L 'entreprise, un petit bout de France

0
(0)

Comme toujours, les événements les plus tragiques sont aussi des révélateurs et des électrochocs utiles si tant est qu’il faille que nous leurs trouvions quand-même un sens, tant ils nous permettent parfois de déverrouiller des situations qui n’auraient guère pu l’être autrement. Déverrouiller la réflexion à tout le moins et avancer ne serait-ce qu’un tout petit peu.

Il y a cependant un angle que je n’ai guère vu traité, parmi les milliers de lignes d’analyses et de commentaires dont notre peuple raisonneur est tellement friand. Et je ne suis certes pas le dernier… C’est celui des héros ordinaires dont le courage, l’extrême dévouement et le sens énorme des responsabilités dont ils ont fait preuve se sont exercés dans le cadre de leur travail, celui de leur entreprise.

Ce chef d’entreprise tout d’abord, patron d’une petite imprimerie, Michel Catalano, qui calmement s’interpose, pense d’abord à protéger son employé Lilian en lui disant de se cacher et lui donne le temps nécessaire pour le faire, en offrant un café à ses agresseurs puis en soignant celui d’entre eux qui était blessé. Lilian Lepère caché pendant 8 heures sous un évier qui communique calmement par SMS à l’extérieur et guide le GIGN jusqu’à sa délivrance. Un jeune Français magnifique de courage et de lucidité et son patron, deux héros cachés dans une zone artisanale et qui nous apparaissent aujourd’hui

Lassana Bathily, employé malien et musulman de l’ Hyper Cacher de Vincennes. Oui, employé malien et musulman d’une supérette Casher. Une entreprise, avec ses clients certes, mais surtout ses employés, sans discrimination de couleur de peau, d’origine ou de religion. Et ce qu’a fait Lassana est magnifique de courage, de détermination lucide, de calme et aussi de leadership. Ce jeune homme a tout simplement pris le dessus sur une situation de panique absolue avec calme et résolution, au point de sauver par sa maîtrise et ses bons réflexes, ses clients et son patron.

Je ne reviendrai évidemment pas sur ces scènes incroyables, en particulier sur ce policier du Raid qui rentre seul, face aux balles dans la supérette. Et ceux derrière qui le couvraient, exposés au feu direct de ce pauvre fou. Comme ceux du GIGN qui se sont lancés à l’assaut avec un cran magnifique mais après qu’un Gendarme  se soit aussi interposé seul, et comme les autres victimes innocentes de leur devoir. Le visage qu’ont montré ces citoyens ordinaires est magnifique et nous a rendu à nous ce petit bout de fierté et d’honneur dont nous commencions à sérieusement manquer. C’est aussi ça que nous avons tous retenu.

Mais au-delà de cette fierté bien naturelle que nous éprouvons tous après tant d’humiliations pour notre pays, c’est aussi une autre image de l’entreprise que ces horreurs ont renvoyé. Des entreprises certes petites, mais où règne la paix sociale, une excellente entente entre employés et patrons visiblement. Où les gens se connaissent et s’apprécient pour ce qu’ils sont, dans l’immense variété de leurs origines de leurs religions et de leurs conditions et ou, autour de leur patron qui les conduit plus qu’il ne les dirige, ils sont capables de comportements exemplaires et d’un dévouement extrême.

Bien loin des clichés qui trop longtemps nous ont été proposés ici ou là. Avec des patrons sans scrupules, obsédés par leur enrichissement personnel, des employés exploités et condamnés à toujours plus de résultats pour toujours moins d’argent. Des dirigeants sans foi ni loi, soumis à la grande finance etc..etc..

Le temps est déjà venu pour ces héros modestes, de reprendre le travail. De reconstruire tout ce qui a été cassé et de rouvrir au plus vite leurs portes à leurs clients. C’est certainement une excellente idée que de s’ abonner à Charlie Hebdo qui est aussi une entreprise dont nous avons pu mesurer les liens qui avaient été tissés entre ses membres. C’est drôle, je n’ai pas vu grand monde se demander ce qu’il pouvait faire  pour aider les deux autres entreprises pourtant bien abîmées à redémarrer. Pas grave, avec des patrons et des collaborateurs pareils, elles retrouveront, je l’espère très vite, le chemin du succès. Leurs clients désormais savent à qui ils ont à faire.

Et moi je me dis que la réponse à la dislocation sociale est bien dans ces micro-organismes que sont ces petites entreprises. Et qu’il est prioritaire d’en créer d’autres et beaucoup..et vite. Et que donc le moment est venu de changer de lunettes, de trouver des entrepreneurs dans ce pays et de les mettre en condition de réussir en leur faisant simplement confiance.

~ Oscar du Pont~

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/attaque-au-siege-de-charlie-hebdo/exclusif-france-2-retrouvez-le-temoignage-de-lilian-lepere-cache-durant-huit-heures-dans-l-imprimerie-de-dammartin_795415.html

http://tempsreel.nouvelobs.com/charlie-hebdo/20150110.OBS9684/lassana-bathily-heros-de-la-prise-d-otage-hyper-cacher.html

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

9 commentaires

  • Contrepoint : http://www.ladepeche.fr/article/2015/01/20/2032648-evacues-raid-gign-salaries-aldi-dammartin-goele-devront-rattraper-heures.html
    L’entreprise a fini par démentir, difficile de savoir si c’est une marche arrière ou si c’était un malentendu au départ. Mais bon, même si c’est un malentendu, ce n’est pas très glorieux.

  • Je retiens de cet article la situation de ces héros ordinaires que ces évènements tragiques ont révélés.
    L’hommage de la nation est la moindre des choses mais ne règlera pas tout. La Nation les oubliera très vite et l’épreuve vécue ne les quittera pas.
    Pour surmonter cette épreuve, ils auront besoin d’un soutien très fort de leurs proches. La situation est plus complexe que l’article ne le laisse supposer.
    La conclusion sur l’avenir de la France (je dirais la chute…) passerait donc par la multiplication des boutiquiers. Pour en rajouter dans le côté opportuniste, la conclusion me paraît vraisemblable mais la question se pose depuis Napoléon I, voire plus loin.
    Par ailleurs, j’ai suivi les commentaires portés sur cette tragédie. Ils m’ont intéressé et rappelé des témoignages sur la deuxième guerre mondiale (causes de la débâcle, place de la résistance, les Justes par exemple).

  • « ces scènes incroyables, en particulier sur ce policier du Raid qui rentre seul, face aux balles dans la supérette. »
    Oui. Ca me fait penser aux 89 soldats français tués en Afghanistan (plus de 3000 pour l’ensemble de la coalition menée par les EU) même si c’est pas la même chose.

  • Excellent

  • Je m’associe pleinement à cet hommage; c’est vrai que les médias qui glorifient la police, qui le mérite absolument, sont très discrets sur ces personnes de l’ombre qui ont calmé le jeu et renseigné cette police, évitant l’atteinte des otages lors de l’attaque et facilitant l’efficacité.
    « Bien loin des clichés qui trop longtemps nous ont été proposés ici ou là. Avec des patrons sans scrupules, obsédés par leur enrichissement personnel, »
    Pour beaucoup, dont je fais partie, ces clichés n’ont jamais été proposés en évoquant la majorité des patrons des petites et moyennes entreprises.
    Il n’en est pas de même, c’est vrai, pour ceux qui gèrent les grosses entreprises cotées en bourse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *