CDAPP – Jean-Paul Brin, Marc Cabane : Des élus pas si communautaires que cela !

Capture d’écran 2014-07-10 à 15.38.30La commission départementale d’aménagement commercial a donné un avis négatif au projet de neuf salles de cinéma que CGR voulait installer dans le local de l’ancienne patinoire de Quartier Libre à Lescar. On y attendait jusqu’à 450.000 spectateurs à l’année.

La commission était composée de 5 élus*, dont Jean-Paul Brin et Marc Cabane, deux adjoints de François Bayrou à la mairie de Pau. Tous deux, aussi élus communautaires, se sont donc opposés à un projet qui semblait pourtant fort logique.

La galerie Quartier Libre bénéficie d’une attractivité qui va bien au-delà des villes les plus proches, Lescar, Lons et Billère (36.000 habitants à elles trois) pour attirer aussi les chalands de la Communauté de Communes de Lacq-Orthez** (51.836 ha) et du sud des Landes (29.797 habitants **). Pour autant, son offre est fragile comme pour l’ensemble du commerce sur l’agglomération, menacé par la baisse du pouvoir d’achat, la concurrence toujours plus grande d’internet et celle de la dynamique commerciale de la Côte Basque.

L’agglomération paloise a quatre pôles commerciaux principaux : le centre-ville et les zones développées autour d’Auchan, Leclerc et Carrefour-Quartier-Libre. Tous les moyens doivent être trouvés pour les valoriser, sans les « cannibaliser » les unes, les autres, tout en poursuivant l’objectif global d’augmenter l’attractivité de l’ensemble de l’Agglomération paloise dans le Sud-Aquitaine.

Car l’objectif des élus communautaires, comme Jean-Paul Brin et Marc Cabane, devrait bien être là : augmenter l’attractivité de l’ensemble de l’Agglo dans le Sud-Aquitaine. Cela devrait aussi être l’objectif de François Bayrou, Président de l’Agglomération dont on peut craindre une vision uniquement palo-paloise du fonctionnement de l’Agglomération. D’ailleurs, on ne peut pas imaginer un instant le « non » de Messieurs Brin et Cabane sans que François Bayrou n’ait lui même « suggéré » la décision.

Deux aspects supplémentaires jouent aussi en faveur du projet :
– Tout d’abord, utiliser un local existant évite de créer une énième « boîte à savon » alors qu’il y a tant et tant de locaux disponibles sur l’agglomération.
– Ensuite et surtout, le gestionnaire du nouveau cinéma aurait été le groupe CGR qui exploite déjà le Méga CGR proche du Leclerc et le cinéma Saint Louis. On ne pouvait donc reprocher au projet de créer une concurrence insupportable aux cinémas déjà existants puisque c’est CGR lui-même qui était prêt à investir à Quartier Libre ! Le « business plan » devait être bon pour le professionnel… Il ne l’est pas pour les politiques.

Les élus Jean-Paul Brin et Marc Cabane ont raté une occasion de renforcer l’attractivité de la « façade ouest » de l’Agglomération. Une décision dommageable pour toute l’agglomération.

– par Bernard Boutin

PS : côté cinéma : Reste le Méliès, à la programmation si « particulière », qu’on voit mal comment ce nouveau CGR pourrait le concurrencer.
* Source : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2014/07/08/,1201091.php
** http://fr.wikipedia.org/wiki/Communauté_de_communes_de_Lacq-Orthez
** http://fr.wikipedia.org/wiki/Intercommunalités_des_Landes : CC de Pouillon + CC des Lys + CC d’Hagetmau + CC de Tursan)

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne / 5. Nombre de note :

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

11 commentaires

  • Il y en a marre d’entendre qu’il faut équilibrer les commerces de l’agglo.
    C’est utopique sauf à prendre Lons ou Billère et la mettre à côté d’Idron.
    Car Lons, Billère, Lescar, Artigueloutan et Jurançon c’est quand même 65% de la population (hors Pau).
    Un rééquilibrage ne ferait que mettre encore plus de gens sur les routes étroites de Pau.

  • Que savons-nous de ce dossier ? Rien ou presque. Sauf ce qui apparait à l’évidence. C’est à dire l’insatiable volonté du Maire de Lescar de déporter toujours plus vers l’ouest toute l’offe commerciale de l’agglo en y accumulant tout ce que le commerce moderne peut générer de laid et de vulgaire, et en saturant les liaisons routières qui y conduisent.
    Dire que le même exploitant, CGR était prêt à investir ne saurait d’ailleurs constituer un critère objectif de bonne gestion, sauf de la sienne, ce qui le regarde. Qui nous dit qu’il ne préfèrerait pas abandonner son complexe actuel, fort bien placé pour les Palois du centre à la grosse machine Leclerc qui n’en finit pas de s’etendre ? Quant à lui laisser le monopole du cinéma à Pau, si tant est que Pau jutifie de 2 Mega-Machins, est-ce raisonnable ou nécessaire ?
    Laissons à la nouvelle équipe le temps de développer ses propositions tout en réduisant de quelques decibels les glapissements outragés de M Le Maire de Lescar, si bien installé en son Royal Château, grâce au niveau record de taxes diverses et variées que lui procure son ambitieux programme de développement. Bien sûr je veux bien comprendre que des Lescarois déplorent que ça s’arrête grâce à la vigileance d’élus pour une fois vraiment communautaires 😉
    Voir article de decembre 2012 Lescar la boulimique

    • « … déporter toujours plus vers l’ouest toute l’offre commerciale de l’agglo —, et en saturant les liaisons routières qui y conduisent ».
      Effectivement.
      Mais Lescar couvre toute l’aire de chalandise de Pau. Accroitre l’offre ne modifiera pas forcément (quoique) le trafic puisque tout le monde y vient déjà depuis toutes les directions.
      Les autres zones (Leclerc et Auchan) ont une zone d’influence plus restreinte. La tendance serait d’« équilibrer » les zones. C’est-à-dire accroitre leur offre (ou diminuer celle de Lescar…). On pourrait alors penser que l’aire de chalandise de Pau se partagera en trois zones (l’Ouest à Lescar, le Nord chez Leclerc et l’Est chez Auchan). Il est plus vraisemblable que chaque zones géographiques de chalands ira visiter les trois zones, puisqu’elles seront toutes aussi attractives les unes que les autres.
      Il s’en suivra mécaniquement une occupation accrue des liaisons routières pour un accroissement faible de l’activité commerciale globale (Par rapport à des villes équivalentes à Pau, l’offre commerciale périphérique serait supérieure à Pau) .
      En plus, l’équilibrage des zones commerciales accroitra l’offre globale commerciale de la périphérie, notamment par rapport au centre-ville.
      Or, dans le même temps, il faudrait accroitre l’attractivité commerciale du centre-Ville.
      La proposition serait d’accroitre la « fluidité » du trafic en centre-Ville.
      Je me demande comment Bayonne, avec l’ouverture d’ IKEA dans une nouvelle zone commerciale, va « équilibrer » ses différentes zones commerciales.
      Je pense que la notion d’ « équilibrage » des zones commerciales n’est pas pertinente. Mieux vaudrait une seule zone commerciale. Le trafic inter zone sur la voie publique deviendrait un trafic intra zone. Ou alors, il faut intégrer (coudre comme disent les urbanistes) « Leclerc » et « Auchan » au Centre-Ville.

  • Ce qui serait important ce serait de savoir pour quel motif ce projet a été refusé.

  • Ce ne sont pas des cinémas, des supermarchés et des décathlon dont l’agglo. a besoin. Ces établissements ne font que déplacer la valeur. on a besoin d’entreprises qui créent de la valeur, qui produisent, qui innovent, qui exportent. Le Maire de Lescar devrait trouver une autre inspiration que celle de créer un immense shopping center sur les terres ancestrales de Beneharnum…

    • C’est tout à fait vrai Emmanuel. Les équipements collectifs en soi, ne créent pas ou peu de valeur qu’ils soient autoroutes, LGV, universités, équipements sportifs ou culturels. Mais n’y a-t-il pas interdépendance entre ces infrastructures et les activités industrielles et commerciales créatrices de valeur ? Les équipements collectifs ne constituent-ils pas une force d’attraction pour les activités productrices de valeur ? Sinon comment se justifierait le projet de notre maire de construire à Pau une salle de concert ?

      • C’est vrai Hélène, mais dans le cas de la salle de concert, il n’y en a pas aujourd’hui; donc on créé une nouvelle offre ce qui est intéressant. Dans le cas du cinéma, on déplace les clients du cinéma du centre-ville et de l’université vers Lescar… Je ne dis pas que c’est inutile, mais simplement que les élus feraient mieux de soutenir les filières d’avenir créatrices de valeur, comme le numérique, plutôt que de faire des cinémas, supermarchés et autres bowling…

        • L’argumentaire pour la salle de concert est rigolo.
          D’abord il y a une salle de concert, cela s’appelle le Zénith, il est très grand, mais est modulable, et il y a des centaines de soirées de disponibles
          Il y en a même une seconde, intime, c’est le Saint Louis.
          La salle de concert Bayrou est totalement inutile, elle n’a strictement aucune justification, elle n’apporte que des dépenses supplémentaires.

    • EP: « Ce ne sont pas des cinémas, des supermarchés et des décathlon dont l’agglo. a besoin. Ces établissements ne font que déplacer la valeur. on a besoin d’entreprises qui créent de la valeur, qui produisent, qui innovent, qui exportent. »
      Tout à fait d’accord. Malheureusement, notre « force industrielle » est bien peu mise en valeur. Pourtant, ce sont ces entreprises qui sont motrices pour la région. Des temples consuméristes, il y en a déjà largement assez et ça ne mène à rien. En ce qui concerne le cinéma en particulier, dommage que le CGR St Louis n’ait pas été transformé en un cinéma moderne avec des salles plus grandes, au lieu d’être rénové a minima. Un CGR à Lescar, ça serait très bien pour les habitants du coin, par contre, ça ne ferait qu’éclater encore plus l’agglo, qui aurait besoin au contraire de recentrage et densification.
      Et le rôle des médias: combien d’articles sur un projet de centre commercial, ou une petite phrase de politicien par rapport à une entreprise industrielle qui se développe… ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *