à voter sur la poursuite en l’état ou non du projet ?
      La décision d’en finir avec le projet en l’état, prise par François Bayrou, sans consultation des assemblées, peut inquiéter quant à l’avenir des Pratiques…
      Je décide, les assemblées entérineront.
      L’élection du 30 mars, n’était pas un référendum « Pour ou Contre » le projet de Bus-Tram mais l’élection du nouveau personnel politique des communes formant la CDAPP.
      Bien à vous
      Bernard Boutin

      • Certains ont la mémoire très très courte. En ont-ils seulement ?!
        FB a critiqué MLC, lors du dernier conseil municipal, avant le gros de la campagne, sur le fait qu’elle n’avait pas encore accompli de bus-tram alors que lui avait prévu 2 lignes !!
        On est vraiment dans la démagogie la plus grossière.

        • Sans compter sa déclaration qui vaut son pesant de cacahuètes : « C’était une erreur de parler de bus-tram, argumente le nouveau maire. Même David Habib a dit que ce n’était pas cela. Un tram, c’est sur des rails »
          http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/04/08/bus-tram-ce-que-va-faire-la-nouvelle-municipalite,1188805.php
          Il y a 6 ans il parlait de son « tram-bus », qui n’était pourtant pas plus un tram que celui de MLC. Mais apparemment il n’y a que lui qui a le droit d’essayer d’enfumer les palois.
          Et aussi : « Enfin, la rue Carnot n’est plus concernée par le trajet. « Comment pourrait-on rentrer en centre-ville depuis le nord sinon ?, questionne Jean-Paul Brin, le Monsieur « travaux » de l’équipe Bayrou. La rue Carnot est une entrée logique pour les voitures » »
          Sauf que si Jean-Paul Brin avait lu le dossier, il aurait vu qu’une voie de circulation nord-sud était conservée pour les voitures rue Carnot ! Donc il n’a même pas lu le dossier… Sans commentaire.
          Et encore :
          « François Bayrou a fait campagne sur une liaison sud-nord possédant quelques variantes par rapport à l’itinéraire envisagé par l’équipe Duchateau. La ligne doit relier la gare à l’hôpital, mais elle évite le boulevard de la Paix et les conflits avec les riverains concernés par les acquisitions de terrain nécessaires. « 
          Donc le bus ne passera pas là où c’est logique qu’il passe, mais là où Bayrou pourra éviter les conflits avec les riverains. Quel courage politique !
          Il faut rappeler qu’initialement le trajet prévu ne passait pas le Bd de la Paix. Il avait été modifié en ce sens, après étude, pour que la ligne desserve des zones plus denses au nord et soit donc plus « rentable ». Bayrou balaie tout ça d’un revers de main pour « éviter les conflits ». Ca promet.

          • +1
            On peut quand même imaginer une correspondance immédiate en bus, de l’axe N-S vers l’hôpital.
            Par contre, [je cite l’article] « La rue Carnot n’est plus concernée par le projet ». « Le nouveau bus de François Bayrou gagnera donc le boulevard Alsace-Lorraine depuis la place d’Espagne en traçant tout droit par les rues Despourrins, René Cassin et des Alliés ».
            Le bout de la rue des Alliés ne paraît bien étroit pour que 2 bus puissent se croiser. Il me semble que c’est même totalement impossible.
            Là encore, il semble que cette équipe n’ait regardé ni les dossiers ni la réalité des rues.

  • Ce n’est pas dans les discours grandiloquents que l’on reconnaît les démocrates mais dans les actes. Certes Bayrou, s’il a une majorité juridique, il n’a pas de majorité démocratique puis qu’il représente 34% des électeurs palois. Monsieur Bayrou vous êtes le maire de 34% des électeurs palois
    Le projet de Bus tram, disons plutôt le bus en site propre. Son problème c’est qu’il est peu compris par les palois mais surtout qu’il a été plombé par de la rumeur et de la désinformation de la part de Bayrou et de son équipe. Ils l’ont instrumentalisé, tous comme la mésaventure qui est arrivée à une paloise prés des halles à des fins politiques qui ne sont pas rassurantes pour la démocratie. Ce projet tel qu’il est en réalité mérite d’être mis à la lumière, puis présenté et expliqué aux palois pour qu’ils puissent exprimer leur position par référendum par exemple.
    Aujourd’hui, celui qui l’a soutenu, Boniface, c’est aussi le même qui le conteste et qui participe à son enterrement. C’est une escroquerie politique qui montre ce que sont réellement certaines personnes peu scrupuleuses des décisions et des pratiques démocratiques.

    • D’un autre côté, Barthe, l’équipe MLC a elle-même plombé ce projet en voulant faire de la comm’ et des effets de manche plutôt que de l’information. Sauf que la comm’ s’est retournée contre eux.
      En voulant parler de « bus tram » pour en mettre plein la vue et singer les grandes villes qui ont des trams, et en ne lésinant pas sur les dizaines de millions d’euros pour là encore en mettre plein la vue sur le « beau projet », ça a fini par faire peur aux palois.

  • Relevant le problème des décisions et de la gouvernance dans les structures communautaires D. Sango écrit « Certes, Pau détient la majorité dans l’agglomération » .
    C’est faux. La répartition des sièges de conseillers n’attribue pas la majorité à Pau (dans l’assemblée sortante c’était 31 sièges aux représentants de Pau sur un total de 73). La nouvelle loi réduit le nombre total de sièges mais ne donnera pas une majorité à Pau.
    Il n’en est pas moins vrai, et je rejoins D. Sango, que les présidents successifs ont toujours voulu jouer les califes…au nom de la primauté de la ville-centre. A qui la faute? Ce sont les votes de la CDA en assemblée qui ont accepté de déléguer au Bureau des Maires (qui fonctionne dans la plus grande opacité) la politique de l’Agglo. Car c’est bien au Bureau des Maires que se discutent les dossiers sensibles, que se font les savants marchandages et que se décident les décisions; lesquelles seront « ratifiées » par l’assemblée plénière!
    Il FAUT que le fonctionnement de la CDA revienne sur ce mode de fonctionnement opaque et que les projets soient débattus de façon claire et démocratique.

  • Adishatz,
    merci de lever le lièvre. Perso, je lui ai posé la question en « réunion publique » de sa vision de la CDAPP, il a bien fait comprendre que la CDAPP c’était lui qui la gourvernerait et je lui ai même dit qu’il fallait autant la supprimer purement et simplement si cela devait être une extension de la ville de Pau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *