Elections européennes, c'est bien compliqué !

0
(0)

 

imagesLe 25 mai, nous serons appelés à élire les députés au Parlement européen. Entre considérations politiques françaises et choix européens, les électeurs vont avoir bien du mal à choisir. D’autant que les règles sont bien particulières. Essayons d’y voir plus clair, si cela est possible.

 Bien sûr il faudra parler de l’Europe, de son poids dans la conduite des affaires nationales, de son évolution. Mais il ne faudra pas oublier que jusqu’alors ce vote a surtout été un vote contestataire. Les Français sont ainsi, ils râlent chaque fois que l’occasion leur en est donnée.

 Pour ces élections, qui conduiront au parlement européen, non pas 766 députés mais 751, (une baisse significative !) la France est divisée en huit circonscriptions dites interrégionales.

Chacune d’elles, en raison du volume de sa population élira entre 3 et 15 députés européens. La circonscription interrégionale Sud-ouest enverra au parlement européen 10 députés tandis que celle Iles de France/étranger en enverra 15. Il s’agit d’un scrutin de liste à la proportionnelle. Pour que des candidats d’une liste soient élus il faut que la liste obtienne un minimum de 5% des voix.

 Mais là où cela se complique c’est qu’il n’y a pas moins de 25 listes présentes et 500 candidats. Il n’y a qu’à voir les tableaux d’affichage à proximité des bureaux de vote pour le savoir. Outre les compositions  politiques traditionnelles telles que le PS, l’UMP, l’UDI-MODEM, Front de Gauche, Debout la République, le FN, se présente un certain nombre de listes conduites par des inconnus sous des appellations tout aussi nouvelles.

 Allez parce que cela tourne à la farce voici les vingt-cinq listes (je n’ai pas pu résister):

1-     Parti fédéraliste européen – Faïrouz HONDEMA-MOKRANE

2-     Lutte ouvrière – Sandra TORREMOCHA

3-     Euskadi Europan – Jean TELECHEA

4-     Pour une France royale au cœur de l’Europe – Gaël COUROSSE

5-     Bleu Marine, oui à la France, non à l’Europe – Louis ALLIOT

6-     UDI-MODEM, les européens – Robert Rochefort

7-     Nous citoyens – Philippe MARTY

8-     Programme libertaires pour une Europe exemplaire contre le sexisme et la précarité – Nicole PRADALIER

9-     Front de gauche – Jean-Luc MELANCHON

10-  Europe citoyenne – Marie-Jeanne HUSSET

11-  SO Pirate – Eric MAHUET

12-  Pour une Europe des travailleurs et des peuples, envoyons valser l’austérité et le gouvernement – Philippe POUTOU

13-  Choisir notre Europe (PS = PRG) Virginie ROZIERE

14-  Europe Ecologie – José BOVE

15-  Pour la France, agir en Europe (UMP) Michèle ALLIOT-MARIE

16-  Nouvelle donne – Joseph BOUSSION

17-  Citoyens du vote blanc – Francis LENNE

18-  Féministes pour une Europe solidaire – Anne NEGRE

19-  UPR Sud-ouest (Union Populaire Républicaine) Régis CHAMAGNE

20-  Démocratie réelle – Sami GHAZOUANE

21-  Force vie (mouvement de Christine BOUTIN) – Jean-Claude MARTINEZ

22-  Debout la France, ni système, ni extrême (Débout la République) Pascal LESELLIER

23-  Espéranto langue commune équitable pour l’Europe – Monique JUY

24-  Liste antiremplaciste, non au grand remplacement – Renaud CAMUS

25-  Occitanie, pour l’Europe des peuples – Martine GROS

 Lorsqu’on lit cela on se demande s’il ne faudra pas une loi pour empêcher les fantaisistes de venir polluer notre vie démocratique, car quel électeur va s’y retrouver dans ce fatras de bonnes intentions pour certaines aussi originales qu’utopistes ? On s’étonnera ensuite d’une forte abstention.  Enfin on est tenté de dire : « Après-tout, ce n’est que l’Europe ».

 Mais en réalité ce vote revêt un caractère important, la vraie question est de savoir si l’Europe doit être une puissance munie de tous les attributs d’un pouvoir politique étendu, ou un espace de libre circulation des produits, des entreprises, des capitaux, des hommes et des idées. Ces élections du 25 mai prochain apporteront-elles une réponse ?

 

                                                                                               Pau, le 15 mai 2014

                                                                                                  par Joël BRAUD

 

            

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

6 commentaires

  • Si l’on se fie au nombre des listes, cela prouve que les hommes et partis politiques portent de l’intérêt au « machin européen ». Eh bien non malheureusement ! Et c’est cela qui est dommage. Qu’il y ait de nombreuses listes, très bien ! Mais le sujet, c’est l’Europe, ce n’est pas comme le développent certaines listes, des problèmes, d’abstention, de reprise en main de la démocratie ou tout autre sujet complètement étrangers au débat sur l’avenir de l’Europe et sa construction. Il est là le sens du mot fantaisiste comme ne l’a pas compris Emmanuel.
    Si l’on considère, comme le fait certain, que la liberté c’est de pouvoir s’exprimer sans autre condition, alors vive Marcel BARBU (vous vous souvenez) et RAVACHOL. Les élections européennes ne sont pas qu’une tribune ouverte à tous ceux qui ont quelque chose à dire surtout quand cela n’a rien à voir avec le sujet.

    • 100% d’accord avec vous Joël Braud.
      Présenter une liste, c’est présenter un programme définissant un devenir à l’Europe : fédérale ou non, élargie ou recentrée, à finalité économique exclusivement ou aussi sociale, à monnaie unique ou avec des monnaies nationales, avec une armée, avec une police. C’est présenter un programme définissant les politiques que l’on veut mettre en œuvre pendant la prochaine législature. C’est, dorénavant, faire savoir pour qui les élus de la liste voteront lors de la désignation du Président de la commission.
      Ce n’est pas donner un moyen à quelques lobbies, à quelques mouvements fussent-ils citoyens pour qu’ils vulgarisent leurs idées sur tel ou tel fait de société.

      • Hélène Lafon : « Ce n’est pas donner un moyen à quelques lobbies, à quelques mouvements fussent-ils citoyens pour qu’ils vulgarisent leurs idées sur tel ou tel fait de société. »
        OK à ce moment là, interdisons les verts et CPNT, et tant quà faire tout l’extrême gauche qui prone la lutte des classes.
        Voilà le problème : les critères sont difficiles à définir. Laisser l’électeur trancher est encore le meilleur moyen de décider qui ou n’est pas fantaisiste (mais vous avez compris, je n’aime pas ce mot qui ne sert qu’à discréditer une idée qui ne nous plait pas)

  • Michel LACANETTE

    Si l’ on se fie au nombre de listes cela prouve que les hommes et partis politiques portent de l’ intérêt au  » machin Européen » comme aurait dit le Général de Gaulle.
    Tout cela, contrairement à ce que nous disent les médias, dans la mouvance.
    Laissons les citoyens Européens s’ exprimer, en toute leur bonne conscience et peut être que le fantaisiste ne fera plus rigoler nos dirigeants, mis au pieds du mur de devoir prendre le problème Européen à bras le corps d’ ici peu, contrairement à leurs intentions.

  • Pour connaître le sens du mot fantaisiste, en la circonstance, il faut écouter à la télévision, les propos tenus par les représentants de la liste SO Pirate par exemple. Ecoutez les et vous comprendrez comment certains respirent la liberté. Si la liberté c’est dire n’importe quoi, alors… Maintenant quel est le rapport avec les républicains de 1788 ?

  • fantaisiste ? comment juger qu’une opinion est fantaisiste ou non ? les républicains en 1788 auraient été jugés fantaisistes, non ?
    Au contraire, je trouve que cette élection respire la liberté. Dommage qu’on n’en parle pas plus..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *