Sécurité, les idées fusent de partout !

0
(0)

imagesAprès les événements que nous avons subis il y a quelques jours, tout le monde y va de sa petite idée pour faire en sorte que notre sécurité soit garantie. Des mesures qui doivent s’appliquer aujourd’hui pour éduquer et surtout prévenir. Le malheur dans tout cela est que ceux qui parlent n’y connaissent pas grand-chose et que ce sont principalement les politiques qui disent n’importe quoi. Pas facile de s’y retrouver dans ce fatras de lieux communs.

 Les premières idées qui nous viennent de ces élus, concernent l’Éducation nationale que chacun en la circonstance, déclare défaillante dans la mission éducative qui lui a été confiée. Alors quoi faire ? Le premier instruit, élu de surcroît, estime qu’il faudrait obliger tous les élèves en primaire, en secondaire et au lycée à porter des tabliers dans le seul but d’uniformiser les tenues vestimentaires. D’autres pas plus malins considèrent que le drapeau français devrait flotter sur tous les établissements scolaires de France et de Navarre. Certains de la même origine disent que l’on devrait chanter la Marseillaise à l’école et que notre hymne national et guerrier devrait être appris par cœur. Il y en a même, figurez-vous, qui dans l’honorable souci de renforcer l’autorité des enseignants prônent certains signes de respect : on ne tutoie plus le maître ou le professeur, on se lève  quand il entre dans la classe ; enfin la hiérarchie ne doit pas accepter l’attitude contestataire des parents d’élèves.

Très bien tout ça, c’est beau comme de l’antique. Mais lorsqu’on demande à un enseignant ce qu’il en pense, on s’aperçoit que de la théorie à la pratique il y a comme un vide, un creux qui semble impossible à combler. Ils disent, avec un air contrit : Et si les élèves n’obéissent pas, qu’est-ce que l’on fait ? Pour être pertinente cette question n’en traduit pas moins un grand et significatif désarroi. Les enseignants ne sont plus obéis et ils le confessent. Ils reconnaissent aussi que les cours d’éducation civique auxquels ils sont en principe soumis ne sont que très irrégulièrement assurés.

 Alors dans d’autres sphères tout aussi intelligentes, on regrette que le service militaire qui, bien que perfectible, dans bien de ses aspect, possédait un pouvoir éducatif sur le plan civique, ait disparu. Mais les élus oublient soigneusement que, par souci de clientélisme et de démagogie, ils l’ont tué  en intervenant pour l’exemption de celui-ci, pour une proche affectation de celui-là. Sans cela il n’aurait pas perdu ce caractère égalitaire qui en faisait sa force et sa raison d’être. Sa suppression, décidée par Chirac,  ne s’imposait pas, mais le service national était si vidé de sa substance que cette solution était devenue inéluctable. Qu’on ne nous dise pas que seule l’armée de métier est efficace et que la technicité des armes impose le professionnalisme. On aura toujours besoin de fantassins et les patrouilles de soldats actuellement déployées dans nos rues font ressortir  une insuffisance des effectifs.

 Il y a d’autres domaines où les politiques auraient été bien avisés de ne rien faire, citons à titre d’exemple la fusion de la DST et des RG *qui n’avait en réalité d’autre objet que d’éloigner un certain directeur central des Renseignements Généraux du nom de Bertrand  jugé trop fidèle à Villepin et Chirac. Il fallait le remplacer par Squarcini, loyal lui à l’initiateur de cette réforme. On voit maintenant les conséquences d’une telle unification dans l’enquête judiciaire. Il apparaît en effet comme des insuffisances dans la prise en compte d’individus pourtant répertoriés et signalés. Unir deux cultures professionnelles ne se fait pas par un simple arrêté.

 Jusqu’à nos élus locaux qui sentant la période propice pour faire parler d’eux, se prononcent pour ou contre l’armement des policiers municipaux. Il est bien certain que cette jeune policière municipale de Montrouge aurait eu la vie sauve si elle avait porté à la ceinture une arme à feu. Deux autres policiers de la Police nationale, armés eux, ont malheureusement perdu la vie.

 Ah si les élus n’avaient que de bonnes idées et s’ils s’éloignaient du clientélisme, de la démagogie et de la politique politicienne… Récemment les Français ont montré leur unité, comptez sur les politiques pour la détruire, c’est déjà engagé.

 

                                                                                               Pau, le 22 janvier 2015

                                                                                               Par Joël BRAUD

 
*Il y eut d’abord la DCRI (direction centrale du renseignement intérieur) puis la DGSI (direction générale de la sécurité intérieure).

