La France immobile

0
(0)

immobilismeAlors que tous les indicateurs sont au rouge vif, l’exécutif français s’enlise. Aucune mesure visant à économiser le premier euro n’est effective. Pépère continue sa promenade en pédalo…

En 2014 les dépenses publiques continueront d’augmenter ainsi qu’en 2015.

Le nombre de fonctionnaires ne diminue pas, il continue d’augmenter.

La Cour des Comptes vient de publier un rapport sur la sécurité sociale. La progression des dépenses reste en effet « soutenue malgré des efforts de maîtrise ». Le déficit du régime de base et du fonds de solidarité vieillesse s’établit à 16 milliards d’euro pour 2013 il en sera de même en 2014. La Cour plaide donc une nouvelle fois pour un « effort très sensiblement accru sur les dépenses ».

C’est rigolo… David Habib soutien Manuel Valls et sa volonté de réduire les dépenses publiques. Et dans le même temps il vient soutenir les manifestantes qui veulent maintenir la maternité d’Orthez avec plus de 40 employés qui réalise un accouchement par jour… (avez vous calculé le coût de cet accouchement en or ? …) Quelle cohérence !

L’équilibre des régimes de retraite n’est plus assuré malgré les récents accords. Il va falloir rallonger la durée du travail. Là aussi jusqu’à quand vont durer les disparités scandaleuses entre un employé du privé et un fonctionnaire ?  Pire, quand va-t-on purement et simplement supprimer les régimes spéciaux en commençant par celui de la SNCF…et celui des députés et sénateurs ?

Les corporatismes gouvernent la France, les pilotes d’Air France, qui ne sont sans doute pas parmi les plus à plaindre, sont en grève. Un salaire brut de 75 000 et 250 000 euros suivant le grade et l’ancienneté, pour moins de 600 h de vol par an, ils conduisent Air France, notre fleuron du transport aérien, droit dans le mur.

«Les commandants de bord d’Air France, en fin de carrière, gagnent des salaires du même ordre de grandeur que ceux de Lufthansa, British Airways et même EasyJet», explique Guy Tardieu, délégué général de la FNAM (Fédération nationale de l’aviation marchande). «Mais ils travaillent beaucoup moins en vertu du code de l’aviation civile et d’accords d’entreprise (…)».

«Les pilotes français volent environ 20% à 25% de moins que leurs homologues européens, voire à 35% quand il s’agit de compagnies lowcost», affirme la FNAM. Selon elle, ils volent environ entre 550 et 650 heures par an contre 700 à 750 heures pour les compagnies classiques européennes (Lufthansa, British Airways) voire 800 à 850 heures pour easyJet et Ryanair. Il ne faudra pas s’étonner si Air France délocalise sa compagnie low cost…

Pendant ce temps l’Europe du nord regarde la France incapable de mener la moindre réforme de structure. Peut on imaginer que François Hollande continue a parler mais ne rien faire ?

– par Daniel Sango

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

11 commentaires

  • En économie on oublie ,quand on n’est pas spécialiste, des référenciels qui font comprendre simplement les choses compliquées.
    Notre PIB annuel, c’est à dire la production de richesse est de 2000 Mds € par an.
    Notre dette cumulée depuis des années et des années est également de 2000 Mds €.
    Le budget annuel de l’état est de 340 Mds €. Sur ce dernier 100 Mds € sont approvisionnés par l’emprunt sur le marché international des capitaux. Vous comprenez mieux le chiffre de la dette cumulée donné plus haut.
    Enfin, le dernier clou sur le cercueil : jusqu’en 1980, avant l’arrivée de Mitterrand le budget de la France était en équilibre. On a commencé à dérapé à l’époque avec la gestion socialiste et on n’a jamais pu remonter.

  • Ne vous faites pas d’ illusions, rien ne sera fait,ni par la Gauche, ni par la Droite pour changer cette situation, tant que la France empruntera de l’ argent à  » bas coût » sur le marché mondial, en donnant l’ illusion qu’ elle est le meilleur pays du monde. Ce qui lui permet de faire reculer la ligne d’ horizon où s’ accumule les nuages. Douce France ……. ton réveil risque d’ être dur.

  • J’ai entendu Bruno Le Maire causer dans le poste (France-Info) ce matin. Après les attaques de rigueur contre la gauche, Hollande, Valls, après la critique de la grève corporatiste des pilotes d’AF, il a été interrogé sur la grève des huissiers suite au projet de réforme des professions règlementées. Et là attention les violons, il est parti dans un discours surréaliste : qu’il était scandaleux de la part de la gauche de désigner ces professions à la vindicte populaire (oui oui, carrément…) comme si elles étaient responsables de l’état de la France, que dans sa circonscription il connaissait un notaire rural qui faisait plein de petits actes, « est-ce que vous croyez qu’il vit bien ?? », que toujours dans sa circonscription il y a avait des « pharmaciens de campagne », « est-ce que vous croyez qu’ils vivent bien ?? »…
    L’aiguille de mon démagogimètre a bondi… Grâce à Bruno le Maire j’ai découvert la France des notaires et des pharmaciens d’en bas qui gagnent moins que le SMIC.
    Clientélisme, politique politicienne, c’est tout ce qui préoccupe 80% des hommes politiques pendant que le bateau coule.

    • C’est ça, continuons à montrer du doigt ceux dont la tête dépasse des rangs. Bradons notre sécurité juridique, notre sécurité medicale, fonctionnarisons les professions réglementées et virons une fois pour toutes hors de ce pays tous ceux qui gagnent plus de deux fois le Smic (sauf les pilotes fonctionnaires) et les derniers bouts de la coque qui tiennent encore le bateau à flot. Qu’on puisse couler entre nous . Marine saura nous guider.

      • L’aiguille de mon démagogimètre doit être coincée, elle ne quitte plus le maximum…

      • Pour préciser : si Bruno le Maire avait développé un argumentaire objectif contredisant le rapport sur les professions réglementées je n’aurais rien eu à redire. Mais se contenter de faire pleurer sur la veuve notaire et l’orphelin pharmacien pour repousser toute idée de réforme de ces professions c’est un peu gros, et oui, démagogique.
        On ne peut pas fustiger la grève des pilotes d’AF et dans le même temps soutenir qu’il n’y a par principe rien à revoir dans les professions réglementées.

        • Cette affaire de profession réglementées c’est aussi très rigolo…
          C’est l’Etat qui décide. Il suffit donc qu’il décide quelle marge il accorde aux notaires et autres pharmaciens…
          Mais c’est plus facile de faire joujou avec eux que de supprimer les régimes spéciaux de retraite des cheminots.
          Mais c’est plus facile de laisser les Conseils Généraux augmenter les droits de mutation
          …etc

      • Oscar: « C’est ça, continuons à montrer du doigt ceux dont la tête dépasse des rangs. Bradons notre sécurité juridique, notre sécurité médicale ».
        La sécurité médicale, c’est le médecin, pas le pharmacien (ce dernier ne faisant que délivrer le médicament, en contrôlant certes la cohérence de l’ordonnance, mais enfin…) et la sécurité juridique, le système juridique dans son ensemble (à mon avis très coûteux du fait de l’accumulation des textes juridiques depuis des siècles sans réelle refondation et du fait de la faiblesse des sanctions) pas le notaire.

        • Néanmoins, pharmaciens ou notaires sont effectivement des rouages qui participent à la sécurité médicale ou juridique.
          La contrefaçon de médicaments est par exemple un problème très important dans le monde en général. Avoir un réseau de distribution des médicaments bien contrôlé et réglementé comme c’est le cas en France permet de limiter ce problème.
          Les notaires sécurisent tous les actes juridiques en faisant les vérifications nécessaires. J’ai lu par exemple qu’aux Etats-Unis, où les transaction peuvent se faire de façon beaucoup plus simples, une proportion très importante des ventes de biens immobiliers faisaient l’objet d’un recours après coup (parce que le bien était préemptable, ou faisait l’objet d’une hypothèque, ou bien un héritier n’avait pas été prévenu de la vente, etc…)
          Il faut donc faire attention à ne pas casser ce qui marche et qui apporte un vrai plus.
          Néanmoins cela ne doit pas être un prétexte à poser un tabou sur ces professions pour écarter à priori toute idée de changement. L’agitation du chiffon rouge des graves dangers encourus si on ose toucher à ceci ou cela est un classique du corporatisme/syndicalisme.
          Il y aurait à redire notamment sur le fonctionnement des études notariales. Le citoyen lambda se retrouve en général dans le flou le plus total quand il a besoin de faire appel à un notaire, la transparence et l’information n’étant pas le fort de cette profession, et c’est un euphémisme. Quant à « couper les tête qui dépassent 2 fois le smic », chez les notaires la norme c’est plutôt 20 fois le smic.

          • Pourquoi ne pas abaisser purement et simplement le prix des médicaments et autres actes notariés, avec une fin de non-recevoir par rapport aux protestations corporatistes, tout en augmentant les numerus clausus ?
            La contre-façon peut être réglée de façon simple par des sanctions dissuasives. Si celui qui s’y amuse sait qu’il risque perpétuité… Le pharmacien, que fait-il de plus que l’épicier ? Conseiller pour les petits bobos ? Autant se renseigner sur Internet… Vérifier que le médecin n’a pas prescrit n’importe quoi ? Quand même…
            Les notaires: tu parles d’une liste de documents à recueillir pour sécuriser un acte simple… un travail non-qualifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *