Jean Louis Pérès, les chiffres, pas les lettres


jean-louis-peres-homme-discret-a-toujours-ete-un-fidele-de_986210_490x290   Dans le cadre de la démarche pour la transparence, et devant la lenteur de la mise en ligne des informations financières de base, nous (avec Joël Braud ) avons souhaité rencontrer l’Adjoint aux finances de la ville et de la CDAPP, Jean Louis Pérès. Mais qu’il est difficile d’apporter un minimum de transparence dans la vie politique locale !
Rappel des épisodes précédents, lire :

« Abus de pouvoir par François Bayrou »

« Brouillard sur Pau et son Agglomération, lettre a F Bayrou »

« Brouillard sur Pau et son Agglomération »
Il faut signaler que nous avons noté une première avancée car les budgets 2015 (version M14) de la ville et de l’agglo sont en ligne, ce dernier, la veille de notre visite.

Trois questions avaient été préparées, deux spécifiques concernant la communication des documents financiers, une troisième plus vaste sur les budgets.

Question 1

AP se fait le porte-parole des citoyens qui souhaitent une plus grande transparence dans la vie politique française, à tous les échelons territoriaux. C’est pour cela que nous avons interpellé F. Bayrou sur le sujet de la communication financière en demandant que soient mis en ligne les documents financiers de base pour la ville de Pau et l’agglomération :

– Les Orientations Budgétaires

– Les Budgets Primitifs complets (Format M 14 avec découpage par nature et présentation croisée par fonction)

– les Comptes Administratifs

Ceci pour l’année en cours et les années passées.

Certains de ces documents étaient en ligne et avaient été supprimés.

Quand pourra-t-on trouver ces documents sur les sites de la ville et de la CDAPP ?

 Question 2

Avez-vous la volonté de rendre plus transparente la gestion de la ville ?

Si oui, il serait nécessaire, au delà du point 1 de résoudre, par une information détaillée, la globalité des coûts revenant à la ville de Pau non seulement sur son budget propre mais aussi sur sa quote-part au niveau de l’agglomération. Evidement par fonction.

Aujourd’hui il est impossible de comprendre qui paie quoi et pourquoi. Comment un citoyen peut il porter un jugement ?

D’ailleurs vous nous disiez il y a 4 ans : « Je parle souvent de la CDA au sein du conseil municipal parce que je considère que les deux structures sont très imbriquées et on ne peut pas comprendre, tant sur le plan budgétaire que général, la ville de Pau si on ne l’intègre pas dans le cadre de la communauté d’agglomération. »

Que pouvez-vous faire dans ce domaine ? Que voulez vous faire dans ce domaine pour améliorer la compréhension par le citoyen ?

 

 D’entrée de jeu J.L. Pérès nous fait savoir qu’il n’est pas en charge de la communication financière, qu’il n’est pas au courant de cette démarche, que chacun a son rôle dans l’équipe municipale et donc qu’il faut voir le responsable de la communication… Il est là pour nous présenter les budgets de la ville et de l’agglomération, et donc commence son exposé.

On voit donc que notre démarche fait flop ….Ce recadrage de la part de J.L. Pérès souligne le cloisonnement qui existe au sein de l’équipe municipale, voire l’étanchéité entre les différentes responsabilités des adjoints.

S’ensuit un exposé sur le budget que je ne retranscris pas car il vous suffit d’aller sur le site de la ville et de l’agglo et de lire les Délibérations sur le Budget Primitif 2015. Durant cet exposé, bien sûr, quelques questions impertinentes ont pu être posées sur les thèmes suivants :

Les impôts locaux et leur augmentation continue.

L’évolution des dotations de l’Etat.

Le problème de la trop forte masse salariale qui continue à augmenter.

Le nouveau stade du Hameau et le flou sur le loyer de la section Paloise.

…etc.

Cela fera l’objet d’un article spécifique car la matière est importante…

Pour résumer, il semble que toute l’équipe municipale n’a pas lu le bon ouvrage de François Bayrou : « Abus de pouvoir », et je ne résiste pas a en citer un passage :

  » Il s’agit une fois pour toutes de débarrasser les pouvoirs de la crainte qui les hantaient depuis des décennies : la crainte de l’enquête, l’emmerdeur qui va débusquer ce qu’on voulait cacher, le révéler au citoyen pour que sa réflexion mûrisse, et que l’indignation civique se construise, empêchant l’abus de se perpétuer. »

 

 

par Daniel Sango

Comments

  1. Georges Vallet says:

    La kalachnikov même oralement utilisée n’est pas mon arme favorite.

  2. Michel LACANETTE says:

    Tout cela dénote un déphasage complet entre les élus et les citoyens, mais également, que notre pays est encore loin d’ être une démocratie apaisée.
    On a bien souvent l’ impression que le fait d’ être élu, donne le droit au personnel politique, d’ être propriétaire de sa fonction, alors que la logique, voudrait qu’ il soit là pour être au service des concitoyens, qui paient des impôts. On a en permanence
    l’ impression que dans le métier d’ Elu, une partie est coupable, donc taboue.
    Cela ne pourra évoluer d’ une part, que par le changement de la Constitution, d’ autre part par l’ apparition de nouvelles têtes dans le milieu politique( jeunes ou vieilles, mais jeunes de préférence et féminines, ça donnera du charme et attirera du monde dans
    l’ isoloir).
    La seconde condition ne sera possible que lorsque la première sera appliquée. Sinon, on pourra avoir quelques têtes nouvelles par-ci,par-là, vite dégoûtées, car toujours tenues en laisse par la bien « pensance » politique en place, comme on a bien trop souvent pu le constater ces dernières années.N’ oublions pas que pour fonctionner  » La Transparence » doit être une pratique volontariste partagée entre les Elus et les Citoyens, à condition qu’ il y ait un cadre légal.

    • @Lananette Comme vous le dites, il y a un déphasage entre élus et population. Nos institutions datent d’il y a plusieurs siècles. Il y a longtemps, l’époque se caractérisait par une connaissance des choses très clairsemés dans la population, et par des communications très lentes ( cheval, télégraphe…….;) Aujourd’hui on voit tout de partout, la compétence est partout dans la population , on communique de partout. Et nos institutions n’ont pas changé. On essaye d’y remédier par 36 systèmes en oubliant le principal. ( transparence entre autres )

      Nos Elus ne devraient jamais avoir le « carnet de chèque » et ils ne devraient jamais être opérationnels. Le Conseil Municipal ne devrait qu’avoir un rôle proche de celui des Conseils d’Administration d’ Entreprises. Ils votent les orientations, et peut participer à la nomination des dirigeants opérationnels qui seraient révocables à tout moment. Déjà cela enlèverait beaucoup de suspicion; Cela rendrait les Mairies et autres, plus compétentes. Diriger un projet, cela demande des compétences. Et un conseiller municipal ne devrait pas avoir à travailler plus de 3 heures par mois. Cette organisation aurait plein d’avantages. Meilleur contrôle des opérationnels, meilleur contrôle des évolutions à long terme ( et une ville se gère sur une période de 50 à 100 ans, c’est délicat, il faut consulter…..). La transparence serait presque automatique. Les audits seraient systématiques. Et on aurait des municipalités compétentes au niveau professionnel; Le Maire garderait ses fonctions d’Etat Civil et de Police. La Mairie tout pouvoir quitte à révoquer la direction opérationnelle. Mais il y aurait séparation des pouvoirs

      • Michel LACANETTE says:

        « Mais il y aurait séparation des pouvoirs »
        C’ est pour cela qu’ il faut très vite changer la Constitution. Au même titre que l’ on a fait la séparation du religieux et du politique, il faut faire la séparation du politique et de l’ administratif, mais également du financier et du politique. Aujourd’ hui chacun peut marcher sur les plates bandes des autres sans avoir à rendre de comptes à qui que se soit. Tant qu’ il n’ y aura pas ce changement fondamental rien ne sera possible en matière de Transparence. En ce moment, le mot à la mode est  » amalgame », en ce domaine, nous y sommes volontairement en plein dedans .
        N’ oublions pas que la Constitution actuelle est très favorable à la famille
        politico/ administrative, il est donc nécessaire de faire un rééquilibrage équitable, entre les trois piliers de la société, le peuple, le politique, l’ administratif. Tant que ce travail ne sera pas fait, la transparence pérenne n’ aura pas cours et notre pays n’ évoluera pas.

        • Merci Lacanette, pour un peu d’air, pour élargir un peu le sujet, Séparons ! Et Descartes nous y a poussé souvent à découper les problèmes. Séparons, nous serons moins sectaire. Et pourtant le sectarisme sépare ! Les mots sont en effet tout sauf transparents. C’est bien pour cela qu’on les sépare par des petits mots, pour instiller des nuances. Et on voit ce besoin de nuances à mettre en place même chez les partisans fougueux de la transparence chez qui la nuance a tendance à disparaître. La transparence, Un brouillard épais ?

    • Georges Vallet says:

      M.Lacanette 15/02
      « alors que la logique, voudrait qu’ il soit là pour être au service des concitoyens, qui paient des impôts. »

      Et de ceux qui ‘en payent pas car ils ne gagnent pas assez!

  3. La Transparence, tout le monde se rend compte que c’est lourd, ce n’est pas publié en totalité, , cela tien à une armée de bénévoles,… pour recueillir des données et etc. C’est un métier en fait ! Prenons donc les gens du métier. Ce sont les auditeurs. Il y a même des auditeurs en belles gambettes ! Fixons un budget d’audit à 0.5% de la collectivité auditée. Rien que pour la Mairie, cela fait déjà un budget de 750 000 E. C’est pas rien. C’est 1 000 jours d’audit ! 5 personnes à plein temps ! IL y a de quoi faire. Vous allez dire, l’auditeur est payé et heureusement qu’il est payé.

    Maintenant l’audit c’est pas la guerre, c’est améliorer le rata ! Ce sont des pratiques qu’on peut trouver dans le Privé pour gérer des gros projets faisant intervenir plusieurs types d’équipes. . Il y a plusieurs auditeurs. Dans ces conditions tout le monde peut dormir sur ses 2 oreilles. C’est difficile de faire prospérer des erreurs. Il y a toujours un « abruti » qui trouve l’erreur à né pas découvrir. Mais le projet bénéficie des avis des auditeurs. Les prestataires de services, un peu techniques, ont tout intérêt à ce qu’il y ait un véritable auditeur. Il participe à l’avancement du projet,. On y écrit plus qu’on ne parle. C’est très dur pour un auditeur d’être un peu pourri. Il perd son métier. Et surtout il ne faut pas que l’auditeur, soit lié à une des parties, même si tout le monde se connait.

    Maintenant cela demande un peu d’éducation, cela ne sert à rien de traiter de tous les noms possibles pour les directeurs de projet, pour le client, . En termes méprisant,. IL suffit dé négocier avec Bayrou, un % d ‘audit, 0.5% par exemple, se mettre d’accord sur les sujets d’audit, tout ou une partie, sur les modalités, les publications, et cela vous donnera moins boutons ! Et vous verrez que Bayrou sera totalement d’accord pour traiter le sujet sous cet angle. Il faut pas commencer par le pinaillage le plus lourd.
    L’audit, il participe au progrès. L’audit n’est pas là pour dégommer le Maire, le menacer des conséquences les plus graves; C’est un travail en commun avec des angles de vues différents.

    La transparence, c’était le seul outil il y a 10 ans pour voir tout ce qui se passait. Mais aujourd’hui. Il y a plein de techniques pour voir tout de partout, tout entendre, de partout, tout compter de partout, tout répercuter de partout. Tout le monde est déjà transparent sans le savoir !

    • Bon, je m’y colle pour répondre…

      1 La transparence c’est pas lourd, c’est hyper simple. Tout est aujourd’hui numérisé il suffit de quelques clics pour mettre tout en ligne, jusqu’au notes de frais des élus, chose qui se fait dans les vraies démocraties nordiques

      2 il existe déjà un audit, il s’appelle la Cour des Comptes Régionales, elle fait son travail, mais on ne peut pas lui demander de tout voir partout …il y a 36500 communes, des centaines d’intercommunalité, une centaine de départements…etc

      3 en France aucun élu n’acceptera d’être audité par un indépendant. Le roitelet a son pouvoir et il y tient. Il suffit d’écouter les Maires, les Conseillers Généraux, les sénateurs, etc…

      4 quand un élu demande un audit il en cache le résultat. Regardez ce qu’a fait Bayrou, un audit (très simple) a été fait sur les finances de l’agglo ( voir mon article « André Bayrou Maire de Pau  » ) qui annonce le pire pour les finances de l’Agglo, est ce que vous avez entendu parler de cet audit sur le site de la ville de Pau ? Ou dans un des canards gras du coin ?
      Bien sûr que non.

      Bon je connais parfaitement la puissance et l’intérêt des audits et des benchmarks indépendants, mais à défaut de volonté politique, obliger à la transparence est une nécessité. Ces données, mêmes si elles ne seront pas comprises par 90 % des citoyens, le seront par un journaliste d’investigation, ou même un bon journaliste, un lanceur d’alerte, ou un débile d’AP .

      • « obliger à la transparence est une nécessité » : Dans une démocratie digne de ce nom, la Transparence, tout le temps et à tous les niveaux, devrait être inscrite dans la Constitution, dans les textes de lois, les décrets d’application, les modes opératoires etc.
        Il ne devrait pas être nécessaire d’avoir des audits. Tout devrait être simplement visible.
        Tout nouvel élu devrait s’engager solennellement à agir en « toute transparence » etc… sauf à croire qu’il est de droit divin et qu’il n’a pas à être transparent une fois élu. Cela pose alors la question de : Quelle démocratie voulons-nous ?
        Quand à la Cour des Comptes, nationale ou régionale, il est évident que ses travaux devraient aller au-delà des recommandations. Elle devrait pouvoir saisir la justice. Il faut creuser le sujet.
        Pour ce qui est de la récente Haute Autorité (nationale) de la Transparence, elle est trop centrée sur les patrimoines et revenus des seuls membres du gouvernement, du sénat et de l’assemblée. Le moindre élu doit déclarer.
        Mais la Transparence, ce n’est pas uniquement cela. Budget, dépenses, appels d’offres, notes de frais etc. « Le Voyage à Sydney » de Labazée dans tous ses détails par exemple. Pour éviter que cela en se reproduise…

        • Le plus grave dans les dérives potentielles des élus, ce n’est pas la petite grivèlerie des notes de frais, et les gâteries à la DSK ! C’est davantage les errements des projets et autres. Les 31 ME annuels, de la taxe versement transport gérés sans le moindre contrôle,, et le petit frère de ces 31 ME, via le Bus Tram, tout cela passe dans la vapeur de la locomotive. Et aujourd’hui les petits trucs comme les 4 à 6 me qui vont passer dans les tribunes du Hameau. Et ce dernier exemple est révélateur. Donner de l’argent public à un projet qui ressort du privé, conduit à restreindre le projet; On peut pas trop exagérer quand même ! Et du coup on limite le projet prévu. et cela tourne bien souvent à l’échec.

          C’est pour cela qu’il faut un système de transparence. Mais c’est pas pour cela une inquisition. On peut rester poli. Pourquoi s’en prendre à la qualité du steak de l’Elu ?

          La mise en place d’audit permanent dans un cadre budgétaire permettrait de transformer cette transparence en améliorateur des projets et du fonctionnement. Et ce cadre budgétaire permettrait de fonctionner normalement.

  4. Mehdi Jabrane says:

    Bravo Monsieur Sango et merci mille fois !!!
    Ce combat obscur et éprouvant vous fait honneur.

  5. Je crois qu’on a tort de poursuivre nos Elus en brandissant ce nouveau goupillon « La Transparence !  » L’Elu se sent enfermé dans un corset ! Il reste timide. Et cela nous fait une crise de tristesse. La Transparence ce pourrait être des auditeurs. Qui fonctionneraient avec un budget ( 0.5%¨du budget à contrôler ? ). L’auditeur ferait son rapport. Et on éviterait les grandes erreurs. Type Bus Tram. Mais faut-il couper tous les charmes qui apparaissent ?

    Il faut un système qui laisse l’Elu avoir de l’initiative. Regardez l’histoire de nos tribunes du Hameau. On va avoir 13 à 18000 places pour le stade avec 4 à 5 ME payés par le Conseil Général. Sur le principe c’est une honte; Ce devrait être zéro. Le Conseil Général ne devrait pas paye pour des activités privées. Et ce n’est même pas pour des raisons morales. C’est simplement parce que une autorité publique ne peut pas gérer efficacement de tels spectacles. En France il y a 60 clubs de Top14 et D2 qui demandent 15 ME en moyenne chaque année, 1 milliard au total, avec des Stades qui demandent chacun au moins de 30 ME à 600 ME, soit 10 milliards de plus. On en est à 10 Mrd au total au minimum. Le Public y va pour son malheur, car il y met une pincé » de sel, ce qui est insuffisant et inadapté.

    Ces spectacles sont d’une autre nature que les matchs d’il y a 30 ans. C’est presque du French Cancan de haute volée ! Aurait on l’idée de freiner le French Cancan ?

    C’est le domaine du privé. Mais le privé a besoin d’autres moyens Le privé ne le fait que pour des raisons liées à la communication. Il participe pour se faire connaître pour vendre, Le sport n’est là que pour justifier la vente ! Et c’est normal, ! Ce que fait le privé dans ce domaine n’est bon pour lui que s ‘il est déjà bon pour le Public. Il y faut donc du monde, sur place , sur Mars, ou autre….. C’est cela la réussite. du Privé, c’est réussir à vendre au Public en gagnant le plus et c’est normal.

    A PAU un privé ne jurera que un stade près de la gare, il verra les trains arriver jusqu’u milieu du terrain ! les voitures arriveront de partout, et les ballons tomberont du ciel……. Le Privé sortira un rêve à 50 ME pour en générer 100 fois plus. Et vous voulez que la Transparence donne vu sur sa propre grisaille . L’homme Politique ne peut pas être un actif dans ce genre d’aventures. Il peut accompagner, ouvrir des Portes. C’est là qu’un audit doit être permanent, mais subtil ! On rend notre monde très triste. Et dans la transparence y aurait il eu Archimède et son Eureka ? Non. Tout serait resté au fond de la baignoire !

    • « Je crois qu’on a tort de poursuivre nos Elus en brandissant ce nouveau goupillon « La Transparence »

      Donc quand vous votez, c’est à partir des boniments qu’on vous raconte ?
      C’est votre droit de ne pas vouloir savoir ce que font les élus de votre argent, en ce qui me concerne (et bien d’autres en Europe) je préfére savoir de quoi je parle a partir de chiffres valides et complets plutôt qu’à partir d’élucubrations entendues en buvant le pastis au bistrot du coin.

      La démocratie aura progressé en France quand tous le monde aura accès à toutes les données, jusqu’au détail des notes de frais des élus.

      • *Daniel Sango, vous écrivez « C’est votre droit de ne pas vouloir savoir ce que font les élus de votre argent » Je n’ai pas écrit ce genre de choses J’ai écrit qu’il fallait instituer un système d’audit permanent sur les compte gérés par les Mairies et autres. Et d’y consacrer un budget. 0.5% des 150 Millions de la commune, c’est 750 000 E, c’est 10 personnes à plein temps déjà ! C’est déjà beaucoup. Et ce serait plus professionnel, que ces dénonciations à la petite semaine. C’est ce genre de choses qu’il faudrait faire fonctionner. Un auditeur n’a pas que la fonction de critique. Il a surtout une fonction d’amélioration. et de contrôle. Si on prend le cas du budget du stade du Hameau pour ce qui est des subventions., on voit des institutions publiques consacrer 4 à 5 ME pour passer le stade à 13 ou 18 000 places. Pour une affaire commerciale. Il se peut qu’il faille investir bien davantage dans un Stade, 100 ME ? Mais il faut le voir alors comme étant un spectacle. Ce serait autre chose. Et à la charge unique du privé. Et on comprend que le pouvoir politique ne veuille pas se lancer dans des aventures encore plus fortes. Il en restera à des limites dites raisonnables qui finiront par devenir déraisonnables. Et le tout dans l’illumination de la transparence.

  6. Bravo Daniel,
    Il est temps que les citoyens aient accès aux données publiques.
    La distance entre le discours de FB et la pratique de son équipe est abyssale,
    l’archange de Bordères nous refait du Labarrère , son modèle.

    • Georges Vallet says:

      « Il est temps que les citoyens aient accès aux données publiques »
      Théoriquement, c’est évident.
      Pratiquement, combien chercheront à y accéder? Dans les familles il y a bien d’autres priorités!
      Admettons que certains y accèdent? A quoi cela va leur servir? Pourront-ils le dénoncer,s’opposer à certaines décisions?
      La seule éventualité est de manifester son désaccord en votant pour d’autres à la fin de la mandature. Seront-ils plus transparents et meilleurs et pour qui?

      • Georges, vous étiez Conseiller en communication d’Omar Bongo ?

      • « Il est temps que l’on pollue moins la planète » –> théoriquement c’est évident. Pratiquement qui cela intéresse ? Dans les familles il y a bien d’autres priorités !

        Vous êtes d’accord, Georges ?

        • Georges Vallet says:

          Tout à fait.
          On pourrait même ajouter que le raisonnement est valable dans beaucoup d’autres domaines.
          Dans un cas comme dans l’autre, l’évidence est qu’une grande partie de la population, dépassée par les contraintes de la vie, s’efforce de s’en sortir comme elle peut; balayer devant sa porte c’est déjà trop pour beaucoup! L’individualisme ambiant a pris le dessus, les uns par obligation de survie, les autres par intérêt, je le déplore profondément.

          • Dans ce cas on ne fait plus rien, et il ne sert même plus à rien d’écrire quoi que ce soit.

            • Georges Vallet says:

              Pas d’accord, écrire sert à deux choses: évacuer son surplus d’adrénaline ce qui fait beaucoup de bien, et diffuser sa vision des choses ce qui contribue à l’enrichissement collectif.

      • Mehdi Jabrane says:

        @georgesvallet
        Le combat de M. Sango est noble car il est ingrat, peu reconnu et qu’il a peu de chances de succès.
        C’est d’ailleurs un peu l’état d’esprit des prophètes, des révolutionnaires, ou encore des chercheurs scientifiques : y croire quand tout vous pousse à renoncer.
        Pour ma part si je pouvais avoir la même détermination que M. Sango dans 30 ans et plus, au seuil de ma mort j’aurai le sentiment d’avoir fait un bonne partie de mon devoir.

        • Georges Vallet says:

          Merci de cette intervention; je ne connais de M.Sango que ses participations ce qui est, c’est vrai, bien superficiel. Si j’ai pu faire fausse route à propos de certaines interprétations, je le regrette.

      • GV: « La seule éventualité est de manifester son désaccord en votant pour d’autres à la fin de la mandature. »
        Non, et cela ne sert généralement pas à grand-chose. C’est en réunion publique qu’il faut mettre à mal le roitelet pour faire bouger les lignes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s