La partie de cartes à Jurançon : Pour qui les 10 de der ?…


10 de derComme on pouvait s’y attendre, le résultat de ce premier tour est un ballotage serré entre SOUDARD – TRIEP CAPDEVILLE (PS) d’un côté, tous deux conseillers généraux sortant, et BERNOS – SCHWARTZWALDER (UMP-UDI), tous deux nouveaux candidats de l’autre. Mais, à y regarder de près, ce premier tour est plein d’enseignements.

Tout d’abord, ce que je trouve magnifique, c’est que tout le monde a l’air satisfait, de l’extrême droite à l’extrême gauche. Tous les hommes politiques interrogés sont satisfaits « d’être en tête  » ou sont satisfaits « d’avoir bien résisté ». Bien sûr, il est encore trop tôt pour se préoccuper de savoir si les électeurs aussi sont satisfaits. Le plus urgent dans l’immédiat c’est d’élaborer des stratégies pour le 2e tour. Et c’est là que cela devient intéressant à Jurançon !…
Première surprise : la participation. On la prévoyait à moins de 40% et elle est à plus de 50%.
Deuxième surprise : les votes blancs ou nuls qui d’habitude se situent aux environs de 1 à 2% des votants, dépassent les 7%. C’est déjà un vrai message à nos hommes politiques que personnellement je traduis ainsi : »Je remplis mon devoir de citoyen et je vais voter, mais, quelles que soient mes idées, je ne fais confiance à aucun des candidats en présence, de droite ou de gauche, pour les défendre !… » Il sera intéressant de voir si le pourcentage de votes blancs ou nuls au second tour confirme cette tendance, et, si c’est le cas, il faudra bien que nos hommes politiques commencent à en prendre conscience.
Troisième surprise : le score de Nouvelle Donne : 7, 51% !… Lors de leur réunion publique à Jurançon, je leur avais posé la question de savoir ce qu’ils pouvaient espérer avec seulement 2 listes sur les 27 cantons. Monsieur PIC m’avait répondu en souriant que, dans le cas où UMP et PS seraient partagés 50/50, même en étant peu nombreux, on peut jouer les arbitres.
Bravo, Monsieur PIC ! Vous aviez raison ! Et vous êtes maintenant en position d’arbitre pour le 2e tour.
Que peut-il se passer au 2e tour dans le canton Billère et Coteaux de Jurançon ?
Compte tenu de la participation inespérée au premier tour, il serait surprenant qu’une nouvelle vague de mobilisation des électeurs amène des centaines d’abstentionnistes à voter. Et, même si c’était le cas, il est probable que les nouveaux votants se répartiraient équitablement entre droite et gauche. Donc, l’élection ne se jouera pas sur la mobilisation mais sur le report des voix. Je serais également surpris que des électeurs qui ont voté blanc au premier tour votent différemment au second. Reste le report des voix.
Georges PORTUGAL a annoncé la couleur au marché de Jurançon : « Si, par malheur, nous n’étions pas au second tour, m’a-t-il dit, il est évident que nous ferions tout pour battre la droite !… » On peut donc raisonnablement penser que les 9% du FDG se reporteront sur Bernard SOUDARD qui approcherait ainsi les 49% des suffrages exprimés. Il n’en manque encore un peu… Quant à Michel BERNOS, il lui faut 500 voix de plus pour gagner, soit, à peu près les voix de Nouvelle Donne.
Alors, Monsieur PIC, à qui allez-vous donner vos voix ?
Votre programme politique vous situe plutôt à gauche et, si l’on suit la logique du bipartisme qui a prévalu jusqu’à présent chez nos hommes politiques, il n’est pas facile de recommander à ses électeurs de voter pour la droite…
Mais j’ai cru comprendre que Nouvelle Donne se donnait pour objectif de faire de la politique autrement, au point d’en avoir fait une Charte dans laquelle la logique du bipartisme est contestée et le cumul des mandats est prohibé.
Alors ? Equipe SOUDARD formée de 2 conseillers généraux sortant multirécidivistes ? Ou équipe BERNOS formée de 2 nouveaux candidats, encore jamais élus au Conseil Général ? Après le théâtre de Pagnol, nous voilà en plein Corneille !
Je suis curieux de connaître votre position et, surtout, les motivations qui la dicteront.

– par JYS

Comments

  1. Hélène Lafon says:

    Merci pour ce commentaire. Mais il mérite la colonne centrale du site. Alors envoyez aux administrateurs un mot : « d’accord » et le commentaire devient article !

  2. PIC Frédéric says:

    bonjour à tous,

    comme je suis cité dans l’article, je me dois de répondre…

    je le fais au nom du Comité Local Béarn de Nouvelle Donne, qui a pris sa décision hier soir comme à notre habitude au consensus après discussion. A Nouvelle Donne, pas de porte-parole auto-proclamé.

    Comme le dit fort bien PierU qui m’a enlevé l’argument de la plume, entre un binôme SOUDAR-TRIEP déjà cumulard et un Mr BERNOS qui le serait une fois élu, le cancer du cumul aura fait ses métastases propres à emporter – si ce n’est déjà fait – ce que nous appelons Démocratie. Je ne vois là aucune différence entre les deux.

    sur notre importance très relative (à ce jour !) Il est vrai que j’avais évoqué – de façon quelque peu facétieuse mais malgré tout réelle et déjà constatée – le rôle d’arbitre que peut jouer une minorité, voir une micro-minorité. Mais ce rôle n’aurait existé qu’une fois élus, en jouant pleinement notre rôle dans l’assemblée départementale. N’étant pas élus, ce rôle s’efface…

    Vous me demandez à qui je vais donner mes voix ?

    M’enfin, Gastounet !! ce ne sont pas MES voix, ce sont celles de ceux et celles qui ont voté pour les Idées que nous avons présentées. Elles sont là, ces idées et ces voix, bien réelles, mais insaisissables parce qu’entre les mains des électeurs !

    Je me contenterai donc ici de vous donner un extrait du communiqué que nous adressons ce jour aux médias :

    « Au second tour se retrouvent sur les cantons de Billère-Côteaux de Jurançon et PAU2 les responsables des politiques que nous combattons, qu’ils nous aient plongé dans la crise ou qu’ils nous y maintiennent. Nous ne voyons aucune raison de soutenir aujourd’hui ceux que nous critiquions hier..

    Et nous ne proposons sûrement pas aux citoyens de « reprendre la main » pour la leur tenir !. Prenant date pour l’avenir, nous nous interdisons donc de donner le moindre « conseil » à des électeurs que nous estimons suffisamment adultes et responsables pour juger en pleine connaissance de cause. »

    Au plaisir d’en discuter avec quiconque

    bien cordialement

    Frédéric PIC
    Nouvelle Donne Béarn

    • Georges Vallet says:

      Pour moi, pas de question: Lu et approuvé.

    • Merci Monsieur PIC, vous me faites triplement plaisir par votre réponse.
      D’abord parce que vous répondez vous-même sur le site et, ainsi, vous participez directement au débat public, sans vous réfugier derrière une assemblée toute acquise à votre cause, ou des « porte-paroles auto-proclamés ».
      Ensuite,, parce que votre réponse est argumentée et cohérente avec les valeurs contenues dans votre Charte (transparence et non cumul des mandats).
      Enfin parce que, dans une situation où tout le monde considère que le 2e tour se jouera sur le report des voix, et où les candidats absents du 2e tour sont particulièrement courtisés, vous osez affirmer : « nous nous interdisons donc de donner le moindre « conseil » à des électeurs que nous estimons suffisamment adultes et responsables pour juger en pleine connaissance de cause ». Cela nous change de « la politique des ni-ni » ou des consignes du genre : « il faut faire échec à… »
      Peu importe, au fond, que l’on partage ou pas vos idées politiques. Par votre attitude franche et cohérente, vous méritez toute mon estime.

  3. Joël Braud says:

    Gaston Fébus, votre commentaire est utile à deux titres. D’une part parce qu’il témoigne que chacun peut exprimer son désaccord avec les articles publiés par Alternatives Pyrénées.
    D’autre part parce qu’il donne l’occasion de dire, ou rappeler, que la devise d’Alternatives Pyrénées est : »A chacun sa vérité ». Il en découle que les écrits publiés n’engagent que leurs auteurs et en aucun cas l’ensemble des membres de l’association. Ce qui est vrai d’une manière générale est également vrai pour l’article à propos duquel vous vous exprimez. En période électorale, comme c’est le ces actuellement, certains trouvent l’occasion de faire ressortir leur propre sensibilité. Pourquoi pas ? Notre charte, notre éthique, ne nous autorisent pas à refuser leur collaboration. Leur engagement les concerne. Nous adopterions une position différente si un rédacteur était lui-même candidat à une élection car ce serait alors nous utiliser dans un débat partisan.
    La politique a ceci de particulier qu’elle prétend rassembler, réunir, alors qu’en réalité elle n’est qu’un instrument de division ; ce n’est pas seulement aujourd’hui que vous et moi le découvrons.

    • PierU says:

      Nous adopterions une position différente si un rédacteur était lui-même candidat à une élection car ce serait alors nous utiliser dans un débat partisan.

      Je fais néanmoins remarquer que rien dans la charte ne l’interdirait non plus…

    • Hélène Lafon says:

      +1

  4. Gaston Febus says:

    Je suis un lecteur assidu d’Alternatives Pyrénées, depuis ses débuts. Je ne partage pas toutes les positions, mais j’apprécie certaines analyses portées, au delà des clivages. Si j’écris aujourd’hui, c’est que je pense que les articles répétés de monsieur JYS au sujet des élections sur Jurançon sont totalement partisans et manquent réellement d’objectivité. S’il a des comptes personnels à régler ou bien s’il souhaite apporter un soutien inconditionnel à des amis candidats sur le canton de Jurançon, je regrette qu’il utilise Alternatives Pyrénées de cette manière. Pour moi, il y a un manquement clair à la déontologie d’Alternatives Pyrénées. Vous allez sûrement me répondre que vous êtes un média d’opinion, j’ai plutôt l’impression de lire des publireportages de monsieur JYS. C’est bien dommage, vous perdez en crédibilité, alors que l’essence même de votre média est de prendre de la hauteur. Un lecteur déçu.

    • Monsieur Gaston Febus, pouvez-vous être plus précis ?
      Je ne vois pas du tout ce que vous voulez dire par « les articles répétés de monsieur JYS au sujet des élections sur Jurançon sont totalement partisans et manquent réellement d’objectivité ». Je me suis efforcé d’assister aux réunions de tous les candidats, de poser des questions et de relater sur le site les réponses que j’avais obtenues, c’est-à-dire exactement ce que j’avais annoncé dans mon premier article : « Une élection absurde ».
      Et je me suis toujours efforcé de noter les réponses pour ne pas risquer de les déformer dans mon compte-rendu. Alors, s’il y a un manque d’objectivité quelque part, ne pensez-vous pas qu’il est dans la réponse plutôt que dans la question ?
      J’admet que mes questions peuvent déranger certains candidats, mais si j’avais trouvé les réponses dans la presse, sur le site du CG ou sur la plaquette électorale, je n’aurais pas eu besoin de poser les questions.
      Par ailleurs, j’assume totalement mes opinions, qui n’engagent que moi et l’association Alternatives Pyrénées ne fait que m’offrir un espace pour m’exprimer, de même qu’elle vous a permis d’exprimer votre opinion. Cela ne vous autorise pas, pour autant, à parler de « manquement clair à la déontologie d’Alternatives Pyrénées ». A moins que vous n’ayez l’intention d’écrire un article pour nous exposer ce que devrait être, selon vous, la « déontologie d’Alternatives Pyrénées » ?

      • Hélène Lafon says:

        « … un ballotage serré entre SOUDARD – TRIEP CAPDEVILLE (PS) d’un côté, tous deux conseillers généraux sortant, et BERNOS – SCHWARTZWALDER (UMP-UDI), tous deux nouveaux candidats de l’autre…. »
        Certes, Michel Bernos est nouveau candidat au conseil départemental mais il est déjà très connu en politique et Maire de Jurançon….

      • PierU says:

        Je trouve néanmoins la fin de votre article, JYS, assez orientée tout en ayant l’air de ne pas y toucher… L’équipe Soudard est qualifiée de « multirécidiviste », l’équipe Bernos de « nouveaux candidats encore jamais élus au CG » : vos préférences apparaissent clairement.

        Pourtant, à quoi aspire Michel Bernos, sinon devenir lui aussi un (tout petit) cumulard, comme Bernard Soudard ? Et derrière qui se range-t’il au niveau départemental ? Derrière JJ Lasserre, le multirécidiviste par excellence.

        Bref… Je n’ai pas de sympathie spéciale pour Bernard Soudard, et je n’ai rien de particulier contre Michel Bernos, mais je ne suis pas prêt non plus à avaler sans plus de démonstration que le salut politique du CG passe plus par le second que par le premier.

    • Hélène Lafon says:

      Gaston Fébus ? pourquoi pas Henri IV ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s