La Cour compte pour du beurre


cour des comptes   Il existe en France un organisme dont la compétence n’est remis en cause par personne. Pourtant, ses préconisations ne sont que rarement suivies par le pouvoir en place.

Les « sages » de la rue Cambon interviennent régulièrement pour faire des bilans et des propositions sur le budget de l’Etat et les dépenses publiques. Son Premier Président, Didier Migaud, ancien Président de la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale, socialiste de surcroît, est respecté par tous. Après leur rapport annuel, ils viennent de publier un rapport sur la situation financière calamiteuse de Radio France dont une minorité de personnel mène actuellement une grève scandaleuse depuis deux semaines. Ces personnels, soutenus par des syndicats archaïques ont l’air d’être complètement coupés de la vraie vie.

Pourtant, s’ils écoutent France Inter, ils doivent savoir que l’Etat demande aux entreprises de la vraie économie d’être plus performantes, plus compétitives. Est-ce que la compétitivité, l’amélioration continue des performances, ne devrait être le lot que d’une petite moitié de la France ? La dépense publique atteint près de 58 % du PIB et il faudrait oublier de demander à cette grande moitié de continuer à vivre paisiblement dans un autre monde ?

Les préconisations de la Cour pour Radio France sont des évidences :

– fusionner les trois rédactions de France Inter (140 journalistes) de France Info (100 journalistes) et de France Culture (40 journalistes) qui bien sûr traitent de la même information. Une division par deux du nombre de journalistes, mais aussi de leur environnement serait un objectif, mais la Cour ne va pas jusque là, toujours dans la retenue.

– Stopper les travaux, de réfection de la Maison de la Radio (600 millions d’euro dépensés) dont la dérive financière n’est plus acceptable.

– fusionner les deux orchestres symphoniques et les deux chœurs de Radio France.

Le Gouvernement aura-t-il le courage de siffler la fin de la récréation ? Rien n’est moins sûr.

D’autres suggestions de la Cour n’ont toujours pas eu les suites qu’elles méritent, rêvons que la loi Macron 2 les reprennent toutes :

– les petits aéroports français inutiles et déficitaires

– une vraie réforme des retraites

– la gabegie dans les communes et les intercommunalités

– des centres universitaires qui n’ont pas évolué avec la société

– les stations de ski des Pyrénées

– les sous préfectures sous utilisées

– le coût exorbitant des bus et tramways

– …etc.

Avec, en toile de fond, ce constat récurrent de la Cour : en France les dépenses publiques sont plus élevées qu’ailleurs, pour des services qui ne sont pas meilleurs, voire parfois moins bons que ceux de nos voisins.

Mais nos politiques dont l’unique but est leur ré élection ont le courage dans les chaussettes, et ne comptez pas sur Hollande pour lever le petit doigt. Il joue la montre en attendant la petite reprise qui aura lieu, mais qui ne lui devra rien.

En attendant, et puisqu’on parle de Radio France, est-il normal que le contribuable paye un emplacement de Bleu Béarn sur la place Clemenceau, le lieu le plus cher de Pau, alors que l’on peut faire de la radio depuis un local moins coûteux ?

 

par Daniel Sango

Comments

  1. larouture says:

    En regardant le dessin rapidement, j’ai cru que
    F. Hollande faisait le ménage et qu’il passait la serpillière.
    Ne le fait-il pas un peu quand même?

  2. DS: »Il existe en France un organisme dont la compétence n’est remis en cause par personne. »
    Si, par moi !
    La chambre régionale des comptes n’a rien dit sur le coût aberrant du sport pro à Pau, de la médiathèque, en parallèle des impôts trop élevés et des rues défoncées, alors qu’elle a un avis consultatif.
    « le coût des bus et des tramways » et donc ?? Il faudrait les supprimer ou réduire très fortement les fréquences ? (Non, il faut les rendre « gratuits » dans les villes de taille moyenne pour en doubler la fréquentation).
    A l’écouter, il n’y aurait également presque aucune ligne LGV, alors que le réseau actuel est bon: il ne manque que Bx-Toulouse et seul Dijon-Mulhouse est en trop.

  3. « est-il normal que le contribuable paye un emplacement de Bleu Béarn sur la place Clemenceau » comme le remarque D Sango.
    Lors de l’inauguration des locaux le « responsable » était fier d’annoncer que les travaux d’aménagement avaient coûté 1 million d’euros .

    En fait il était trop modeste: la facture paloise s’élève à 1,257 million

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/2014/12/11/france-bleu-bearn-dans-ses-nouveaux-studios-610376.html

    • Bien vu… De l’entente entre la presse et les politiques…

    • PierU says:

      Encore faudrait-il savoir ce que recouvrent ces 1,2M€ ? Il y a quand même un plateau de 950m2, plus le matériel technique… A priori ça me choque moins que les 100000€ pour rénover le bureau du PDG

  4. Hotoctone says:

    Merci pour cet article « bassement » pragmatique. Il nous faudrait Didier Migaud comme ministre du budget.

  5. Michel LACANETTE says:

    Silence radio …. sur toutes les lignes citées. Encore un coup foireux de la  » république entre nous » qui oublie qu’ en France il y a des citoyens qui paient des impôts.
    Changeons la constitution pour donner un vrai pouvoir à la Cour des Comptes et aux citoyens qui souhaiteraient être informés. Mais rien ne sera changé, pour que tout cela dure le maximum de temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s