Les chantiers de François Bayrou.


imgresSitôt élu maire de Pau, François Bayrou va devoir faire face à un certain nombre de chantiers et prendre des décisions rapides dans des domaines très divers. Il en va ainsi de la vie de chaque édile nouvellement en poste. Essayons d’en connaître la liste.

 La sécurité, parce qu’il faut commencer par ce qui trouble certainement de la façon la plus prégnante la tranquillité des citoyens palois. Depuis ces derniers jours des voitures brûlent dans le secteur du quartier Saragosse et Lyautey. Elles sont au nombre de sept  et visiblement, l’enquête piétine. La Police nationale, par la voix du directeur départemental adjoint a beau dire que « des consignes de vigilance et de patrouilles sont redoublées », une inquiétude bien compréhensible s’installe. La police municipale n’est pas encore renforcée et en l’état actuel de son effectif, ne peut assurer une présence nocturne. Alors on parle de caméra de vidéo-protection au coût encore non évalué. C’est le chantier qui au départ n’était pas prioritaire mais qui, au vu des circonstances, est en train de le devenir.

Parallèlement à cette sécurité qui, si l’on n’y prend garde, va vite envahir les esprits, il y a également cette promesse faite aux syndicats des policiers de la police nationale d’améliorer leurs conditions de vie dans les locaux du commissariat de la rue O’Quin. Les sanitaires et les vestiaires sont en mauvais état paraît-il. On se demande pourquoi cette promesse alors qu’il s’agit d’un service de l’Etat et que nos impôts locaux ne sont pas faits pour cela. Mais l’engagement est pris.

Les Halles de la ville de Pau, elles font partie des grands chantiers  que la nouvelle majorité a désignés comme prioritaires. Le budget doit être finalisé très prochainement et, là encore, cet engagement lourd devra figurer au débat des prochaines orientations. Attention, investissement important.

La baisse des impôts locaux. L’engagement  d’une baisse de 1% par an n’est pas tombé dans les oreilles de citoyens sourds surtout que la ville de Pau figure en bonne place parmi les villes les plus chères de France. Mais que l’on ne s’y trompe pas ce ne sera pas une baisse correspondante à la charge de chaque contribuable mais à 1% du budget de la ville ce qui n’est pas la même chose. Ainsi à partir de cette base, la taxe d’habitation passerait de 22,48% à 22,26% (soit – 0,22%) et la taxe foncière de 25,10% à 24,85% (soit -0,25%). Ce sera difficile d’autant que la dotation de l’Etat qui couvre environ un tiers du budget, diminuera selon les estimations d’un cinquième de ce qu’elle était.

La voirie se trouve dans certains secteurs, dans un état que certains n’hésitent pas à qualifier de lamentable. Les  prédécesseurs ont convenu qu’on avait un peu abandonné le sujet lors des mandatures précédentes. Il va falloir rattraper le retard. Combien de temps cela prendra-t-il ?

Il reste encore à financer la dernière tranche des travaux de la piscine « Pyrénéo » et tant d’autres projets comme les vestiaires de certains équipements sportifs. Il va falloir faire des choix et surtout réduire le train des investissements.

Alors Mesdames et Messieurs de la majorité municipale, ne vous dispersez pas, surtout  restez concentrés sur la ville de Pau et son agglomération.

Pau, le 17 avril 2014

Par Joël Braud

Comments

  1. Bruno Laborde says:

    Mettre en premier la sécurité comme chantier prioritaire est une escroquerie.
    Quels chiffres objectifs vous permettent t-il d’avancer cela?
    Le sentiment d’insécurité n’est pas chiffrable.
    Aucune caméra vidéo ne permettra de rassurer les riverains des Halles.

  2. Bernard says:

    Je vous remercie Cher Emmanuel de rappeler cette histoire de THD avec maintenant un  » catalogue d’offres proposées aujourd’hui aux PME par Axione qui est inadapté. »

    Il y a 15 ans déjà encore, j’étais dans le métier des télécoms, et les professionnels connaissaient déjà le futur de ce marché. Tout existait dans les laboratoires, et on n’était gêné principalement que par la vitesse des UC des processeurs, mais qui progressait à très grande vitesse, du fait des techniques de fabrication. En 1999, 20 Mhz était encore une vitesse exceptionnelle ! J’avais été voir AL pour lui expliquer qu’une petite collectivité locale, n’avait rien à faire dans ce marché. Mais sans réussir à lui faire comprendre, c’était trop tard ! En particulier à cause de la maintenance, obligatoire du fait de la comptabilité, et bien trop chère, si le réseau est petit. Et l’ardoise du THD Palois a bien du coûter au total les 100 ME pour pas grand chose. Et je me rappelle de ces réunions à la Mairie, où l’artiste des services en Excellleries prévoyaient les « milliards » d’euros tombant dans les escarcelles.

    Et les arguments en faveur des pro PBC avaient les mêmes bases que ceux du BUS TRAM : modernité ! Et rappelant nos ancêtres du Boulevard des Pyrénées.

  3. Jean-Paul Penot says:

    Si le taux baisse de 0,25 à une hauteur de 25, cela me parait proche d’une baisse de 1%. Ce serait un bon début…

    • Voire…

      Baisser les impôts locaux palois pour se rapprocher de la moyenne nationale est un objectif qui se défend. Par contre on peut se demander si des baisses homéopathiques de 1% peuvent avoir un effet psychologique, vu qu’elles vont se trouver « mangées » par l’inflation des bases d’imposition.

      Et surtout, on aurait applaudi si face à cette baisse il avait été annoncé une économie de dépense dans le budget de la commune. Or point du tout, puisque François Bayrou compte financer cette baisse d’impôt par… l’emprunt ! Donc par les impôts de demain.

      « Un manque à gagner de 500 000 € pour la municipalité, mais François Bayrou compte s’appuyer sur le faible endettement de la Ville pour disposer de marge de manoeuvre via l’emprunt. »
      http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/04/18/impots-legere-baisse-des-2014,1190249.php

  4. Emmanuel Pène says:

    J’ajouterais sur le plan économique qu’on attend les assises du commerce, et les réunions tous les deux mois avec les entrepreneurs de la ville !
    le chantier du THD (Très haut débit) est à reprendre sur le plan contractuel, car le catalogue d’offres proposées aujourd’hui aux PME par Axione est inadapté.
    Enfin, je n’ose commencer à aborder le problème du versement transport. Dans l’abandon du bus tram, il faudra décider s’il faut remplacer l’investissement inutile par un autre investissement inutile, ou s’il faut rendre, au moins partiellement, la partie du versement transport indûment prélevée sur les entités de plus de 10 salariés depuis 2010, ce qui serait une bonne mesure pour l’emploi et l’attractivité de PAU

    • Bernard says:

      Un commentaire sur le bus tram. E. Pène rappelle avec justesse l’escroquerie du versement transport payé uniquement par les salariés des sociétés de plus de 10 ( ou 9 ?) personnes. Et cela pour créer un réseau de bus qui fonctionne quasiment vides. La gratuité des bus, serait un bon moyen de renvoyer l’ascenseur ! et de façon gratis ! Les comptes STAP montrent que le « guichet » ne rapportent que 3 ME, il faut déjà 1 ME pour payer les contrôleurs, et il y a bien 2 ME de dépenses de type commercial, et gestion liées au « payant ». Avec la gratuité, il pourrait y avoir 60 ou 80 000 personnes dans les au lieu des 40 000 par jour actuels. Des stats montrent que la gratuité assure 150 à 200% de passagers en plus. ( et des voitures en moins, et des travaux en moins !) Et cela pourrait se faire avec des bus plus petits, consommant moins (électriques, et…..) pour économiser 5 à 6 ME par an ! Et cela dure 4 à 5 ans ! Il ne faudrait pas que Bayrou, mette des siècles à réfléchir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s