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

14 commentaires

  • Et si la Monnaie était le nouveau DIEU ? Un dieu est déjà éternel ; c’est le cas de la Monnaie !, Il fait des miracles, avec la monnaie qui ne vaut rien, il peut même acheter des fortunes, elle se reconstruit par elle-même, c’est un Dieu. Il possède l’Espace. Il peut arriver du ciel, comme des sacs ouverts de billets ouverts, il pleut des Dieux comme il pleur des billets, et chacun quitte son lieu de travail, ou de prière, Eglise, Mosquée, et sa banque est en tous lieux. On prie et on recueille ces anges des dieux, les billets !
    Comme tous nos billets ne valent rien, les croyants ne croient alors qu’en la Pauvreté et sont donc heureux quelle que soit la dimension de la sardine. Et en plus on s’habille de billets. Que ce soit la Niqab, la soutane, la djellaba , la pantoufle, rien ne leur échappe.
    Et avec ces dieux, il n’y a plus de guerre, et cela va de soi. La partie qui veut gagner envoie sacs de billets, et le vaincu c’est celui qui va chercher les sous. Il s’en va, il perd sa place et selon l’adage il n’a plus rien. Seuls les pauvres peuvent gagner la guerre. Merci à Dieu et à Draghi !
    On entend et on lit de ces bobards !

  • Un économiste américain prouve lors de ses conférences comment les Américains en accueillant 1000 immégrés, produisetn 10000 pauvres de plus dans les pays d’origine… Il démontre aussi que ce sont les plus « cultivés » qui vont à l’étranger et donc qu’ils affaiblissent un peu plus leur pays… La solution (il n’y en a qu’une) est celle qui consiste à aider les gens dans leur pays… il faut refuser l’exil ! Par ailleurs toutes les mesures prises actuellemnt sont certes utiles dans l’immédiat… Mais inefficaces pour demain. Le problèmes est pourtant simple : les peuples veulent tous être heureux et riches et pour cela que doivent-ils faire ? Aller où sont les richesses… Pour y parvenir ils ont choisi la guerre de religion… Croyez-vous l’arrêter avec plus d’imamns et de cours de morale ? Quelle naïveté !

    • Gildard, Je crois qu’on est i voisins pour les idées ! La solution c’est bien de refuser l’exil. Mais il faut faire travailler le pauvre chez lui et il faut qu’il en soit riche. A regarder la souris c’est difficile ! Mais la souris est la solution, et je ne rigole pas !
      Pour qu’il soit riche, il lui faut avoir d’abord autant de savoir que le nôtre de façon instantanée. Et sans passer par l’Ecole. On envisagera la greffe du savoir que dans quelques siècles. Impossible ? Non . C’est comme l’interprète en temps réel. Tu sais pas tu regardes sur l’écran, tu appuis sur un bouton, l’ange surgit et tu es savant. Donc la solution, c’est la copie en temps réel. Grace à la technologie. Et la base de tout, c’est la souris ou son sosie.
      Tu commandes une voiture à un broussard ! une Ferrari, il connait rien, mais c’est pas grave. Le broussard reçoit sa Ferrari en carton : 1 000 cartons. Et il déballe et monte.
      Son contremaître , (ou ses ) l’encadrent au plus près…. et Quand il en a fini d’en monter une, il la vend et il est riche !! On a tout ce qu’il faut pour travailler comme cela.
      On peut commencer ( je le fais déjà d’une façon particulière ). Il y a 25 ans il y avait déjà des indous qui fonctionnaient comme cela pour des fonderies. Il achetait des fonderies en faillite en Europe. Il automatisait chaque poste de fonderie, du début à la fin et le pilote de la fonderie était à 10 000 km des fonderies. Les broussards étaient les Européens et les sportifs de la cervelle étaient les indous.
      ll y a 6 milliards de fauché qui nous attendent ! Et on a de quoi les rendre riches !
      Mais je crois que Daesh va nous rendre enfin astucieux ! A condition de ne rester dans la niaiserie !

    • Vous mélangez tout… Vous parlez de l’émigration (donc immigration chez nous) des « meilleurs », alors que les auteurs des derniers attentats en France ne sont ni des immigrés ni parmi les « meilleurs ». Et la « guerre de religions » n’est sûrement pas la préoccupation de ceux qui cherchent une vie meilleure en émigrant.
      « Les aider chez eux », certes. Mais outre que c’est un peu un voeu pieu, ça ne dit pas comment gérer les problèmes actuels en France avec les gens qui sont déjà là, pour la majorité depuis longtemps et qui sont tout aussi français que vous ou moi.

      • Ouh la la C’est toujours dur. « les aider chez eux », bien sur que c’est déjà possible. Je ne parlais des auteurs des attentats, des émigrés et des immigrés, et des guerres de religion. Travailler chez eux et nous concurrencer, il y en a quelques milliards qui peuvent le faire et qui le font tous les jours.

      • Donc vous n’avez pas de solution ? Ah si : Plus d’enseignants, plus de policiers, plus d’éducatuers dans les quartiers, plus d’mams… (cela fait rire – jaune) Il faut peut-être relire un peu l’histoire des peuples et des invasions ! Les Basques (un groupe) a pondu une charte pour ceux qui veulent venir vivre chez eux : respecter tout ce qui existe : église, gastronomie, jeux, us et coutumes… ils ont trouvé la solution pour vivre en paix selon leurs souhaits… Aussi il est super beau le pays basque ! Pas dutout souillé… Cela mérite un petit instant de réflexion… pour le reste il est trop tard : la france est cangrénée… C’est les parents des parents qu’il fallaitmieux contrôler…

        • Ce qui est fait est fait, et on ne peut pas revenir sur le passé. Il faut maintenant considérer la France telle qu’elle est, et pas une France totalement fantasmée. La France ce n’est pas que les petits villages proprets du Pays Basque, c’est aussi les banlieues abandonnées à elles-mêmes et dont il va bien falloir s’occuper un jour. Cela vous défrise peut-être qu’il y ait des musulmans en France, mais il va falloir vous y faire !
          Mais merci de m’avoir fait rire en disant (sans rire apparemment) que le Pays Basque était un modèle de vie en paix 🙂 ! Il est vrai que le terrorisme y est une notion inconnue et que l’ETA n’a jamais existé.

          • Nous pourrions à longueur de journée discuter (inutilement ?) sur ce sujet d’actualité. Je ne vais pas le faire, d’autant que vous répondez à côté car vous n’avez pas de solutions à proposer ! Le Pays Basque n’est pas beau ? Et ce n’est pas l’ETA qui a réglé tous les problèmes… Ah si NOTRE France pouvait ressembler au Pays Basque où à la Bretagne… cela ne vous plairez pas ? Que vous soyez Musulman cela ne me gêne pas dutout dès l’instant que vous ne m’empêchez pas de vivre comme je l’entends ! Je suis gascon et je tiens à le rester. Pensez-vous que cela soit possible longtemps encore ? Alors quelles solutions pour vivre heureux ???

          • Je n’ai peut-être pas de solution miracle toute prête, mais je n’ai pas l’impression que vous en ayez plus que moi (qui en a, d’ailleurs ?). A part pousser des soupirs en vous lamentant que toute la France ne ressemble pas au Pays Basque, je veux dire.
            Et bien non, toute la France ne ressemble pas au Pays Basque ou à la Bretagne, et c’est comme ça.

  • Pendant ce temps le vrai problème se développe. C’est les DaeshBoys and consorts. En bon associés du Panarabisme. Ces mouvements sont présents quasiment partout dans l’Afrique Nord ( la moitié ). L’Afghanistan semble ne plus contrôler sa frontière avec la Chine. Cette région, s’appelle, la sardine (sha dian) . Ca dessine la route pour passer de Chine en Afghanistan et vice versa . Les Chinois ont déjà averti qu’ils avaient ordre de tirer. C’est le prochain lieu de réjouissance.
    Il faut attendre que les Daesh nous envoie d’autres missiles sur pattes pour les raser. Le problème n’est pas résoudre nos petits problèmes. Ils n’ont pas grand chose à voir avec les enjeux qui animent nos DaeshBoys !

  • Le service militaire obligatoire et les possibilités de dispenses avaient une vertu. Les garçons des banlieues difficiles travaillaient en classe afin de pouvoir obtenir un sursis.
    A partir du moment où le Service Militaire a été supprimé, les garçons des banlieues ont relâché leurs efforts. Les filles ont continué à travailler.
    Je ne pense pas qu’un rétablissement d’un semblant de Service Civique motivera les garçons pour les études ; à moins que ce ne soit une véritable contrainte à laquelle il serait mieux d’échapper.
    De plus, j’avais compris que la suppression du Service Militaire répondait d’abord à un souci d’économies budgétaires.
    Par ailleurs pour revenir aux petites polémiques, j’ai noté que M. Bayrou avait fait la leçon à M. Hollande sur l’école. M. Bayrou considère maintenant qu’il faudrait donner la priorité à l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul.
    Dans le roman « Soumission » de Houellebecq, l’une des premières mesures du quinquennat du Président Ben Abbes , annoncée par son Premier Ministre, est la limitation de la scolarité à la fin de la primaire, le rétablissement du Certificat de Fin d’Etudes et l’encouragement de l’apprentissage.

  • On commence par libéraliser le cannabis pour ne plus que les flics s’occupent de ces choses inutiles car celui qui veut s’en procurer n’a qu’à aller au coin de la rue. Tout en affichant les méfaits de cette drogue devant chaque coffeeshop « maladies respiratoires, problèmes de mémorisation etc ».
    On ne relâche plus facilement ces multirécidivistes après lesquels les flics courent puis que la Justice remet en liberté immédiatement tel le tonneau des Danaïdes. Travaux forcés et semi-liberté plutôt qu’emprisonnement total.

  • Pour notre sécuriré et lutter contre le terrorisme, une Mesure phare de Valls : le recrutement de 60 imams et le doublement du budget des aumôneries musulmanes
    C’est une idée formidable et sans doute très efficace…
    Les français Peuvent dormir tranquilles…
    Eric Gildard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *