Bassin de l’Adour : Importance de l’Ingénieur sur le développement technologique et économique de la région


Capture d’écran 2014-04-16 à 15.02.55A l’occasion de la Journée nationale de l’ingénieur, qui s’est tenue à l’ENSGTI à Pau le 3 avril 2014, Franck METRAS, Directeur scientifique d’HELIOPARC, est intervenu sur l’innovation et la recherche scientifique, clefs de notre compétitivité sur un plan international. Il nous livre ici ses observations après 10 ans de pratique dans le cadre de la technopole.

« On nous dit et répète que l’avenir de la France réside dans l’innovation et la recherche scientifique clefs de notre compétitivité sur un plan international ; c’est vrai et les solutions passent notamment par la création et le développement notamment de PME les premières créatrices d’emplois dans notre pays. Dans ma position de Directeur scientifique d’Hélioparc à Pau je peux observer, à partir des données que j’ai collationnées depuis plus de 10 ans, si des ingénieurs créent des entreprises au sud de l’Aquitaine ; ma réponse est oui ; ils sont de diverses origines et interviennent dans des domaines variés. Mais dans un premier temps je tiens à rappeler ce qu’un Président de l’Agence Nationale pour la Création d’Entreprises (ANCE) m’a fait découvrir à l’occasion d’une conférence qu’il avait donnée à l’ESC de Pau il y a quelques années et au cours de laquelle il avait abordé la question : « Pourquoi ne crée-t-on pas suffisamment d’entreprises technologiques en France ? » Voilà ce qu’il avait répondu.

« Les raisons semblent provenir du fonctionnement même du système éducatif français qui élimine en hiérarchisant ce qui induit chez les élèves et leurs familles la crainte de l’échec et ce d’autant plus que l’économie moderne réclame un niveau d’étude de plus en plus élevé. C’est dommageable car l’expérience montre en revanche que si 60% environ des créateurs d’entreprise réussissent lors de leur premier essai, 80% d’entre eux réussissent après un premier échec. L’échec ne doit pas être considéré en tant que tel mais comme une première expérience dont on peut tirer profit. Par ailleurs, en France plus on va loin dans les études moins on est tenté par la création d’entreprise notamment à l’issue d’études supérieures en particulier d’ingénieur et ce d’autant plus que le statut ainsi acquis est plus protecteur : 0% de création par les énarques, 1% par les polytechniciens et les fonctionnaires !….Il en résulte qu’on crée plus une entreprise par nécessité que par tempérament ou prédisposition de créateur ; mal être dans l’entreprise, licenciement économique, chômage de plus ou moins longue durée, recherche d’une indépendance dans son travail…..sont autant de moteurs que l’on retrouve d’ailleurs dans 99% des cas de création d’entreprise aux Etats Unis. »

Dans sa conférence, le Président de l’ANCE précisait également « qu’aux Etats Unis une majorité d’entreprises sont créées par des autodidactes mais que celles créées par des diplômés de l’enseignement supérieur sont plus pérennes et donc plus aptes à grossir ».

Pour en revenir aux constations que j’ai pu faire sur un échantillons de 160 créations d’entreprises par des ingénieurs diplômés au cours des 10 dernières années je suis en mesure d’apporter quelques modulations au contenu des propos précités et ce en 5 questions réponses.

1ère question – Les ingénieurs créent-ils des entreprises ? Réponse – Oui ; de 2003 à 2013 sur environ 160 entreprises créées sur Hélioparc, 40 soit 25% sont des entreprises technologiques créées par des ingénieurs.

2ème question – Quelles sont leurs origines en termes de formation ? Réponse – Elles sont très variées : Ecole centrale, Ecoles des mines, Ecoles de chimie, INSA, CESI, ENI, Ecole supérieure d’agriculture, Ecoles étrangères (Algérie, Mexique)…

3ème question – Dans quels secteurs d’activités les entreprises sont-elles créées ? Réponse – Ici encore dans des secteurs très variés : les géosciences, l’électronique, l’environnement, la maîtrise de l’énergie ( diagnostic énergétique, domotique), la gestion de l’eau, la création de logiciels ou progiciels, le design d’intérieur d’avion, la communication, les technologies du Web…….On retrouve là bien sûr les thématiques principales d’Hélioparc.

4ème question – Quand l’ingénieur crée-t-il son entreprise ? Réponse – Rarement au sortir de sa formation d’une part parce que sa formation ne le prépare pas à une création immédiate d’autre part parce qu’étant protégé sur le marché de l’emploi il a tout intérêt, ainsi que son Ecole, à se « placer » très vite et à gagner confortablement sa vie plutôt que de prendre le risque de créer sa propre activité et de « galérer » quelques années dès le début de sa carrière. Donc en règle générale l’ingénieur crée son entreprise après un certain nombre (ou un nombre certain) d’années d’expérience professionnelle ce qui nous conduit à la dernière question.

5ème question – Pourquoi l’ingénieur prend-il le risque de créer son entreprise ? Réponse – Dans les différents cas que j’ai pu observer j’élimine d’emblée, parmi les raisons évoquées dans mon introduction, le licenciement économique et le chômage dont les ingénieurs sont relativement protégés au moins pendant une grande partie de leur carrière. Par contre je retiens les deux raisons suivantes :
– le mal être dans l’entreprise dont il est salarié – manque de reconnaissance de ses qualités ou de ses compétences ou de ses initiatives au cours du déroulement de sa carrière ; refus d’entrer ou de rester dans une certaine routine ;
– des raisons plus pro actives – la prise de conscience de ses capacités liées à son expérience professionnelle conjuguée à un besoin de plus de liberté dans l’action et l’initiative et à l’apparition d’opportunités socio-économiques. Ainsi sur Hélioparc avons-nous connues la vague des créations dans les multiples applications nées d’Internet ou plus récemment dans les problèmes liés à la maîtrise de l’énergie sous des formes variées.

En conclusion et en résumé et pour répondre à l’interrogation principale de cette table ronde, on peut dire que l’importance de l’ingénieur dans le développement technologique et économique de notre région peut prendre la forme, rarement en début de carrière mais plutôt après quelques années d’expérience professionnelle, d’un créateur d’entreprise a consonance technologique et partant, d’un créateur d’emplois.

Remarque Les données dont je fais état dans cette note concernent des activités essentiellement dans les services c’est-à-dire peu capitalistiques. Les créations demandant des moyens lourds comme on les rencontre par exemple en chimie relèvent de site tel que celui de Chemstartup mis en place à Lacq. »

– par Franck METRAS
Directeur scientifique de la technopole Hélioparc
Avril 2014-04-15

À propos AltPy Rédacteurs

Le profil rédacteur commun, pour les rédacteurs n'ayant pas un profil wordpress enregistré.

Comments

  1. Emmanuel Pène says:

    Très bon éclairage; même si je pense que les meilleurs projets se font grâce au croisement de profils différents : ingénieurs, commerciaux, artistes, etc..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s