La SNCF déraille


Train_wreck_at_Montparnasse_1895  Le rail français, comme les finances de l’Etat est dans une situation calamiteuse. Tous les voyants sont au rouge alors que se profile l’ouverture à la concurrence.

Imperturbable, le noyau dur des employés du rail continue dans ce qu’il sait le mieux faire : la grève.

 

Pourtant, en 2009 déjà la Cour des Comptes avait tiré le signal d’alarme, mais sans succès, le train français a continué sa course folle.

« Alors que les collectivités territoriales ne parlent que de transport par rail avec toujours plus de fréquences, la Cour des Comptes, dans son dernier rapport publié le 25 novembre 2009 dresse un tableau assez « contrasté » de la manière dont les Transports Express Régionaux sont gérés par les Régions depuis 2002. De quoi en avoir une vision assez différente…

Depuis 2002, la fréquentation des lignes s’est améliorée de 27% en nombre de voyageur / km. Comme l’offre, mais à quel prix ! Le prix payé par le passager est inférieur à 20% du coût réel. Le contribuable paye 4 fois plus que le passager ! Quand vous allez à Bordeaux, il vous en coûte 31€, et simultanément, un gentil contribuable paye 124€… Les causes de cette subvention exorbitante sont multiples : avant tout, taux d’occupation très faible (26% en moyenne) gestion SNCF peu performante, politique trop « volontariste » des Régions, …etc. (Par exemple, en Aquitaine, 400 millions € ont été votés pour le budget 2009 pour l’achat de matériel ) »   (« Mon cher TER pas si écolo que ça… » AP du 18 janvier 2010)

Aujourd’hui SNCF / RFF a une dette de plus de 40 milliards d’euro et celle-ci augmente de 1,5 milliard par an…jusqu’à quand ?

Guillaume Pepy se donne 5 ans pour…stabiliser la dette. Tiens, cela me rappelle quelque chose.

Pour augmenter la productivité de 2%, l’objectif de la SNCF, il faudra supprimer 3000 postes chaque année, et sur le moyen terme… Il faut dire qu’avec ses 155 000 employés, le mammouth est gras…

De plus, le TGV a mangé son pain blanc et son remplissage et ses marges s’érodent. Quant au fret, c’est calamiteux. Alors qu’il augmente dans la majorité des pays, non seulement son niveau en France est un des plus bas, mais il régresse.

Cependant, la situation la plus catastrophique est celle des TER. Il est maintenu en équilibre instable grâce aux subventions des Régions, 5,8 milliards d’euros en 2013 !

En France, le coût de revient du TER est plus cher de 66% que celui de l’Allemagne !

Cette différence de coût liée entre autres à la productivité est amplifiée par la politique de subvention menée. La part du prix de revient payée par l’usager est de 20% à 30% en France alors qu’elle est de 40 à 50% en Allemagne. Avec cette subvention gigantesque il n’est pas possible d’imaginer que soit trouvé un quelconque équilibre.

Oui il faut des voyages plus cher, des TER moins nombreux, et d’abord une productivité beaucoup plus grande.

Quand le gouvernement aura-t-il le courage de dire aux français que le transport, les déplacements, c’est de l’énergie et qu’on ne peut plus subventionner l’énergie ? Quand le gouvernement aura-t-il le courage d’imposer de vraies réformes, a commencer par la SNCF ?

Plutôt que des primaires présidentielles, on devrait envoyer les candidats diriger la SNCF, le problème est le même que celui de la France. Ceux qui réussiraient pourraient alors briguer la candidature suprême avec un espoir de réussite.

 

par Daniel Sango

 

 

 

 

 

Comments

  1. l'ours du bois says:

    info dernière……
    le droit de grève, c’est pour tout le monde…mais de nouvelles priorités se pointent a l’horizon, les étudiants deviennent prioritaires dans les trains, et les vieux « retraités » devrons leur laisser les places…. nous donneront ils des fleures a notre grand départ (une pensée); ou feront il un geste…..( ) pour nous

  2. Penot says:

    J’aimerais savoir comment est calculé le prix de 124 € pour un Pau-Bordeaux pour le contribuable.

    • Tout simplement par une règle de 3, puisque le passager paye environ 20% du coût..

      En fait globalement le consommateur n’a payé que 17% du coût (extrait du rapport de la Cour des Comptes sur le site officiel « Vie Publique »:

      « Dans un rapport rendu public le 25 novembre 2009, la Cour des comptes présente un bilan contrasté du transfert aux régions du transport express régional (TER). Opéré en janvier 2002, ce transfert s’est traduit par une nette amélioration du service à l’usager, mais a constitué « une opération coûteuse » pour les acteurs institutionnels concernés (régions, État, réseau ferré de France, SNCF).

      La réforme a bénéficié aux voyageurs, grâce à des rames rénovées et une politique tarifaire attractive. Le taux de remplissage des trains est néanmoins resté médiocre (26%). Les usagers n’ont contribué qu’à environ 17% (en 2005) du financement complet des TER, l’essentiel reposant sur le contribuable (directement par les régions ou l’Etat et indirectement par la SNCF ou Réseau Ferré de France). »

      Car effectivement la productivité de la SNCF / RFF est calamiteuse.

  3. PierU says:

    Des TER moins nombreux ce n’est pas la solution : il faut surtout mieux les remplir, et en enlever ne fera que réduire leur attractivité. Il y a des régions françaises où les TER ont un bon taux de remplissage.

    • Le coût global du TER n’est qu’un paramètre (certes très important) parmi d’autres dans cette problématique. Les autres paramètres sont la densification de l’espace autour des gares, l’accessibilité des gares, le relais par un réseau de bus, le prix de carburant pour voitures et des péages autoroutiers.

  4. Tiens, nos grands édiles locaux visionnaires ne parlent plus du barreau LGV Pau-MdM ?? ou d’une ligne TGV avec arrêt à Bedous ? Qu’en pense le nouveau Prince de Pau ? La presse (qui fabrique l’opinion, quand même…) ne parle plus de développement durable ? Après avoir banni tout le vocabulaire marxiste, va t-elle bannir le vocabulaire écolo ? Où va t-on ?

  5. « Quand le gouvernement aura-t-il le courage de dire aux français que le transport, les déplacements, c’est de l’énergie et qu’on ne peut plus subventionner l’énergie ? »
    Encore faut-il qu’il en ait d’abord la volonté !

  6. LACANETTE Michel says:

    Les élus et hommes politiques sont là dans la zone dangereuse de leur mission. Ne vous leurrez pas il n’ y aura pas de réforme. Les usagers ne la demandent pas tant qu’ il paient 20% du prix du billet comme dit .Si il doit y avoir réforme, elle sera imposée par l’ UE contrainte et forcée, faite en dernier recourt le couteau sous la gorge, sans en analyser le coût ni l’ impact sur l’ avenir.

  7. l'ours du bois says:

    avec la S.N.C.F.
    la vie …. durail ( et cher)
    merci D.S.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s