Le choix d'un nouveau parc des expositions de Pau.

imgresÇa y est, André Lestorte succède à Christian Roussille qui, après six ans de présidence, quitte ses fonctions. La ville de Pau, André Lestorte étant maire adjoint, remplace la Chambre de Commerce et d’Industrie. Mais cette alternance permettra-t-elle de rénover  un parc des expositions bien fatigué, objet de projets depuis maintenant dix ans ?

 Il faut l’espérer car trois réponses à cette question de rénovation/réfection du parc des expositions de Pau sont envisageables. Il est devenu en effet incontournable de trouver une solution, les bâtiments anciens ont été insuffisamment entretenus et ne font pas honneur à notre ville lors des manifestations qui s’y déroulent. L’un d’eux d’ailleurs ne peut plus être utilisé pour cause d’amiante. Ils sont mal répartis dans un espace de plus de quatre hectares.

 La première hypothèse serait de rénover l’existant. Mais cette solution ne serait pas forcément la moins chère. Elle souffrirait d’autres inconvénients. Les bâtiments sont mal agencés à la fois intérieurement et les uns par rapports aux autres, enfin l’accès pour les véhicules est difficile. Le parc de stationnement le plus proche est la place de Verdun, ce n’est pas tout près.

 La deuxième hypothèse serait de choisir un autre emplacement au nord de Pau. Est évoqué en premier lieu un terrain près  la sortie de l’autoroute. Il y aurait la proximité, justement de l’autoroute qui peut être considérée par les uns comme un avantage et par les autres comme un inconvénient. Par le passé il est arrivé que des manifestations simultanées au Zénith et au Palais des sports provoquent un engorgement de véhicules de la sortie entre le péage et le rond point. Une telle situation constitue un danger grave dans la mesure où une file de voitures se crée sur l’autoroute elle-même. Ce qui représenterait en apparence un avantage devient selon des circonstances qu’on ne peut ignorer, un dangereux inconvénient. La proximité des parkings du Palais des Sports et de Zénith pourrait permettre le stationnement des véhicules. Mais ces stationnement sont éloignés et  nécessiteraient la mise en place d’un passage aérien ou souterrain. Enfin les études actuelles font ressortir que la rocade elle-même est souvent engorgée ; de ce fait, elle ne suffira pas.

 La troisième hypothèse serait l’utilisation de l’ancienne caserne Pissard-Santarelli située avenue Alfred Nobel. Elle représente une surface de 23 hectares de quoi recevoir à la fois les bâtiments de la foire et un parking conséquent. Propriété de la ville depuis 1999, il y a là un espace qui était autrefois utilisé par l’armée et qui est devenu par inconséquence, un terrain vague. Faute d’entretien plusieurs bâtiments ont dû être démolis. Situé près de la route de Tarbes il y aurait une ouverture intéressante. L’idée avait été lancée en son temps. Yves Uriéta qui a été président du Parc des Expositions avant de devenir maire de Pau, affirmait qu’il s’agissait d’une mauvaise idée parce qu’on n’avait jamais vu un site de foire exposition fonctionner lorsqu’il était placé à l’extérieur de l’agglomération. Et Bordeaux-Lac alors !

Est venu le moment de prendre une décision et surtout de chiffrer le coût de cette rénovation. Il faut espérer qu’André Lestorte qui est aussi maire adjoint de Pau, aura les oreilles de la mairie, alors que Christian Roussille dit n’avoir jamais pu être écouté par l’équipe précédente. Entre les halles et le parc des expositions voilà deux motifs de dépenses. Attention il faudra aussi baisser les impôts.

 

                                                                                               Pau, le 30 mai 2014

par Joël BRAUD

            

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

10 commentaires

  • Il est inquiétant d’entendre FB se réjouir de la bonne capacité d’endettement de la ville.
    Qu’en pense son adjoint aux finances?
    Prioriser les investissements est une nécessité en 2014.
    Rayer d’un trait de plume le seul dossier structurant, bouclé et financé sans faire appel aux palois, le Bus-Tram, ou Tram-Bus, ou BHNS en faisant croire aux palois qu’ils allaient dépenser 60 millions est un argument de campagne qui a marché, mais une escroquerie intellectuelle.
    Oui, les Halles et le réfection de Carnot sont Les projets prioritaires, alors parler de parc des expos, de stade de rugby ou d’auditorium nous fair revenir a la période Labarrerienne de rêves de grandeur.
    A ceci près qu’il n’y a plus de sous…

    • Les riverains du Parc des expositions, ont surement un autre avis que vous sur le transfert de cette structure. Venez donc habiter le quartier pendant la foire : bruit la nuit, dégradations des véhicules, problèmes de stationnement pour les riverains, problèmes aussi pour rentrer dans son parking quand on en a un, rues poubelles… Alors arrêter de voir le bout de son nez et prendre les problèmes de l’ensemble d’un quartier… Et se poser aussi une question essentielle : quel bénéfice actuel d’un parc des expositions et d’une foire ringarde et dépassée…

  • Voilà un article de fond qui montre tout à fait la pertinence du présent site.
    On est plus au temps de l’ineffable Dédé qui,, sur un coup de tête, pouvait faire construire le stade de rugby d’une affligeante médiocrité architecturale dans une ville qui a les moyens et la vocation pour revenir dans l’élite (du susdit rugby).Ou doubler les équipements type palais des sports et zénith .dans un architecture très années 70 80 particulièrement indigente.Cela dit on a pas eu le temps de voir surgir de terre la méga médiathèque toute en titane iranien plantée au milieu du parc Beaumont.une œuvre post-moderne qui aurait, peut-être, secouer la ville.
    Tous ces grands dossiers doivent évidemment être exposés et détaillés dans tous leurs aspects..Ils doivent être hiérarchisés en terme de priorité.En terme technique on appelle cela un PPI un plan pluriannuel d’investissement normalement adopté et modifié en conseil. A ce propos les sites internet des villes ont un rôle évident à jouer … pour autant qu’ils soient clairs et accessibles..ce qui n’est pas toujours gagné…
    Au niveau architectural on peut sans doute faire confiance l’archange de Bordères sur son tracteur dressé qui, avec le bâtiment du conseil général dans lequel se reflète le château, et ses jardins a produit un très bel ensemble.
    A titre de contre-exemple on peut citer le CIAP à Oloron qui traine depuis trois ans et que devrait devrait coûter presque 7 000 000 ( autant que la médiathèque) et dont je défie un habitant de la ville de savoir ce dont il s’agit..
    Pour ce qui est des foires on peut penser qu’elle restent tout à fait pertinentes et suivies particulièrement pour les personnes modestes et restent un important marqueur pour une ville dont elles constituent un fort vecteur d’identité ..

  • Qui va payer pour un investissement qui dégage moins de 2 millions d’euros de revenus?
    Le déficit sera abyssal.
    Les foires sont un anachronisme, un héritage du passé, un héritage du moyen âge au temps de l’Internet.

    • « Les foires sont un anachronisme, un héritage du passé, un héritage du moyen âge au temps de l’Internet. » : Plus + sur le constat. Il faut réfléchir par deux fois sur le concept avant de se lancer et aller observer ailleurs la tendance de fond.

    • Une Foire de Pau ? Oui, mais via INTERNET !

    • Les foires, oui, c’est un peu un anachronisme. Les salons professionnels par contre non.

    • Les foires (rebaptisées « salons ») sont souvent très populaires. Faut-il les supprimer ? Au nom de quoi ? Du fait qu’elles occasionnent des déplacements polluants en voiture ? Il faudrait alors supprimer bien d’autres choses.

  • La réalisation d’un tel projet passe obligatoirement par une phase d’étude préliminaire qui envisage les différentes possibilités de localisation et en estime avantages, inconvénients et coûts.
    Que la municipalité commence par réaliser cette étude et la présente

    • Encore des études qui sont coûteuses et ne mènent à rien. Ne faudrait il pas consulter les riverains du quartier (assez large), prendre en compte leurs nuisances, et aussi leurs propositions car les citoyens pensent aussi et ne sont pas seulement des payeurs d’impôts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *