Les seins nus

0
(0)

imagesL’actualité n’est pas toujours déplaisante à voir. Elle nous offre des spectacles qui, dans d’autres circonstances, seraient censurés. Mais quels enseignements peut-on tirer de cet événement ?

 Dans un premier temps, à la télévision, on nous montre cette manifestation d’un parti politique qui rend hommage à Jeanne d’Arc, soit ! Ensuite il semble y avoir comme un flottement entre papa et sa fille. L’un vêtu de rouge, (pourquoi rouge d’ailleurs ?) vient s’adresser au peuple avec des mouvements saccadés et théâtraux tandis que la fille attend devant un micro de pouvoir en placer une.

 Puis Papa se retire et la fille s’adresse à ses chers concitoyens lorsque subitement trois femmes à la poitrine dévoilée s’exposent à la foule depuis le balcon d’un hôtel. Elles ont déroulé des banderoles et miment le salut nazi. A cette mise en scène soigneusement orchestrée, ces trois blondes, au physique plutôt honorable, ont préalablement inscrit sur leurs poitrines leur identité de « Femen ».

 Alors les caméras se détournent de l’oratrice qui bredouille quelques propos que plus personne n’entend, pour se fixer sur cette exposition avantageuse. Et c’est là que tout se joue et que le principal enseignement du reportage de cette séquence trouve sa place.

 Trois gros bras au crâne aussi rasé que peu rempli, obéissant sans aucun doute à des ordres venus d’en haut, comme on dit, viennent avec un manque de délicatesse et de tendresse qui ne correspond pas à ce qu’on pourrait attendre, saisir à bras-le-corps ces délicieuses aux seins nus pour les plaquer au sol et les soustraire à la vue du bon peuple. Nul doute d’ailleurs qu’il s’est trouvé dans la foule certains pour regretter la fin du spectacle.  C’est pas tous les jours en effet…

 Et la cérémonie reprend.

 Mais cette interpellation musclée interpelle (c’est le cas de le dire) tout habitué du Droit et de son respect républicain. Ces jeunes femmes avaient loué une chambre d’hôtel et c’est depuis le balcon de celle-ci qu’elles apostrophaient le rassemblement de la rue. En Droit (avec un D majuscule s’il vous plaît) cette chambre constituait leur domicile puisque légalement louée. Cette intrusion correspond à ce que le pénal qualifie de violation de domicile. Ajoutons à cela que les violences exercées sur leurs personnes ne sont pas ce qu’on pourrait considérer comme totalement légitimes et que dans notre République la liberté de manifester est inscrite au chapitre des libertés fondamentales.

 Ça fait beaucoup pour un premier mai et surtout cela en dit long sur le respect des lois de la part de certains qui postulent aux plus hautes responsabilités dans la gestion de notre Pays. A moins que, par ce spectacle, ils aient choisi de définitivement se disqualifier.

 

 Pau, le 2 mai 2015

Par Joël BRAUD

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 0 / 5. Nombre de note : 0

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

16 commentaires

  • Cette évacuation musclée est scandaleuse.

  • mmenjucq@club-internet.fr

    Cher Monsieur Braud,
    Je ne pense pas que le fait de louer une chambre d’hôtel donne le droit à ses locataires de perturber (avec un hygiaphone) une manifestation légalement autorisée et d’en insulter les participants par des gestes sans équivoque.
    L’intervention du service d’ordre avec l’accord de l’hôtel (sinon il n’y aurait pas eu d’accès à la chambre) et remise des énergumènes dépoitraillées à la police n’est donc pas nécessairement en dehors de la légalité contrairement à ce que vous pensez.
    Je note enfin que les femen sont d’un courage raisonnable car le plus souvent adeptes des provocations en église mais jamais dans des mosquées alors qu’au regard du statut de la femme dans l’islam, il y aurait là un sens à leur démonstration. Mais dans ce cas, il est vrai, elles risqueraient de ne pas s’en sortir qu’avec quelques bleus!!

    • « Je ne pense pas que le fait de louer une chambre d’hôtel donne le droit à ses locataires de perturber (avec un hygiaphone) »:
      https://www.youtube.com/watch?v=gODeDp0iN-Q

    • Monsieur Menjucq, dans tous les cas un service d’ordre privé n’a aucun droit de pénétrer dans une chambre d’hôtel, et il semblerait que les nervis du FN se soient fait passer pour des policiers auprès de l’hôtel.
      Quant à votre commentaire sur les femens et l’islam, renseignez-vous mieux :
      http://www.lesinrocks.com/2013/04/05/actualite/action-mosquee-paris-femen-11382050/
      http://www.parismatch.com/Actu/International/L-ultime-provocation-d-Aliaa-Magda-Elmahdy-584230

      • mmenjucq@menjucq.fr

        Monsieur,
        Sur les femen, votre information confirme mes dires. Elles ne rentrent pas dans les mosquées comme elle le font dans les églises, notamment à Notre-Dame. Elles se tiennent à distance. Pas si folles les guêpes!!

        • Votre commentaire portait sur l’absence supposée d’action des femens vis à vis de l’islam, or il est assez évident que vous aviez totalement tort sur ce point. Vous pouvez toujours tenter de jouer sur le fait qu’elles rentrent ou pas dans la mosquée pour éviter de reconnaître votre erreur, mais c’est assez puéril. Si pour vous souiller à visage découvert le drapeau de Daesh, ou brûler un drapeau salafiste, n’est pas une preuve de courage quand on sait de quoi sont capables ces fous-furieux en représailles, je ne sais pas ce qu’il vous faut.
          Et pour information, les mosquées ne sont souvent pas des lieux ouverts au public, et en tous cas pas les salles de prière.

    • Cher Monsieur Menjucq,
      Vous parlez de « manifestation autorisée ». Dans notre pays démocratique une manifestation n’est jamais autorisée. Elle peut être interdite par l’autorité administrative, le préfet, s’il juge que l’ordre public est menacé. Dans le cas contraire, il ne l’interdit pas ce qui veut dire que la manifestation peut se dérouler.
      La nuance est d’importance surtout si l’on considère que dans une démocratie, tout ce qui n’est pas interdit est autorisé. C’est la grande différence qu’il y a avec une dictature où tout ce qui n’est pas autorisé est interdit.
      D’autre part je vous invite à prendre connaissance de l’article 226-4 du code pénal qui définit la violation de domicile et qui prévoit les peines y afférentes. Vous lirez la jurisprudence qui s’y rattache et vous constaterez qu’une chambre d’hôtel a la qualité de domicile. Le fait que les employés dudit hôtel aient laissé passer les gros bras du service d’ordre ne vaut pas autorisation à commettre un délit.
      Mais il me semble que vous avez une interprétation très personnelle du droit et en particulier du droit pénal.

      • mmenjucq@club-internet.fr

        Cher Monsieur Brau,
        Votre perspective juridique est intéressante mais un brin naïve.
        Ainsi, croyez-vous qu’une manifestation susceptible de rassembler plusieurs milliers de personnes s’organise librement sans préalablement demander l’autorisation à une autorité publique et que le jour même les manifestants bloquent eux-mêmes la circulation, appellent les CRS pour leur demander de bien vouloir les encadrer… Non, même dans un pays démocratique, une manifestation sur la voie publique doit toujours être déclarée à l’avance et si l’autorité publique l’accepte (ce qui revient à l’autoriser), elle envisage avec les organisateurs le parcours et l’heure exacte de la manifestation afin de bloquer la circulation, mettre à disposition de policiers pour assurer la sécurité des manifestants et éviter tout débordement.
        Quant à l’inviolabilité du domicile, elle n’est pas non plus sans limite. Vous n’avez pas le droit à partir de votre domicile et a fortiori d’une chambre d’hôtel de troubler l’ordre public en vous exposant nu ou pour une femme seulement seins nus (il y une inégalité de ce point de vue entre hommes et femmes) et de hurler des insultes aux passants. Faites, le test vous-même : louez une chambre par exemple au Continental en plein centre de Pau, badigeonnez-vous d’insultes le torse, ouvrez la fenêtre et insultez les passants avec un mégaphone. Vous verrez que l’inviolabilité de votre « domicile » ne tiendra pas longtemps et qu’il y a toutes les chances que ce soit l’hôtelier lui-même qui vienne mettre fin à votre démonstration. Et il en aura parfaitement le droit. Si vous faites le test, méfiez-vous cependant de ne pas être expédié à Saint-Luc !

  • Bernard DESVIGNES

    Et si,tout simplement, ces manifestations, contre-manifestations, provocations, nous les traitions comme elles le méritent et pour ce qu’elle valent, par le mépris ?
    Cette habitude, voire cette manie, de « réagir » à tout et à n’importe quoi, de préférence en temps réel bien sûr, ne contribue-t-elle pas à tout niveler, et donc à donner de l’importance à de pseudo événements qu’il faudrait mettre à la poubelle, pour ne pas dire ailleurs ?

    • Mais… votre intervention sur ce forum n’est-elle pas aussi une réaction ? Ne contribue-t-elle pas à donner de l’importance à l’événement ?

  • On verra ce que dira la Justice puisque des plaintes ont été déposées. Pour ma part j’ai à ce propos comme une certitude.
    En tout cas RdV je n’ai pas bien compris ce que vous vouliez dire.

  • Et pourtant, il y a 30 ans, la mode était au seins nus à la piscine et à la plage !
    Enfin, ces protestataires n’ont apparemment pas subi de blessures de la part du service d’ordre du FN. Le stricker qui va faire l’âne sur un stade de foot se fait également plaquer au sol sans trop de ménagement.

  • Michel LACANETTE.

    Excellente initiative de la part des Femens, qui améliorent les traditionnelles manifestations moroses du 1er Mai. Le gouvernement, devrait officialiser ce genre de manifestation, il aurait un peu moins de morosité en France et plus de monde dans les rues.

    • Allons syndicalistes, c’est le moment d’innover; à vos neurones!
      Les Femens CGT, FO, CFDT,…..à la tête et à la fin du défilé, bien en vue, les bras bien levés pour soutenir vers le haut les attributs anatomiques et revendicatifs; le succès est assuré!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *