Égalité


imagesC’est un des trois principes figurant sur les frontispices des bâtiments de notre République. La devise a de l’envergure, mais se nourrir de mots est forcément plus facile que d’en respecter les concepts. Le mot égalité est, aux yeux de beaucoup, le plus difficile à respecter ou à faire respecter pourtant il est sans doute le plus essentiel. Pour autant il n’a pas la signification facile que certains lui accordent. Mais égalité de qui ? Egalité en quoi ?

 Nous ne sommes pas tous égaux, Coluche le disait dans un de ses sketchs, mais par rapport à l’ancien régime ce terme marquait une évolution. Egalité de tous devant la loi et devant l’impôt. La nuit du 4 août 1789 a proclamé l’abolition des privilèges. A partir de cette date La Fontaine ne pourra plus dire « Selon que vous serez puissants ou misérables les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » (Les animaux malades de la peste). La loi s’appliquera à tous avec la même rigueur, selon les mêmes principes.

 Parmi les décrets de ce 4 août 1789 figurait le principe absolu de l’égalité de tous devant l’impôt. Mais pourquoi ce principe a-t-il été de nos jours autant oublié ? Il n’est pour s’en convaincre que de comparer la pression fiscale locale. J’ai eu l’occasion ces jours-ci de comparer la taxe d’habitation récoltée à Pau avec celle pratiquée à Oloron. Par chance la comparaison porte sur deux cas parfaitement identiques. Les maisons d’habitation récemment estimées sont de même valeur. Les revenus sont légèrement plus élevés chez le contribuable oloronais.

 Force est de constater que la taxe d’habitation payée par le Palois est trois fois plus élevée que celle payée par l’Oloronais. Oui vous avez bien lu, trois fois !

 Alors comment expliquer cette flagrante inégalité des citoyens devant l’impôt ? La réponse facile est de dire : «  oui mais vous à Pau, vous avez un Zénith, un Palais des Sports, un Stade d’eaux vives, un stade nautique, un Jaï Alaï, un palais  Beaumont, une médiathèque ». Comme si ces lieux étaient interdits aux habitants des autres communes du Béarn.

 L’autre réponse est de dire : «  Mais vous avez voté pour des candidats qui se sont engagés sur des dépenses excessives ». Et là c’est plutôt vrai. André Labarrère avait coutume de dire que l’on n’est pas élu sur des économies d’impôts mais au contraire sur des projets de dépenses. C’est un peu le défaut du système dans lequel les élus locaux disposent d’une latitude exagérée pour gérer les collectivités. Ils sont plus soucieux de laisser leur nom à la postérité par le moyen de réalisations dispendieuses, que de réellement servir l’intérêt général.

 Les projets actuels de François Bayrou vont dans le même sens. Le stade de rugby, les Halles,  les alentours du stade d’eaux vives et plus tard le parc des expositions doivent être agrandis, aménagés, rénovés voire déplacés. Ce n’est pas tout de construire il faut ensuite entretenir et toutes ces installations ne sont pas budgétairement autonomes.

 La solution de facilité pour les responsables politiques a toujours été de ponctionner davantage les contribuables. Certains y verront, avec raison, une dérive de la décentralisation où ces pouvoirs trop larges reconnus aux élus locaux ont entraînés ces inégalités. Un pouvoir central qui fixerait des règles communes au niveau national ne serait pas après tout inconcevable. Il limiterait, dans des proportions significatives, les pouvoirs des baronnets locaux. Ceux-ci d’ailleurs, comme tous les politiques de notre pays, sont incapables de baisser les impôts. F. Bayrou s’était engagé à baisser les impôts locaux de 1% (SIC). En réalité il n’a baissé que le taux de la taxe d’habitation de 1%, ce qui n’est pas la même chose *.

 Alors, devons-nous nous résigner ? En attendant évoquons le cynisme d’Henri QUEUILLE :

« Toute réforme fiscale consiste à supprimer des impôts sur des choses qui étaient taxées depuis longtemps pour les remplacer par de nouveaux plus lourds sur des choses qui ne l’étaient pas. »

 

Pau, le 24 février 2015

Par Joël BRAUD

 *Pour ce qui concerne mon cas personnel, la taxe d’habitation a baissé de deux euros.

