Lettre ouverte à Daniel


imgresJe viens de lire votre article encore au brouillon. Et comme je pars mardi matin dans un lieu où internet ne m’est accessible qu’au cybercafé, je vous écris ce que j’en pense.

Comme toujours c’est une très bonne analyse qui devrait faire réfléchir les citoyens et encore plus les politiques. Mais vous savez ce qu’il en est des premiers quant aux seconds, au pouvoir, il faut paraître en faisant beaucoup de vent et dans l’opposition, il ne faut surtout pas participer peu ou prou aux grand-messes de ceux qui vous ont battu aux dernières élections. Sinon comment reconquérir le pouvoir ? Les politiques ne savent plus innover, ils ne savent que paraître et intriguer.

Mais revenons à « Pays de Béarn ». F. Bayrou avait invité D. Habib à la tribune… Une invitation de pure forme certainement, mais sans risque aucun. DH, au dire de la presse, a décliné l’invitation. Il avait là l’occasion de donner un avis sur l’initiative, de proposer des choses concrètes que l’association pouvait envisager de mettre en place. Je préfère cent fois l’attitude de Jean-François Maison et de quelques autres, présent dans le public pour écouter et savoir avant de juger.

Pour ma part, je suis persuadée que ce ne sont pas les politiques qui feront de cette initiative une réussite. J’entends par là, mettront en œuvre des actions concrètes pas seulement pour faire connaître nos spécialités gastronomiques locales et notre folklore. Le dernier en date : la montée aux estives des veaux, vaches et moutons sans oublier mulets et percherons, est devenue une attraction pour les touristes et a lieu de plus en plus tard pour qu’ils soient le plus nombreux possibles.
L’association doit s’attacher à faire valoir nos atouts – et nous en avons – agricoles, industriels, commerciaux mais aussi infrastructurels : écoles, universités, équipements culturels et sportifs et même autoroutiers. Oui, Daniel, aux risques de vous fâcher, j’ose affirmer que les infrastructures routières sont à ce jour encore des atouts pour attirer et retenir des populations actives. Mais je ne dis pas qu’il ne faut pas réfléchir dès à présent à autre chose. Mais là on touche plus le national que le local.

Et, comme je ne veux pas en rester au discours… si on veut bien de moi, je ferais partie de cette association, pour proposer et essayer de faire avancer les choses.  Et ce, quoique politiquement je sois plus proche de DH que de FB !

C’est dans cet esprit que j’ai participé au premier tirage au sort des conseils de quartiers. Une fois désignée, j’ai essayé, tout au moins les premiers temps d’être force de propositions… même en m’opposant au conseil et au maire élus alors que je m’en sentais proche… mais que de déceptions !

C’est dans cet esprit que j’ai rejoint Alternatives-Paloises devenue depuis Alternatives-Pyrénées et ai activement participé à l’administration de la pétition pour demander l’organisation d’un référendum d’initiative populaire pour nos futures Halles. Là nous avons été désavoués par tous les politiques. Le peuple ne saurait pas choisir une architecture avant-gardiste tout au moins moderne et actuelle.

Argument avancé par tous les politiques que nous avons croisés dans les Halles, anachronisme des années 1970… Projet concocté, tout d’abord par une municipalité centriste, puis par une de gauche. Ce n’est pas de goût que manque le peuple mais de mémoire politique.

Par Hélène Lafon

 

 

.

 

 

 

 

 

 

Comments

  1. Après BAP, nous pourrons donc suivre en temps réel les réalisations formidables de cette association. Merci Hélène.

    Mais pourquoi donc cette réunion médiatisée?
    Pourquoi ne pas avoir immédiatement lancé cette association?
    Et pour quoi faire?
    Bayrou aurait pu détailler le but, les objectifs de cette asso, mais aussi ses moyens, son financement…etc…

    Du vent, as usual.

  2. Je ne suis pas certain d’être éloigné d’Hélène au plan politique .Sauf que je ne crois pas aux vertus de l’autoroutier (cf A 65!!!) et des infrastructures lourdes .Pour moi l’environnement et le développement durable précèdent le social .Ils en sont la condition pas la cerise sur le gâteau.fût elle la (jolie) cerise de Céret ou d’ixasou

    Ce dont a besoin, prioritairement, le Béarn c’est de deux passage sous les Pyrénées au centre et en vallée d’aspe.

    Un pays Béarn pourquoi pas ? Et non pas un trop grand Pau dont la problématique est plus de rester dans ses limites actuelles quitte à les densifier .Le tout dans une province bien assise sur ses pôles urbains et ruraux sans oublier les hautes vallées. Chacun a sa place en travaillant les complémentarités et l’image donnée à l’extérieur.Notamment les très exponentiels atouts industriels naturels et environnementaux….ou ses faiblesses comme le tourisme la notoriété et la gastronomie.

    FB avec sa réelle assise rurale et son imaginaire paysan n’est pas forcément le moins bien placé pour enclencher cela.Mais c’est au citoyens d’agir de construire des projets éventuellement de critiquer et d’amender ceux proposés..comme celui des halles ..

    Ici à Oloron ou à Salies (voir les sites internet) existent des mouvements concrets dits de « ville en transition » qui peuvent servir d’exemple.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s