Comments

  1. l'ours du bois says:

    J’aurai aimé faire une (longue….trop longue) tirade comme savent bien le faire certain rédacteur de Alternative, mais n’en ai aucun talent,

    alors quel est l’égalité (ou l’inégalité) de la nouvelle (future) loi macron.
    présentée avec cent articles, sortie avec presque 300.

    l’une de ces proposition est particulièrement inégale:
    le choix des jours fériés selon les régions.
    si vous avez des petits enfants (car comme dit Hélène, ne reste sur AP que des papis;)
    vivant dans différentes régions, (les Antilles, réunion, Mayotte, st pierre, sont aussi la France) comment les réunir pour pâques, ( bientôt noël)

    Déjà, une certaine Eve voulais modifier les fêtes nationales du 14 Juillet; du 8 mai et 11 Novembre.

    Mais qui connais les (presque trois cent article de cette loi?)

    Pardon d’avoir troublé votre sommeil

    Dormez en paix!!!!

  2. J’ajourerai qu’ à Oloron nous avons:

    Une très grande médiathèque construite au milieu du gave qui a reçu l’équerre d’argent
    une salle de spectacle de 5 00 places
    sans doute les plus belles installations sportives du Béarn rapportées à la taille de la ville
    une salle de cinéma type art et essai de 4 salles
    2 crèches et un centre social
    des impôts qui en taux ou en produit sont la moitié de ce qu’ils devraient être comparés aux moyennes

    Et pour tant l’ancien maire a été battu (‘de 8 voix il est vrai) notamment pour avoir trop augmenté les impôts (et pour quelques maladresses également et une mauvaise campagne)..

    Je confirme le rapport de 1 à 3 des taxes entre Pau et Oloron.. A Goès (même taux qu Oloron) monsieur PYC, pour lui et pour son chat, paie environ 1 300 € (TH +Tf ) pour une maison de 120 m2 et 1500 m 2 de terrain.
    entre Orthez et Oloron le rapport est de 1 à 2…

    Cherchez l’ erreur..

  3. D’accord avec ce texte.
    Juste un détail: ne pas mettre sur le même plan la rénovation des halles et l’extension du stade de rugby.

  4. Pour compléter ce panorama il faut rajouter que seule la moitié des foyers fiscaux payent une taxe d’habitation (de même pour l’impôt sur le revenu)
    Comme notre caste d’élu n’a pour objectif principal que d’être ré élue pour continuer à couler des jours paisibles dans leur monde en dehors de la vraie vie, il en résulte fort logiquement une propension a dépenser à gogo, au minimum 50 % des électeurs applaudissant à cette gabégie.
    Ceci bien sûr vaut pour le Conseil Général qui est parti lui aussi dans une fuite en avant de la dette, tout comme l’Etat.

    Le dernier chiffre publié montre que malgré tous les blablas la dépense publique française continue aujourd’hui a augmenter, elle représente 57,7 % du PIB

    Il n’y aura bientôt plus qu’un seul rameur dans la barque France pleine à ras bord de passagers…

    Pôvre France

    • l'ours du bois says:

      non!! D.S. vous ne serez pas seul, et si il le faut nous prendrons, un pédalo avec un tel bon capitaine!!!
      nous ferons bien sur des économies, avec l’agrandissement de l’aquitaine…
      qui aura, un nouveau nom
      un nouveau logo,
      une fraise, qui ira du Périgord (pas de la Dordogne, car pour faire des économies, elle va aussi changer de nom) a la fraise du bon roi Henri
      un accouplement des vaches, car de l’aquitaine (ou bordelaise) a la limousine, il n’y a qu’un pis (pardon qu’un pas….)
      enfin, le bérêt basque sera toujours Béarnais du nord au sud de l’aquitaine

      quand aux autres égalité;;;;non, coluche n’est pas mort

    • Avec l’Egalité, on en arrive à l’Egalité devant l’Impôt. Et à ce titre, chacun va payer d’après ses revenus ! Beau sentiment. Mais qui engendre une complexité et des coûts comme on en voit encore peu ailleurs, dans d’autres pays. Un certain Ministre des Finances , Michel Jobert je crois, avait écrit un livre sur la suppression de l’impôt sur le revenu, tellement il était effrayé.

      En fait l’impôt sur le revenu, à tendance égalitaire, est surtout inégalitaire. Il y a simplement des besoins collectifs de la collectivité. Et cela il y a 36 manières de récolter cet impôt. Pourquoi serait il égalitaire ? Si on multiplie par 4 ou 5 le prix de l’énergie, et qu’il n’y a que cet impôt ? Qui peut y échapper s’il vit en France ? Personne, mis à part quelques frontaliers. Plus d’évasion fiscale, plus de contrôle et paiement de l’impôt à la source en une centaine de points, ( carburants, électricité, )

      Notre poursuite de l’égalité nous fait tout oublier .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s